Guacamelee Super Turbo Championship Edition (Nintendo Switch) – Le test

Sortez vos mojitos trempez vos tortillas dans du guacamole car voici qu’arrive le plus mexicain des metroidvanias! Guacamelee est un jeu paru pour la première fois en 2013 sur PC avant de débarquer en 2014 sous sa version définitive sobrement nommée Super Turbo Championship Edition ajoutant plusieurs niveaux, pouvoirs, etc…

Viva Mexico !

Vous serez aux commandes de Juan, un fermier fan de lutte mexicaine vivant dans un village perdu qui le matin du fameux “dià de los muertos” alors qu’il vient en aide au prêtre du coin pour les préparatifs de la fête, croise son coup de foudre et meilleure amie d’enfance se trouvant être la fille d”El Presidente”. Comme toute aventure il faut bien sûr qu’elle commence par un drame c’est en arrivant au manoir du Président que vous verrez la belle se faire kidnapper sous vos yeux par Carlos Calaca, roi du monde des morts et sa bande de super vilains n’hésitant pas à vous tuer.
C’est ainsi que commence votre histoire alors que dans le monde des morts vous trouverez le masque de luchador (lutteur) aux pouvoirs vous permettant de revenir dans le monde des vivants bien déterminé à secourir votre coup de cœur.

Le monde de Guacamelee en général dispose d’un charme auquel il est difficile de résister, que ce soit la patte graphique ou bien toutes les références à la culture hispanique ainsi que la pop-culture que l’on retrouve dans les dialogues ou placés de façon ingénieuse dans le décor (des parodies d’affiches de catch entre Simon Belmont et Dracula par exemple). Impossible également, pour un jeu se passant au Mexique, de passer à côté de la bande-son apportant la touche finale à cet univers très convaincant et prenant à la fois.

De plus, la limite entre le monde des morts et celui des vivants sera fine car il vous sera possible de passer entre ces mondes via des portails présents à certains endroits. En plus d’apporter du charme à cette histoire entre deux mondes, cette spécificité servira au gameplay notamment pour des phases de combat et de plateforme mélangeant des éléments présents séparément dans les deux dimensions.

Beat’Emetroidvania

Concernant le gameplay, Juan saura pour les bases donner des coups de poing, rouler et sauter mais également attraper les ennemis étourdis pour leur asséner différentes prises dévastatrices ou bien les lancer sur les autres. Les ennemis disposent de barres de vie visibles à l’écran permettant ainsi d’avoir un système de combos pour se défouler sur ces derniers, un mode “rage” est également de la partie parmi les compétences à débloquer vous permettant après avoir rempli une jauge de vous transformer pour gagner vitesse et force pour faire un maximum de grabuge. Vos possibilités en combat évolueront au fur et à mesure que vous apprendrez de nouvelles capacités et les enchaînements possibles sont très variés permettant de vraiment s’amuser en combat.
Bien évidemment l’aspect metroidvania se rattache à des capacités que vous débloquerez au fil de votre progression (petit clin d’œil à Metroid puisque ces dernières se débloquent en détruisant des statues similaires aux Chozos de l’univers de la chasseuse de primes), ces capacités en plus de vous aider en combat vous permettront d’accéder à de nouvelles zones jusqu’alors impossible à atteindre sans une certaine compétence acquise comme un double saut par exemple. Un classique pour ce type de jeux.

En plus de combats contre des ennemis, vous rencontrerez bien évidemment des boss faisant tous appel à de nouvelles mécaniques que vous devrez mettre en pratique pour les battre, chaque boss ayant une personnalité propre ainsi que des cinématiques les introduisant resteront mémorables même après avoir terminé le jeu.

Le monde ouvert classique que l’on va trouver dans le genre est ici mêlé à des mécaniques nouvelles dans ce dernier comme par exemple des quêtes secondaires qui sont possibles à récupérer auprès de personnages présents dans les villes, ces quêtes vous apporteront de l’argent, nécessaire à l’augmentation de vos capacités ainsi que des améliorations de votre jauge de vie et endurance (nécessaire à l’utilisation de coups spéciaux).

En effet, un aspect se concentrant sur les modifications/évolutions de vos capacités est présent, tout d’abord en passant par des costumes ou autres personnages. Ces derniers sont déblocables grâce aux pièces argentées que vous ramasserez apportant des bonus spécifiques (coups vampiriques mais impossible de récupérer de la vie pour ne citer que lui) Des autels vous permettront également de monter des statistiques individuellement comme l’endurance, la barre de vie ou encore la puissance de vos attaques.

Bien évidemment la difficulté sera progressive. Les phases de plateforme qui sont assez présentes n’hésiteront pas à tirer profit du moindre mouvement que vous aurez acquis pour vous pousser dans vos derniers retranchements, cette difficulté est d’autant plus présente à partir du moment où vous obtiendrez la capacité de changer entre le monde des vivants et des morts à volonté.

Comme si le contenu déjà présent en jeu ne suffisait pas, Guacamelee STCE est jouable entièrement en coopération jusqu’à 4 joueurs ! Les personnes supplémentaires auront le choix parmi un large panel de personnages ayant chacun une palette d’animations uniques, le jeu contenant tous les ajouts ayant existé sur les précédentes versions des packs de personnages permettant par exemple de contrôler des boss sont présents. Assez inédit pour un metroidvania, ce mode coopération est excellent et vous promet de belles sessions de jeu entre amis afin de parvenir au bout de cette aventure demandant près d’une dizaine d’heures pour en voir le bout et une seconde dizaine afin de récupérer tous les collectibles et bonus.

Conclusion
Guacamelee Super Turbo Championship Edition est un de ces jeux dont on entend beaucoup parler et ce pour une bonne raison, les fans de metroidvanias comme Hollow Knight pour ne citer que ce dernier sauront trouver des sensations similaires en termes de liberté et challenge. Bien heureusement le jeu parlera également à un plus large public que ce soit pour son univers attachant et coloré abordant avec brio le thème du folklore mexicain ou encore un mode coopération qui saura ravir les joueurs en recherche d’expériences à vivre à plusieurs sur un même canapé. Pour 13,99€ dans l’eShop, Guacamelee STCE fait partie de ces jeux ayant un excellent contenu pour le prix qui peut être considéré à minima pour les fans de metroidvania comme un must-have.
Points positifs
  • + L’univers mexicain rempli de clichés et de traditions
  • + Le charisme des personnages
  • + La bande-son aux accents hispaniques endiablés
  • + Un système de combat très solide et fun
  • + Un certain challenge par moments
  • + Le multijoueur en coopération, inédit pour le genre metroidvania
  • + Beaucoup de contenu (quêtes secondaires, costumes et personnages à débloquer, améliorations...)
Points négatifs
  • Peut s’avérer répétitif par moments
  • Une durée de vie honorable mais courte face aux 40 heures d’Hollow Knight
8.5
Génial
Graphismes - 10
Bande-son - 10
Gameplay - 8
Durée de vie - 7
Fun - 9
Rejouabilité - 7
AntwnSan
Ecrit par
Rédacteur et testeur en manque de sommeil. Streameur a mes heures perdues Twitter/Twitch @AntwnSan

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire