Wolfenstein: Youngblood (Nintendo Switch) – Le test

Vous êtes-vous déjà posé la question de savoir ce que serait devenu la France si les allemands avaient remporté la seconde guerre mondiale? Imaginez à quoi aurait ressemblé Paris sous l’occupation des nazis? C’est ce que vous propose les développeurs en cassant un peu les codes d’un jeu qui est un peu le patriarche du FPS : Wolfenstein. En effet, étant historiquement un FPS solo, MachineGames associé à Arkane Studios Lyon (développeurs de Dishonored) ont eu l’idée de faire avec Wolfenstein: Youngblood un FPS coopératif avec quelques notions de RPG.

Vous allez retrouver en introduction le charismatique BJ Blazkowicz ainsi que sa femme Anya en 1980, 19 ans après les événements de Wolfenstein II: The New Colossus, en pleine formation au combat de leurs jumelles Jess et Soph. Bien que Blazko le Barjo ait pris un petit coup de vieux, il repart en mission dans un Paris occupé par les nazis sans donner le moindre signe de vie à sa famille. Il n’en fallait pas plus pour que les 2 sœurs à peine majeures, que vous incarnez seul ou avec un ami, partent à la recherche de leur héros de père et qu’elles se retrouvent enrôlées dans la résistance à peine arrivées dans la capitale française. Plusieurs choix s’offrent à vous pour débuter : héberger une partie en ligne ou en solo (avec l’IA qui contrôle la deuxième sœur), lancer une partie rapide qui recherchera un autre joueur via le matchmaking, puis la dernière variante, rejoindre la partie d’un de vos amis. Vous aurez le choix d’incarner une ou l’autre des jumelles ainsi que de modifier le skin de l’exosquelette.

Des nouveautés au détriment de l’histoire

Le gameplay de base Wolfenstein II est bel et bien présent : les gunfights sont nerveux, intenses et massacrer du nazis ou du mécha nazis est toujours aussi jouissif. Il n’y a aucune remarque à faire une fois manette en mains, si ce n’est préciser qu’il y a, pour les adeptes, un mode gyroscope qui est à activer dans les options. L’une des nouveauté de cet opus est donc la coopération et cela se ressent immédiatement dans un level design totalement adapté qui propose toujours plusieurs possibilités d’approche, que ce soit pour contourner et passer en discrétion (bien que difficile car vous vous faites vite repérer), soit pour effectuer une attaque stratégique de la zone ciblée. N’ayez crainte, le mode gros bourrinage est bien évidemment de la partie si vous le décidez. Vous aurez quelques interactions à faire obligatoirement à deux, comme ouvrir certaines portes ou certaines boîtes, activer des leviers … Lorsque l’un des deux joueur est au sol, l’autre doit le réanimer dans un temps imparti. S’il échoue, vous perdez une de vos 3 vies communes et lorsque vous n’en n’avez plus aucune, vous redémarrez au tout début de la zone avec une seule vie au compteur. Comme tout jeu multijoueur actuel, il y a des émoticones appelées ici “Signes” et déblocables avec les pièces que vous trouvez dans le jeu, activables en utilisant le bouton haut du pad à une certaine distance de votre sœur. Plus que de simples outils de communication entre les joueurs, les développeurs ont su les rendre utile en leur affectant une capacité unique à chacun d’eux (récupérer de la santé, du bouclier,possibilité de ranimer votre allié à distance…).

L’autre nouveauté de ce stand alone est l’implémentation de mécanique RPG avec un gain d’XP (en accomplissant des quêtes ou en tuant les ennemis) qui vous fera gagner des niveaux et des points de capacités que vous pourrez utiliser afin d’améliorer votre exosquelette dans 3 catégories : Esprit, Force et Pouvoir. Il vous est possible aussi d’améliorer de nombreuses parties de vos armes avec la monnaie du jeu. Pour chaque partie vous avez le choix parmi 3 “marques” qui améliorent chacune une capacité de votre flingue (précision, dégâts et cadence de tir). Si vous équipez 3 éléments de votre arme avec la même marque, vous obtiendrez un bonus typique à chacune d’elle. Plus vous montez en niveau et plus vous débloquez de nouvelles améliorations. Cet aspect RPG permet aussi de faire des persos complémentaires, mais seulement avec un allié incarné par un joueur réel, car en effet, en jouant en solo, votre jumelle aura exactement les mêmes améliorations que vous, ce qui est dommage puisqu’il aurait suffit que l’on vous donne le choix de cette évolution pour garder cette aspect stratégique en solo. Ces nouveautés auraient pu être appréciables si elles n’avaient d’incidences sur l’histoire qui était un des points fort de son prédécesseur. Dans Youngblood, le récit est au minimum et plutôt prétexte aux gunfights. Un retour en arrière pour la saga de ce point de vue.

IA: plus artificielle qu’intelligente?

La possibilité d’établir une tactique en solo est limitée car il n’y a aucun moyen de donner des ordres à votre sœur afin de la diriger sur le terrain ; elle reste collé à vous ou lorsque vous devez effectuer une interaction à 2, il n’est pas rare de devoir attendre qu’elle se décide pour accomplir sa tâche, ce qui réduit grandement le plaisir du jeu en coop. De plus, lorsque vous tombez à terre, que vous êtes à couvert et malgré votre demande via le bouton “B”, il arrive bien souvent que votre jumelle ne vienne pas vous réanimer. Il faut dire que votre allié ne brillera pas par son IA qui se trouve être un gros point noir du jeu. Autant celle des ennemis n’a jamais brillé dans un jeu Wolfenstein sans jamais réduire le plaisir de jeu, autant celle bancale de votre allié dans un jeu en coop peut détruire l’expérience. Défourailler du SS avec un ami est jouissif, mais en solo, le plaisir est moindre jusqu’à devenir un calvaire lors de certaines phases (surtout le boss de fin qui est vraiment pensé pour être fait en coop).

Étant découpé en plusieurs zones, il y a beaucoup d’allers retours entre chacune d’elles qui s’effectuent via le métro et qui engendrent des écrans de chargements plutôt rapides qui peuvent inclure des animations entre les frangines ou le récit du lieu vers lequel vous vous dirigez. Cela hache un petit peu l’action mais rien de bien gênant. Ce qui est plus fâcheux par contre, c’est la réapparition des ennemis dans les niveaux. De fait, lorsque vous avez nettoyé une rue ou une place de tous les ennemis et que vous faites un aller retour dans la rue suivante (ne serait ce que d’un mètre), tout ce beau monde aura ressuscité. Concernant la durée de vie, tout va dépendre de votre façon de jouer et de votre envie de collecter l’ensemble conséquent d’objets cachés dans le jeu. Si vous comptez jouer uniquement en solo, le jeu vous tiendra au maximum une dizaine d’heures. Par contre, si vous optez pour la coop avec vos amis ou d’autres joueurs, quelques heures se rajouteront très facilement au compteur.

Une version Switch impressionnante !!

Techniquement, il n’y a aucune surprise, le portage Switch de Wolfenstein: Youngblood est effectué une nouvelle fois par l’équipe de Panic Button qui était déjà aux commandes de l’excellent portage de Wolfenstein II: The New Colossus. Le jeu est magnifique tant sur télévision qu’en portable, il tourne en 720p 30 fps quasi constant avec de très légères baisses lors de combats avec de nombreux ennemis et de nombreuses explosions dans de grandes zones ouvertes. Panic Button montre une nouvelle fois que malgré son retard technologique sur la concurrence, la Switch est capable de très belles choses. L’ambiance sonore est elle aussi excellente avec un doublage français de qualité. Il faut noter tout de même que tout n’est pas parfait et que nous avons rencontré des bugs tant graphiques que sonores (textures manquantes ou déformées, absence de détonation lorsque l’on tire avec une arme…) qui seront sans doute corrigés avec de futures mises à jour.

Nous tenions à terminer ce test avec l’excellente idée qu’est l’implantation du “Buddy Pass” dans la version “Deluxe Edition”. Grâce à celui-ci, vous pouvez jouer en coop avec un ami à vous qui ne possède pas le jeu et cela dans son intégralité. Le Buddy Pass est illimité, vous pourrez l’utiliser avec autant d’amis que vous le voulez. Un effort louable et appréciable de la part de Bethesda.

Conclusion
Le partenariat entre MachineGames et Arkane Studios Lyon était alléchant sur le papier, dans les faits cela n’apporte pas autant qu’on aurait pu l'espérer. Introduisant la coopération et une mécanique RPG pour la première fois dans l’histoire d’un jeu Wolfenstein, on pourrait parler d’innovations rafraîchissantes mais les soucis d’IA en solo et l’histoire au rabais comparée à son prédécesseur dont le récit était une franche réussite nous empêchent d’être pleinement satisfaits de ces nouveautés. Techniquement quasi irréprochable tant sur TV qu’en portable, la série Wolfenstein sur Switch reste un étendard technique pour la console. Un grand défouloir à privilégier grandement entre joueurs réels.
Points positifs
  • le Buddy Pass
  • une technique maîtrisée...
  • la coop en ligne
  • level design permissif et fait pour la coop
  • mécanique RPG bien incorporée
  • le plaisir, l’intensité et l’efficacité des gunfights
Points négatifs
  • la coop en solo
  • dans IA il y a intelligence non??
  • … malgré quelques bugs
  • l’histoire au rabais qui n'est qu’un prétexte aux gunfights
  • les allers retours entre les zones qui deviennent lassant
  • les jumelles qui ne resteront pas dans les mémoires
7.6
Bon
GRAPHISMES - 9
Bande - Son - 8
Durée de vie - 6
Rejouabilité - 7
Accessibilité - 8
CrazyBearded
Ecrit par
Joueur depuis plus de 31 ans, je suis un passionné de jeu vidéo de tous types et de toutes plateformes.

13 commentaires

  1. Orchidia01

    Oui clairement ce jeu est fait pour jouer avec un autre ami ! Par contre tu n’as pas trouvé le jeu court ? Avec un ami on l’a finit en 15 h, sans forcer l’allure tout en faisant les quêtes annexes … Je l’ai même fait trainer car je regardais la déco qui était plutôt pas mal 😀 , niveau décor ils y ont mit le budget !
    Je suis du même avis , les quêtes annexes plutôt chiantes sur l’aller-retour, juste sur ça car l’objectif changeait tout le temps .
    Je jouais avec le fusil de base + le couteau , à la fin du jeu il était level 12 XDD

    Répondre
    • CrazyBearded

      Concernant la durée de vie ça dépends comment tu vas jouer, personnellement en solo avec cette IA c’était plutôt long par contre en multi le plaisir est réellement présent et le jeu paraît un peu court effectivement. Mais il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un stand alone vendu moins cher qu’un jeu “normal” ce qui rend la durée de vie correct pour le prix.

      Répondre
      • Orchidia01

        Nous étions en difficile et ensuite très difficile 😀
        J’ai fait un bout avec l’ia et je me suis ennuyée et agacée , il n’est pas dans l’action comme je le souhaitais ^^”
        Mon ami avait lu une durée de vie 25-30h ça doit sans doute être sans son binôme …

        Répondre
  2. Concernant les graphismes je suis pas d’accord le 2 tournait mieux franchement. La modélisation est immonde le jeu est vachement flou. Bref je pense que le plus gros miracle switch sera accompli par Saber Interactive qui porte The Witcher 3 Wild Hunt.

    Répondre
    • Orchidia01

      Je jouais sur pc , donc en soit nos point de vues seront différents ^^”

      Répondre
      • Seby

        Bonsoir vous me conseillez lequels . Celui ci ou doom me tente bien aussi….

        Répondre
        • Fire Akuma

          Perso, celui ci

          Répondre
        • CrazyBearded

          Bonjour, tout dépend de votre envie entre solo ou multi, si c’est pour du solo je vous conseille Doom ou encore l’excellent Wolfenstein II the New colossus.

          Répondre
  3. Manuto

    Un test sympa.
    Un jeu que je me ferai avec plaisir

    Répondre
  4. Fan d’Order et Colossus, je suis évidemment déçu avec Youngblood, bien que je passe du bon temps. Mais si on veut clairement un jeu de la trempe des vrais opus (scénario, profondeur de jeu, de réflexions, mix parfait entre sérieux des thèmes abordés et de la série Z, figure mythologique qu’est Blazko), faut passer son chemin et attendre l’opus 3. Là, c’est fade… par contre, c un super plaisir d’avoir un Fps de cette qualité (surtout graphique) sur Switch. Pour moi c encore mieux que sur le Colossus (détails des textures, affiches sur les murs + fins). Bravo Panic Button

    Répondre
    • Manuto

      C’est un spin off, c’est pour cela.
      Esperont le 3e opus sur switch également

      Répondre
  5. JulieSailing

    Le test est cool, il me tente bien. Par contre, acheter une boite sans cartouche, très peu pour moi O_o

    Répondre
    • Manuto

      Allez, c’est la première fois le plus dur, après ça passe tout seul

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire