Dead Cells (Nintendo Switch) – Le test

Après un accès anticipé sur Steam d’un an, le « RogueVania » Dead Cells sort de l’ombre dans une version complète sur Nintendo Switch. C’est un jeu développé par le studio français bordelais Motion Twin qui revendique 150 jeux réalisés, principalement en ligne et sur mobile. Après plusieurs années de développement et de nombreuses mises à jour, le titre au savoureux mélange de metroid-like et de rogue est monté en puissance sur PC avant d’arriver entre nos mains. Une chose est sûre, vous allez mourir, beaucoup…

Roguelite? Metroidvania? RogueVania!

Inutile de trop s’attarder sur le scénario de Dead Cells tant l’accent est mis sur l’action. Il faut savoir que notre mystérieux personnage, sujet d’une expérience d’alchimie ratée, doit s’échapper d’une île dangereuse, peuplée d’un large panel de créatures peu accueillantes. Il y a tout de même de petites salles à découvrir permettant d’enclencher quelques scènes et répliques amusantes. Situé entre un roguelite moderne (Rogue Legacy, Binding of Isaac, Enter the Gungeon, Spelunky, etc.) et un Metroidvania à l’ancienne, les développeurs étiquettent leur jeu en tant que RogueVania. L’une des forces du soft réside dans ses niveaux générés procéduralement permettant des runs différents à chaque fois. Saupoudré d’un très bon level design, il continu de se renouveler brillamment, même en finissant par connaître les environnements. C’est un choix très pertinent pour ne jamais s’ennuyer et tenter de découvrir tous les secrets du jeu. Les débuts sont laborieux, la progression du joueur difficile, le retour au premier niveau en cas de défaite est monnaie courante, la pression et l’adrénaline liées à l’absence de points de sauvegardes n’aident pas non plus. Il va falloir s’y habituer et apprendre de ses erreurs, recommencer de nombreuses fois car le jeu est assez bien équilibré si bien que si vous mourrez, c’est clairement de votre faute. Mais vos efforts ne seront pas inutiles, le jeu permet d’améliorer son personnage au fur et à mesure de votre progression grâce aux cellules de vos ennemis morts, vous permettant ainsi d’acquérir divers objets dont les fameuses potions de soins, à ne surtout pas négliger au début de votre aventure.

Patience, vous allez devenir meilleur… avec le temps !

Côté gameplay, le jeu est très simple à prendre en main mais l’exécution ne dépendra que de vous. Il vous faudra avant tout maîtriser l’esquive en fonction des attaques ennemies et avoir le bon timing. Ne subissant pas de dégât lors de son éxécution, elle est donc à utiliser sans modération. Ensuite les sauts sont tout aussi jouissifs mannette en main : vous pouvez tomber à tout moment sur un ennemi et lui causer des dommages. Vous pouvez aussi étourdir les ennemis avec vos armes et détruire les portes quand ils se trouvent derrières pour prendre l’avantage. C’est le second point fort de Dead Cells après son level design, la fluidité de son gameplay qui procure un très grand plaisir de jeu. Au départ, vous êtes équipé d’une vieille lame et vous avez le choix entre un arc et un bouclier. Vous disposez de quatre slots d’équipements, deux pour les armes principales, 2 autres pour les armes de soutien comme les pièges et les bombes en tout genre. Tous les équipements ont un niveau selon leur puissance et des bonus associés. Il y a donc un côté aléatoire dans la découverte de toutes ces armes et équipements qui peut influencer vos runs. Il arrive régulièrement de faire deux ou trois parties consécutives sans rien looter d’intéressant. C’est le jeu, mais quand on découvre la façon dont ces objets changent la façon de jouer, on ne peut qu’apprécier les choix de l’équipe de développement. Nous disposons de l’arc, du fouet, du couteau de lancer pour les attaques à distance, des épées et des dagues pour le corps à corps, ou encore du bouclier pour détourner les attaques… Tous ces équipements vont se décliner et se renouveler pour notre plus grand plaisir.

Aller le plus loin possible

Outre tous les objets et équipements dans les niveaux, d’autres capacités sont déblocables. A commencer par les mutations à activer pour votre personnage afin d’augmenter ses capacités et vos chances de sortir vivant de cet enfer. Elles peuvent augmenter vos statistiques, vos dommages et vous conférer de nouvelles capacités comme la récupération de quelques PV à chaque fois que vous tuez un ennemi. Ajoutez à cela d’autres évolutions, celles des dégâts, des délais d’utilisation ou de votre santé via des parchemins de puissance à trouver dans les niveaux et qu’il faudra attribuer à la caractéristique de votre choix afin de l’upgrader. Cela vous accordera par exemple 15% de puissance supplémentaire sur les armes de la couleur correspondante (rouge, violet et vert) plus un bonus de vitalité. C’est à vous de choisir selon votre style de jeu. Dans les nombreux environnements, on trouve aussi des éléments sur lesquels le joueur peut interagir à condition d’avoir trouvé la rune associée. Ces dernières débloquent des chemins inaccessibles en temps normal, comme faire pousser des plantes grimpantes ou escalader les murs. Ces runes s’obtiennent lorsque vous avez vaincu certains ennemis bien coriaces. D’une manière générale, le jeu est très riche en contenu à débloquer. On trouve également des portes à ouvrir dans un temps imparti pour trouver des objets bonus, des coffres aux objets maudits pour lesquels il faudra tuer un certain nombre d’ennemis sans se faire toucher une fois afin de lever la malédiction. Bref, vous en aurez clairement pour votre argent, le jeu devient très vite addictif.

Quand on pense avoir tout vu…

Dead Cells se renouvelle constamment et même après 20h de jeu, on découvre encore de nouvelles choses. C’est un peu le principe de ce genre de jeu qui ne se termine jamais vraiment et qui offre donc une belle rejouabilité. L’exploration n’est jamais une ligne droite, on emprunte souvent des zones différentes jusqu’à se perdre. Heureusement, Motion Twin a eu la bonne idée d’implémenter des portails de téléportation un peu partout. Côté environnement, il y a plusieurs embranchements possibles. On commence par la prison mais  par la suite, on peut sortir sur la promenade des condamnés ou passer par les égouts, grimper une tour, traverser un pont, visiter des villages tout en se heurtant à des boss maléfiques. Toujours en plusieurs phases, ces derniers sont redoutables et il faudra bien se préparer. Cela n’empêche pas de devoir recommencer encore et encore selon votre degré de skill. Il est vrai que les premières heures sont difficiles mais en enchaînant les runs tout en upgradant votre personnage, le jeu devient abordable car on comprend progressivement les patterns des ennemis. Il y a un très gros travail sur l’ambiance, les animations et les couleurs. Les environnements sont vraiment sublimes et les effets de lumières réussis. Seule la bande-son reste un poil en retrait et au bout d’un moment, à force de recommencer, cela peu vite énerver, selon les thèmes. Enfin, terminons par la qualité de ce portage Nintendo Switch qui n’a pas à rougir car la nervosité est bien au rendez-vous. On notera tout de même des chutes de frame-rate et quelques temps de chargement plus longs que sur PC mais un patch pourra corriger cela.

Conclusion
Sans trop de surprise, Dead Cells s’impose comme un porte étendard du genre. Motion Twin nous livre un jeu riche en contenu qui vous tiendra de très longues heures en haleine. Grâce à ses niveaux générés procéduralement et son très bon level design, vos runs seront toujours différents, du moins en ce qui concerne la progression. Avec une direction artistique maîtrisée, un gameplay nerveux et fluide ainsi qu’un challenge particulièrement relevé, le plaisir de jeu est bien là. Les premières heures sont difficiles, le jeu est exigeant mais c’est en recommençant encore et encore qu’il livrera tous ses secrets et son potentiel. Il est parfois rageant de devoir recommencer du début mais on a toujours envie d’y retourner pour aller encore plus loin afin de découvrir de nouveaux objets. Les novices sont avertis et les autres auront conscience que le jeu ne s’adresse pas à tout le monde mais il serait bien dommage de passer à côté d’une telle pépite.
Points positifs
  • Direction artistique maîtrisée
  • Gameplay nerveux et fluide
  • Différents styles de jeu
  • Excellente rejouabilité et gros contenu
  • Challenge relevé mais abordable
  • Aucune partie ne se ressemble
Points négatifs
  • Des débuts difficiles
  • Quelques ragequits
9
Excellent
Graphismes - 9.5
Gameplay - 9.5
Durée de vie - 9.5
Bande son - 8.5
Technique - 8
juju05
Ecrit par
23 ans - Webmaster Adjoint - Combo 3DS/Switch/One

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire