Yo-Kai Watch 2 : Esprits farceurs et Fantômes bouffis – La preview

 Presque un an après l’arrivée de la franchise Yo-Kai Watch en Europe, la 3DS se prépare à accueillir la suite sortie en juillet 2014 initialement sur le territoire nippon. Ce sont donc deux versions qui arrivent le 7 avril prochain, Yo-Kai Watch 2 : Esprits farceurs et Fantômes bouffis. Les différences entre ces deux itérations reposent uniquement sur des Yo-kai exclusifs, les échanges permettront d’obtenir les Yo-kai de l’autre version. Nous avons pu poser nos mains sur le jeu et découvrir les premières heures de l’aventure, voici nos premières impressions.

Avant toute chose, soulignons le beau succès du premier opus qui parvient à surpasser les ventes de la version japonaise à l’époque de sa sortie. Yo-kai Watch sur 3DS s’est vendu à plus de 100.000 exemplaires en France (chiffre octobre 2016 communiqué par Viz Media). Côté jouets, la montre Yokai Watch est numéro 1 des ventes, la licence numéro 1 dans les « action figurines ». Côté télé, la série réunit jusque 600.000 enfants devant le poste, et affiche 5 millions de vidéos vues en replay chez Gulli. Alors qu’aux Etats-Unis c’est clairement plus difficile pour la licence de s’imposer, en Europe c’est un beau carton.

Le jeu démarre donc avec une nouvelle introduction mais garde toujours les mêmes paroles histoire de nous mettre dans l’ambiance. Il est donc possible de choisir un héros masculin (Nathan) ou féminin (Katie) pour l’aventure. Sans rien spoil de histoire, les trailers le font très bien, on débute lorsque deux sorcières nous privent de notre montre Yo-Kai. Le début de l’aventure se passe donc dans la même ville que le premier opus, Granval-sur-Mer. On va bien passer quatre heures à redécouvrir les mêmes lieux avant de passer à une zone totalement inédite. Au cas où vous n’avez pas fait le premier opus, on vous réexplique tout à travers les quêtes. Petite nouveauté à ce niveau, Level-5 a mis en place un système de quêtes verrouillées pour avancer dans l’histoire. C’est-à-dire que pour progresser dans l’aventure, il vous faudra régulièrement terminer trois quêtes définis. C’est un système qui ne plaira pas à tout le monde mais il permet de nous initier à toutes les fonctionnalités du jeu dont on reparlera juste après.

Puisque nos impressions se basent sur les premières heures, il y a en premier lieu une chose qui frappe en jouant à Yo-Kai Watch 2, cette suite est techniquement plus aboutie. Cela passe par beaucoup de petits détails avec les mises en scènes entre les dialogues des personnages, les animations et on retrouve un certain humour. Lorsque l’on va rentrer dans diverses boutiques par exemple, on est tout de suite frappé par la richesse des décors. En effet, la 3D stéréoscopique est aussi bonne que le premier jeu, le studio est habitué avec ses précédentes productions à proposer différents plans.

Très vite, une autre nouveauté va s’implanter dans les menus. A la manière des smartphones, une foule d’application vont être ajoutées hormis celle de base comme l’inventaire, le journal et le medallium. Certaines très utiles car elles permettront d’accéder au mode multijoueur dont on parlera dans le test, l’échange de médailles, le mini jeu Blaster qui a rencontré un énorme succès au point d’avoir bénéficié d’un spin-off (Yo-Kai Watch Busters). D’autres sont très gadgets comme la possibilité de connaître la météo, invoquer des Yo-Kai comme dans la série, débloquer des trophées. Nous n’avons pas débloqué toutes les applications donc on y reviendra en détail dans le test.

La partie exploration restera sensiblement identique, notre héros peut maintenant monter sur des murets ou encore sortir de la ville en empruntant le train. Le terrain de jeu semble bien plus vaste mais comme nous venons tout juste de quitter la ville, il est encore trop tôt pour dire si les nouveaux environnements sont nombreux. Nous n’avons pas encore débloqué le vélo et on a hâte de pouvoir se déplacer un peu plus rapidement. Cependant, les Yo-Kai Télémir vont vite revenir pour voyager rapidement entre différentes zones. Les dialogues sont toujours très drôles et certaines références sont excellentes. En ce qui concerne les différences entre les noms Farceurs et Bouffis de ces deux versions, elle réside certes dans les Yo-Kai exclusifs à chaque version mais on sent que le jeu nous l’expliquera par la suite, encore trop peu d’information pour en parler. Lors de nos phases d’exploration, une autre nouveauté a été introduite, il s’agit des portails mystères. Ces derniers sont dissimulés un peu partout et la Yo-Kai Watch réagira à proximité. A travers ces portes, quatre types de défis nous attendent dans une salle de combat et on doit terminer ces épreuves dans un temps limité. Pour avoir pu tester une fois, on ne se prononcera pas mais c’est pas mal et on gagne toujours de l’expérience et des objets.

Enchaînons sur le gameplay du titre lors des combats qui n’évolue pas plus que ça. Le système reste le même c’est-à-dire une roulette de six Yo-Kai, les Ameultimes, la Purification, le Ciblage et les Objets. Level-5 tente de nous faire croire que ça change avec deux ou trois mini-jeux mais c’est le même système. Petite nouveauté très appréciable lorsque l’on cible les ennemis, on peut désormais voir quel type de nourriture ils aiment pour ensuite multiplier ses chances de devenir ami avec eux après le combat. Cependant, de nouvelles choses se débloquent par la suite mais on ne peut pas encore en parler. Donc pour l’instant, si vous avez aimé le système de combat du premier opus, vous y retrouverez tout de suite vos marques sinon vous allez être déçu, il faudra attendre le troisième épisode pour que ça change enfin. Un petit mot sur la difficulté puisque nous n’avons encore pas vu l’écran de Game Over, alors est-ce parce le jeu est plus simple ? Dans nos souvenirs, le premier épisode n’était pas si facile lors des combats de boss. Pour l’instant, on n’a pas eu besoin de multiplier les quêtes annexes pour gagner de l’expérience, on va dire que les quêtes imposées ont équilibré le jeu. Concernant les boss, nous en avons vu qu’un seul important pour le moment et il n’était pas transcendant, manquant un peu d’originalité.

Impressions

Yo-Kai Watch 2: Esprits farceurs et Fantômes bouffis nous a fait bonne impression mais ne bouleversera en rien la formule. Le jeu s’annonce encore plus complet que l’opus original, bien plus abouti techniquement et proposant un lot de nouveautés suffisant pour se lancer dans l’aventure. On ne spoilera pas l’histoire mais elle sera plus sympa à suivre, cependant le jeu est très lent à démarrer. Il est bourré d’humour, sa bande son reprend beaucoup de thèmes du premier jeu mais elle reste agréable et visuellement c’est très joli. On a visiblement perdu un peu de challenge mais n’oublions pas que c’est un jeu destiné à un public plus jeune, en tout cas plus réceptif grâce à la campagne cross-média. Les amateurs du premier Yo-Kai Watch ne seront pas déçus mais ceux qui s’attendent à un renouvellement risquent de l’être tant le jeu se repose sur ses acquis. Nous allons donc poursuivre l’aventure avant de livrer un avis définitif très bientôt.

Laisser un commentaire