Party Hard (Nintendo Switch) – Le test

Développé par Pinokl Games et Kverta, des équipes de devs qui étaient habituées à travailler sur des jeux plus orientés famille (tiens donc), Party Hard est le résultat plus peaufiné d’une idée ayant émergé lors d’une Game Jam. C’est en comptant sur le soutien de l’éditeur tinyBuild (Punch Club, Graveyard Keeper, Hello Neighbor) que le projet s’est concrétisé et Party Hard parut donc en 2015 sur Steam avant d’arriver sur Nintendo Switch en Novembre 2018 dans une version incluant toutes les mises à jours et DLC existantes.

Killer groove

Il en a marre. Le bruit, la musique… Les soirées incessantes de ses voisins sont devenues insupportables pour lui. Ce qu’il aime c’est le silence. Pourquoi appeler la police pour tapage quand on peut s’en occuper soi-même ?

Voici donc le motif de votre personnage pour justifier les meurtres de masse qu’il va commettre.

Les niveaux du jeu sont entrecoupés de cinématiques, suivant l’enquête que mène l’inspecteur John West concernant les meurtres de masse en soirées au travers des États-Unis. Une quête pour la justice que se fait l’inspecteur pour sa fille injustement abattue lors de l’une de ces soirées. Une histoire très sombre restant dans le ton du jeu. Un petit plus venant des voix qui sont réellement doublées contrairement à ce que l’on pourrait attendre d’un jeu avec un style graphique en Pixel Art.

Le jeu affiche donc un style entièrement en pixel art dans lequel vous pourrez retrouver quelques petites références comme le tueur de massacre à la tronçonneuse ou encore Mario qui viendra saboter des raccourcis vous permettant d’échapper à la police (on y reviendra). La bande-son également est de très bonne facture puisqu’elle vous permettra de bien distinguer la différence entre les 19 soirées auxquelles vous mettrez fin, ayant chacune une ambiance qui leur est propre (par exemple une soirée dans un appartement puis une avec des aliens dans un vaisseau spatial).

Hitman x Hotline Miami

En termes de gameplay donc vous aurez pour objectif de tuer absolument tout le monde à chaque soirée, sans vous faire attraper par la police ou mourir. C’est la seule condition pour terminer un niveau. Le nombre de victimes requis reste assez élevé, environ une cinquantaine à chaque niveau (ce ne serait pas des meurtres de masse sinon). Chaque personne en soirée pourra avoir des comportements différents allant de simplement danser jusqu’à dormir complètement bourré dans un coin en passant par des petits accidents comme des bastons menant à une mort gratuite pour votre compteur.

Vos possibilités restent assez simples, vous pourrez donner des coups de couteau à vos victimes, porter des corps pour les cacher, courir (avec une endurance très limitée) et interagir avec les éléments du décor que vous pourrez utiliser comme pièges, comme par exemple saboter une enceinte pour qu’elle explose et tue les personnes à proximité, empoisonner la nourriture ou appeler le SWAT, un terroriste ou votre ami à la tronçonneuse.

Tous les éléments et invités présents dans un niveau sont générés aléatoirement ainsi le titre dispose d’une très bonne re-jouabilité, en ajoutant à cela la possibilité de faire les niveaux en coopération jusqu’à 4 joueurs en local.

Party Hard est un jeu dans lequel il faut être assez minutieux, les meurtres que vous pourrez commettre devront être exécutés avec le maximum de discrétion possible, au moindre témoin la police peut intervenir sur les lieux et si vous êtes proche d’un corps et que quelqu’un vous dénonce ou que l’on vous voit directement mettre un coup de couteau il vous faudra essayer de semer les forces de l’ordre en courant tout autour du niveau.

Chaque niveau vous donne droit en général à 2 « jokers » étant des échelles ou trappes vous permettant d’éviter la police. Attention cependant, car l’utilisation d’un de ces moyens d’esquive fera intervenir Mario (sorti tout droit des toilettes) pour venir saboter ce joker et vous empêcher de l’utiliser ultérieurement.

De plus, foncer dans le tas vous vaudra une défaite éclair car tuer quelqu’un au milieu d’une foule retournera tout le monde contre vous et ces derniers n’hésiteront pas à vous maintenir au sol en attendant l’arrivée de la police.

La difficulté peut donc s’avérer frustrante par moments mais la génération aléatoire de pièges et d’interactions sur la carte permet de couper légèrement ce sentiment de répétitivité qui pourrait s’installer. On regrettera également le peu de tutoriels disponibles rendant certaines mécaniques obscures (comme le fait de danser qui n’a pas une utilité claire) et vous poussant à tâtonner ou chercher sur internet pour comprendre certaines choses.

Si vous n’avez qu’un personnage accessible au début, vous pourrez par la suite déverrouiller 6 autres tueurs ayant chacun leur particularité (dont un faisant directement référence à Jason Statham dans Hypertension nécessitant de finir très vite un niveau avant de mourir). Les conditions pour débloquer ces derniers sont liées à un système interne de succès permettant d’ajouter un peu de challenge et un côté arcade au titre, un système de points et de combos étant en place pour satisfaire les scoreurs en série.

Conclusion
Party Hard est un très bon jeu "d'assassinat" mêlant discrétion et stratégie pour venir à bout d'un large groupe de personnes. Ce genre de jeu n'est pas accessible à tous par sa nature demandant minutie et patience cependant la présence d'un mode coopération jusqu'à 4 joueurs permet de faciliter cette approche très directe pour les plus impatients. Le reste des joueurs prenant un malin plaisir à piéger et tout mettre en place pour assassiner des personnages prendront un malin plaisir à découvrir les possibilités qu'offrent chaque niveau, tous ayant des éléments générés aléatoirement pour une rejouabilité forte.
Points positifs
  • + Assez rigoureux...
  • + Un contenu assez fourni
  • + Le mode coopération jusqu'à 4 en local
  • + Les niveaux dont le contenu est généré aléatoirement à chaque partie
  • + Différents tueurs/succès à débloquer
  • + La Bande-Son
  • + La part d'aléatoire et situations loufoques en soirée
  • + Le plaisir coupable de jouer un psychopathe
Points négatifs
  • - ...Et donc difficile
  • - Pas de tutoriel explicite
  • - Un genre pas très accessible, requiert de la patience et de la minutie
7.4
Bon
Graphismes - 8
Bande-son - 10
Accessibilité - 4
Rejouabilité - 10
Clarté du gameplay - 5
Ecrit par
Joueur Nintendo depuis la N64 et vénérateur d'Edmund McMillen. Je stream occasionnellement aussi, follow @AntwnSan

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.