Inferno 2 (Nintendo Switch) – Le test

Portage du jeu mobile éponyme et suite du fameux (je suppose) Inferno+, le “shmup” développé par Radiangames et édité par 2Awesome Studio déboule sur Nintendo Switch avec la ferme intention de muscler vos pouces et de plonger votre intérieur dans un enfer de couleurs flashys, et ce en repensant la formule jusqu’à inventer sa propre étiquette : le “Twin-Stick Action-RPG” en 2D, rien que ça. Inferno 2 sera-t-il un porte étendard de la qualité des portages venant du monde du mobile, inventera-t-il son propre style de jeu ou retournera-t-il dans les limbes de l’eshop. Voici notre enquête.

Le programme est alléchant, un twin-stick shooter, comprenez un jeu de tir vu du dessus dont un stick contrôle votre vaisseau et l’autre tire dans une direction en toute indépendance, mais avec une composante Action-RPG (oui, la même étiquette qu’un Breath Of The Wild, pour ne citer que lui). Le jeu vous met aux commandes d’un vaisseau, au design minimaliste et en vue du dessus, au milieu d’un niveau labyrinthique qu’on peut parcourir dans n’importe quel sens, à la recherche de plusieurs clés ouvrant des passages jusqu’à une porte de sortie. Sur votre chemin, vous trouverez des ennemis, souvent de simples boules de différentes tailles, qui apparaissent en nombre limité ou sont générées à l’infini par des nids à détruire.

Inferno 2 se montre extrêmement fluide et agréable à manier. Dès les premières secondes, on se sent à l’aise aux commande du vaisseau qui répond au doigt et à l’œil. Cela suffit à rendre l’expérience assez agréable et addictive pour vous accrocher sur une session de plusieurs niveaux, et il y a de quoi faire puisque Inferno 2 propose plus de 80 niveaux, regroupés par chapitres et se terminant tous par un boss (souvent une boulette un peu plus grosse que les autres, on aura vu plus épique). Chaque chapitre apporte quelques nouveautés pour étoffer le jeu, de nouvelles couleurs, de nouvelles mécaniques, ce qui n’est pas du luxe étant donné le dépouillement graphique du jeu dans les premiers niveaux. Cela n’échappera à personne, le bleu criard dans lequel le jeu baigne sur les deux premières heures de jeu auront de quoi vous faire pleurer du sang. Le code couleur est pensé pour mettre en valeur les ennemis, très visibles donc, mais tout le reste (vous, le décor, les objets à ramasser…) se confondent avec les informations à l’écran (ATH), qui sont par ailleurs petites et confuses.

Un ATH conséquent car Inferno 2 vous promet des mécaniques RPG, se résumant en vérité à gérer un arsenal dont vous pouvez choisir les améliorations en dépensant de l’XP, ce qui n’a rien d’inédit. Cet arsenal se compose de 4 lasers différents, de 4 types de missiles  et de plusieurs pouvoirs que vous pouvez changer en cours de jeu, ainsi que des drones qui vous suivent en permanence et vous fournissent des tirs supplémentaires. On regrettera que les menus soient à l’image de l’interface générale du jeu, bleus, écrits en tout petits caractères et désagréables à parcourir (surtout en mode tablette). C’est également via le menu pause que vous pouvez changer la difficulté du jeu, à tout momen. Nous vous recommandons de commencer en moyen ou difficile, le mode facile n’offrant aucun challenge. Si vous avez un ami qui s’ennuie à vos côtés, sachez que vous pouvez faire la campagne en coop, ce qui peut rendre le jeu un peu plus amusant en mode difficile ! Une fois venu à bout de la campagne, un New Game + vous permettra de reprendre le jeu à zéro pour compléter vos différentes compétences ou tout simplement accéder à des secrets que vous n’auriez pas encore vus.

Conclusion
Si on ne peut pas lui enlever son gameplay simple, efficace et addictif, on peut cependant reprocher à Inferno 2 quelques soucis de conception qu’il aurait été facile de régler, comme la lisibilité de l’interface, les couleurs parfois mal pensées, et sa bande son un peu molle du genou et peu inspirée. Reste qu’avec son petit prix, vous auriez tort de ne pas vous faire votre propre avis lors d'une prochaine promotion.
Points positifs
  • Si tous les jeux pouvaient aussi agréables à prendre en main…
  • Minimaliste et accessible, même aux grands débutants
  • Un style graphique agréable à l’œil à première vue
Points négatifs
  • Une étiquette “Action-RPG” un peu pompeuse
  • Direction artistique anecdotique (ennemis, boss,....)
  • Si le jeu gagne en couleur au fil de la campagne, les premières heures sont très austères
  • Musique un peu répétitive et contribuant à une certaine mollesse du jeu
  • Interface illisible (textes et icônes)
6.6
Correct
Graphismes - 7
Direction artistique - 6
Technique - 7
Bande-son - 5
Gameplay - 8
Durée de vie - 7
Contenu - 6
Difficulté - 7
YnkRibbon
Ecrit par
Nintendovore insatiable ayant prêté allégeance aux Métroïdvania, aux Soulsborne, aux Action-RPG japonais et aux jeux indés à tendance rétro. Mon twitch : twitch.tv/ynkribbon

3 commentaires

  1. Visuellement il me plaisait aussi 🙂

    Répondre
  2. JulieSailing

    J’aime bien, ça fait passer le temps.
    On se croirait sur une borne d’arcade !

    Répondre
  3. Manuto

    pas plus convaincu que cela, pour ma part

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire