Mario Party: Star Rush – La preview

Annoncé par Nintendo lors de l’E3 2016 à l’occasion de son Treehouse, Mario Party Star Rush est le petit dernier d’une grande lignée de jeux de type « party game » qui a su depuis les années 70 trouver sa place dans les salons de bon nombre de familles. Et si les ventes ont toujours été au rendez-vous, notamment pour le 8e opus par exemple, la série s’essouffle depuis quelque temps, la formule ayant perdu de son charme avec des tentatives – infructueuses bien souvent – d’intégrer de nouvelles choses en termes de gameplay. Cette fois, Nintendo frappe un plus grand coup encore avec ce Mario Party Star Rush sur 3DS, avec de très nombreuses innovations. Avant sa sortie chez nous le 7 Octobre 2016, nous avons pu poser nos mains sur le jeu, et nous vous donnons dès aujourd’hui nos premières impressions.

Au démarrage, nous nous retrouvons sur l’« Esplanade Star Rush », qui sera le menu à partir duquel nous pourrons sélectionner le mode de jeu dans lequel nous pourrons jouer. Au premier lancement, tous les modes ne sont bien entendu pas disponibles, et il vous faudra avancer en niveau pour les débloquer. Le premier que nous pouvons tester est celui qui a été présenté dans les diverses vidéos qui ont été diffusées ces derniers mois : le « Tumulte des Toad ».

Le Tumulte des Toad.

Multijoueur local : oui | Mode téléchargement  : oui

https://i0.wp.com/cdn03.nintendo-europe.com/media/images/08_content_images/games_6/nintendo_3ds_12/3ds_mariopartystarrush/CI7_MarioPartyStarRush_Toad_Scramble_Moving_1_CMM_big.jpg?w=806&ssl=1Comme le nom l’indique et comme nous avions pu déjà le voir dans les vidéos, nous incarnons ici un Toad rouge, les autres personnages prenant le départ de la partie étant eux aussi des Toad d’autres couleurs. Que vous jouiez contre l’IA ou en multijoueur, il n’y a aucune possibilité de changer le personnage, tout le monde est logé à la même enseigne. Dans ce premier mode, nous ne sommes plus sur un plateau avec un parcours prédéfini, comme c’était toujours le cas dans les précédents opus, mais sur lequel nous pouvons nous déplacer librement, dans les limites de celui-ci bien sûr, Nintendo n’ayant pas poussé l’innovation jusqu’à faire de ce Mario Party un open world, rassurez-vous. C’est un peu déstabilisant au départ, mais assez appréciable. Autre grand changement majeur qui avait déjà été montré : plus de temps morts en jeu, tout le monde lance son dé et effectue ses déplacements en même temps ! On ne s’ennuie donc plus pendant que les autres joueurs jouent leur tour, et les parties sont beaucoup plus rythmées, c’est très agréable.

Le principe de ce mode est des plus simples : les boss ont volé les étoiles des Toad, et ceux-ci veulent les récupérer. Selon le monde et le niveau dans lequel vous vous trouverez, le nombre total de boss à affronter durant la partie ne sera pas le même, en revanche le mini-jeu associé à chaque boss restera toujours le même pour ce que l’on a vu pour le moment, ce qui paraît somme toute plutôt logique. Pour affronter le boss, il vous faudra faire un lancer de dé qui correspondra au nombre exact de cases vous séparant du boss. Celui qui arrivera sur la case récoltera quelques pièces et engagera le combat. Les autres joueurs n’étant pas encore arrivés pourront spammer gentiment la touche A de leur console pour rejoindre le mini-jeu en cours et tenter leur chance pour reprendre l’étoile au boss. C’est appréciable, on aurait regretté d’être laissé sur le côté pendant que les autres s’amusent… C’est bien sûr le joueur qui sortira vainqueur du mini-jeu qui remportera l’étoile.

Toujours en fonction du monde et du niveau, la map sera plus ou moins grande. En vous déplaçant sur celle-ci, vous croiserez différents types de cases : les cases normales, les cases sur lesquelles sont posés des pièces ou des ballons, les cases « bloc ? » qui vous feront gagner des objets que vous pourrez utiliser pour vous booster ou pour pénaliser vos adversaires…

Vous pourrez également rencontrer des alliés, qui apparaissent toujours, d’après ce que l’on a vu, après les combats de boss. Ceux-ci rejoignent votre équipe lorsque vous passez sur la case qu’ils occupent, et peuvent, si vous le choisissez, devenir leader de votre équipe. Cela peut être intéressant car chaque personnage – ou presque – dispose de caractéristiques spéciales que nous évoquerons plus en détail dans notre test complet du jeu. Mario par exemple peut éliminer les Goomba qui se cachent dans les herbes hautes, ce qui est très pratique pour ne pas perdre de pièces. Vous pouvez changer de personnage leader de votre équipe à chacun de vos tours de jeu si vous le souhaitez, ce qui est plutôt intéressant également car les personnages ont des dés particuliers, un personnage pourra donc être plus utile qu’un autre selon la stratégie que vous abordez.

Et puisque l’on parle de stratégie, voilà l’un des aspects des précédents opus qui ne nous aurait pas forcément manqué s’il avait disparu : ces satanés bonus distribués en fin de partie qui nous paraissent d’une injustice absolue, comme par exemple « celui qui a passé le plus de temps sans alliés », pour n’en citer qu’un. Cela peut énerver la première fois, ou vous donner des idées de stratégie de jeu pour vos prochaines parties.

