Final Fantasy : The 4 Heroes Of Light (Nintendo DS) – Le test

Final Fantasy : The 4 Heroes Of Light fait partie de ces jeux de rôle qui, hélas, n’ont pas bénéficié d’une sortie digne de ce nom. Et pourtant, il possédait toutes les qualités requises pour plaire à bon nombre de joueurs nostalgiques des jeux d’antan. Malheureusement, il n’a pas bénéficié de sous-titres français. Il faudra donc maîtriser l’anglais pour comprendre toutes les subtilités du jeu.

Développé par Matrix Software et édité par Square Enix, ce RPG nous narre les aventures héroïques de quatre guerriers de la Lumière, choisis par un étrange cristal magique. Leurs destinées est de lever la malédiction d’un petit village et de repousser toutes sortes de créatures de l’ombre par la même occasion. Le scénario n’a donc rien de bien original mais on s’attache vite aux petits personnages.

Dès le début, on se heurte à une difficulté assez corsée. En effet, si on n’y prend pas garde, on peut aligner très régulièrement les Game Over avant qu’on ait eu le temps de dire ouf. Le gameplay n’est pas compliqué en soi puisqu’il s’agit du traditionnel combat au tour par tour. Sauf que là, il y a en plus une petite subtilité non négligeable. On ne choisit pas la cible à attaquer, ce qui compliquera très vite l’aventure. Même si on donne l’ordre aux guerriers d’attaquer, d’employer de la magie ou se défendre, une fois lancé, ils n’en feront qu’à leur tête et choisiront eux-mêmes le monstre à vaincre. Au début, ce système de combat pourrait dérouter mais une fois qu’on s’y habitue, ça ira beaucoup mieux.

Les monstres à occire possèdent chacun une faiblesse qui lui est propre. Du coup, si on l’attaque avec un élément inadapté, on risque de s’en mordre très vite les doigts. En effet, sans la bonne protection ni les armes adéquates, la petite équipe de guerriers sombre dans rapidement dans le néant.

Une bonne stratégie est donc fortement recommandée si on veut finir le jeu sereinement. Force est de constater que ce ne sera pas une mince affaire. Loin de là même. Même si on a la possibilité de faire des haltes régulières dans différents villages, histoire de se reposer ou se ravitailler en armes et potions de soins, ce ne sera pas toujours évident de remporter la victoire face à certains monstres. Ne parlons même pas des boss de fin de niveau qui pourront occire l’équipe entière en une seule frappe. Pour en venir à bout, on n’a pas d’autres choix que d’affronter des tas de monstres, rencontrés de façon aléatoire sur le terrain, afin de grimper de niveau.

Outre cet aspect somme toute assez banale du jeu, on a également un système de récolte de gemmes assez intéressant. En effet, une fois vaincus, certains monstres peuvent lâcher des pierres précieuses. Ces gemmes sont très importantes et on peut même affirmer qu’il s’agit là de la pièce maîtresse du jeu. Il y en a de plusieurs sortes et ce sera au joueur de décider s’il veut les vendre afin d’acheter des armes ou s’en servir pour améliorer les jobs comme chevalier ou mage noir par exemple. A chaque fois qu’on vaincra des boss, le cristal fera sa petite apparition afin d’octroyer de nouvelles classes à notre équipe de guerriers de la lumière.

Sachez que chaque petit guerrier ne possède qu’une quinzaine de cases disponibles en guise d’inventaire. A première vue, on pourrait penser que c’est beaucoup mais sur le terrain, on se rendra vite compte que c’est très limité. Les 4 guerriers seront donc amenés à s’échanger régulièrement des items ou alors les ranger dans les différents points de stockage des villages. Comme on le disait au début du test, ce jeu est uniquement en anglais, ce qui est préjudiciable pour bon nombre de joueurs. En effet, on sera parfois amené à parler à un personnage en particulier dans un village afin d’avancer dans l’aventure. Sinon, il est fort à parier qu’on tournera en rond durant de longs moments sans savoir quoi faire pour débloquer la situation.

Pour ce qui est des graphismes, on est clairement sur un design plein de charme qui n’est pas sans rappeler Bravely Default et Second. Rien de surprenant puisqu’il s’agirait d’une sorte de préquelle aux deux jeux précédemment cités. Du côté de la bande sonore, les mélodies sont enchanteresses à souhaits. Enfin, sachez que The 4 Heroes Of Light vous tiendra en haleine durant une bonne cinquantaine d’heures et davantage si vous décidez de visiter les donjons optionnels. Il y a donc de quoi faire avec ce petit RPG des plus plaisants.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire