Fear Effect Sedna (Nintendo Switch) – Le test

Série apparue à l’époque de la PSX pour tenter de concurrencer la série naissante Resident Evil, le premier opus a fortement marqué les joueurs Français avec une histoire prenante. Un an après, la suite est arrivée mais malheureusement le troisième opus, pourtant assez avancé, a été finalement annulé. 

Mais Square-Enix, il y a quelques années, a repris les choses en main et a recontacté les créateurs de la série afin de la relancer un peu. Vient aujourd’hui Fear Effect Sedna qui est en fait la suite directe du premier opus (4 ans après pour être exact), alors que le 2 était un préquel. Il faut savoir que les développeurs, Sushee, travaillent aussi sur un remake du premier opus qui devrait arriver en fin d’année : Fear Effect Reinvented. 

Fear Effect Sedna propose un gameplay un peu différent mais surtout une vue isométrique inédite pour la série. On retrouve Anna et sa petite copine Ren, Deck ou encore un petit nouveau, un français, du nom d’Axel, qui, d’après Anna, est un aimant à merde. C’est dit. Oui, le personnage principal est lesbien, vous avez bien lu. C’est bon, on passe à autre chose ?

Nos missions nous emmèneront de Paris au Groenland pour servir une intrigue intéressante et assez bien amenée. Sans trop de spoil, on se retrouve quand même dans un univers très proche de celui des inuites, ce qui explique le nom du jeu car oui, Sedna est la divinité de la mer chez nos amis groenlandais.

La DA est aussi une belle réussite puisqu’elle actualise le tout en prenant en compte l’univers des premiers opus. Le tout sur un moteur Unity qui semble bien maitrisé. Le jeu est ponctué de nombreuses cinématiques dont celle avec Anna sortant de la douche, ce qui devrait plaire à la gente masculine de l’audience.

Malheureusement, on ne peut pas en dire autant des doublages qui sont vraiment loupés. En vrai, ça passe, mais pourquoi n’a-t-on pas bénéficié de voix françaises ? Le jeu possède des textes en français et est également développé par une boite Française, pourtant les intonations de voix sont risibles, surtout sur certains personnages. Espérons que le remake du 1 ne souffrira pas de la même problématique puisque le jeu de base était bien en VF du texte aux voix. Côté musique, cet opus Sedna ne déçoit pas et c’est du tout bon. Ca colle très bien avec l’ambiance du jeu, c’est un gros point fort de l’opus.

Passons au gameplay, on a le droit à un gros mix entre infiltration et action. Chaque personnage a une capacité spéciale et vous pouvez changer à tout moment en pressant sur les gâchettes. Il faudra donc prendre le temps de connaitre tout le monde afin de savoir qui est adapté à telle ou telle mission. Même si les gunfight sont bourrins et un peu brouillon, on peut diriger ces coéquipiers assez facilement dans le bordel organisé. La santé prendra souvent un sacré coup, mais les développeurs ont simplifié le jeu car on trouve du médikit partout. Vraiment partout, c’est lassant car le jeu en devient trop facile.

Si on parvient, malgré tout, à mourir, car les gunfights sont assez punitifs, on découvrira différentes manières de décéder lors du Game Over. Petite référence aux premier opus une fois de plus. Les énigmes qui nous barrent la route sont assez simples même si les indices sont parfois trop bien cachés et on perd quelques minutes à revenir en arrière afin de trouver le bout de mur qu’on a loupé. Rigolo au début, rageant au bout d’une heure.

Deux autres systèmes de jeux sortent du lot. Le système de peur, symbolisé par un électrocardiogramme visible à l’écran,  est assez bien fait. Quand la peur est a son comble, vos dégâts sont augmentés mais aussi ceux que vous infligerez. La pause active, par contre, est un mécanisme de jeu un peu loupé. Il s’agit de la capacité de stopper le temps pour donner un ordre précis à chaque personnage de l’équipe. Inutile, on a fait le jeu entier sans jamais l’activer. Il est même à l’encontre du rythme du jeu dicté par le gameplay qui est en temps réel. Côté durée de vie, on sera à environ 10 heures de jeux.

Conclusion
Bon retour de la série Fear Effect, même si on pestera sur quelques points, on retrouve avec plaisir cet univers particulier qui a fait le charme de la licence sur PSX. On attendra quand même avec plus d'intentions le remake du 1, prévu pour la fin d'année.
Points positifs
  • Le retour de la série et son arrivée sur console Nintendo
  • Les musiques
  • Les énigmes bien pensées
  • Un Fear Effect en mode portable
  • Les cinématiques
Points négatifs
  • Trop facile
  • Assez brouillon au niveau combat
  • Les doublages loupés
  • Un beau bébé : 7479Mo sur le disque dur…
7.2
Bon
Etienne Masson
Ecrit par
Webmaster à votre service ! J'aime la Pizza, Jinx, Frozen et le LOSC. AFK je suis volleyeur et ADC/Jgl.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire