Metroid : Other M – Le test

Et Samus repart en chasse. Nintendo avait fait sensation lors de l’E3 2009 en présentant ce nouveau chapitre de la saga Metroid. Co-réalisé avec la Team Ninja, on nous annonçait une Samus de retour dans l’univers des jeux de plate-forme tout en y incluant par moment des phases de tir comme dans Metroid Prime, le tout racontant une aventure se situant entre Super Metroid et Metroid Fusion. Les promesses sont-elles tenues ?

L’histoire commence donc là où Super Metroid se termine (Soulignons la belle cinématique 3D du duel Samus / Mother Brain et la mort du bébé). Samus vogue désormais vers d’autres cieux quand elle reçoit un signal de détresse nommé « Pleurs de bébé ». Elle se dirige alors vers une station-bouteille où son chemin croise désormais celui de la Fédération Galactique et en particulier son ancien supérieur hiérarchique, Adam Malkovitch. Pour cette mission elle devra donc se retrouver à nouveau sous les ordres de son ancien mentor.

Par conséquent, qui dit être aux ordres dit «Ne pas aller n’importe où ». Pendant une bonne partie de l’histoire, l’exploration ne pourra se faire que là où les portes seront ouvertes entre deux ordres d’Adam Malkovitch ce qui la rend un peu perdue par rapport à ses prédécesseurs, mais elle pourra être de plus en plus grande au fur et à mesure que la progression se fait dans le jeu. De plus, pour la première fois, Samus ne perd pas son équipement mais attendra qu’Adam lui donne l’autorisation de les utiliser, comme pour les autres soldats de la Fédération Galactique.

Et pour y progresser, tout se fait à la simple Wiimote. Le jeu se complète donc avec deux phases. Tout d’abord on a droit à des phases de plate-formes qui e jouent à la Wiimote en horizontale, la croix pour diriger, un bouton pour actionner le tir et un pour le saut. La deuxième phase est une vue subjective, où il faut pointer la Wiimote vers l’écran (À l’image de Metroid Prime Trilogy) et utiliser le bouton B pour lancer les missiles et regarder autour de soi, n’oublions pas qu’il est impossible de se déplacer en vue subjective alors il faut être sûr du passage d’une vue à l’autre, donc attention à choisir le bon moment.

De plus, ce nouvel opus bénéficie d’un fait non négligeable. Pour la première fois on a droit dans un jeu Metroid à un scénario très élaboré, où quelquefois on a droit à des flash-backs sur le passé de Samus (Un peu comme ce fut le cas dans Metroid Fusion) mais également de nombreux événements influeront sur la progression. On appréciera également de nombreuses références aux précédents épisodes en plus de la fin de Super Metroid en ouverture.

Au final on a affaire à un jeu plus qu’efficace. Sa durée de vie raccourcie (Une dizaine d’heures pour la fin de l’histoire, une quatorzaine pour la vraie fin avec tous les objets) et sa difficulté moyenne sont des points négatifs mais toutefois l’histoire et le jeu sont tellement plaisants qu’on peut avoir bien souvent l’envie de recommencer cette aventure, d’autant que les graphismes sont époustouflants, tant au niveau des cinématiques qu’au niveau in-game. Bien que plutôt rares, les musiques sont bien en adéquation avec ce qu’on voit à l’écran. Bref, le duo Nintendo/Team Ninja a réalisé un incontournable pour la console à mouvements.

Laisser un commentaire