Robbie Swifthand and the Orb of Mysteries (Nintendo Switch) – Le test

Développé par Pixel Reign, Robbie Swifthand and the Orb of Mysteries est un jeu de plate-formes/action au gameplay exigeant die & retry qui, selon les développeurs eux-mêmes, est destiné aux « hardcore gamers ». Bien que ce soit une boutade évidemment, il n’en reste pas moins difficile pour autant par moments.

Robbie et les cristaux dans un royaume de crânes

L’histoire de Robbie Swifthand vous met dans les bottes d’un voleur qui se retrouve à passer au travers les pièges d’un temple maya abandonné. A l’intérieur de ce tombeau, il rencontre un esprit qui l’avertit que l’humanité sera en grand danger si un esprit maléfique présent dans le tombeau du temple est libéré. Pour sauver le destin de l’humanité, votre tâche sera donc de ramasser des cristaux qui serviront à sceller définitivement cet esprit. Le scénario est globalement assez présent dans la continuité du jeu avec des petites scènes de dialogues entre l’esprit et Robbie, le tout servi d’une petite pointe d’humour bien amenée puisque Robbie n’en a pas grand chose à faire en soi, son seul objectif est de se faire un maximum d’or. Son côté antihéros marque son caractère et on se retrouve tout de même à poursuivre la quête mais uniquement parce qu’une récompense est à la clé.

Au niveau du gameplay, Robbie se joue comme un platformer hardcore. On pourrait par exemple prendre comme référence Super Meat Boy afin de vous donner une idée.Dans chaque niveau, l’objectif sera de récupérer une gemme qui sert de clé que vous devrez lancer dans un portail qui vous permettra de débloquer le niveau suivant.

Le jeu est très cruel et ne manquera pas de vous faire mourir plusieurs fois par niveau. Chaque déplacement est donc à prendre avec précaution pour ne pas finir embroché sur des piques, écrasé sous des blocs de pierre ou pour ne pas déclencher des mécanismes reliés à des pièges. Vous pourrez sauter, vous accroupir et sprinter, les contrôles réagissent très bien, ce qui rend l’expérience plaisante à parcourir (dans la limite de ce que la difficulté pourra vous faire subir évidemment). Bien entendu le but n’est pas d’être injuste et punitif. La difficulté est présente en tant que challenge et chacune de vos morts aura un but éducatif pour vous permettre de ne pas reproduire vos erreurs et de progresser. Chacune de vos morts laisseront quelques traces de sang sur place qui pourront vous servir d’indicateur de danger, mais surtout vous rappeler que vous êtes mauvais.

Le jeu se découpe en 3 mondes qui correspondent à des difficultés différentes reprenant les mêmes niveaux en y ajoutant de subtils pièges supplémentaires et de nouvelles capacités à vos mouvements pour vous adapter afin de ne pas rendre l’expérience trop redondante, comme utiliser un double saut. Il y a dans chaque monde plusieurs chemins d’accessibles pour ne pas vous retrouver coincés et ainsi pouvoir partir sur des routes alternatives.

Au total vous pourrez compter dans les 10 heures pour terminer le jeu, et puisque la progression sur la sélection des niveaux comprend des chemins alternatifs, il y a une certaine rejouabilité pour compléter la centaine de niveaux disponibles. De plus, au fil de votre avancée dans le jeu, de nouveaux pièges sont introduits assez régulièrement pour vous apporter un peu de fraîcheur et de difficulté. Certains niveaux seront même des niveaux de poursuite dans lesquels vous devrez échapper à une roue géante qui menace de vous écraser. La courbe de progression est assez honnête bien que les derniers niveaux seront forcément des cocktails de pièges en tout genre.

Au niveau de la direction artistique le jeu nous amène dans une tripotée de niveaux et donjons assez variés. La partie qui marquera le plus viendra du personnage de Robbie dont les expressions faciales changent en fonction du contexte. Il fixera ainsi toujours les pièges aux alentours et va s’essouffler après un passage ardu, ce qui rend le personnage un peu plus sympathique et vivant. Les effets de lumière sont également très bien réalisés pour un jeu en 2D.

Conclusion
Robbie Swifthand and the Orb of Mysteries est un bon jeu de plate-formes exigeant qui va pouvoir ravir les fans de jeux die & retry avec sa multitude de niveaux et pièges qui vont apporter un certain challenge pour la complétion. Le design global cartoon et la personnalité d’antihéros de notre protagoniste apportent une touche d’humour qui sert une histoire certes oubliable mais rendant le tout assez attachant. Cela n’exclut pas que vous devrez avoir des nerfs d’acier et une très grande précision dans vos déplacements si vous ne voulez pas finir embrochés plus de 50 fois sur le même niveau.
Points positifs
  • Le gameplay simple aux commandes qui répondent au millimètre
  • L’introduction assez fréquente de nouveaux pièges et éléments de gameplay
  • Les expressions faciales de Robbie
  • Les jeux de lumière particulièrement réussis
  • Le sens du challenge
Points négatifs
  • Les différents modes de difficulté des mondes qui réutilisent les mêmes décors
  • Quelques chutes de framerate par moments
  • Pas forcément accessible à tous
6.8
Correct
Graphismes - 8
Gameplay - 8
Durée de vie - 7
Rejouabilité - 5
Accessibilité - 6
Ecrit par
Joueur Nintendo depuis la N64 et vénérateur d'Edmund McMillen. Je stream occasionnellement aussi, follow @AntwnSan

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire