Tales of Vesperia: Definitive Edition (Nintendo Switch) – Le test

En 2008, la série de JRPG Tales of de Bandai Namco passait à la HD avec un certain Tales of Vesperia. Le titre sera longtemps resté exclusif à la Xbox 360 alors même que les fans japonais profitaient en 2009 d’une version amélioré du titre sur PS3, une version longtemps réclamé en occident. L’attente aura été longue mais c’est finalement 10 ans après que Bandai Namco ouvre grandement ses portes en proposant Tales of Vesperia : Definitive Edition sur chacune des consoles du moment dont la Nintendo Switch. Nous avons la cartouche entre nos mains et l’aventure se termine pour nous mais elle ne fait que commencer pour vous!

Un long périple aux côtés de Brave Vesperia

Le monde de Terca Lumireis est un monde dont le fonctionnement tourne désormais autour de l’utilisation quotidienne de la technologie des Blastia. Ces technologies possèdent un certain pouvoir permettant des utilisations à la fois complexe mais également banale. Les habitants peuvent s’en servir pour se fournir de l’eau ou comme moteur pour des véhicules. Les Blastia vont même jusqu’au renforcement des capacités d’un individu utilisant un “Bodhi Blastia”, un blastia remanié sous forme d’un ornement que peut porter une personne. L’utilisation la plus répandue des Blastia est celle sous forme de barrière protégeant les villes des monstres. Une utilisation à double tranchant car une bonne partie de la population vit désormais sous une certaine ignorance du monde en restant à l’abri sous les barrières. Une journée comme une autre semble commencer à Zaphias, grande ville impériale protégée par une immense et puissante barrière. Les chevaliers impériaux continuent à faire appliquer et respecter les lois dans la ville comme sur le reste du continent. Dans le quartier inférieur de Zaphias, la journée commence avec une fontaine tout juste réparée qui fait des siennes en débordant et inondant progressivement la zone. Yuri Lowell, ancien chevalier et habitant de ce quartier, descend de son appartement avec son chien-guerrier Repede pour constater l’anomalie. Il semblerait que l’aqua-blastia de la fontaine n’ait plus de noyau. En récoltant des informations, il semblerait que le responsable des réparations est un certain mage du nom de Mordio et ce dernier serait encore dans le quartier noble de la ville. Malgré les mises en garde du vieux Hans, Yuri ayant un casier judiciaire de petit délit bien rempli, une petite promenade dans le quartier noble s’impose. A la recherche de Mordio, Yuri ne pourra que le voir sortir de la ville à bord d’une calèche et sera arrêté pour s’être introduit illégalement dans une demeure. Il finira alors dans une des cellules du château de Zaphias. Le temps presse pour Yuri, il faut retrouver Mordio et récupérer le noyau de l’Aqua Blastia que le mage a certainement dérobé au lieu de réparer. Grâce à un mystérieux vieillard occupant la cellule voisine, Yuri sortira dans sa cellule. Il constatera que le château est en proie à certaines agitations qui ne le concerne pas directement, jusqu’à ce que le chevalier Leblanc et ses 2 sbires note l’absence de Yuri dans sa cellule sonnant une autre alerte au château. Dans cette agitation, Yuri croisera la route d’Estellise, une noble à l’allure de princesse à la recherche du chevalier Flynn à qui elle souhaite transmettre un message d’urgence. Le hasard fait bien les choses car Flynn est l’ami d’enfance de Yuri bien qu’ils se soient perdus de vu depuis leur entrée chez les chevaliers.

Bref, les 2 finiront par quitter la ville en delà du Blastia de barrière de Zaphias à la découverte du monde. Yuri ayant pour objectif de retrouver Mordio et Estellise dans l’intention de croiser la route de Flynn, actuellement en pèlerinage. Ils seront progressivement rejoints par d’autres personnages dans leur quête et leur aventure dont l’objectif n’aura plus grand chose à avoir avec le début de leur voyage. Yuri ne s’attendait certainement pas à quitter la ville à la recherche d’un simple noyau de Blastia pour finalement fonder une Guilde. Les Guildes étant une Organisation vivant sur leur propre règle et principe et s’affranchissant donc des principes de l’Empire. Et les rebondissements sont encore plus nombreux en avançant dans le jeu, nous n’irons pas forcément plus loin pour que vous puissiez découvrir cela par vous-même. En revanche, on ne cachera pas que Vesperia est assez linéaire et lent sur une bon premier quart voire moitié de jeu mais cela ne vous empêchera pas à terme, de vivre une bonne quarantaine ou cinquantaine d’heures d’un périple des plus passionnant et mémorable au côté de Yuri Lowell. Encore plus pour ceux qui tente de voir toutes les saynètes du jeu, d’avoir tous les costumes autrement dit pour ceux qui tente le 100%. D’ailleurs, il y a certains évènements annexes qui dépendent de si vous avez assisté à des scènes et événements se tenant à un moment très précis du jeu. Autrement dit, il se pourrait que vous soyez condamné à faire un New Game + pour avoir le 100%. Celui-ci vous permet d’ailleurs de commencer une nouvelle partie avec la possibilité de reprendre beaucoup de chose ce qui peut être passionnant à faire. Pour revenir à Yuri Lowell, c’est le protagoniste principal de la série Tales of le plus apprécié des fans de la série dans le monde entier depuis son apparition à aujourd’hui. En faisant le jeu, vous comprendrez très vite pourquoi. Notre héros fait preuve d’une certaine maturité et d’un certain charisme qui le rend attachant dès les premières heures du jeu. Alors que dans beaucoup de RPG, le héros est un jeune qui se fait toujours charrié par les autres du groupe par sa naïveté et sa personnalité cliché du “Héros” de RPG, Yuri est celui qui charrie les autres et va jusqu’à troller si l’on puis employer ce terme. C’est un héros très bien écrit dont les interventions sont pertinentes, qu’on ne peut pas oublier. Les doubleurs Japonais et Anglais de celui-ci ont fourni un travail de qualité pour bien le dépeindre. Alors qu’on sait qu’aucun d’entre vous n’oubliera Yuri à la fin de cette aventure, on ne pourra pas vous promettre de même pour le reste du casting qui au final sera assez classique. On se souviendra d’eux mais surtout à travers Yuri. Ce qui n’empêche pas le reste du groupe d’être attachant et cohérent. Chacun des membres ayant leur propre histoire plus ou moins passionnante. D’ailleurs, nous avons ici la Definitive Edition de Tales of Vesperia. Nous le mentionnions en introduction mais la version PS3 du jeu était sortie avec de nombreux bonus que les joueurs XBOX 360 ne pouvaient que prier pour avoir à l’époque. Pire, ces bonus ne sont jamais parvenus en occident. Cela inclut des personnages inédits et jouables avec quelques arcs narratifs un peu remodelé pour les inclure dans cette intrigue. Alors qu’il n’était jouable que pour un court segment du jeu, Flynn Scifo l’ami d’enfance de Yuri rejoint de manière permanente le groupe à un certain point du jeu sans oublier la petite Patty Fleur à la quête de sa mémoire perdue. Dans les grandes lignes, les fans de Vesperia il y a 10 ans sur 360 revivront la même aventure mais Bandai Namco a tout de même modifié quelques passages clés afin d’inclure les 2 personnages. Il y a même en PNJ quelques clin d’œil au film d’animation Tales of Vesperia : The First Strike qui fait office de pré-quel au jeu. Certains donjons ont été sensiblement remodelés, il y a même de nouveaux donjons, de nouveaux boss, de nouvelles techniques, de nouvelles quêtes… Certains fans parlent d’un bon gros quart de contenu inédit en plus, que les fans occidentaux n’ont jamais eu entre les mains. Pour le Japon, Tales of Vesperia Remaster porte bien son nom pour sa nouvelle sortie aujourd’hui sur nos plates-formes modernes. Il s’agit pour les fans japonais d’une simple ressorti en Remaster d’un jeu qu’ils ont eu 10 ans auparavant. Pour les fans occidentaux, il s’agit vraiment de redécouvrir Tales of Vesperia avec de nombreux bonus inédits et on ne pourra pas cacher ce plaisir.

Pour reprendre nos propos au niveau du Japon, Tales of Vesperia Definitive Edition est effectivement un Remaster. On ne parlera pas forcément des plate-formes concurrentes mais sur Switch la version Switch n’a certainement pas à rougir face aux autres mastodontes du marché. Bandai Namco aura su proposer un Remaster Switch à 1080p docké et en 720p portable. Le framerate lui est solide à 60fps en combat avec des oscillations en dehors entre 30 et 40fps sans que cela nuise à l’expérience de jeu. Au-delà de ces chiffres techniques, Tales of Vesperia nous propose un rendu cel-shading coloré véritablement proche d’un anime japonais. J’ose dire qu’il s’agit du meilleur rendu à ce jour pour la série Tales of. Des visuels qui nous font vraiment vivre un anime japonais et qui tranche avec le mix de 3D que nous voyons avec les récents opus. Sans oublier les quelques belles cinématiques en animation par Production IG ainsi que l’introduction “Kane wo Narashite” en japonais et “Ring a Bell” en Anglais tous deux interprétés par Boonie Pink. Il y a 10 ans, Tales of Vesperia était déjà très coloré et joli, il n’a pas pris une seule ride. Ce n’est que dans le détail que l’on peut constater que Vesperia était le premier opus HD de la série Tales of. Il y a des textures qui manquent et certains décors paraissent vides par exemple. Terminons avec la bande sonore dont on pourra reconnaître de loin les pistes du compositeur Motoi Sakuraba. Le bonhomme n’était pas encore en manque d’inspiration à l’époque et certains thèmes surtout de combat reste bien en tête ! Pour le reste il s’agit de piste qui accompagne bien les lieux ou situation du jeu. C’est rare qu’on le dise mais le doublage est de qualité que ce soit en Japonais ou en Anglais. Le dual audio est là pour laisser le choix à tous, ce qui est fort appréciable. Petit bémol peut être pour les puristes, Yuri a été doublé par 2 voix anglaises. Les lignes de texte original par Troy Baker sont toutes conservées mais le bonhomme ne semble pas avoir été rappelé pour doubler les nouvelles lignes de texte inédites. Ce qui fait que ceux qui ont une ouïe fine percevront peut être quelques timbres de voix différentes de Yuri parfois dans un même combat voire dans une même scène. Mais en soi le nouveau doubleur a livré un travail d’une qualité telle que l’on ne perçoit pas forcément la différence et sans connaître les faits certains fans pourraient certainement croire que Yuri est uniquement doublé par Troy Baker. Pour le reste, Bandai Namco nous livre enfin la Definitive Edition de Tales of Vesperia que nous attendions depuis une décennie et on remercie l’éditeur de ne pas oublier la Switch!

Evolved Flex-Range Linear Motion Battle System sur Switch

Bandai Namco et particulièrement la Team Tales of à l’époque était pro dans le genre à donner des noms à rallonge sur leur nouveaux système de combat. La racine étant la même le fameux Linear Motion Battle System (ou LMBS) qui avait même été breveté par l’éditeur. Le LMBS vous permet de jouer les combats en temps réel. Dans la série Tales of, lorsqu’un combat démarre nous pouvons diriger un des protagonistes du jeu et effectuer des actions sur une zone de combat en temps réel. Les actions classiques étant d’attaquer, utiliser des artes consommant des PM, se défendre, verrouiller un ennemi, esquiver ou encore sauter sans oublier de se déplacer. Il est possible de laisser en mode “auto” et prier que l’I.A. ne fasse pas n’importe quoi, jouer en semi-auto ce qui laisse la console par exemple se charger des déplacements de votre personnage tandis que vous vous concentrez sur les autres actions ou jouer totalement en manuel. En choisissant le mode manuel, chaque action est évidemment disponible sur une touche de votre manette pro ou joycon et il vous appartient de définir votre style de jeu. Peut-être êtes-vous du genre à foncer aveuglément et enchaîner vos attaques basiques avec des artes ou plutôt du genre à faire quelques attaques avant de vous replier, peut être êtes-vous du genre à courir sur la zone de combat en appâtant vos opposants et en laissant vos alliés finir les ennemis pour peu que l’I.A. ne soit pas largué. Cela dépend évidemment ensuite du personnage que vous jouez. Un personnage de corps à corps comme Yuri ne se joue pas forcément de la même façon que la mage Rita. Avec 9 personnages jouables, à vous de trouver celui qui correspond le mieux à votre manière de jouer et surtout de trouver la meilleure formation de combat pour vous. En effet, nous avons 9 protagonistes jouables mais seulement 4 peuvent prendre part aux affrontements. Il s’agit ensuite de définir votre stratégie de combat en paramétrant l’I.A. de vos alliés. Vous pouvez par exemple paramétrer le taux d’utilisation de PM, s’il vaut mieux qu’un personnage se préoccupe des soins, s’il peut utiliser des objets parmi d’autres tactiques et paramètres aux choix. Il est possible aussi possible de donner un ordre général comme demander à tous d’être en défense et fuir les ennemis. Il s’agit ensuite surtout de prier que l’I.A. applique bien vos consignes ce qui n’est pas toujours gagner. Si vous avez des amis sous la main qui aiment le RPG et les jeux d’actions, vous pouvez très bien les inviter à vivre cette aventure et ils prendront part aux combats du jeu aux commandes d’un des personnages que vous avez sélectionné et en le mettant en mode manuel. Il s’agit d’avoir assez de manette pro ou de pair de joy-con. Outre que d’apprécier l’aventure avec vos amis, il est aussi plus simple de jouer avec des joueurs qu’avec une I.A. Voilà donc les base du système LMBS, il s’agit maintenant de saisir les termes Evolved Flex-Range. Les fans de la série ont certainement évolué à travers le LMBS et ont plus de facilité à comprendre et saisir ces termes. Vesperia propose une amélioration du Flex-Range Linear Motion Battle System introduit dans Tales of the Abyss sorti sur PS2 et sur 3DS. Cependant si l’on vous laisse sur ces termes beaucoup d’entre vous ne comprendraient pas grand-chose n’est-ce pas? Il faut savoir que pendant un long moment le LMBS nous proposait des combats en temps réel mais sur un plan 2D. On ne se déplaçait que vers la droite ou vers la gauche.

Tales of Symphonia sur Gamecube a fait passer la série en 3D mais les combats se jouaient encore sur une ligne et on ne pouvait qu’admirer l’ordinateur se déplacer librement sur la zone de combat 3D ou alors laisser en semi-auto pour que la console nous fasse évoluer sur la zone de combat 3D. Ce n’est qu’à partir de Tales of the Abyss que les joueurs peuvent évoluer librement sur toute la surface de la zone de combat 3D par la simple pression d’une gâchette, dans Vesperia sur Switch on maintient la gâchette ZL et cela vous permet ainsi de vous déplacer librement. Ça vous semble banal mais il a fallu plusieurs années avant d’en arriver à ce résultat ouvrant plus de possibilité de combat, certes il permet de fuir plus facilement des ennemis en se baladant partout sur la zone de combat mais elle peut aussi vous permettre d’esquiver certains sorts qui vous sont directement lancé dessus par exemple. Cela existait d’une autre manière dans Tales of the Abyss mais comme dans beaucoup de RPG, Vesperia nous propose également un système de capacité passive à apprendre et à assigner pour chacun des personnages. Chaque arme possède un certain nombre de capacité directement active lorsque votre protagoniste équipe l’arme. Par exemple, Yuri équipe une épée ayant la capacité “Combo +” qui lui permet non pas de juste donner 3 coups basiques avant d’enchaîner avec un arte mais d’avoir un coup basique supplémentaire. La problématique étant qu’en changeant d’arme vous n’avez plus cette capacité. Qu’à cela ne tienne, votre personnage peut apprendre ces capacités en collectant des points à la fin des combats. Une fois que vous avez réunis suffisamment de points, vous apprenez la capacité et il s’agit ensuite de l’équiper sur le menu des compétences. Attention, vous ne pouvez pas équiper toutes les compétences acquises. Chacun d’elle nécessite un certain nombre de Points de Compétences et si “Force” nécessite 3 points de compétences et que vous n’avez plus de points, il faudra que vous déséquiper d’autres compétences afin de pouvoir équiper celle que vous voulez. Les points de compétences augmentent avec votre niveau, vous n’en avez que très peu au début. Il s’agit ensuite de trier parmi vos compétences et équiper celles qui correspondent à votre manière de jouer chacun des personnages. Bien entendu, certaines compétences sont identiques d’un personnage à l’autre mais il y en a qui sont également exclusives à certains. Judith étant du genre à combattre dans les airs, il est normal qu’elle ait plus de compétences de saut et de liaison de technique aérienne que les autres. Outre tout cela, Vesperia nous propose une évolution avec des subtilités et des possibilités inédites aux LMBS. Prenons le cas de la Frappe Fatale. Comme dans tous les jeux Tales of, vous pouvez analyser et avoir des informations sur les monstres en utilisant une “Loupe Magique” en combat. Ces informations sont directement enregistrer dans le livre des monstres à la première utilisation. Vous savez ainsi combien de PV possède un monstre ou encore ces faiblesses élémentaires. Information supplémentaire désormais les faiblesses à un certain symbole d’Artes. Chaque Artes est désormais classifié sur 3 catégories avec un symbole différent. Chaque monstre possède une jauge de résistance à chacune des 3 catégories. Utiliser un Artes de catégorie Bleu entame la jauge de résistance Bleu du monstre, une fois qu’elle est à 0 un gros symbole bleu apparaît sur le monstre en combat pendant un laps de temps très court. Il s’agit à ce moment d’appuyer sur la gâchette ZR afin d’enclencher une Frappe Fatale qui comme son nom le suggère est Fatale à votre ennemi et l’envoie directement dans l’autre monde. En ce qui concerne les boss, une Frappe Fatale occasionne de gros dégâts. Autrement, les combats de boss seraient devenus bien trop facile. Une subtilité qui fait appel à un certain réflexe du joueur à appuyer sur la gâchette et apporte un certain dynamisme et de la classe aux affrontements car les Frappes Fatales sont souvent accompagnés d’un gros zoom sur l’attaque terminant l’ennemi. Poursuivons avec les niveaux d’Overlimit. A un certain point du jeu vous pourrez activer l’Overlimit en appuyant sur la croix directionnelle lorsque la jauge d’Overlimit est remplie. En l’activant, votre personnage déclenche une explosion d’aura qui fait voler les opposants même s’ils étaient en train de vous enchaîner. Lorsque votre personnage est en Overlimit, ses statistiques augmentent, il n’a plus de limite d’attaque basique, il peut également enchainer facilement ces artes sans temps mort. Il peut lancer des sorts sans incantation et utiliser des Artes Explosifs en maintenant A durant un Artes d’Arcane. Une bonne manière de reprendre et potentiellement retourner l’issu d’un combat. Cependant, votre héros reste vulnérable aux attaques ennemies et prend des dégâts ainsi vous pouvez donc très bien ne pas avoir accompli grand-chose durant votre Overlimit voire même mourir. Nous parlons toutefois de l’Overlimit de niveau 1. En avançant dans le jeu, vous obtiendrez le “Duo Limit” qui vous permet en attaquant et en prenant des coups de faire progresser votre jauge d’Overlimit au-delà d’un premier remplissage. Vous verrez le chiffre 1 apparaît et la jauge se remplir d’une autre couleur. En arrivant au chiffre 2 il est possible d’activer l’Overlimit de niveau 2 ! Le niveau 2 reprend les effets du premier niveau en renforçant vos statistiques et en vous permettant d’infliger plus de dégâts aux ennemis à terre. Il y a d’autres niveaux d’Overlimit que l’on vous laisse découvrir mais leur effet ne font que se renforcer jusqu’à vous prodiguer l’invulnérabilité et vous permettent aussi d’utiliser les fameux Artes Mystiques à un certain stade. Notons que le scénario ne vous donne accès qu’au Overlimit 1 et Overlimit 2, il s’agit ensuite à vous de trouver la manière de débloquer les autres stades. Terminons sur les Artes modifiés et les Artes Explosifs avec une autre subtilité provenant des compétences de vos personnages. A un certain du jeu, des armes vous donneront accès à des compétences qui peuvent changer l’allure et l’élément de vos Artes Explosifs utilisable en Overlimit. A vous d’équiper les bonnes compétences afin d’exploiter certaines faiblesses élémentaires à votre avantage. Ces mêmes compétences peuvent modifier un Artes basique et le transformer en un nouvel Artes qualifié sobrement d’Artes Modifié. Prenons Estelle et son sort de soin “Infirmière” soignant quelques PV à l’ensemble du groupe. En équipant la compétence “Creuset”, “Infirmière” se transformera en “Rossignol” un sort de soin global plus efficace. Contrairement aux Artes Explosifs, les Artes Modifiés peuvent être appris en gardant la compétence et en utilisant l’Arte un certain nombre de fois. Notons qu’avec tout ça, les combats s’affichent bien en 60 FPS sur Switch et permettent à tous d’avoir une belle expérience de combat et d’apprécier le jeu partout! Toutes ces subtilités apportent encore plus de richesse, de dynamisme et d’intérêt aux LMBS de la série Tales of et définissent le EFR-LMBS de Tales of Vesperia.

Quelques imperfections

L’expérience Tales of Vesperia est jolie, coloré, prenante et dynamique. Elle est globalement de grande qualité mais le terme “globalement” étant ce qu’il est on a relevé quelques points sensibles à tout cela. Outre le caractère linéaire du jeu ou encore le cas étrange du doublage mix anglais de Yuri Lowell, nous avions parlé du cas du Framerate du jeu lors de l’exploration. Ce n’est pas sur le cas du framerate que nous allons nous attarder mais sur le cas de l’Exploration. Tales of Vesperia nous laisse explorer un monde vaste avec des villes, des donjons, des voyages en mers et même dans les airs. Sur la carte du monde, les monstres sont visibles et c’est en entrant en contact avec eux qu’un combat se lance. Notons d’ailleurs une autre subtilité, lorsque 2 monstres sont très proches et qu’un combat se lance, vous lancerez un “Combat Lien”. Autrement dit, les 2 groupes de monstres s’associent contre vous. Une bonne manière d’avoir plus de bonus de fin de combat ou une potentielle manière de voir parfois la mort arriver plus vite sur vous. Passer cette parenthèse, soulignons qu’en donjon nous voyons également les monstres et qu’il nous appartient du coup de lancer ou non les combats. D’ailleurs dans les donjons grâce à l’anneau du sorcier, nous pouvons prendre l’initiative durant les affrontements. L’anneau du sorcier nous permet de tirer une boule d’énergie afin d’activer certains mécanismes des donjons. Il est aussi possible de tirer sur les monstres et d’avoir une chance de les étourdir ! En entrant en contact avec un monstre étourdi, le combat commence avec tout le groupe d’ennemi temporairement confus de votre assaut et immobilisé quelques temps. Attention cependant, l’ennemi peut aussi prendre l’avantage sur vous s’il fonce sur votre personnage sur la carte ou dans un donjon et vous touche au dos. Vos personnages ne sont pas étourdis et immobilisés mais votre formation de combat est totalement modifiée. Les personnages que vous avez appelés aux combats ne prennent pas part à l’affrontement mais c’est les personnages que vous avez laissé à l’arrière du groupe qui doivent s’occuper de la menace. Alors non, il ne s’agit pas du point sensible que nous avons relevé sur l’exploration, il est plutôt normal d’avoir un système de “bonus/malus” sur la rencontre avec les monstres. En fait le point sensible concerne les donjons qui sont pour beaucoup relativement étroits ou avec des couloirs et chemins étroits qui font que les monstres prennent tout l’espace. Du coup, il est parfois impossible d’éviter les affrontements alors que l’on pense avoir la liberté de lancer ou non un combat.

Un combat de plus ou de moins, ce n’est pas si grave dirons certains. Toutefois, il arrive que votre groupe est dans un état assez lamentable et que vous souhaitez juste rapidement atteindre un point de sauvegarde régénérant afin que tout le monde retrouve la forme mais qu’un satané monstre nous bloque la route et finit même par foncer sur vous et dans le pire des cas vous amène sur l’écran de game over qui ne pourra qu’au mieux vous renvoyer sur votre dernière sauvegarde. Un autre point sensible à ce niveau, c’est l’anneau du sorcier. Il est possible d’étourdir parfois les monstres. Mais il faut pour cela qu’il soit sur la même hauteur que vous. Imaginez maintenant que le monstre qui vous bloquent la route soit sur un chemin étroit en pente, vous ne pourrez même pas tenter de l’étourdir. Cela est parfois ennuyant. On vient de le mentionner mais effectivement lorsque tous les membres de votre groupe sont mis K-O, l’écran de game over s’affiche et vous ne pourrez que revenir à votre précédente sauvegarde. En soi ce n’est pas un défaut, d’ailleurs vous pouvez sauvegarder sur la carte du monde et le jeu ne manque pas particulièrement de points de sauvegarde. Toutefois, il y a des moments avec de nombreuses cinématiques et des combats à enchaîner et aucun point de sauvegarde à l’horizon. Ces moments ne sont pas nombreux mais peuvent être frustrant pour peu que vous finissiez sur une défaite et le devoir de tout reprendre. Enfin, terminons sur quelques soucis ergonomiques en combat. Sur ce que nous avions développé plus haut, tout est applicable et ergonomique avec une manette pro comme avec une paire de joycon sur TV comme en portable. Il arrive toutefois à un point du jeu que nous avons des compétences proposant la possibilité d’augmenter la vitesse d’incantation d’un sort en martelant un bouton. Puis qu’il soit possible en maintenant un autre bouton de le conserver et se déplacer librement sur la zone de combat puis relâcher pour le lancer. Et vient le moment où l’on débloque des raccourcis qui permettent d’enregistrer plus d’Artes à employer en combat via des combinaisons de touche comme L + stick L ou L + stick R sur chacune des directions du stick. On finit par se perdre totalement dans ces combinaisons de touche et à ne pas forcément pouvoir utiliser convenablement les compétences comme il faudrait. Il n’était pas impossible avec la paire de joycon en se positionnant de manière à pouvoir appuyer sur les bonnes touches ce qui n’est parfois pas confortable. Notre conseil, jouez avec la configuration la plus simple et ne vous lancez pas forcément le défi d’exploiter toutes les subtilités, compétences et combinaisons du jeu. Le plaisir de jeu doit parfois rester simple.

Conclusion
La guilde Brave Vesperia n’attend que vous pour vivre un voyage extraordinairement coloré et digne d’un anime à travers Terca Lumireis. Quant à Yuri Lowell, son charisme vous marquera et il vous fera réfléchir sur le thème de la Justice à travers un scénario de fantasy riche en rebondissement. Malgré quelques défauts d’ergonomie ou d’exploration, Bandai Namco livrera à ceux qui ne connaissaient pas, un JRPG de haute qualité et mémorable avec une version Switch parfaitement bien élaboré. Les fans eux l’ont déjà fait 10 ans auparavant mais le charme de cette aventure reste intacte et les bonus parus exclusivement au Japon par le passé sont suffisamment nombreux et pertinents pour justifier aux fans occidentaux de revivre Tales of Vesperia à nouveau ! Félicitons Vesperia qui est bien l’étoile qui brille le plus dans le genre en ce début 2019 !
Points positifs
  • - Réalisation colorée et propre digne d’un véritable anime
  • - Les belles cinématiques animes
  • - 1080p et 60 fps docké en combat
  • - Reste joli en portable
  • - Le dual Audio disponible
  • - Quelques musiques épiques
  • - Les thèmes chantés de Boonie Pink
  • - Le EFR-LMBS proposant des combats très dynamiques
  • - Beaucoup de subtilité et de richesse de gameplay en combat
  • - Les Artes Mystiques toujours aussi épique
  • - Combats jouables en multi
  • - Une histoire prenante avec des rebondissements
  • - Un long périple à vivre et revivre
  • - Le New Game +
  • - Yuri Lowell
  • - 10 ans après, enfin la Definitive Edition et les bonus en occident!
Points négatifs
  • - Peut être un peu vide
  • - Un petit effet de flou sur certain plan
  • - 2 doubleurs anglais pour Yuri?
  • - Des donjons aux passages trop étroits
  • - L’anneau du sorcier pas toujours efficace
  • - Des combinaisons de touches parfois inconfortables
  • - Prier de pouvoir sauvegarder à certains moments
8.2
Génial
Gameplay - 9
Jouabilité - 8
Bande-son - 7
Durée de vie - 9
Scénario - 8
Kurosekai
Ecrit par
Rédacteur sympathique fans de JRPG et de jeu très japonais. Par ailleurs, possède de bonne notion de la langue japonaise. Twitter: 00memory

1 Comment

  1. Super test bien écrit et complet

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire