Tools Up! (Nintendo Switch) – Le test

Avec Valérie Damidot qui s’évertue à régulièrement donner un coup de fraîcheur à nos appartements tristounets, tandis que Stéphane Plaza nous offre toutes les semaines des conseils décos pour titiller de potentiels acheteurs, la rénovation d’intérieur suscite beaucoup d’ intérêt. C’est donc avec surprise et légèreté que nous vous proposons de découvrir ensemble le nouveau soft de The Knights of Unity : Tools up ! Enfilez votre bleu de travail et préparez vous à vous salir !

Les soirées jeux vidéo entre amis ont le vent en poupe : entre quelques tours de pistes sur Mario Kart et quelques maladresses culinaires sur Overcooked, de nombreux softs sont désormais disponibles pour pimenter ces moments en famille ou entre amis. Surfant sur ce concept qui a déjà fait ses preuves, les petits génies de chez The Knights of Unity se sont retroussés les manches afin d’offrir aux joueurs un nouveau concept, tout en essayant de garder la même fraîcheur et le même plaisir. Le pari sera-t-il réussi ?

En route les bricolos du dimanche !

Le mode campagne (jouable en multi, tandis que le multi peut être joué en solo, logique…) débute par une courte séquence vidéo présentant brièvement l’univers dans lequel vous allez évoluer : une drôle d’entreprise vient de garer avec fracas son camion professionnel et s’apprête à faire de son mieux (ou plutôt comme elle peut) pour retaper quelques pièces des nombreux logements en décrépitude du coin.

Sans véritable tutoriel ou franche explication, choisissez simplement votre personnage et vous voilà projeté dans le monde du travail, sans période d’essai pour vous guider dans vos tâches quotidiennes : peu de manipulations sont néanmoins possibles, conférant une prise en main qui devrait être assez rapide. En effet, les objets à votre disposition peuvent être transportés/posés, lancés ou utilisés. Sachant cela, vous risquez tout de même de patauger dans la semoule (voir même carrément dans la peinture, jusqu’à vous casser le figure) avant de parfaitement comprendre toutes les ficelles du métier. Qu’à cela ne tienne, c’est en forgeant que l’on devient forgeron : c’est en peignant que vous deviendrez un grand peintre (entre autres) !

Vos objectifs sont résumés sur un plan lâché vraisemblablement n’importe où dans le dit logement à retaper. Ce dernier est consultable une fois déplié, et vous permettra de mettre en lumière (et en couleurs) les zones à travailler. Bizarrerie du soft : la manipulation de la caméra n’est possible qu’avec le plan en main, de quoi vous agacer plus d’une fois lorsque vous ne parviendrez pas à parfaitement visualiser les zones à travailler. Chaque niveau s’articule autour d’un terrible chronomètre (qui vous rendra fou) : réalisez l’ensemble des tâches dans le temps imparti pour remporter un maximum de points. Les plus brillants remporteront l’ensemble des étoiles du niveau, des étoiles qui s’avéreront indispensables pour avancer dans l’aventure mais qui seront aussi nécessaires pour débloquer de nouveaux personnages. Bien entendu, la difficulté s’accentue au fil de votre progression et le nombre de tâches à effectuer se multiplie.

La peinture : c’est un métier !

Chaque action demandera un peu de jugeote : afin de peindre, il vous faudra bien entendu vous placer devant le pot de peinture pour humecter votre rouleau, puis devant le mur à repeindre, et cela sur la totalité des façades de la pièce (tout cela vous semblera assez répétitif à la longue, sachant qu’il vous faudra, le plus souvent, retirer le papier peint au préalable, ou enduire le mur brut avant d’y ajouter la peinture). Par la suite, la complexité se diversifie : les pots de peintures sont livrés à domicile (et le livreur n’est pas toujours très patient !). Certains niveaux élèvent la difficulté et vos actions vous sembleront dès lors diaboliquement redondantes.

Là est belle et bien LA difficulté de ce soft : si l’idée originale est rigolote et audacieuse (qui ne s’est jamais amusé à repeindre des murs dans tel ou tel jeu vidéo, avec cette satisfaction sincère de voir les pièces se colorer progressivement), sa pratique s’avère fastidieuse et agaçante. Les personnages ne sont pas toujours très malins, et refusent même parfois de réaliser l’action demandée. Il vous faudra ainsi vous placer parfaitement devant la cible pour faire comprendre à votre bricoleur ce que vous avez dans la tête. Vous risquez donc de perdre beaucoup (trop) de temps à tenter de réaliser certaines tâches qui n’apportent rien au jeu (comme la récupération de certains outils, ce qui pourra vite devenir frustrant, surtout en solo) ou de vous retrouver avec une terrible défaite.

La prise en main, qui pourrait s’avérer simple avec le peu de touches utilisées et d’actions possibles, se révèle au final parfois peu agréable et notre personnage nous agace rapidement à hocher la tête négativement, d’autant que ce dernier est d’une grande lenteur. Fort heureusement, il est possible de jouer à plusieurs, ce qui permet de décupler ses facultés et redonne un sacré coup de fraîcheur au soft, faute de parvenir à le faire seul sur les murs.

