Whisper: Libres comme le vent (Nintendo Switch) – Le test – Nintendo-Town.fr

Whisper: Libres comme le vent (Nintendo Switch) – Le test

Whisper : Libres comme le vent est l’adaptation vidéoludique du film éponyme (2013). Disponible depuis quelques temps sur PC sans vraiment convaincre, Ostwind/Windstorm s’offre une nouvelle chance avec une sortie sur Nintendo Switch.

Premier constat, le jeu tourne sur Unreal Engine 4 et cela lui donne un certain cachet graphique. Attention, on ne dit pas ici que le jeu est beau. Mais ce n’est pas la purge graphique qu’on avait peur de trouver en regardant la boite du jeu (qui elle est digne d’un stagiaire Photoshop de première année) avant de mettre la cartouche dans la console. Par contre, le jeu ne souffre pas d’une fluidité à toute épreuve. S’il est clairement jouable, des petites baisses de framerate, voire des freezes, viennent régulièrement gâcher les promenades à dos de Whisper. Le jeu aurait mérité un peu plus d’optimisation, il est d’ailleurs presque identique en mode portable qu’en mode docké. On a clairement l’impression que le studio l’a développé uniquement pour qu’il tourne sans dock. L’animation aussi souffre un peu, surtout au niveau du cheval, mais l’ensemble reste passable.

Une fois passée la baffe technique, le jeu répond plutôt bien aux attentes du public ciblé : les fans du film, jeunes demoiselles aimant les chevaux et les amateurs d’équitation. L’opus propose un open-world d’une taille plus que correcte pour le genre, et qui propose plein de petits bonus à récolter. C’est un principe aussi vieux que le monde, mais ça a le mérite de marcher et on se prend vite au jeu de la recherche tout en découvrant peu à peu le monde de Whisper : Libres comme le vent. Le jeu vous proposera une aventure principale et de nombreuses quêtes annexes qu’il faudra aussi aller farmer sur la carte, certaines pas si faciles que cela à trouver. La durée de vie un peu courte du jeu via son mode histoire est donc améliorée par les à-côtés. Côté scénario, je suis incapable de vous dire si le jeu suit l’histoire du film, il me reste un peu d’intégrité intellectuelle pour ne pas plonger dans le DVD, mais l’histoire nous mène à un but précis : connaître les origines de Whisper.

Côté prise en main, la conduite de cheval se fait plutôt bien et le positionnement des touches est bien trouvé. Ce qui est loin d’être le cas habituellement dans les jeux du genre. Cheval oblige, on aura malheureusement le droit à plein de mini-jeux pour s’occuper de Whisper comme lui décrotter les sabots, le brosser ou encore changer son box avec du foin frais.

Pour finir, on notera quand même la qualité de la localisation, y compris les voix françaises. Même si certaines sont un peu énervantes sur la fin de l’aventure.

Summary
S'il n’est pas mauvais, il est quand même assez difficile de recommander Whisper : Libres comme le vent sauf si vous faites parti des fans du film ou des jeunes demoiselles aimant les chevaux plus que de raison. Pour un jeu d’équitation, genre quand même assez habitué aux catastrophes vidéoludiques, Whisper : Libres comme le vent s’en tire plutôt pas mal avec un bel open world et des qualités qui rendent le jeu bien au-dessus des autres de sa catégorie.
Good
  • Quêtes annexes et monde ouvert qui rallonge la durée de vie
  • Bonne maniabilité
  • Pas si facile
Bad
  • Problématique d’optimisation
  • Histoire courte
  • Espace soins aux chevaux maniable qu’au tactile
5.2
Moyen
Durée de vie / contenu - 6
Graphismes - 5
Fluidité optimisation - 3
Bande-son - 5
Maniabilité - 7
Written by
Webmaster à votre service ! J'aime la Pizza, Jinx, Frozen et le LOSC. AFK je suis volleyeur et ADC/Jgl.

Have your say!

0 0

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lost Password

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.