Project Nimbus: Complete Edition (Nintendo Switch) – Le test

Les jeux de mecha sont vraiment des genres à part entière et réussir à proposer un gameplay intéressant et équilibré relève le plus souvent du miracle. Avec la très forte attente autour de Daemon X Machina, existe-t-il d’autres titres pour rivaliser dans le milieu sur Nintendo Switch ? Eh bien oui, l’arrivée de Project Nimbus: Complete Edition ce 16 mai 2019 vient nous donner de quoi nous mettre sous la dent.

Pas de blabla

Pas de temps à perdre en besogne, le jeu ne vous propose pas d’histoire élaborée ou de scénario à rallonge. On est ici pour de l’action et du concret tout de suite. L’histoire, ça viendra après. Le menu principal vous propose différents modes de jeu avec l’obligatoire mode histoire, un mode survie où vous devrez éliminer des vagues d’ennemis et un mode champ de bataille où vous devrez accomplir des missions pour monter en grade dans l’une des deux factions. En jouant au mode histoire, vous aurez un bref récapitulatif des objectifs à accomplir pour gagner et des conditions de défaite. Vous aurez par la même occasion une petite explication scénaristique qui vous expliquera ce que vous faites là et quel est le but de la mission. Rien de bien folichon si vous vouliez avoir une histoire proprement scénarisée mais cependant, on va vers l’essentiel et ça serait dommage de le reprocher.

La toute première mission sert de tutoriel et vous familiarise avec les contrôles de votre vaisseau. Vous apprendrez ainsi à tirer, changer d’arme, envoyer des leurres pour éviter les missiles adverses, utiliser votre jauge de boost et piloter au mieux votre vaisseau. Vous incarnerez un héros qui partira en mission pour accomplir les objectifs de sa faction. La premier objectif étant de voler un mecha à la faction adverse tout en sauvant une alliée capturée et de s’enfuir de la base. L’histoire est un peu brouillonne car vous en apprenez une partie avant la mission et l’autre partie via des dialogues pendant la mission. De ce fait, il est facile de louper des détails ou éléments de “scénario” lorsque vous êtes concentrés à descendre vos adversaires. Étant le héros, votre mecha en mode histoire possède une bonne résistance ainsi que des armes prédéfinies dont vous devrez apprendre à vous servir au fur et à mesure de votre progression. Vous ne débloquez pas tout dès le début non plus mais le jeu vous aide à prendre en main correctement les mécaniques de son gameplay.

Une assistance plutôt pratique

Vous pouvez choisir la difficulté du jeu ce qui vous permet de vous concentrer soit sur le jeu en lui-même et avancer dans les niveaux, soit sur l’aspect technique de pilotage, d’esquive et d’élimination des ennemis. La difficulté influe également sur le ciblage et verrouillage automatique des ennemis, ce qui s’avère être plus corsé lorsque vous devez le faire manuellement tout en pilotant et évitant les attaques ennemies. Cette assistance est donc au choix du joueur mais sera fortement conseillée dans un premier temps si vous ne voulez pas vous arracher les cheveux.

Le pilotage du mecha est assez bien pensé et vous évoluerez dans les airs en vous déplaçant en 3D. La prise en main est au final assez simple et facile. Les touches sont bien réparties et ne vous offrent pas 30.000 options où vous perdre. Seule les touches de changement d’arme sont un peu handicapantes (les touches directionnelles sont nécessaires) mais cela est “corrigé” avec la possibilité de temporairement mettre le jeu en pause avec la touche L pour voir une roue apparaître et d’y sélectionner directement son arme. Cela se révèlera très pratique lorsque vous devrez changer d’arme pendant que votre arme principale se recharge. Il existe d’ailleurs une bonne artillerie avec des canons, des mitrailleuses, des missiles à tête chercheuse, des bombes, des drones, des clones et pour certains mechas particuliers, des griffes et des épées.

Les missions sont cependant assez répétitives où on alterne entre exploration, protection/escorte et élimination des ennemis. Fort heureusement, le jeu reste très dynamique et propose des phases de combat intéressantes. Mais on risque de rester sur sa faim si on en attend trop. Afin de casser un peu la monotonie, les deux autres modes de jeu nous aident quand même bien. Le mode survie tout d’abord vous permet de choisir n’importe quel mecha du jeu et vous devrez survivre aux vagues d’ennemis vous arrivant dessus. Vous pourrez alors tester à peu près tous les modèles et toutes les armes disponibles via ce mode qui servira surtout de défouloir. Ici également, vous aurez le choix de la difficulté. Le mode champ de bataille vous fait prendre parti entre les deux factions du jeu et vous devrez accomplir des missions pour gagner en expérience. Cette expérience vous permettra de gagner en grade et amasser de l’argent pour améliorer votre mecha ou en acheter de nouveaux. Vous créez alors plus ou moins votre propre histoire puisqu’aucun scénario n’est proposé pour ce mode de jeu. Encore une fois, la difficulté peut-être également choisie pour ce mode afin de jouer tranquillement ou d’en baver.

On a connu mieux

Graphiquement, Project Nimbus reste soigné et clair dans son interface. Mais on aurait aimé des mechas aux visuels un peu plus pêchus et plus colorés. L’ensemble est correct mais sans plus. La musique semble inexistante en dehors du menu ce qui est un peu dommage. Ca aurait aidé un peu plus à l’immersion dans ce titre relativement sobre. Les temps de chargement sont par contre quasi instantanés ce qui est à la fois excellent et dommage car des astuces et contextes sur l’univers sont présents lors de ces moments et il est difficile d’en lire un en entier. On regrettera par la même occasion la non-traduction du jeu qui sera uniquement en anglais pour nous.

Conclusion
Dans l’ensemble, Project Nimbus est un très bon jeu de mecha avec un gameplay propre et des mécaniques intéressantes. Cependant, il ne faudra pas compter sur un scénario clair et précis puisque celui-ci ne semble pas être la priorité de ce jeu. Les commandes répondent bien, le jeu est fluide et facilement lisible avec une prise en main relativement intuitive. On regrettera l’absence de vraie musiques et de traduction française mais on pointera du doigt des graphismes un peu fainéants qui auraient pu être bien mieux.
Points positifs
  • Bonne prise en main
  • Bonne maniabilité des vaisseaux
  • Gameplay bien pensé
  • La variété d’armes et de mechas
Points négatifs
  • Un peu trop répétitif
  • Des graphismes un peu fades
  • Des musiques trop neutres
  • Pas de traduction française
5
Moyen
Scénario - 5
Gameplay - 9
Graphismes - 3
Musique - 1
Durée de vie - 7
xFlamx
Ecrit par
Grand fan de fantasy, de mangas, et d'animes, j'ai passé des années à lire de nombreux bouquins et corriger les fautes d'orthographe dans des équipes de fansub et scantrad. Joueur occasionnel de LoL, addict aux jeux de société, aux jeux de rythme et à Nintendo, je suis désormais rédacteur/testeur pour Nintendo-Town. Ma plus grande passion : Pokémon ! (surtout Lucario)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire