Crash Team Racing Nitro-Fueled (Nintendo Switch) – Le test

Alors que Mario Kart a posé les bases et continue de dominer dans le genre des jeux de courses porte-étendard de mascottes du jeu vidéo, de nombreux jeux de karting apparaissent dans tous les sens dans l’espoir de prendre une bonne part du gateau de ce mastodonte. Mais il y en a un qui faisait partie de la toute première vague de ces jeux de courses délirants en 3D et qui a su se démarquer. En effet si la première mascotte non officielle de la première Playstation a fait son come back en 2017 grâce à N’Sane Trilogy pour ses 20 ans, il y a un jeu pour lequel les fans se sont de suite manifestés sur Internet, le fameux classique de 1999 : Crash Team Racing. C’est à l’occasion de ses 20 ans (encore ?) que c’est chose faite puisque Crash Team Racing Nitro Fueled débarque de nouveau sur consoles avec des graphismes et un gameplay remis au goût du jour.

Du contenu Gonflé à bloc Nitro !

Arrivés sur le menu, on retrouve différents modes qui viendront rapidement rappeler les classiques du genre, entre le mode arcade et online qui vous permettront de simplement lancer des courses se trouve le fameux mode aventure qui donc de ce remake, comme l’original en son temps, un des jeux de kart les plus intéressants à jouer en solo.

Vous devrez avancer dans 5 zones différentes dans lesquelles il faudra remplir des challenges variés,  allant de la course classique qu’il faudra terminer forcément en première position aux courses dans lesquelles il faudra récupérer les lettres CTR et gagner, en passant par la collecte de gemmes dans un temps imparti dans une arène ouverte. Ce mode a lui seul montre la richesse du contenu de Crash Team Racing, et il sera possible de le parcourir de 2 manières différentes, soit à l’ancienne en gardant le même personnage du début à la fin ou bien dans une nouvelle version vous permettant de changer de personnage, de difficulté, mais aussi de personnaliser votre kart.

Bien entendu dans le mode arcade il sera possible non seulement de lancer des courses simples, mais aussi des modes arène similaires aux ballons de Mario Kart, les collectes de cristaux, le contre-la-montre et la collecte de lettres CTR. Tout ce qui peut se faire en mode aventure peut se faire en arcade mais pour le online, on se contentera par contre des courses et du mode bataille, ce qui est suffisant en soi.

La difficulté légendaire du jeu répond toujours présente avec un mode “moyen” qui requiert toujours un parcours quasi parfait si l’on veut avoir la moindre chance de finir 1er sur un circuit. Si cela peut paraître frustrant aux premiers abords, vous allez rapidement vous adapter et devenir un as du volant (ou passer en mode facile). Le scénario couvre toujours la quête de Nitros Oxide et d’un rival contre qui il souhaite faire une course, avec à la clé la destruction de la planète si vous perdez.

Chaque monde se parcourt librement comme un hub dans lequel il vous faudra terminer 1er de chaque course/défi pour débloquer le suivant. Quelques combats de boss sont présents, il s’agît tout simplement de courses en duel. Comptez environ 6 heures si vous vous en sortez bien pour boucler l’histoire.

Votre progression vous fera bien entendu débloquer de nouveaux éléments de personnalisation pour votre karting, que ce soit le carénage, les roues ou des stickers. Vous pouvez même obtenir différentes skins pour votre personnage ! On peut clairement dire qu’au niveau du contenu, ils n’ont pas fait les choses à moitié. D’ailleurs, un magasin utilisant exclusivement de la monnaie in-game affiche des rotations de nouveaux éléments cosmétiques à acquérir uniquement grâce à votre temps de jeu, une belle leçon dans la société de microtransactions actuelle.

De plus, ce remake ne se contente pas seulement de reprendre le contenu du premier Crash Team Racing puisque se greffent 11 personnages et 13 circuits tirés sa suite Crash Nitro Kart sortie sur PS2, ce qui porte le total a 32 circuits + 12 arènes (pour l’instant !). Car cerise sur le gâteau, le studio à annoncé que de nouveaux circuits exclusifs viendraient se greffer progressivement au travers de mises à jour gratuites introduisant des évènements limités dans lesquels il faudra progresser pour débloquer du contenu. Il est même prévu que Spyro le dragon rejoigne le roster ! Une véritable lettre d’amour aux fans.

Crash and furious 

Après cette belle introduction du contenu, il est temps d’aborder le principal, ce qui a fait que Crash Team Racing est encore l’un des jeux de karts les plus mémorables à ce jour, son gameplay.
En effet, si la difficulté du mode histoire est un point qui peut vite être frustrant, celui-ci est lié directement à la maniabilité spécifique de ce jeu. Exit les boosts automatiques ou l’aspiration que l’on pourrait trouver dans un Mario Kart. Ici, le jeu nécessite que vous concentriez toute votre attention sur votre conduite.

Le système de dérapage cache en effet une mécanique de boosts demandant de l’attention. Au cours d’un drift, il vous faudra presser une touche en fonction d’une jauge se remplissant assez vite dans le coin de l’écran pour bénéficier d’un boost. Cette jauge se remplit jusqu’à 3 fois d’affilée pour vous permettre de créer des combos d’accélération et ainsi avoir une forte pointe de vitesse pendant quelques instants. Cependant, ce n’est pas toujours chose aisée car les dérapages demandent une très grande précision. De plus, différentes zones aux sol sont éparpillées pour offrir des boosts supplémentaires et la réalisation de sauts vous permet d’avoir un boost suppléméntaire à l’atterrissage, plus ou moins puissant selon le temps passé dans les airs. Vous l’aurez compris, il y a tout un panel de turbos différents avec lesquels il faudra composer pour finir à la première place.

Bien évidemment le skill seul ne comptera pas et que serait un jeu de karting sans son lot d’objets ajoutant un peu d’aléatoire et de piment aux courses ? Crash Bandicoot oblige, nous utiliserons ici des caisses de TNT, missiles et bombes, le tout étant principalement un équivalent de ce qui existe déjà partout. Un guide est disponible à tout moment à partir du menu start pour vous donner quelques astuces sur les objets, comme par exemple enchaîner les petits sauts pour vous détacher d’une caisse de TNT et éviter d’en faire les frais.

La sensation de vitesse est bien présente et même en cas de dommages reçus à cause d’un objet adverse, l’animation vous fait trébucher en avant de telle sorte que vous ayez toujours une sensation de mouvement en vitesse au lieu d’être subitement interrompu.

Pour les enfants des années 80-90 qui ont connu le jeu original, Crash Team Racing Nitro Fueled n’est pas un simple remaster mais bien un remake total allant bien au delà du simple upgrade graphique. Tout a été construit de A à Z, sans utiliser aucun élément de code de l’original. Le jeu rend ainsi un très bel hommage à la version de 1999, au même titre qu’a pu le faire N’Sane Trilogy l’an passé.

Version Nintendo Switch oblige, nous avons des concessions qui ont été réalisées pour permettre au jeu de tourner impeccablement sur la console. Nous avons donc droit à un framerate solide de 30 images par seconde, comme ses homologues sur One/PS4, une volonté des développeurs. On pourra tout de même noter que cette version Switch souffre de temps de chargement vraiment très longs en début de course ainsi qu’une résolution dynamique assez souvent réduite rendant le tout légèrement flou à l’écran. Globalement, le jeu rend un peu mieux en version portable grâce à la taille réduite de l’écran.

Conclusion
Comme on l’attendait ce remake ! L’attente en valait clairement la peine. Crash Team Racing Nitro Fueled est à la fois extrêmement fidèle au matériel original et apporte un vent de fraîcheur dans le monde saturé des jeux de course en karting. Son contenu gargantuesque pour le genre ainsi qu’un vrai mode histoire le rendent incontournable pour la partie solo, alors quand on ajoute la possibilité de jouer en multijoueur et en ligne, on obtient l’un des meilleurs jeux de karts disponibles actuellement. On regrettera cependant les quelques concessions graphiques de cette version Switch et les temps de chargements rallongés qui viennent détériorer l’expérience, en espérant que de futures mises à jour améliorent ces points-ci.
Points positifs
  • + Extrêmement fidèle à l’original jusqu’au gameplay
  • + Un gameplay exigeant et satisfaisant
  • + Vraiment fun à plusieurs
  • + Un réel contenu en solo à parcourir
  • + La rejouabilité immense du mode solo entre les difficultés différentes et le mode classique
  • + Les éléments de personnalisation à foison
  • + Du contenu qui viendra se greffer gratuitement au cours d’évènements
  • + De la monnaie in-game permettant de débloquer des éléments cosmétiques en rotation chaque jour
  • + Le fan service à tous les étages
Points négatifs
  • - Les chargements vraiment très longs (vingtaine de secondes)
  • - Des concessions graphiques qui rendent un effet de flou
8.8
Génial
Graphismes - 6
Bande-son - 9
Gameplay - 8
Contenu - 10
Fun - 10
Fan Service - 10
AntwnSan
Ecrit par
Joueur Nintendo depuis la N64 et vénérateur d'Edmund McMillen. Je stream occasionnellement aussi, follow @AntwnSan

3 Comments

  1. Manuto

    Vous êtes généreux avec les temps de chargement.
    Ça me ruine tout le jeu d’attendre aussi longtemps

    Répondre
    • AntwnSan

      Je n’ai pas souhaité pénaliser la notation la dessus sachant que c’est un problème qui touche toutes les versions du jeu notamment sur le online. Ce sera amélioré avec des patchs au cours du suivi du jeu

      Répondre
      • Oriman

        À tester même si je reste fan de Mario kart avant tout

        Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire