Taiko no Tatsujin Nintendo Switch Version! (Nintendo Switch) – Le test import

Les jeux de rythme sont nombreux et tentent toujours de se démarquer de leurs rivaux avec des gameplays originaux ou sous-exploités. Mais il existe une franchise dont la recette inchangée fonctionne encore et toujours depuis 2001 : Taiko no Tatsujin ! Un nouvel opus pointe le bout de nez sur Nintendo Switch et nous nous sommes empressés de le tester pour vous !

Après une démo sur l’e-shop Japonais qui a réveillé des passions enfouies, nous avons eu l’occasion de récupérer une version physique japonaise du jeu pour pouvoir pousser un peu plus loin son contenu et son gameplay. Si vous ne connaissez pas Taiko no Tatsujin, il s’agit initialement d’un jeu d’arcade édité par Namco. Le but est de frapper des notes en rythme sur un tambour. Sorti par la suite sur consoles, il est possible également d’y jouer à la manette ou encore avec des mouvements directs grâce aux Wiimotes sur Wii et Wii U mais aussi, bien évidemment, avec son accessoire phare : le fameux tambour qui se branche en USB sur les consoles.

De l’arcade purement et simplement

   Tout d’abord, malgré le fait que le jeu n’ait pas été traduit en anglais avant ce mercredi 8 août 2018, la prise en main et la clarté des menus a rendu possible d’explorer tout le contenu offert par le jeu sans grande difficulté. Les contrôles sont simples et intuitifs et vous permettent de jouer très rapidement après avoir lancé le jeu. On notera cependant un temps de lancement du jeu assez long avant de pouvoir accéder au menu principal. Mais ce n’est qu’un mal pour un bien puisqu’ensuite, le jeu ne souffre d’aucune latence ni d’aucun temps de chargement excessif une fois lancé. Seuls quelques feux d’artifices viendront agrémenter votre écran l’espace de quelques secondes pour vous faire patienter.

Le menu principal est très coloré et vous met en scène dans un festival japonais. Trois modes de jeu sont accessibles : le mode classique avec de nombreux titres en tous genres, le mode Party avec de nombreux mini-jeux et un mode sans-fil local pour jouer à plusieurs, chacun sur sa console (nécessitant une cartouche de jeu par console). Depuis le menu, vous pouvez également consulter vos records sur chaque musique et Party game, configurer le calibrage de vos manettes avec la musique et on aperçoit déjà la possibilité de récupérer de nouvelles chansons depuis l’e-shop (même si c’est encore vide pour le moment). Payant ou gratuit ? L’avenir nous le dira.

Boom Tac ! Boom Boom Tac !

Commençons par parler du mode classique : le Taiko Mode. Le gameplay est extrêmement basique en se basant sur des couleurs. Vous devez taper avec le bon tempo sur des symboles rouges ou des symboles bleus. Chaque couleur correspond à une façon de frapper le tambour. Le rouge correspond à un coup direct au milieu du tambour et le bleu à un coup décalé sur le bord du tambour. Vous obtenez deux sons distincts qui se caleront sur les notes et rythmes de chaque musique. Vous aurez ensuite les versions massives de ces symboles. Un gros symbole indique que vous devez frapper avec les deux bâtons en même temps avec la bonne couleur. Vous avez ensuite les roulements de tambour représentés par une ligne jaune continue. Vous pourrez taper autant de fois que vous le désirez et de n’importe quelle façon pendant toute la durée de la ligne jaune. Il existe également une version massive de cette ligne ou vous devrez agir de la même façon mais en tapant avec les deux bâtons en même temps à chaque fois. Enfin, pour finir, vous aurez quelquefois des ballons à gonfler et des grosses piñatas à frapper. Le principe est le même que pour les roulements de tambour, vous devrez frapper le plus vite possible afin de les éclater rapidement. La seule différence avec ces deux éléments par rapport aux roulements est que seuls les coups directs (rouges) sont pris en compte.

Tout comme la Wii avec les Wiimotes, la Switch permet de jouer avec les joy-cons en tant que de bâtons avec lesquels vous frappez un tambour virtuel. Cependant, la précision est trop peu exacte et cette façon de jouer sera plus handicapante qu’amusante. On devra donc se contenter de la manette ou de l’accessoire tambour. D’ailleurs, le tambour offre une précision quasi excellente et vous permettra de vous défouler un peu avant de vous rendre compte que vos bras ne suivent plus la cadence. L’accessoire rend le jeu beaucoup plus physique qu’il n’y paraît mais remplit parfaitement son travail d’amusement. Mais ce sera manette en main que vous pourrez profiter du jeu le plus facilement. Vous aurez la possibilité de changer la configuration des touches pour jouer avec le confort qui vous convient le mieux. On regrettera par contre qu’il n’y ait pas la possibilité de configurer soi-même l’attribution des touches. Il faudra se satisfaire des 3 options proposées.

Une pluie de contenu

Après vous avoir présenté le gameplay du mode classique, parlons de son contenu. Jouable en solo ou à deux, vous avez en premier lieu le choix entre différents personnages. Chaque personnage possède une à deux compétences particulières. Celles-ci sont variées et peuvent vous apporter un confort de gameplay différent. Les deux personnages principaux du jeu (deux tambours nommés DON et KATSU) n’ont aucune compétence et vous permettent de jouer au jeu dans son état le plus brut. Au niveau des compétences, sans toutes les lister de manière exhaustive, vous aurez quelques possibilités de bonus parmi les suivants :

  • Tous les coups frappés sont bleus et rouges (vous ne vous tromperez jamais)
  • La jauge de réussite est chargée à 50% dès le début
  • Le timing pour réussir les coups est plus permissif
  • Tous les coups loupés ne sont pas comptabilisés dans le score final
  • Les roulements de tambour se font automatiquement
  • Les ballons se gonflent automatiquement
  • Les piñatas éclatent automatiquement
  • La jauge de réussite ne descend pas en loupant des notes
  • La jauge de réussite augmente plus vite

Les différents personnages offrent différentes combinaisons ce qui rend le jeu équilibré. Il n’y a pas réellement de meilleur personnage vis-à-vis des autres. Cela dépendra énormément de vos préférences et de votre façon de jouer. En fonction de vos propres critères, vous trouverez vite une affinité avec quelques personnages. A vous de voir si vous cherchez de la difficulté, du challenge approprié à votre niveau ou juste du fun. De même, en fonction des musiques, certains personnages seront parfois plus adaptés que d’autres pour obtenir le score parfait.

Une fois le choix de votre personnage fait, une multitude de titres se présentent à vous. Triés par style musicaux, vous pourrez facilement naviguer dans la liste de chansons et retrouver des airs connus voire même célèbres ! Quand même très orienté sur le Japon, une bonne partie des titres ne sera reconnue que par les fans de J-Pop mais vous aurez droit à de nombreuses musiques de jeux vidéos, d’animes et même au thème de Vaiana en Japonais ! Pour ne citer que les meilleures (à mon sens), nous avons les génériques de DBZ, Neon Genesis Evangelion et Nanatsu no Taizai pour les animes mais aussi les thèmes de Super Mario Odyssey et de Splatoon pour la partie jeux vidéos. Quelques musiques classiques font leur apparition mais aussi des musiques de vocaloïds. Un contenu vraiment riche et varié de 74 chansons qui font plaisir à voir, à entendre et à jouer.

Chaque musique possède au minimum 4 niveaux de difficulté (certaines en ont 5) qui correspondent à Facile, Normal, Difficile, Extrême et Extrême Reverse. Sur chaque difficulté vient s’ajouter un nombre d’étoiles allant de 1 à 10, le plus bas étant le plus simple. Le nombre d’étoiles indique approximativement le nombre de notes que contient la musique tandis que la difficulté va influencer la vitesse à laquelle les notes vont apparaître, s’alterner et défiler. Plus la difficulté est élevée, plus les notes seront calées sur la musique, que ce soit le rythme ou les paroles. Ce qui est agréable avec ce jeu, c’est que la difficulté est appropriée pour que chaque musique puisse être jouée par n’importe qui, même ceux qui sont mauvais en jeu de rythme. C’est assez plaisant car bon nombre de jeux de rythme oublient cette partie du public et ont la fâcheuse manie de proposer des contenus accessibles uniquement aux joueurs les plus hardcore, délaissant ceux qui apprécient jouer uniquement pour le fun sur des musiques qu’ils aiment. Taiko no Tatsujin parvient à trouver un équilibre pour contenter ces deux extrêmes et c’est tout à son honneur ! Pour conclure cette partie gameplay du Taiko Mode, vous avez évidemment à la fin de chaque chanson une notation correspondant à votre performance. Apparaissent alors le nombre de coups parfaits, le nombre de coups moyens, le nombre de coups ratés ainsi que votre plus haut combo de notes réussies. Le dernier chiffre correspond au nombre de coups que vous avez mis dans les roulements de tambours, ballons et piñatas. Le dernier élément est votre jauge de réussite. Si elle est remplie à 100% à la fin du morceau, la musique est considérée comme réussie, même si vous avez loupé quelques notes en cours de route.

Plus on est de fous, plus on rit !

Parlons maintenant du second mode de jeu : le Party Game. Jouable en solo et jusqu’à 4 joueurs, celui-ci propose une grande variété de mini-jeux, tous basés sur un rythme à trouver et reproduire. Il y a au total 20 mini-jeux différents avec des objectifs de points à atteindre. Si vous y parvenez, vous débloquez alors la version Expert du mini-jeu en question offrant alors au total 40 mini-jeux. Comme dans tout bon party game, vous avez du chacun pour soi, du deux contre deux et du full coopératif à quatre. Assez addictifs, parfois vicieux et compliqués à prendre en main, ces mini-jeux ont une excellente rejouabilité de par leur prise en main immédiate. De plus, c’est en débloquant les versions Expert et en rejouant de nombreuses fois que vous débloquerez de nouveaux personnages ainsi que quelques musiques. Vous devrez donc vous y attardez si vous souhaitez tout débloquer et avoir un plus grand panel de personnages.

Que ce soient les mini-jeux, les décors de fond, les personnages ou les écrans de chargement, le jeu est à la fois déjanté à la japonaise mais très coloré et bien soigné sur tous les aspects. En mode TV ou en mode portable, la console ne bronche pas et offre la même qualité. On ne constate aucune coupure ni saccade, le jeu est fluide de bout en bout et c’est un réel confort, tant au niveau visuel qu’au niveau du gameplay. On sent l’expérience de la franchise s’exprimer dans cet énième opus.

Conclusion
Voici une belle franchise qui fonctionne à merveille et qui parvient à maintenir le cap du fun sur cette version Switch. Avec des musiques variées, une vingtaine de personnages à débloquer, un multijoueur et un mode Party Game bien exploités, on a de quoi faire, tant en solo qu’avec des amis. Accessible pour tout type de joueur, Taiko no Tatsujin offre là un beau contenu qui saura ravir tout le monde. Actuellement disponible qu’au Japon, on a hâte qu’il sorte en Europe !
Points positifs
  • Difficulté bien échelonnée
  • Grande variété de styles musicaux
  • Party Game excellent, seul ou à plusieurs
  • Rejouabilité sans limite
Points négatifs
  • Joy-cons imprécis et frustrants à utiliser
  • L’odeur des DLC payants ?
9.2
Excellent
Arcade - 10
Gameplay - 8
Audio - 10
Graphismes - 9
Durée de vie - 9
Fun - 9
Ecrit par
Grand fan de fantasy, de mangas, et d'animes, j'ai passé des années à lire de nombreux bouquins et corriger les fautes d'orthographe dans des équipes de fansub et scantrad. Joueur occasionnel de LoL, addict aux jeux de société, aux jeux de rythme et à Nintendo, je suis désormais rédacteur/testeur pour Nintendo-Town. Ma plus grande passion : Pokémon ! (surtout Lucario)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lost Password

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.