L’Aventure Layton : Katrielle et la conspiration des millionnaires – Le test

 De nos jours, lorsque l’on parle des licences de Level-5, la série Professeur Layton devient certainement un des sujets de discussion. Une série de jeu d’aventure/exploration, puzzles et enquêtes qui a vu le jour sur Nintendo DS et qui est depuis toujours resté très proche des consoles portables de Nintendo. Le dernier gros opus de la série est disponible depuis 2013 sur Nintendo 3DS avec la promesse que cette aventure sera la dernière ayant pour protagoniste principal le Professeur Hershel Layton. C’est 4 ans après cette ultime aventure et un peu comme pour célébrer les 10 ans de la série que Level-5 annonce et sort L’aventure Layton : Katrielle et la Conspiration des Millionnaires. Une sorte de nouveau départ pour la série, avec un nouveau protagoniste Katrielle Layton qui porte le lourd fardeau d’honorer ce que lui aura légué son père via 6 grandes aventures inscrites profondément dans la mémoire de million de joueurs. Disponible mondialement depuis le 20 Juillet sur IOS et Android, L’Aventure Layton débarque enfin sur nos 3DS occidentales.

Une nouvelle formule qui peine à convaincre

Commençons par évoquer l’intrigue du jeu, nous en mettrons le moins possible en lumière afin de laisser les fans qui n’ont toujours pas touché à cet opus découvrir par eux-mêmes cette nouvelle histoire. Katrielle Layton, la fille du Professeur Hershel Layton, vient d’ouvrir son agence de détective à Londres et compte bien suivre les traces de son père disparu, tout en s’occupant d’affaires courantes. Outre le fait que l’on semble lui accorder bien plus de crédit qu’il n’en faut pour une nouvelle détective, ce nouvelle opus vous propose 12 Grosses Affaires à résoudre dans cette nouvelle aventure à travers des lieux bien connus de Londres allant du Palais de Westminster au Tower Bridge… 12 « Grosse Affaires » avec de gros guillemets. Au final, la plupart des affaires sonnent comme un gros prologue avec présentation de l’entourage de Katrielle avant de commencer le véritable récit des épopées de la nouvelle Katrielle Layton dans de probables futurs jeux à venir. Pour vous dire, on ne comprend le sous-titre du jeu qu’à la dernière affaire de cet opus. Exit le seul gros mystère du jeu qui vous tient en haleine pendant une bonne vingtaine d’heures avec tous ces moments épiques et tous ces rebondissements possibles voire inimaginables. Place à 12 affaires plus ou moins tordues allant du passionnant, sympathique jusqu’à l’affaire du chat disparu dans la nature dont on se tape vraiment. Reste que le tout est souvent très drôle mais on aurait préféré un peu plus de mélodrame épique digne des derniers Layton que de cette compilation de petits sketches. Le passif de la série montre que le studio est capable de mieux et l’on est ainsi près à accorder une seconde chance à Lady Layton de nous convaincre à l’avenir. Attention, on ne dit pas que ce nouveau schéma de progression est un défaut. On parle de la qualité d’écriture de l’histoire. Le schéma en lui-même n’est pas mauvais et il est même bien pensé pour les joueurs qui comptent y jouer partout dans leur vie de tous les jours et pas simplement dans leur lit avec leur console branchée au mur. Seulement, les développeurs ont certainement le potentiel de nous raconter 12 affaires bien plus passionnantes et mieux pensées tout en gardant, pourquoi pas, un certain humour propre à la série.

Des personnages hauts en couleurs

Nouveau départ, nouveau casting. Commençons justement par parler de l’héroïne, Katrielle Layton, une lady qui n’aura pas forcément gardé le sérieux de son père. C’est une jeune femme qui sait ce qu’elle veut et son talent en résolution d’affaires n’aura d’égal que sa passion pour la bouffe. Une héroïne très attachante et très drôle dont on reprochera, peut être, juste le fait qu’elle soit « nouvelle » dans le métier mais que tous semble déjà faire appel à elle pour résoudre des affaires, même Scotland Yard. Certes, le nom du Professeur Layton ne semble pas inconnu des différents personnages du jeu, mais cela reste léger comme justification. On se contentera de penser que cela fait partie de l’humour du jeu. Katrielle fera, dès le début du jeu, la rencontre d’un chien amnésique qui parle et le nommera Sherl. Malgré les apparences, il a un don pour sortir les bonnes répliques au bon moment. A la différence de Katrielle, qui semble résoudre les affaires en se fiant seulement à son instinct et en clamant que la réalité est encore plus surprenante que la fiction, Sherl semble aborder les choses de manière plus rationnelle… Du moins en apparence, car au final, lorsqu’on laisse l’animal dirigé une enquête, ses raisonnements ont plus l’image de gags et d’hypothèses un peu tirés par les cheveux. Il est possible que Katrielle ait une mauvaise influence sur l’animal, mais peu importe, la formule fonctionne et Sherl devient tout aussi attachant et drôle que son amie. On avouera même que le duo Sherl et Katrielle aurait pu se suffire à lui-même sans la présence de l’assistant de l’héroïne, Oliver Marchence. Vous remarquerez peut être déjà avec ce seul nom le travail effectué sur les noms des personnages. Beaucoup de jeux de mots très plaisants à décrypter. Pour en revenir à Oliver, c’est un jeune homme, grand fan de Katrielle. Son amour pour l’héroïne et sa malchance dans ses tentatives d’entrer dans le cœur de celle-ci ne fait qu’inspirer les répliques bien moqueuses de Sherl. Toutefois, on avouera qu’Oliver ne sera pas forcément un personnage au gout de tout le monde et qu’il peut même devenir aussi transparent à nos yeux qu’il ne l’est pour Katrielle. Voilà ce que l’on pourra dire des personnages « jouables » du jeu. Outre notre groupe de héros, on se retrouve souvent face à l’inspecteur Musot. Il faut bien de la nouveauté du côté de la police n’est-ce pas ? D’ailleurs, cela nous amène à parler du personnage d’Emilia Perfetti. C’est une profileuse de Scotland Yard, pleine d’expérience et qui sera toujours amenée à rentrer en rivalité avec Katrielle. Elle lui reprochera toujours son manque de professionnalisme et de raisonner avec beaucoup trop de légèreté. Pour le coup, c’est Emilia qui a véritablement les pieds sur terre en termes de raisonnement. Sa relation avec Katrielle en fait un personnage très pertinent et drôle à sa façon, sans parler de ses quelques lignes et répliques aux sonorités italiennes. Au final, Emilia est un personnage dont on espère qu’elle accompagnera durablement la nouvelle branche de la série Layton commencée par Katrielle. Pour le reste, beaucoup de personnages aux personnalités diverses et travaillées. Un peu de fan service avec le bref retour de quelques personnages de la série Layton. Au-delà de la série Layton, Level-5 s’est permit quelques clins d’œil à ses propres séries, que ce soit Inazuma Eleven ou Yokai Watch et même au-delà de cela avec des parodies d’œuvres du cinéma dont on taira le nom pour vous laisser découvrir et constater par vous-même. Chaque fin d’enquête vous donne accès à une petite ellipse via la section « En coulisse » afin d’en apprendre plus sur certains éléments totalement anodins des affaires que vous résolvez. Juste des lignes de textes en plus, pas d’énigme, bien dommage…

Une mécanique bien huilée

Vous êtes un habitué ? Alors le gameplay vous sera familier à tout bout de champ. Si ce n’est que vous avez cette fois-ci, comme nous le mentionnons, 12 « grosses affaires » divisées en 6 gros indices. Lorsque vous assemblez ces 6 indices vous pouvez lancer la résolution de l’affaire. Pour le reste c’est des énigmes à la pelle, interrogatoire de PNJ et exploration de nombreux lieux à la recherche, justement, des fameux indices à la résolution d’enquête. Voilà, avec ces quelques lignes, les fans retrouveront déjà toutes leurs marques et se plaindront, ou non, du manque de nouveauté de gameplay. Si vous voulez de la nouveauté… On peut éventuellement vous dire que les récompenses des énigmes seront aussi des coupons à dépenser dans de nouveaux éléments qui vous permettront de décorer votre bureau de Detective, ou que vous gagnerez peut être des pièces spéciales à dépenser dans les vêtements de l’héroïne. Des petits éléments de personnalisation sympathiques mais sans plus. Dans le cas où Katrielle Layton vous aura attiré sur le jeu de par son charme naturel et que vous ne connaissez rien à la série en question, il convient de vous donner un poil plus de détails. Comme les précédents jeux, L’Aventure Layton est jouable 100% Tactile. L’écran supérieur de la 3DS affichera les décors, les dialogues et les cinématiques du jeu. Contrairement à la version mobile, vous ne balayez pas directement les décors mais les différentes interactions se feront via l’écran inferieur tactile de la 3DS. Mais pas d’inquiétude vous ne perdez rien en immersion ou en qualité d’expérience. Lorsque l’on explore les différents décors du jeu, il est de coutume de toucher un peu tout ce qui se présente devant soi à la recherche d’indices mais aussi de pièce SOS. Ce sont des pièces du jeu qui vous permettront d’acheter des indices sur une énigme du jeu, des fois que vous n’arriviez pas à trouver de réponse par vous-même. Les fans diront que cet opus est un peu trop rempli de pièces SOS, un défaut peut être pour les fans en quête de difficulté mais une bonne chose pour les éventuels nouveaux qui caleront potentiellement devant l’une des 170 énigmes du jeu.  On avouera tout de même que beaucoup d’indices ne sont pas pertinents, non pas faute de traduction mais simplement que l’indice semble n’apparaitre que comme une ligne de texte en plus, sans importance. Les fans trouveront peut-être qu’il y a cette fois-ci beaucoup d’énigmes basées sur la logique et ils n’ont peut-être pas tort. On ne pourra pas vous dire quelles énigmes parmi les 170 sont concernées mais beaucoup vous feront potentiellement cogiter plusieurs minutes alors que la réponse est simplement 0. Il faudra donc surtout faire attention à chaque ligne de l’énoncé des énigmes et parfois vraiment prendre le tout au pied de la lettre. Outre les énigmes et la recherche de pièces SOS, les enquêtes vous amènent également à changer de décors via le vélo de Katrielle. Mais au-delà de ces changements de décors rien de bien nouveau. On recommence comme le précédent décor exploré. On touche partout à la recherche d’indices et de pièces SOS. Parfois on touche un élément du décor et une énigme se présente à nous, que l’on se doit de résoudre. Puis quand ce n’est pas le décor, c’est un PNJ du jeu qui lorsque nous lui parlons, nous propose une énigme à résoudre. Il peut également s’agir d’une énigme à résoudre dans le cadre de la progression de l’affaire en cours. La série gagnerait peut être quelque chose en optant par exemple, comme la série Ace Attorney, pour une exploration des environnements tout en 3D à 360° et pas juste un simple décor sur un seul plan. Ce n’est ici qu’une simple suggestion et interrogation de notre part. Cela est peut-être déjà en réflexion pour la suite de la série au sein du studio Level-5. Au-delà de cela et si les énigmes vous plaisent, vous n’aurez pas forcément accès à toutes les énigmes du jeu en un run. Il est possible de rejouer une affaire résolue afin de chercher les énigmes que vous auriez manquées. Pas d’inquiétude, le jeu n’est pas sadique au point de vous faire reprendre une affaire à zéro. Vous reprendrez juste avant la résolution de celle-ci par Katrielle et, lors du second run d’une affaire, vous aurez cette fois-ci un indicateur du nombre d’énigmes et de pièces SOS de chaque décor. Vous pourrez ainsi savoir où aller et où toucher afin de compléter rapidement le jeu à 100%. Pour ceux qui veulent simplement rejouer des énigmes, pas d’inquiétude non plus. Chaque énigme que vous résolvez est accessible via un menu du jeu. Peut-être qu’une énigme vous aura surpris et vous aura beaucoup plu, il n’y a rien de mal à la reprendre et à la présenter pourquoi pas à un membre de votre famille ou à vos amis, puis voir comment eux s’y prennent pour la résoudre, tandis que vous les narguerez de votre petit sourire au coin de la bouche. Et si vous êtes un grand amoureux des énigmes Layton sachez que 365 énigmes supplémentaires sont téléchargeables gratuitement. De quoi vous réjouir donc.

Trois nouveaux mini-jeux

A défaut de nouveauté marquante de gameplay, L’Aventure Layton nous présentera tout de même 3 nouveaux mini-jeux plus ou moins pertinents qui se débloqueront au fil de votre progression. D’ailleurs, plus vous avancerez dans l’histoire et plus ces mêmes mini-jeux se compléteront d’eux-même avec de nouveaux niveaux à faire. Nous avons tout d’abord le menu parfait, le mini-jeu le plus intéressant. Vous devez élaborer le menu parfait afin de satisfaire chaque exigence de vos clients. Il faut servir une entrée, une soupe, un plat principal et un dessert. On a la possibilité d’interroger les amis et les collègues des clients afin d’avoir quelques indices sur leurs préférences. Il existe trois résultats possibles : échec retentissant, plat comestible ou menu parfait. C’est vraiment sympa à deviner en menant notre propre enquête. Le deuxième, Katalogue, consiste à trouver l’emplacement idéal de vos objets afin de pousser vos clients à acheter ce que vous voulez leur vendre. Chaque client prendra le trajet le plus court, le but est donc d’entraîner les clients le long des allées de votre choix afin qu’ils achètent tous les objets. C’est le genre de petit jeu à faire pour passer le temps. Enfin, le Chien errant a pour but de déplacer des blocs vers le haut ou vers le bas afin de sauver Sherl de la fourrière. Il faut donc guider Sherl jusqu’à la sortie avec un nombre limité de déplacements à chaque niveau. Des blocs colorés vont ensuite venir compliquer la tâche et il faudra les déplacer. Il est drôle de voir que Level-5 nous propose toujours un mini-jeu de la sorte. Quoiqu’il en soit ce n’est pas très original mais il y a de quoi réfléchir une fois de plus à chacun de nos mouvements, ce qui rend le mini-jeu sympathique. Bref, un petit instant détente agréable en plein milieu d’une affaire.

Réalisation impeccable

Il faut bien faut bien avouer que techniquement l’Aventure Layton est superbe. La version 3DS ne propose peut être pas de « HD » mais pour un jeu au design très anime japonais comme Layton on ne voit pas la différence, les environnements sont toujours très colorés et détaillés. On peut tout de même relever d’autres petites déceptions, comme la musique qui reprendra certains thèmes connus et de nouveaux, ce qui est toujours un plaisir pour les oreilles, mais pas beaucoup de morceaux et surtout moins marquants. D’ailleurs à ce niveau, les fans d’œuvres japonaises seront déçus par l’opening d’intro du jeu en Europe. Le son du violon est très joli mais n’aura pas fait illusion très longtemps avec nous. On a très bien entendu que les paroles de la chanson « Girls » par Kana Nishino ont été remplacé par ce très joli violon. Pas une grosse perte en soit, vous pourrez chercher à écouter l’introduction de la version japonaise si vous êtes curieux de la chanson. Le doublage des personnages est en français et se révèle très correct. Pas de soucis à ce niveau-là, si ce n’est pour les fans pointilleux comme nous qui cherchons toujours l’option du « dual audio » mais peu importe cela ne concernera qu’un très faible pourcentage de joueurs. Pareil pour les cinématiques trop courtes, on en redemande tellement elles sont superbement réalisées. En termes de durée de vie on reste dans les standards d’un Layton, une vingtaine d’heures pour terminer l’aventure et bien plus pour le 100% et les énigmes quotidiennes. Il est temps que l’on pousse notre coup de gueule contre certains joueurs qui sont ou seront abasourdis par le prix du jeu sur mobile, 17,99€ et celui de 40€ en boîte et sur l’eShop 3DS. Level-5 s’est simplement adapté au support mobile en proposant un prix bien inférieur et des achats in-app secondaires. Donc que voulez-vous de plus ? Un free-to-play ou l’on paye pour chaque affaire ? On sait que le support mobile a une politique de prix bien différente mais ici on vous propose un jeu avec une certaine durée de vie et bien plus travaillé. La vraie question étant quelle version choisir, mobile ou 3DS ? Et bien tout d’abord sachez que c’est le même jeu de A à Z. L’avantage du mobile sera le prix, moitié moins cher et en HD ! L’inconvénient de ce support mobile sera l’absence de boîte, la présence d’énigmes et costumes payants. La version 3DS est quant à elle bientôt de sortie, incluant directement les énigmes et costumes proposés payants sur mobile. Il faudra simplement les débloquer dans le jeu.

Laisser un commentaire