Metroid: Samus Returns – Le test

 Après dix longues années d’absence, la belle Samus Aran est de retour, non pas dans un nouvel opus mais bien dans un remake, celui de Metroid II : Return of Samus. Pour l’occasion, cet opus exclusif à la Nintendo 3DS a été renommé Metroid : Samus Returns. Ce qui ne change pas c’est que le jeu reste un jeu en 2D en scrolling horizontal. Ce retour est-il une bonne chose où est-ce comme la dernière saison de Prison Break : ils auraient mieux fait de ne rien faire ? Verdict…

Le pitch de ce nouvel opus développé par MercurySteam est simple. La Fédération Galactique s’est rendu compte du danger que représentent les Metroïdes pour la galaxie. La plus redoutable chasseuse de prime de la Fédération, Samus Aran, est envoyée sur SR-388, la planète d’origine de ces parasites afin d’éradiquer cette menace.

Une fois passée la belle cinématique d’introduction, Samus se retrouve donc sur la planète SR-388. A partir de là, l’exploration commence. Comme à l’accoutumée dans chaque Metroid, vous commencerez l’aventure avec comme équipement la combinaison de Samus et son rayon. Ce n’est qu’au fur et à mesure de l’aventure que vous débloquerez des améliorations pour la combinaison, de nouvelles armes, capacités…

Au cours de votre aventure, vous explorerez différentes zones de la planète SR-388 dans lesquelles vous aurez à trouver et à battre un certains nombres de Metroïdes. Une fois les parasites vaincus, vous obtiendrez un fragment d’ADN. Une fois tous les Metroïdes vaincus et donc les fragments d’ADN récupérés, vous pourrez passer à la zone suivante. Ce n’est pas moins de 40 Métroïdes qu’il faudra affronter avant d’arriver au boss final. Le nombre peut paraître petit, mais avec toute la phase d’exploration, la durée de vie est très grande.

Justement, passons à l’exploration. Comme indiqué un peu plus haut, vous débloquerez petit à petit différentes armes, capacités et améliorations de la combinaison de Samus. Ce système de progression veut donc dire que vous serez obligés de faire des allers-retours entre les différentes zones pour obtenir des augmentations de vie, le stockage de missiles ou d’autres éléments vous permettant de mener à bien votre mission.

Rassurez-vous, ces allers-retours entre les différentes zones seront minimes si vous le faites une fois que vous avez tous les équipements nécessaires afin d’ouvrir les zones qui étaient jusque là inaccessibles. De plus, dans chaque zone, vous trouverez des portails de téléportation qui vous permettront de vous téléporter vers un autre portail au sein de la zone ou sur une autre déjà visitée, ce qui constitue un réel gain de temps.

N’oublions tout de même pas qu’il s’agit d’un Metroid « à l’ancienne ». Il vous faudra bien étudier l’environnement qui vous entoure. Un scanner (que vous débloquerez en explorant la planète) vous permettra d’identifier les murs pouvant être cassés ou révéler un petit pan de la carte. Comme nous sommes dans un Metroid, comme indiqué dans la preview, le jeu sera exigeant et pour certains ennemis vous serez amenés à vous y prendre à plusieurs reprises. Notons toutefois que malgré le fait qu’il y ait différents types de Metroïdes, dans chaque espèce, les parasites fonctionnent de la même façon, ce qui sera plus aisé pour les battre quand vous les rencontrerez. Malgré l’exigence que pourra demander le jeu, il n’en reste pas moins accessible pour les néophytes.

Cela m’amène à parler du gameplay de ce titre en 2D. La prise en main est quasi immédiate. Il y aura cependant peut-être un petit temps d’adaptation pour ne plus confondre la touche de saut (B) et la touche de tir (Y). De plus, Samus a, dès le début de l’aventure, la possibilité de contrer une attaque ennemie et de riposter dans la foulée. Cette fonctionnalité, pas bien difficile à prendre en main (il suffit d’appuyer sur le bouton A juste avant que l’ennemi nous touche) s’avère vite indispensable pour battre un ennemi en deux temps trois mouvements et vous permettra de prendre l’avantage sur les mini-boss que sont les Metroïdes.

Du côté de la technique, graphiquement, le jeu est impeccable. MercurySteam a vraiment mis du cœur à l’ouvrage afin de nous offrir un jeu 2D avec ce qu’il faut de pixels pour reproduire le charme de la licence Metroid. De plus, les arrières plans des différentes zones sont sublimes et sont mis en avant grâce à une magnifique 3D Stéréoscopique donnant aux décors une vraie profondeur tout en étant agréable.

La bande-son quant à elle, rend hommage à la licence et nous plonge dès le début de l’aventure au cœur de la planète SR-388. Là encore, on sent que le jeu a été fait avec le cœur et par des fans.

Laisser un commentaire