Dungeon Stars (Nintendo Switch) – Le test

De nos jours, énormément de personnes attendent d’un produit qu’il soit sophistiqué, avec une finition remarquable et de multiples options dont l’utilisation réelle sera restreinte par leur véritable utilité. Ce constat peut se faire pour les voitures, la maison, l’électroménager, les appareils électroniques… Un produit plus simple et moins cher n’est-il pas pour autant agréable et surtout ne remplit-il pas son rôle principal? Le monde vidéoludique n’est en aucun cas épargné par ce constat et le jeu de Furnace Games est un bel exemple qu’un produit peut être plaisant tout en présentant des choses simples mais efficaces.

Dungeon Stars est un hack and slash intégrant des éléments de rogue like dont l’histoire est plutôt minimaliste : les étoiles et les héros ont disparu, une horde de gobelins ainsi que le vilain ver conquérant les retienne prisonnier dans de multiples donjons, tout l’espoir de libérer les détenus repose sur vous, un des derniers héros libre et prêt à braver les dangers. La narration est amenée via une courte série d’images après laquelle vous devez choisir votre personnage parmis 3 prétendants de différentes couleurs : une ensorceleuse de glace bleue, un guerrier coeur de flamme rouge et un assassin lame de fiel vert qui empoisonne les ennemis (d’autres héros seront jouables une fois libérés). Votre choix effectué, vous arrivez dans un petit hub qui vous permet de voir votre inventaire dans la section “butin”, d’améliorer et d’équiper vos protagonistes dans la section “héros”, d’acheter des potions ou d’autres objets utiles à l’amélioration de vos personnages via des pièces d’or qui se gagnent dans les donjons, puis l’accès aux donjons via les “portails stellaires” gardés par un vieil homme en forme d’étoile. Trois portails s’offrent alors à vous : un premier accessible qui vous mène au choix de différents donjons pour lesquels il y a une petite présentation textuelle ainsi que la difficulté présente dans le niveau, et 2 portails bloqués que vous débloquerez avec des étoiles spéciales récupérées dans un donjon.

Une fois un portail activé, vous accédez au choix du (ou des) héro(s) dans un maximum de 3 pour traverser le donjon dont vous aurez un visuel sur les différents niveaux qui le composent mais aussi sur les différentes couleurs des ennemis, sur la présence de boss et sur le butin. La chose à prendre en compte, et qui donne un léger sens stratégique, est la couleur des ennemis et des héros choisis car le jeu met en place un système de chifoumi : le vert est plus fort que le bleu qui est plus fort que le rouge qui lui est plus fort que le vert. L’expédition préparée et confirmée, le premier étage s’offre à vous et les premières minutes d’un gameplay très simple et minimaliste sont assez déroutantes car vous n’avez aucun contrôle sur le déplacement de votre personnage qui avance tout seul de la gauche vers la droite et qui attaque automatiquement les ennemis qui se présentent à lui. Votre rôle est seulement porté sur la vitesse et le choix des attaques, la défense ainsi que le changement de héros s’il y a différentes couleurs d’ennemis pour un même étage.

Ici les sticks analogiques ne servent à rien, vous défendez en appuyant sur “Y”, vous accélérez l’attaque en appuyant de façon répétée et rapide sur “B”, vous assénez une attaque puissante avec “A” qui permet de faire plus de dégâts mais aussi de briser les boucliers des ennemis, la gestion des capacités du héros et du familier avec les touche gauche bas et haut de la croix directionnelle puis le changement de personnage avec les gâchettes. La surprise passée, la jouabilité se trouve vite intuitive et rend la traversé des donjons agréable voir addictive mais le manque d’évolution et de variation du gameplay, couplé au manque de difficulté du titre, peut le rendre vite lassant sur de longues sessions. A la fin de chaque niveau, vous aurez accès à vos récompenses qui se présentent sous forme d’or, d’objets pour vos héros ou de potions. Entre 2 étages, vous avez la possibilité de changer, soigner ou encore réanimer un héros. Les donjons, les ennemis présents ainsi que les objets sont générés de façon procédurale mais ne sont pas assez diversifiés. Contrairement à d’autres rogue-like, la mort n’est pas punitive : pas de perte d’objets ni de mort définitive, vous recommencez simplement le donjon. Avec de nombreux donjons et quelques phases de farm obligatoires, la durée de vie du titre est plutôt solide.

Votre personnage gagne de l’expérience durant chaque utilisation de celui-ci , ce qui lui permet de gagner des niveaux et d’augmente ses statistiques (PV, dégâts, défense et pourcentage de coup critique). Il est possible de le promouvoir 5 fois avec de l’argent et des objets que l’on obtiendra aléatoirement dans les donjons ou à la boutique. Vous pouvez aussi lui affecter un familier (que vous aurez préalablement libéré lors d’un run précédent) qui lui servira de troisième capacité d’attaque ou de soin selon ses pouvoirs. Vous avez la possibilité de créer un build précis et plus efficace pour chaque héros en l’équipant d’objets avec différentes caractéristiques ( par exemple 1 objet permet de geler un ennemi tandis qu’un autre inflige un bonus de dégâts aux cibles gelées…). Il ne s’agit pas ici de gestion de personnage digne d’un jeu de rôle mais c’est un plus non négligeable qui a un réel effet sur le gameplay.

Graphiquement le jeu opte pour un style cartoon très coloré qui peut faire penser un peu à Rayman Legends et qui donne un rendu plus que correct sans vous éclater la rétine pour autant. Le design des ennemis est lui réussi mais trop peu varié et vous rencontrerez toujours les mêmes ennemis et les mêmes boss tout au long du jeu. Concernant le son, les effets sonores comme les cris des ennemis ou le bruit de nos attaques prennent largement le dessus sur la musique qui est plutôt immersive et aucun réglage ne permet d’ajuster cela.

Conclusion
Dungeon Star est la preuve qu’il n’est pas nécessaire d’avoir un gameplay ultra complet et d’un système de jeu profond pour faire un bon jeu dont l’addiction risque d’en surprendre plus d’un. Malheureusement, il prouve aussi que le manque de diversité dans sa jouabilité, dans son bestiaire et dans ses donjons installent un côté répétitif qui apporte un sentiment de lassitude sur de longues sessions de jeu. Si vous êtes joueur nomade et que vous cherchez un jeu pour de petites sessions, vous avez ici le titre idéal avec une durée de vie plus que correcte, surtout pour la petite somme de 8.69 euros.
Points positifs
  • système de jeu addictif
  • très accessible à tous, petits et grands
  • gameplay simple et efficace...
  • beaux graphismes
  • LE jeu nomade aux petites sessions par excellence
Points négatifs
  • … mais qui manque de variété, ce qui amène une certaine lassitude
  • donjons qui manquent aussi de variété
  • bestiaire vraiment trop limité
  • manque de difficulté
7
Bon
Graphismes - 6
Bande-son - 6
Durée de vie - 6
Rejouabilité - 8
Accessibilité - 9
CrazyBearded
Ecrit par
Joueur depuis plus de 31 ans, je suis un passionné de jeu vidéo de tous types et de toutes plateformes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire