Super Mario Odyssey (Nintendo Switch) – Le test

 2017, quelle année. La sortie d’une nouvelle console au concept inédit, propulsée par un The Legend of Zelda : Breath of the Wild incroyable. Toujours dans cette même année, un nouveau Mario en 3D très ambitieux qui débarque également sur Nintendo Switch. Après avoir atteint très souvent l’excellence durant de nombreuses années, avec des épisodes qui ont marqué plusieurs générations, notre héros moustachu revient pour empêcher un mariage dans Super Mario Odyssey. Embarquez avec nous dans un voyage étonnant !

Mariage forcé

Le Pays des Chapeaux, une ambiance particulière

Après tant d’années à kidnapper Peach, Bowser n’a pas changé ses habitudes mais il passe à la vitesse supérieure. Cette fois-ci, il va organiser un mariage forcé avec la princesse. Notre héros moustachu se lance ainsi dans une course autour du globe avec un nouvel ami, son couvre-chef ! En effet, il pourra compter sur Cappy, un chapeau dont la sœur a également été enlevée, pour ainsi sauver les demoiselles en détresse. Histoire très classique certes mais qui ne manquera pas d’humour. L’aventure débute ainsi, vous proposant un mode classique et un mode assisté avec une jauge de cœur plus importante qui se remplira automatiquement quand vous serez immobile, des flèches au sol qui indiquent le chemin à suivre et un retour immédiat dans le jeu si vous chutez. Un mode pour les débutants qui n’ont jamais fait de jeu Mario en 3D, pour les autres, inutile de s’appuyer là-dessus. On démarre ainsi par le Pays des Chapeaux, le pays de Cappy. Un niveau qui fera office d’introduction aux bases du gameplay avec une direction artistique très réussie en noir et blanc, de la brume, faisant penser à une œuvre de Tim Burton. On s’initie ainsi aux mécaniques de bases : sauter, lancer son chapeau sur divers éléments de décors et la chapimorhose, le fameux lancer de chapeau qui permet de prendre le contrôle d’un ennemi ou objet.

Chapimorphoser ses ennemis

La chapimorphose est immédiate !

On ne va pas tourner autour du pot, Super Mario Odyssey parvient à renouveler son gameplay et c’est un énorme plaisir manette en mains. En effet, cela tourne principalement autour du lancer de chapeau qui permettra d’attaquer des ennemis ou détruire certains éléments de décors mais surtout de prendre le contrôle d’un ou plusieurs Gombas, de Chomp, d’un T-Rex, d’une grenouille et dans la catégorie des objets un taxi ou encore un tank. Il en existe encore tant d’autres mais comme ce sont de nouveaux objets, amis ou ennemis dans la série, la découverte est primordiale. Mention spéciale aux jumelles, lorsque Mario se chapimorphose avec, on peut avoir une vue d’ensemble de toute la carte, très pratique et bien fait. L’idée de chapimorphoser presque tout est simplement brillante lorsque l’on découvre comment Nintendo a adapté le level-design et le game-design des niveaux. Certaines énigmes, lunes, zones secrètes ou encore boss ne seront possibles que par le biais de ces transformations. Mais ce n’est pas tout puisque la prise en main est totalement différente d’un poisson Cheep Cheep à un des frères Marto, parfois simple à contrôler et d’autres bien moins évident à maîtriser. Le chapeau permet également divers lancers hormis la chapimorphose comme le lancer vers le haut, vers le bas, circulaire, maintenu, le saut en s’aidant du couvre-chef ou encore la possibilité d’autoguider son lancer lors d’une mauvaise trajectoire. Combinez cela avec les nombreuses actions possibles de Mario : saut en longueur, roulade, charge au sol, plongeon, triple saut, roue, tournoiement ou même salto arrière et vous obtenez un gameplay délicieux. Tout fonctionne parfaitement et la magie opère immédiatement. Comme annoncé récemment par le producteur du jeu, le Game Over c’est fini, du moins dans Super Mario Odyssey. Honnêtement c’est bien mieux ainsi puisque lorsque l’on tombe dans le vide par exemple, on perd 10 pièces et le jeu nous repositionne au dernier point de sauvegarde automatique. Inutile de refaire tout le niveau, ce qui n’est aucunement frustrant même en enchaînant les morts.

Un voyage aux quatre coins du monde

New Donk City : une ville animée !