On repeint la chambre et je te paye une bière ?

Tout comme son modèle Overcooked, Tools Up ! ne trouve finalement son véritable intérêt qu’à plusieurs. Parce qu’il est toujours plus fun de faire les corvées à plusieurs, n’hésitez pas ! Jusqu’à 4 joueurs en local peuvent se réunir autour de ce soft. C’est le moment de faire le plein de bières dans le frigo. Une fois la prise en main faite par l’ensemble des joueurs, l’aventure s’avère être globalement plus agréable. Finis les innombrables allés-retours à la benne pour décharger son seau de gravats ou autres déchets inhérents au métier : avec quelques compères dans les parages, il est possible (indispensable) de s’organiser (ou de tout faire capoter !). Allons droit au but : il va falloir communiquer et ne pas avoir peur de se marcher dessus ! En effet, la progression implique de plus en plus de tâches à réaliser, et le chronomètre sera toujours votre bête noire (temps limité dans le mode campagne, tandis qu’il faut faire le temps le plus court dans le mode appelé multijoueur). Ainsi, il convient d’être méthodique et organisé, ce qui n’est pas toujours évident à plusieurs, mais c’est aussi ce qui crée les meilleures sessions de jeux vidéo, à condition d’être accompagné de bons joueurs (les plus bougons risquent de rapidement prendre la poudre d’escampette).

Avec une organisation quasi militaire, il sera possible de progresser significativement dans l’aventure : il faut dire que le déplacement des meubles a toujours été plus facile avec pas mal de bras à disposition ! Eh oui, le métier implique aussi de savoir jouer les déménageurs sans rechigner ! Vous avez déjà vu une rénovation de parquet sans retirer le canapé vous ? Au final, les parties multijoueurs redonnent fraîcheur et gaieté à ce soft qui laissera probablement sur le côté les joueurs solitaires, d’autant plus qu’aucun mode online n’est actuellement disponible. De là à dire que le soft est à la hauteur de son modèle Overcooked…

Des graphismes rondouillards

La séquence vidéo introductive du mode campagne du jeu n’est véritablement pas de toute beauté, plutôt datée et indigne de la Switch. En revanche, une fois pris dans le tourbillon du jeu, les graphismes s’avèrent être totalement cohérents : les pièces des logements sont relativement identifiables ainsi que le mobilier. Néanmoins, soulignons que votre attirail de travail est parfois un peu trop petit pour être parfaitement identifiable au premier coup d’œil. Il se pourrait aussi bien que vous confondiez certains pots, quand vous ne buterez pas lourdement dedans ! Et gare aux gamelles ensuite…

Tools up ! est disponible sur l’eShop de la Nintendo Switch au prix de 20 euros environ.

Le saviez vous ?

Qui dit peinture chez Nintendo, dit forcément Splatoon ! Mais saviez-vous que des lapins devaient être les vedettes du jeu ? Nos amis aux grandes oreilles ont finalement fait place aux calamars que nous connaissons aujourd’hui, mais il s’en est fallu de peu !

Conclusion
Tools Up ! est un jeu avant tout multijoueur risquant de lasser rapidement les plus solitaires : trop mou en solo et souffrant de quelques imprécisions notables dans sa jouabilité générale. En revanche, les joueurs adeptes des soirées jeux vidéo pourraient bien trouver un nouveau terrain de jeu, où la communication sera de mise pour parfaire une progression sans limite. La difficulté s’avère s’élever progressivement, ce qui donnera pas mal de fil à retordre aux groupes d’amis les plus persévérants. Espérons l’arrivée d’un mode online afin d’offrir d’autres perspectives à ce jeu (avec pourquoi pas quelques compétitions !), qui manquent aujourd’hui un peu de contenu pour être véritable à la hauteur de nos attentes.
Points positifs
  • Concept novateur
  • Univers mignon et coloré
  • Jouable jusqu’à 4 joueurs en local
  • Fun à plusieurs
Points négatifs
  • Jouabilité perfectible
  • Un déplacement de caméra fastidieux
  • Vite limité en solo
  • Répétitif, y compris en multi
  • Contenu un peu léger...
  • Peu de modes de jeu.
  • Pas de mode online
6.3
Correct
Concept - 7
Univers graphique et musical - 7
Jouabilité - 5.5
Contenu - 5
Fun à plusieurs - 7
cooky
Ecrit par
Deux passions dans la vie : le monde animal et le monde du gaming ! Adepte des belles plumes, je "switch" entre les poils et les manettes =) .

2 commentaires

  1. Juliuxx Potter

    Assez marrant le stream lol
    Merci pour le test 🙂

    Répondre
  2. Orchidia01

    Oué je suis un peu trop tombée …. :3

    Répondre

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire