Miitopia (3DS) – Le test

Cela fait plus de 10 ans que les joueurs du monde entier ont connu les fameux Mii de Nintendo, ces avatars introduits par Nintendo avec la console Wii. A travers ces avatars virtuels, nous avons pu faire du sport, du fitness ou de la musique. La firme de Kyoto a même laissé ses avatars s’incruster dans certains de ses récents blockbusters comme Super Smash Bros ou encore Mario Kart. Pourtant, plus on avance et plus Nintendo semble chercher à développer un univers bien propre à leurs avatar, quelque chose de plus profond que simplement les incruster dans quelques jeux, autrement dit, créer des applications et des jeux allant en ce sens. La récente licence Tomodachi Life ou encore l’application mobile Miitomo sont des exemples parmi d’autres  représentatifs de cela. Enfin, pour accompagner les derniers jours de la 3DS, la firme annonce et sort Miitopia. Nous avons pu mettre la main sur cette aventure Mii et autant vous livrer notre avis sur ce périple totalement fou.

Une Utopii ou non ?

Votre Mii a peut-être déjà eu l’occasion de faire partie de plusieurs expériences du jeu vidéo : du jeu de combat, jeu de sport, jeu de gestion jusqu’au jeu de course. Reste peut être le jeu de rôle ? Et bien il est temps de visiter la vision d’Utopie de nos avatars. Place à l’imagination, il est temps pour les Mii de monter sur scène. Vous êtes un voyageur arrivant sur un Royaume situé sur une île perdue de votre imaginaire. Vous êtes très vite mêlés à la menace que représente l’Avatar du Mal. Cette entité dérobe le visage des gens du monde entier. Il les place ensuite sur des créatures diverses du monde afin de leur donner vie. Très vite, vous obtenez un objet qui vous permet d’entendre une étrange voix céleste. Cette voix permet à votre Mii d’obtenir de nouveaux pouvoirs. Il part donc à la poursuite de l’Avatar du Mal afin de mettre fin à la menace qu’il représente. En progressant dans l’aventure, cette même voix amènera également à vos côtés de nouveaux compagnons de route afin de vous aider dans cette quête. Une histoire très simple dont le déroulement est très lisible, sans véritable rebondissement mais qui reste sympathique à vivre et surtout drôle grâce aux Mii. On est très vite absorbé dès le début dans cet univers comique. En effet, l’apparition de chaque personnage important du jeu met une petite parenthèse à la trame dans laquelle vous pouvez sélectionner un Mii afin de lui donner le rôle de ce personnage. Ainsi, vous pouvez être le héros de cette aventure et donner le rôle de l’Avatar du Mal à n’importe quel Mii de votre répertoire. Dans le cas où vous ne voulez pas donner de rôle à un Mii, il est possible de piocher parmi d’autres créations. Il est même possible de prendre directement des Mii que vous aviez peut être eu via le jeu Tomodachi Life. Vous pouvez à tout moment changer le Mii de chacun des personnages du jeu et avoir ainsi une aventure Miitopia à votre image. Pour vous donner une petite idée de notre casting pour notre scénario, l’Avatar du Mal fut votre administrateur préféré Fire Akuma tandis que Satoru Iwata était le Grand Sage de notre histoire. Un casting qui sera unique à chaque joueur et qui prêtera certainement à sourire. Option sympathique afin de partager ces moments de folie rapidement, le jeu nous laisse une icône de screenshot sur l’écran tactile afin de prendre une image à n’importe quel moment. Il s’agit ensuite d’aller dans le menu album du jeu où vous retrouverez votre cliché puis de partager l’image. Si vous ne voulez pas envoyer directement, vous pouvez stocker ces images dans cet album puis les envoyer plus tard.

En fait, globalement et à l’image de son histoire, Miitopia est une expérience RPG très accessible et simple. Son humour est ce qui motivera tous ceux qui tenteront l’aventure d’aller jusqu’au bout de celle-ci. Miitopia c’est une aventure Mii juste très bête dans laquelle on s’amuse plus à partager les images et les situations totalement folles de nos Mii avec ces amis plutôt qu’à juger de la qualité de celle-ci. En effet, en termes de gameplay on se retrouve avec une expérience du genre très simple et linéaire. On progresse sur une carte du monde divisée en plusieurs régions de manière assez similaire à un Mario 2D. On déplace son groupe de Mii sur cette carte en suivant des chemins qui se dessinent lorsque l’on termine des « stages ».  Il peut y avoir plusieurs chemins qui se révèlent suite à votre exploration, certaines routes sont cachées. Les fameux « stages » sont des moments où l’on observe son groupe de Mii courir avec en arrière-plan un décor très simple et correspondant à la région que vous explorez. Durant ces fameuses « phases d’explorations », on n’a pas plus d’interactions avec eux, on les observe juste courir et on lit leur bulle de dialogue très idiotes. Les interactions que l’on a avec notre groupe de Mii durant ces phases se limitent à des évènements particuliers de notre exploration ou aux combats. Les évènements particuliers sont par exemple une petite scène de dispute entre nos Mii ou encore un membre du groupe qui tombe dans un trou ou alors le fait que le chemin bifurque et qu’il faille choisir une direction à prendre. Des petites scènes sans véritable importance dont on rit au début du jeu puis dont on se serait parfois bien passé car très redondantes au final. Même lorsqu’il s’agit de chemin qui bifurque. Au final, notre interaction se limite à ce choix mais sur l’écran on ne fait que voir nos Mii courir sur les mêmes décors. On ne les voit même pas tourner pour prendre une autre route.  Ces bifurcations ne nous amènent qu’à recommencer le même « stage » afin de voir ce qu’il se cachait ou non en prenant les autres routes. Les maniaques du 100% perdront donc beaucoup de temps à recommencer un stage pour voir le bout de chaque route. La durée de vie de Miitopia se résume donc à votre volonté d’aller ou non au bout de chaque route de chaque stage de chaque région. Vous pouvez très bien juste foncer et terminer le jeu sans grande difficulté en une ou deux dizaines d’heure, sans compter les petites quêtes post-game toutes aussi facultative que la quête principale.

Parlons tout de même de l’autre interaction que nous avons avec nos Mii durant les « phases d’explorations », les combats. Il s’agit ni plus ni moins d’un tour par tour classique dans lequel nous ne contrôlons que les commandes de notre Mii ! On ne peut pas faire plus simple. On ne fait que choisir si on attaque, utiliser une technique, un objet ou si l’on fuit le combat. Pour le reste on ne fait que regarder ce qu’il se passe en sachant que l’I.A. décide de ce que fait les Mii des autres membres de votre groupe. En termes d’interactions, les combats sont donc aussi simples que tout le reste du jeu. D’ailleurs en parlant de simplicité, nous sommes dans un RPG, il y a des classes, des stats et des montées de niveau mais vous pouvez faire le jeu en ligne droite sans jamais faire face à ce qui pourrait s’apparenter à du challenge. Heureusement que comme tout le reste, les combats sont drôles à regarder… du moins durant les premières minutes et heures de découvertes du jeu.  On a donc des scènes, des options de combats très drôles et improbables mais également bien propre à un Univers mettant en scène les Mii. Les objets de soins sont des bonbons ou des bananes. La fameuse voix céleste nous donne plusieurs salières que nous pouvons utiliser en combat afin de « salés » nos Mii de plusieurs « sel » différents. On peut leur redonner des PV avec la « salière PV » ou des PM avec une autre salière. Une autre permet de ressusciter un allié tombé au combat, et d’autres permet de renforcer vos Mii. Vous vous imaginez dans un RPG prendre une salière, la présenter au-dessus d’un de vos protagonistes et la secouer pour saler celui-ci ? Miitopia nous introduit à cette absurdité. D’ailleurs, cette voix céleste renforce l’effet de nos salières en progressant dans le jeu. En fait, chaque ennemi du jeu porte le visage d’un habitant du monde. En éliminant cet ennemi vous libérez et rendez le visage d’une personne. La voix céleste renforce vos salières par pallier de 50 ennemis éliminés et donc par pallier de 50 personnes sauvées. Outre cet aspect salé du jeu, nos Mii peuvent coopérer entre eux en combat et développer des techniques de combats inédites et drôles selon leur niveau de relation que l’on développe aussi bien en combat que durant certaines scènes des phases d’exploration ou encore à l’auberge sur lequel nous reviendrons. Mais dimension sociale rime aussi avec Dispute chez les Mii, et il est possible que certains de vos Mii soient en froid les uns avec les autres et cela se répercute en combat. Ce qui donne encore des situations un peu embarrassantes en combat mais toujours drôles. Deux Mii en froid essaieront par exemple de se jeter des bâtons dans les roues en combat. On a des scènes absurdes ou un Mii empêche son ami d’attaquer et lui vole la vedette en attaquant à sa place. Ou encore que les deux finissent par se battre, ils se blessent tout en blessant les ennemis. Ce sont quelques scènes, quelques éléments parmi d’autres que l’on vous détaille et qui permet à Miitopia d’avoir sa propre identité dans le genre RPG. Toutefois comme tout le reste, à la longue, ce pour quoi nous rions au début finit par devenir quelques scènes justes redondantes. On maintient donc le bouton B durant tout le jeu afin d’accélérer tous cela. Certains cocheront même très vite la case « combat automatique ».  

Reste encore quelques éléments de gameplay à évoquer. Malgré la simplicité de son univers, Miitopia nous laisse explorer quelques villages. Bien que comme tout ce qu’on a évoqué jusque-là, les interactions dans les zones habitées sont également très minimes. Chaque zone habitée est explorable qu’en 2D et l’on ne peut que parler avec quelques PNJ Mii qui nous proposent parfois des  quêtes secondaires très anecdotiques mais surtout des lignes de dialogue inutile. Reste ce que l’on évoque depuis le tout début, la possibilité de donner un visage Mii connu à chacun de ces habitants. Ce qui sera toujours sympathique pour essayer de minimiser le caractère un peu inutile des villes et villages.  Parlons enfin d’un ultime élément de gameplay important du jeu, les interactions que l’on a avec nos Mii à l’auberge. Chaque fin de « stage » se caractérise par une arrivée dans une auberge. Pour ceux qui ont joué à Tomodachi Life, cette phase de gameplay est similaire. L’auberge propose plusieurs chambres dans lesquelles vous pouvez faire séjourner à chaque fois 2 Mii. On assiste là parfois à des scènes aussi drôles qu’absurdes comme dans Tomodachi Life mais peut-être moins variées. Reste que chaque duo de Mii peut ainsi développer des liens sociaux entre eux et cela est caractérisé par un niveau de relation. On l’évoquait plus haut mais en montant le niveau de relation entre 2 Mii, vous acquerrez de nouvelles techniques de combat. L’auberge peut également permettre à 2 Mii en froid de se réconcilier. Puis pour continuer sur le côté unique et comique du jeu, un Mii peut aussi attraper un rhume ce qui le forcera à rester clouer au lit de sa chambre et vous ne pourrez temporairement plus l’emmener avec vous. A l’auberge, nous pouvons aussi nourrir nos Mii avec des plats que nous trouvons durant les nombreuses explorations que l’on fait. Chaque Mii ayant sa propre personnalité que vous définissez comme dans Tomodachi Life, chaque protagoniste n’a donc pas les mêmes goûts culinaires.  

Manger permet à vos Mii d’augmenter leur stats autrement que par la classique montée de niveau. Vous augmenterez plus facilement les stats d’un Mii avec les plats qu’il aime plutôt qu’avec un plat qu’il déteste. Cependant, vous ne savez pas qui aime quoi et il s’agit toujours de faire goûter divers plats à chacun de vos Mii. Lorsqu’un Mii a goûté une fois un plat, vous saurez à quel point il apprécie ou non celui-ci. Un élément de gameplay non révolutionnaire pour le genre mais toujours sympathique. Il est aussi possible de prêter de l’argent à vos Mii afin qu’ils aillent acheter de nouveaux équipements plus puissants. Attention seulement, vos Mii peuvent parfois avoir envie d’acheter une nouvelle arme et revenir avec un vieil objet de soin… Heureusement que vous gardez la monnaie. C’est-à-dire qu’un Mii qui part avec 5000 or pour acheter une arme et qui revient avec un bonbon à 100 or vous rendra les 4900 or qu’il n’a pas utilisé. Les Mii sont absurdes et idiots mais ils respecteront vos économies. C’est bête mais c’est un élément qui participe à l’humour du jeu. L’auberge vous donne aussi la possibilité d’utiliser des tickets de jeu afin de faire tourner une roue vous permettant de développer les liens entre vos Mii, avoir une nouvelle arme et bien d’autres options.  Vous pouvez aussi utiliser vos tickets de jeu pour faire du « Pierre Papier Ciseau » avec une main virtuelle et essayer de gagner plus d’argents en misant et en doublant la mise à chaque victoire.  Les tickets de jeu se trouvent dans certains coffres à trésors du jeu. Autrement, chaque jour réel, Miitopia vous envoie un petit sondage sur des Mii et en y répondant vous gagnez à chaque fois 3 tickets de jeu.  Enfin, l’auberge c’est aussi l’occasion de jeter un œil aux données de votre partie, changer des paramètres, révolutionner certains éléments importants du jeu (si il y en a), changer le casting Mii du jeu, visionner les screenshots que vous avez pris et bien d’autres options.  Précédemment nous disions que Miitopia ne propose aucun véritable challenge, que n’importe qui peut en venir à bout. Soulignons tout de même la présence de  « médaille » dans le jeu. Les médailles sont un semblant de « challenge », elles correspondent plus ou moins aux fameux « trophées » ou « succès » que l’on retrouve chez certains concurrents.  Gardez quand même en tête que vous jouez à Miitopia et que l’on ne peut comparer cela avec des défis que de très très loin. Ces médailles se résument plus à des choses comme « Atteindre le niveau de relation X entre 2 Mii » ou encore « Atteindre le niveau X de la classe Y ». On vous aura effectivement fait miroiter la présence possible de challenge dans le jeu mais comprenez en fait que les amateurs du 100% en auront des choses « inutiles » à faire dans Miitopia ! 

Terminons en évoquant quelques aspects techniques du jeu. Visuellement, nous avons un univers en total adéquation avec le rendu des Mii. Un rendu qui se veut très sobre, pas forcément très recherché mais au moins coloré. Des régions à thème variées bien que classiques dans le genre RPG. On va d’une région verdoyante au désert en passant par des forêts et autres thèmes.  Toutefois, dommage que les décors durant les explorations soient redondants. Inutile de mentionner que le jeu est fluide, pour ce qu’il propose le contraire nous aurait étonné. La 3D stéréoscopique est comme d’habitude anecdotique. Reste la bande sonore qui accompagne plutôt bien l’aventure et nos Mii. On osera dire que les thèmes musicaux sont infiniment plus recherchés et réussis que les décors ou même le jeu lui-même dans sa globalité. Pour les adeptes du tactile, vous pouvez très bien jouer uniquement au stylet. Puis enfin, en termes de connectivités, on peut via Spot Pass accéder à l’Assemblée Mii et y piocher des Mii à intégrer à votre casting. On a en revanche rien noté du côté Street Pass de la chose. Soulignons tout de même une nouvelle fois la possibilité d’utiliser les données Mii de Tomodachi Life, puis la compatibilité Amiibo afin de débloquer quelques petits bonus par-ci par-là.

Laisser un commentaire