Le Pays des Chapeaux est vraiment unique mais l’aventure débute réellement lorsque votre vaisseau, l’Odyssée, aura suffisamment d’énergie. En effet, votre objectif sera de collecter un maximum de lunes à travers les différents mondes pour pouvoir progresser. On ne vous spoilera pas les nouveaux mondes que Nintendo n’a pas communiqué et on n’évoquera pas non plus le nombre de mondes. Encore une fois, la découverte est tellement importante pour apprécier le jeu que nous nous en tiendrons aux choses déjà annoncées et présentées. Attendez-vous à plusieurs claques : le Pays des Sables est tout simplement magnifique visuellement et assez ouvert, difficile d’évaluer la taille de chacun des mondes mais vous pouvez être rassuré tout de suite, il y a énormément de chose à faire. New Donk City, le fameux environnement critiqué d’un côté par la presse pour son aliazing et sa direction artistique « hideuse » selon certains et d’un autre par quelques joueurs (dont moi-même) trouvant plus un côté Sonic qui ne va pas à Mario et son univers. Au final, c’est l’un des meilleurs mondes. Alors oui il y a de l’aliazing sur les bâtiments et quelques ralentissements par moment mais une fois que l’on a dit ça, tout le reste est génial. Votre première arrivée dans la ville se faisant de nuit et sous la pluie, vous allez déjà voir que c’est magnifique, puis de jour vous allez prendre part à diverses activités et en termes d’ambiance c’est très réussi. On y retrouve la fameuse chanson « Jump Up, Super Star » et puis rien que le fait de jongler entre les bâtiments s’avère très plaisant. Enfin, deux autres très belles surprises avec le Pays de la Cuisine dont la direction artistique colorée est vraiment propre à Nintendo ou encore le Pays de la Mer qui fait fortement penser à Super Mario Sunshine mais il est relativement différent. On retrouve d’autres mondes que ce soit en forêt, en hiver sous la neige et bien d’autres mais on vous laisse le plaisir de la découverte. Difficile de se perdre dans le jeu, la carte qui vous accompagne vous permettra de découvrir les lieux les plus importants, de vous téléporter entre les différents drapeaux de sauvegardes et elle évoluera assez souvent. Le titre multiplie les hommages au premier jeu Mario Bros avec les fameux niveaux 8-bit en 2D. Là encore, Nintendo n’a pas fait les choses à moitié avec de nombreux niveaux reprenant des mélodies rétro, le gameplay que l’on connait et de nombreux secrets. Le fait de passer d’un plan 2D et rebasculer en 3D est vraiment saisissant.

Une foule d’activités

Des courses avec les Koopas dans chaque monde

Dans Super Mario Odyssey, les lunes seront un peu comme les noix Korogu dans The Legend of Zelda : Breath of the Wild. Il y en a en moyenne entre 50 et 80 voir plus dans les mondes mais on ignore encore le total. Pour avoir passé le cap des 500 lunes à l’heure on l’on écrit ces lignes, on peut dire que vous allez devoir fouiller de fond en comble toutes les zones. Si une chose attire votre regard, il y a de très forte chance de gagner une lune en s’y rendant. L’un des gros point fort du jeu étant que les niveaux évoluent en fonction de votre avancée, votre premier passage ne vous dévoilera pas tout, d’autres lunes et activités se débloqueront progressivement, vous allez donc revenir dans chaque monde très fréquemment. Il faut savoir que d’une manière générale les lunes sont plus ou moins bien cachées, sur la dernière ligne droite du jeu cela se corsera davantage. Il existe différentes façons d’en obtenir : en remportant des combats, en participant à des défis, en trouvant des zones secrètes ou en interagissant avec un élément brillant sur le sol. C’est assez rare mais il faut le souligner, par moment on a quand même l’impression que Nintendo a fait du remplissage, lorsqu’il en résulte de trouver des PNJ spécifiques dans chacun des mondes pourquoi pas mais quand on voit que l’on peut acheter des lunes en quantité dans les boutiques, c’est un poil trop. Notre arrivée dans chacun des mondes ne se contente pas à de la simple recherche de lunes rassurez-vous. Dans la quête principale, vous retrouverez les nouveaux sbires de Bowser qui viennent mettre le bazar ainsi qu’un boss propre à chaque monde. Il faudra le vaincre pour venir en aide aux habitants et rétablir le calme. L’une des forces du titre réside également dans le côté immédiat des activités, aucun retour à la carte ni cinématiques, on enchaîne la collecte d’étoile, la résolution d’énigmes ou encore les mini-jeux sans être gêné par des temps de chargement. Vous n’allez pas vous ennuyer, plusieurs mini-jeux proposeront des classements en ligne comme les courses aux côtés des Koopas, une partie de Beach Volley au Pays de la Mer ou encore une partie de corde à sauter dans New Donk City. Sans oublier les requêtes particulières des PNJ comme regrouper un troupeau de moutons, les mini-jeux cachés, les énigmes disséminées un peu partout, les personnages spéciaux à trouver, les portes secrètes aboutissant à d’autres niveaux bonus, tout est vivant.

Mario, expert en mode

Un large choix de costumes !

Chaque monde dispose de ses propres boutiques qui n’accepteront que la monnaie du pays. Il faudra dénicher les pièces spéciales dans le monde en question pour avoir accès à des tenues précises et des souvenirs pour votre vaisseau, il y a également des boutiques classiques qui échangeront des bonus et vêtements contre des pièces. Parlons justement de la garde-robe de notre plombier qui disposera tout au long de l’aventure de tenue spéciales en lien avec le thème du monde. Un costume de gentleman, de cow-bow, de cuisinier, le fameux maillot de bain et des dizaines d’autres seront à débloquer. Mais qu’apportent-t-ils réellement ? Et bien tout d’abord cela rendra votre voyage plus cohérent et agréable avec un héros qui s’intègre parfaitement à son environnement. Mais surtout cela permettra d’accéder à certaines zones spéciales ou niveaux bonus pour glaner quelques lunes supplémentaires. Un petit mot sur les amiibos même si nous n’avons pas testé les trois figurines spéciales de Mario, Peach et Bowser en tenue de mariage, ils débloqueront des bonus. Mario deviendra invincible temporairement, Peach vous apportera un cœur de soin et Bowser dévoile l’emplacement des pièces locales. Ajoutez à cela une tenue de mariage des personnages en question pour Mario. On a tout de même pu essayer les autres amiibos qui sont majoritairement compatibles. En les scannant, il faudra attendre cinq minutes, un indice sur la position d’une lune sera dévoilé. N’oublions pas le Mode Photo qui renforce encore plus le côté aventure de cet opus et il est vraiment bien intégré. Outre la possibilité de modifier le format de l’image pour s’adapter aussi bien sur ordinateur que mobile, vous pouvez également mettre sur pause à tout moment, bouger la caméra comme bon vous semble et ajouter un filtre parmi une sélection. Quelques bonnes surprises à prévoir dans les filtres de ce mode, il y a de quoi faire de belles captures.

Une Odyssey maîtrisée de bout en bout

Une direction artistique incroyable

Nintendo maîtrise son sujet, le jeu est très joli mais l’une des premières choses qui frappe c’est la qualité des animations de Mario. Le travail réalisé est tout simplement énorme, notre héros dispose d’une palette de mouvement remarquable mais au-delà de ça, il va vous surprendre comme Zelda BOTW. En effet, vous vous souvenez tous du Link qui grelotte dans le froid ou sue en pleine chaleur, et bien Mario c’est pareil, ses animations sont excellentes, il faudra également adapter sa tenue. Techniquement, on laissera les experts de Digital Foundry trancher sur le 1080p mais une chose est sûre, le jeu est très propre sur la télévision, un peu moins en mode portable du fait du 720p mais ça reste particulièrement beau. La fluidité est là, le 60 fps c’est une certitude mais on note tout de même des chutes de framerate lorsque l’on bouge un peu trop rapidement la caméra. Il ne faut pas s’attendre à une claque graphique car Nintendo n’a pas fait de miracle mais plutôt à une direction artistique impeccable. En termes de difficulté, il n’y en a pas dans l’aventure principale et c’est l’un des petits défauts qu’on lui accordera. C’est-à-dire que Bowser, ses sbires et les boss spéciaux ne vous poseront aucun problème majeur. Ces combats sont tous sans exception originaux et variés, faisant appel à la casquette de Mario et la chapimorphose mais comme dans tous les Mario ces dernières années, trois phases et c’est fini. Si Nintendo avait mis un peu plus de rythme dans ces combats, on n’aurait pas cette sensation de simplicité tout le long du jeu. Cependant, que les fans en manque de challenge se rassure tout de suite, une fois le jeu terminé, des niveaux bonus et autres surprises vous attendent et vous aurez votre dose de plateforme ou le moindre faux pas ou perte de point de vie sera très dangereux. En ce qui concerne la bande-son, l’esprit Mario est là avec de nouvelles mélodies qui permettent d’installer une ambiance particulière comme au Pays des Chapeau ou à New Donk City. Hormis le thème « Jump Up ! Super Star » qui est super, on n’est pas dans la catégorie des Mario Galaxy, c’est-à-dire que peu de musiques sont réellement marquantes, une petite déception pour les amateurs de morceau épique. Super Mario Odyssey embarque un mode deux joueurs ou chacun prend un Joy-Con (ou autre combinaison de manettes au choix), l’un choisit Mario et l’autre Cappy, les deux joueurs jouent en coopération. C’est l’avantage de la Nintendo Switch, le côté immédiat en passant par le menu. Cela demande une très bonne entente avec votre partenaire et vous devrez rester proche l’un de l’autre, ce n’est pas fou fou. Nous n’avons pas vu de mode avec plus de deux joueurs. De base dans le jeu, vous aurez le choix entre trois configurations, une prise en main avec les Joy-Con (recommandé par Nintendo), la manette pro et en mode portable. Pour avoir fait l’intégralité de l’aventure avec la manette pro, aucun souci à avoir avec le gameplay, cela se passe à merveille mais il faudra à de rares occasions secouer votre manette. En mode portable, c’est sensiblement la même expérience mais parlons de la maniabilité avec les Joy-Con. Elle est très agréable et pour lancer Cappy, vous pouvez secouer le Joy-Con et être plus précis (ou appuyer sur Y) donc au final ce sera au bon vouloir de chacun. On a déjà évoqué la durée de vie avec les lunes mais il n’y a pas d’inquiétude à avoir. L’aventure en ligne droite jusqu’au boss final sera rapide mais vous n’aurez vu que ¼ du jeu avec un peu moins de 200 lunes pour apercevoir les crédits de fin. Ensuite, de nouveaux mondes, niveaux, activités et PNJ se débloqueront pour encore plus de lunes et je ne parle pas des surprises qui arrivent offrant une certaine rejouabilité. Et puis il serait bête d’arrêter une fois le boss final vaincu, les mondes ne sont pas très grands mais ils regorgent de secrets et même après plusieurs dizaines d’heures on découvre encore de nouvelles choses.

Voici notre première heure de jeu en vidéo :

(Attention aux spoilers, nous présentons l’intro et les trois premiers pays du jeu)

Summary
Super Mario Odyssey est un véritable voyage, pas aussi révolutionnaire que Zelda : Breath of the Wild mais il parvient à renouveler son gameplay et c’est un énorme plaisir manette en main. En effet, Chapimorphoser ses ennemis d’un simple lancer de casquette et prendre le contrôle d’un T-Rex, d’une grenouille, d’un ou plusieurs Goombas donne lieu à un gameplay spécifique à chaque fois tout en appréhendant les niveaux de diverses manières. Si tous les mondes ne se valent pas graphiquement, la direction artistique est soignée et le mode photo renforcera le côté touristique. La quête principale se terminera assez vite, soit une dizaine d’heures, le jeu s’ouvre ensuite à une foule d’activités et de niveaux bonus, la chasse aux lunes ne fait que commencer et de nouveaux mondes se débloqueront. Nintendo n’a pas oublié son histoire avec des hommages très bien réalisés des anciens opus 2D et 3D. Les musiques sont agréables et constituent une belle ambiance dans chacun des pays mais elles ne sont pas magistrales non plus. Enfin, sachez que si les boss sont assez originaux, vous ne trouverez aucune difficulté à les terrasser dans le scénario, il faudra revenir après pour accéder à un certain challenge. Ce Mario s’est totalement ouvert à de nouveaux horizons avec des environnements inédits, une jouabilité parfaite, un contenu très dense, une seule chose à dire : foncez !
9.5
Excellent
Graphisme - 9.5
Jouabilité - 10
Durée de vie - 9.5
Bande-son - 8.5
Fun - 10
Written by
22 ans - Rédacteur/Testeur sur Nintendo-Town - 3DS/Switch/One - Mes licences préférées : Animal Crossing, Layton, Zelda, Pikmin...

Have your say!

0 0

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lost Password

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.