The Banner Saga (Nintendo Switch) – Le test

Annoncé lors du dernier Nintendo Switch Nindies Showcase Spring 2018, Banner Saga 1 & 2 arrivent assez vite sur l’eShop de la console. En effet, avec la sortie du 3 annoncée pour le 24 juillet 2018 sur PC, Mac, Playstation 4, Xbox One et Nintendo Switch, les développeurs de la série ont rassuré et ont confirmé que les deux jeux seraient disponibles sur Nintendo Switch avant la sortie du 3. C’est désormais chose faite avec le premier épisode dont nous avons pu prendre part.

Sorti il y a maintenant plus de quatre ans, The Banner Saga a été développé par le studio Stoic composé de trois anciens développeurs de BioWare. Le titre a réussi son Kickstarter avec pas moins de 723.886$ et plus de 20.000 contributeurs. L’histoire se déroule dans un univers fantastique inspiré de la mythologie nordique. Votre voyage débute sur la route, en caravane, ou les premiers environnements neigeux apparaissent et ou le soleil s’est arrêté. Dans un contexte de plus en plus rude, les hommes doivent s’unir avec les Varl, des géants cornus autrefois créés par les Dieux. En effet, ils n’ont pas été en bons termes dans le passé mais ils sont forcés de s’entraider pour faire face à une nouvelle menace : les dredges. Ces créatures de pierre essayent d’envahir le monde et elles sont assez coriaces. Notre périple nous amènera à suivre deux groupes, celui du futur roi Ludin et de quelques Varls et celui de Rook et de sa fille Alette, à l’autre bout du continent, dans le village de Skogr. Tout ce beau monde sera amené à se recroiser mais nous essayerons de ne pas en dire plus, le scénario étant la base de The Banner Saga.

Chacune des décisions prises au cour de votre périple, de vos interactions et de vos combats ont un impact sur le déroulement de votre histoire. Il y a un rythme bien précis mis en place par le jeu afin d’articuler son histoire. Il y a beaucoup de dialogue que ce soit lors des scènes entre différents personnages, sur la route, au campement ou encore en combat. Vous aurez à chaque fois plusieurs choix de réponse possible qui pèseront sur le moral des troupes. Vous serez amené à rencontrer d’autres groupes qui demanderont de se joindre à vous. Ce sera à vous de décider de les intégrer dans vos rangs. On ne sait pas trop s’il faut leur faire confiance mais ils apportent des vivres supplémentaires et des hommes en plus pour le combat. Ou alors faire face à d’autres situations de la vie quotidienne du campement qui peuvent vite se retourner contre vous si vous prenez la mauvaise décision en tant que chef. Côté mise en scène lors des dialogues, on alterne entre les personnages dont les animations faciales sont très rares, ce qui rend le jeu un peu froid et le joueur ne fait rien d’autre que lire. Les dialogues sont rarement doublés, ce qui est plutôt dommage mais le budget du jeu ne le permettait sans doute pas. Dans l’ensemble, le scénario est très prenant mais on reste souvent passif face à certains choix et on ne connaît pas toujours les conséquences.

The Banner Saga est un tactical-RPG, les combats se déroulent au tour par tour à la manière d’un Fire Emblem. Un tutoriel se déclenchera régulièrement au début du jeu pour apprendre les mécaniques aux nouveaux joueurs. On peut déplacer ses unités sur une zone quadrillée et effectuer des actions comme attaquer, briser l’amure d’un adversaire, utiliser sa capacité spéciale, etc. Les unités contrôlables sont des guerriers humains (lancier, archers, massacreur, gardien, magnien…) et Varls (Maître Protecteur, Maître de Guerre, Rapace, etc.). Un maximum de six combattants dans votre équipe dont l’ordre a été défini au préalable par le joueur. Si les Varls sont très forts et résistants, ils prennent deux fois plus de place sur la carte tandis que les humains peuvent attaquer à distance avec les archers par exemple. Chaque personnage comporte deux jauges, l’une pour son armure, l’autre pour sa santé. Lors des combats, on peut choisir quelle partie attaquer, attaquer son bouclier et le tuer plus rapidement ou s’en prendre à sa santé pour qu’il nous inflige moins de dégât par la suite. En mode normal, pas de trop grande difficulté mais les développeurs laissent la possibilité de changer cela à tout moment.

La caravane, c’est-à-dire votre groupe, n’est pas toujours en mouvement. Plusieurs escales dans des villes, villages, forts et campements se feront. Le moment idéal pour permettre à son unité de se reposer et gagner un peu de moral supplémentaire et de la santé mais pas trop longtemps car vous consommez aussi des vivres. On peut également lors de ces moments s’entraîner et tester de nouveaux héros, faire le marché pour acheter des vivres et artéfacts, consulter les statistiques de nos héros et leur attribuer des objets et augmenter leurs niveaux. Un homme ou Varl vaincu en combat n’est pas forcément mort mais peut-être blessé et demandera un certain nombre de jour de récupération. Le système de jeu est assez bien pensé, il faudra tuer un certain nombre d’ennemis pour voir votre personnage gagner un rang supplémentaire. L’unité dispose de points de renommée acquis en combat à dépenser pour améliorer les statistiques et les talents et donc augmenter les rangs de vos héros. Quoiqu’il en soit, si le début du jeu est un peu rude de par ses dialogues très prononcés, on prend vite part à cette aventure souvent cruelle ou la gestion des ressources humaines et matérielles est capitale.

Cette aventure nous fera donc voyager au travers de paysages glacés et le moins que l’on puisse dire, c’est que le titre est magnifique. Cela grouille de petit détail, The Banner Saga est fortement inspiré du style des dessins animés traditionnels et en particulier par l’artiste Eyvind Earle ayant officié chez Disney sur plusieurs films. Pour un jeu sorti il y a quelques années déjà, il reste encore aujourd’hui de très haute volée. Si l’on évoquait trop peu d’animations sur les personnages lors des dialogues, l’effort mérite d’être souligné même en combat où c’est déjà plus attrayant. Côté bande-son, c’est le compositeur Austin Wintory, nominé aux Grammy Awards qui a composé les morceaux. Bien qu’elle soit tout à fait cohérente avec l’univers, la musique reste trop en retrait. Comptez une dizaine d’heures pour en voir le bout et trois niveaux de difficulté modulables à tout moment. Une certaine rejouabilité si vous souhaitez faire des choix différents et sauver certains personnages, ce que s’avère être assez intéressant dans ce genre de jeu. Le rapport qualité/prix est correct, seulement trois personnes derrière ce projet et vous bénéficierez d’un jeu avec une très bonne réalisation.

Conclusion
The Banner Saga est un titre tout à fait charmant mêlant choix difficiles, combats tactiques et scénario profond. Si l’univers des Vikings ne vous laisse pas indifférent, vous allez apprécier la beauté des environnements bourrés de détails, les personnages charismatiques, l’ambiance globale froide mais le titre ne pourra pas plaire à tout le monde. Son histoire est assez prononcée et les dialogues un peu raides sans doublage. C’est une aventure assez linéaire, on avance de ville en ville, on grossit nos rangs, on combat, on discute mais cela vaut clairement le détour tant la réalisation est de haute volée. On reste malheureusement sur notre faim et nous allons donc chercher des réponses dans le second opus. Tous ne survivront pas, mais le souvenir de chacun perdurera.
Points positifs
  • Des combats tactiques
  • Graphiquement somptueux
  • Les choix à prendre sont difficiles
  • Sous-titré en français
Points négatifs
  • Peu d’animation dans les dialogues
  • To be continued
  • Très peu de doublage
8
Génial
Scénario - 8.5
Graphismes - 9.5
Gameplay - 8
Bande-son / Doublage - 6
Ecrit par
22 ans - Rédacteur/Testeur sur Nintendo-Town - 3DS/Switch/One - Mes licences préférées : Animal Crossing, Layton, Zelda, Pikmin...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lost Password

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.