Le Numismathlon.

Multijoueur local : oui | Mode téléchargement  : oui

CI7_MarioPartyStarRush_Other_Modes_Coinathlon.jpgCe mode de jeu est une course en trois tours sur un plateau. Vous pourrez choisir le personnage que vous voudrez parmi ceux débloqués, et celui-ci prendra le départ de cette course pas comme les autres… Afin de le faire avancer, il faudra ramasser des pièces dans des mini-jeux contre d’autres joueurs. Ces mini-jeux seront au nombre de trois, et ils s’enchaîneront jusqu’à ce que l’un des joueurs ait récolté suffisamment de pièces pour terminer le parcours en entier.

Une bonne idée, qui change un peu, mais qui peut vite devenir ennuyeuse si l’on récolte trop peu de pièces par exemple au cours d’un seul mini-jeu et que l’on doit enchaîner plusieurs fois les mêmes épreuves en boucle afin de terminer la course. Nous avons également pu tester le mode multijoueur du Numismathlon, et c’est probablement là que cette épreuve prend tout son sens, car on retrouve vraiment cette ambiance que l’on aime tant dans les soirées Mario Party endiablées entre amis, tandis que contre l’IA, le concept est beaucoup moins intéressant de prime abord. À confirmer lorsque l’on aura débloqué plus de possibilités pour ce mode.

La Fête des Ballons.

Multijoueur local : oui | Mode téléchargement  : oui

CI7_MarioPartyStarRush_Other_Modes_Balloon_Bash.jpgIl s’agit là d’un mode de jeu plus classique, qui se joue sur un plateau. Après avoir sélectionné le personnage de votre choix, le nombre de tours et le plateau sur lequel vous souhaitez jouer, la partie commence. Le but ici est une fois encore très simple : ramasser le plus d’étoiles possible. Toutefois, cette fois-ci, pas de boss en vue, mais des « ballons étoile » : afin d’obtenir l’étoile, il faudra payer 10 pièces. Des « ballons pièces » sont disposés sur le plateau de manière régulière pour vous permettre de vous enrichir plus rapidement, et chaque fois que l’un d’entre eux est ramassé, un mini-jeu est déclenché.

On retrouve également des cases particulières comme les « -1 », « +1 » qui vous font avancer ou reculer d’une case, ou encore les cases « bloc ? » qui vous permettent comme dans le Tumulte des Toad de récolter des objets. Ce mode de jeu pourrait sembler ennuyeux ou répétitif de prime abord, mais la présence de nombreux « ballons pièces » permet d’avoir des mini-jeux très souvent et de bien rythmer la partie, on ne s’ennuie donc pas, d’autant que les lancers et les déplacements, tout comme pour le Tumulte des Toad, se font simultanément pour tous les joueurs.

Le Récital en Rythme.

Multijoueur local : oui | Mode téléchargement  : non

CI7_MarioPartyStarRush_Modes_Rhythm_Recital_2.jpgPour ce mode de jeu, laissez s’exprimer votre âme d’artiste et prenez place au sein d’un orchestre en incarnant le personnage de votre choix, auprès d’autres personnages de l’univers de Mario. Vous interpréterez des thèmes archi classiques de la saga grâce à l’instrument de votre choix. Pour le moment, nous ne pouvions choisir que l’orchestre symphonique, qui nous donnait la possibilité de jouer soit du violon, de la trompette, de la flûte traversière ou du tambour.

Grâce au stylet, il vous faudra battre la mesure lorsque la note qui apparaît à l’écran atteindra le repère. Il faudra être très précis, les appréciations allant de « parfait » à « raté ». À la fin du morceau, une note de rythme vous est attribuée en fonction de votre performance, la nôtre n’a pour le moment jamais dépassé le C. Faut-il alors remettre en cause la difficulté ou notre sens du rythme ? Sans doute un peu des deux. Toujours est-il qu’il est très agréable de retrouver les musiques des différents jeux de la franchise que l’on connaît tous, et qui sont plutôt entraînantes !

Nos impressions.

Après quelques heures de jeu, nous avons déjà pu tester un bon nombre de mini-jeux, qui apparaissent alors dans le menu « mini-jeux » de votre Esplanade Star Rush. Et force est de constater que nous ne sommes pas au bout de nos surprises : à chaque fois que l’un d’eux est lancé, tous ceux qui apparaissent sur l’écran de choix portent pour le moment la mention « nouveau », nous laissant donc penser qu’il y en a encore un bon nombre que nous n’avons pas encore découverts ! Ceux-ci sont plutôt variés, alternant entre l’utilisation des touches de la console, du stylet ou encore du micro. Sans avoir encore testé tous les modes de jeu, et en ayant pour le moment exploré seulement une petite partie de ceux que nous avons déjà débloqués, nous avons déjà passé plusieurs heures à profiter du jeu. Celui-ci nous a permis, grâce aux thèmes musicaux classiques et à la direction artistique qui ne s’éloigne pas des habitudes de la franchise, de replonger avec plaisir dans l’univers de Mario Party. Un titre qui nous semble donc très prometteur, avec une bonne dose de fun, dans lequel nous allons nous replonger avec délectation pour vous livrer prochainement notre test complet !

Laisser un commentaire