Moonfall Ultimate (Nintendo Switch) – Le test

Vous vous souvenez de Golden Axe, de Double Dragon, de tous ces Beat’em Up à scrolling horizontal où votre héros progressait de tableau en tableau jusqu’au boss final ? Et bien, Moonfall Ultimate vous propose un trip rétro de ce genre avec une petite touche RPG pour relever le tout.

Moonfall Ultimate commence sur les chapeaux de roue, après une introduction très brève et une histoire rapidement expédiée, un univers gothique industriel, un roi qui nous envoie protéger une ressource rare, le Lunarium, et nous voilà plongé au cœur du combat. Notre héros en armure se bat avec son arme en portant des coups et en parant avec son bouclier ou ses doubles épées selon le personnage choisi au départ. En effet, trois classes de héros sont disponibles qui donneront droit à des armes et des pouvoirs particuliers et ouvriront des arbres de compétences différents selon les cas. On peut ainsi être un Vanguard, un combattant en armure, ou un Elementalis, un mage usant des éléments pour les combats, ou enfin un Shadow, un assassin de l’ombre qui peut porter ses coups à distance. Une fois que le jeu commence, on se bat contre des vagues d’ennemis en utilisant son arme et ses pouvoirs et en faisant très attention à sa jauge de vie. C’est là un des premiers problèmes du jeu, lorsque notre héros reçoit des coups, on n’en a pas l’indication sur le personnage, donc il faut fréquemment vérifier sa barre de vie, et la faire remonter avec la gâchette gauche sous peine de de mourir bêtement.

C’est d’autant plus bête que l’on peut posséder des potions de soins en quantité et que les ennemis en laissent sur le sol lorsqu’ils meurent. Ils laissent aussi des cristaux verts qui sont la monnaie du jeu ou des potions de mana, qui permettent de lancer des sorts. Petite particularité du jeu, on ne peut trouver des équipements que dans les coffres disséminés dans les niveaux. Les ennemis n’abandonnent jamais leurs armes en mourant, ils ne laissent que des potions ou de l’argent. La gestion de la barre de vie laisse à désirer, et il en va de même pour la gestion des boutons de jeu. On choisit entre ses pouvoirs avec le bouton Y et on utilise ses pouvoirs avec le bouton A. Il arrive donc fréquemment que l’on veuille utiliser un sort, mais que celui-ci ne soit pas encore prêt car il y a un temps de rechargement entre chaque coup spécial, et que l’on oublie de switcher vers l’autre sort que l’on possède et qui lui est prêt. Les coups simples sont portés avec la gâchette RZ et on pare avec ZL, ce qui n’est pas très intuitif non plus, les boutons sous le pouce sont souvent plus simples à utiliser dans les jeux de combats.

Sur le plan graphique, ce qui fait l’intérêt du titre c’est que tous les arrières plans des lieux que l’on visite ont été peints à la main. C’est effectivement très beau, mais ça ne suffit pas à faire un bon jeu. Ce qui peut faire un bon jeu, c’est un mélange des genres réussi. Ici, on a mélangé beat’em up et action-RPG pour un résultat plutôt mitigé. Comme dans tout beat’em up, on bourrine des ennemis à la pelle, on traverse les niveaux à la recherche du moindre survivant que l’on trucide aussitôt trouvé et une fois sa mission accomplie, on retourne au hub. Le hub est cet endroit des plus classiques où l’on récupère les récompenses des quêtes accomplies, où l’on se voit confier de nouvelles quêtes, et où on peut acheter et vendre de l’équipement et des potions grâce à l’argent durement acquis en éradiquant tous les monstres. Comme dans tout action-RPG, on gagne de l’expérience, on acquiert des points d’attribut et de compétences, pour augmenter notre force, notre esprit et notre agilité d’une part, et nos sorts et autres artefacts d’autre part. Rien de bien innovant de ce côté là non plus.

Sur le plan sonore, les musiques collent très bien avec l’ambiance du jeu et ce qu’on peut attendre pour ce genre de titre sans plus. Enfin, il faut noter que le jeu propose un mode multijoueurs où on se retrouve à deux sur le même écran pour tuer tous les méchants qui se présentent. Les développeurs ont aussi implanté un mode “Endless” qui comme son nom l’indique propose d’affronter des vagues d’ennemis infinies, ou plutôt jusqu’à ce que mort s’en suive…

Conclusion
Moonfall Ultimate est un beat’em up mâtiné d’action-RPG dans un univers gothique industriel. Malgré de très beaux décors peints à la main, le jeu n’apporte rien de nouveau et s’avère au final plutôt fastidieux et assez ennuyeux à la longue. L’aspect RPG ne permet pas de relever le tout et on se retrouve au final face à un jeu moyen. Pas de gros défauts mais rien pour attirer et garder le joueur intéressé. Face à la concurrence de Diablo 3 ou même de Titan Quest, Moonfall Ultimate aura vraiment du mal à rivaliser.
Points positifs
  • La beauté des décors
  • Trois classes bien différenciées
  • Le petit plus du côté RPG
Points négatifs
  • Une histoire quelconque et bâclée
  • Pas de version française
5.3
Moyen
Scénario - 4
Graphismes - 7
Bande son - 6
Gameplay - 5
Difficulté - 5
Durée de vie - 5
Maniabilité - 5

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.