Atelier Ryza: Ever Darkness & the Secret Hideout (Nintendo Switch) – Le test

La série Atelier existe depuis 1997. Chaque année, à quelques exceptions près, le studio Gust Corporation a sorti un nouveau jeu de la série sans faillir, toujours en cherchant à améliorer les différents aspects. En ne comptant que la série principale, Atelier Ryza: Ever Darkness & the Secret Hideout arrive en tant que 21ème jeu de la série. Ce dernier nous arrive sans préquel et montre une volonté de changer les codes déjà bien ancrés de la série. Qu’en est-il réellement ? Nous allons voir ça tout de suite !

L’aventure nous appelle

Commençons d’abord par l’histoire. Nous sommes bien loin des contextes habituels, où l’alchimie est un art connu de tous et bien ancré dans le monde. Ici, vous suivez le quotidien banal d’une jeune adolescente nommée Reisalin mais que tout le monde appelle Ryza. Celle-ci vit dans une petite ferme avec ses parents sur l’île de Kurken, au village Rasenboden. Sa vie est simple, monotone et ennuyeuse. Accompagnée de ses deux meilleurs amis, Tao et Lent, elle cherche à casser son quotidien et est connue pour les entraîner dans ses aventures farfelues. L’histoire commence sur sa dernière idée merveilleuse : explorer le monde extérieur de l’île. A peine l’idée posée sur la table, vous apprenez l’arrivée d’une caravane de marchands venus s’installer quelques temps. Parmi eux se trouve une fille prénommée Klaudia qui se liera très vite d’amitié avec Ryza et qui se retrouvera elle-aussi embarquée dans cette folle aventure de découverte de l’inconnu.

Les aventures de Ryza vous feront suivre les péripéties de ce groupe d’adolescents qui veulent sortir de la monotonie tout en cherchant un sens à donner à leur vie. Ils se confrontent cependant aux difficultés de leur âge : querelles avec les parents, moqueries de l’entourage, discours qui ne sont pas pris au sérieux par les adultes, etc… Le scénario progresse donc sur plusieurs tableaux, alternant de manière fluide entre l’aventure et les soucis des personnages. Votre quête vous mènera alors à résoudre tous les problèmes qui se poseront sur votre route, parfois par le biais de saynètes, d’autres fois par vos actions à travers le scénario ou encore par l’intermédiaire de quêtes annexes. Vous ferez des découvertes et verrez grandir les personnages dans cette aventure, le tout en en apprenant davantage sur le mystère qui entoure l’île et ses environs.

Et tu tapes, tapes, tapes… ♪

Là où Atelier Ryza se distingue de ses compères, c’est dans son abord de l’alchimie. Votre première heure de jeu se concentra exclusivement sur la découverte de l’univers, des personnages, de leurs personnalités et leurs problèmes d’adolescents. Le contexte et le début de l’histoire sont beaucoup moins niais et moins dans une optique de “devenir le meilleur”. Les personnages sont beaucoup plus attachants, plus humains et plus proches de nous. C’est une fois le contexte bien placé et l’aventure entamée que l’alchimie viendra prendre place au sein du jeu. Mais avant cela, vous aurez bien d’autres occupations.

Ryza est équipée d’un grand bâton qui lui permettra de récolter d’ores et déjà différentes ressources. Que ce soit en tapant sur des plantes, des roches ou des arbres, vous pourrez déjà bien remplir votre sac en préparation de ce qui vous attendra plus tard. Le bâton s’actionne avec le bouton Y et vous servira plus tard pour actionner n’importe lequel de vos outils. Si vous restez appuyé sur le bouton, une aura rouge se mettra à scintiller autour de vous après un petit délai. Cette aura indique que votre coup aura une meilleure probabilité de rapporter un plus grand nombre d’objets, ou encore des objets rares ou de meilleure qualité. A utiliser donc sans modération. En terme d’outils, hache, serpe, marteau, filet, canne à pêche et bâton explosif seront de la partie mais nous y reviendrons plus tard. Les déplacements sont classiques, stick gauche pour bouger librement et stick droit pour orienter la caméra. Le bouton R vous permet de courir lorsqu’il est maintenu tandis que les gâchettes ZR/ZL changeront le zoom de la caméra sur le personnage. Les boutons A et B vous serviront respectivement pour valider/annuler dans tous les menus. Le bouton X vous permettra d’accéder au menu principal qui s’étoffera au fur et à mesure de votre progression. Le bouton + vous donne accès aux quêtes principales et secondaires tandis que le bouton – vous donnera accès à la carte. Au début de l’aventure, l’accès à la carte sera exclusif à la ville de départ, mais une fois votre Atelier construit, le même bouton vous donnera accès à l’intégralité de la carte du monde et vous aurez accès à toutes les zones déjà visitées, juste en les sélectionnant. Bien que l’on puisse penser qu’il s’agit d’une aide de jeu beaucoup trop simplifiée, vous en serez extrêmement reconnaissant aux vues des nombreux allers-retours qui vous attendent lorsque votre sac sera plein. De plus, il n’est pas impossible que vous soyez à court de ressources, de PV ou de tout autre élément vous permettant de progresser en toute sécurité et retourner à votre Atelier instantanément ne sera pas un choix à négliger.

En progressant dans l’aventure et en effectuant certaines quêtes annexes, vous obtiendrez parfois des indices permettant de dénicher des trésors. Chaque trésor est dissimulé derrière 5 fragments que vous devrez atteindre dans les zones indiquées. Celle-ci apparaissent clairement sur la carte du monde et le plus difficile sera de les atteindre (endroits inaccessibles en fonction de vos objets ou votre progression, ou monstres beaucoup trop puissants au moment de la découverte du trésor). Certains fragments (voire le trésor en lui-même) sont parfois protégés par des monstres errants ou même des boss de zone. Les monstres errants se baladent sur la carte tranquillement et vous foncent dessus dès qu’ils vous voient. Les boss de zone, eux, restent immobiles même si vous vous tenez devant eux (hormis quelques rares spécimens). Vous avez la possibilité de les contourner pour les éviter ou de les frapper avec votre bâton (ou tout autre outil équipé). Frapper un ennemi avant qu’il ne vous touche vous donnera des bonus en combat ainsi que l’initiative. Ceci vous sera indiqué par un petit halo blanc avant le début de combat.

Des combats riches et intenses

Le contact effectué, le combat se lance et vous voilà face à une nouvelle interface. Tout d’abord, premier point important, le combat est dynamique et seule la pression du bouton + permettra de mettre en pause. Si vous restez en attente sans effectuer aucune action, vos alliés et les ennemis feront tout de même leurs actions. Il faut donc toujours rester vigilant lors des combats. En fonction de l’outil que vous avez utilisé pour initier le combat (si vous avez frappé l’ennemi avant qu’il ne vous atteigne), différents malus seront appliqués à un ennemi. La hache et la serpe diminueront leur défense, le marteau leur attaque, le filet à papillon leur vitesse et le bâton explosif diminuera les PV de départ. Le bâton simple n’inflige aucun malus. Si vous tombez sur un groupe de 2 ennemis ou plus, seul le premier ennemi du groupe aura le malus et celui-ci se dissipera au bout de quelques tours. Les malus et bonus des ennemis/alliés sont indiqués sous leur barre de PV. Vous pourrez y accéder à n’importe quel moment en mettant le combat en pause. Une petite fenêtre vous permet d’accéder aux statuts des personnages avec un résumé des différents effets. Vous pouvez consulter également le statut des monstres et voir ainsi leurs faiblesses et résistances aux éléments. Passons maintenant au combat en lui-même.

Une jauge sur la gauche de l’écran sert de piste d’initiative. Vous y trouverez sur la gauche vos alliés et sur la droite vos ennemis. Cela vous permet de voir quand le tour de chaque personnage interviendra. Par défaut, vous contrôlez Ryza et les deux autres personnages sont gérés par l’IA. Vous pouvez à tout moment choisir d’incarner un autre personnage grâce aux touches L et R et l’IA prendra le relais du personnage dont vous n’avez plus le contrôle. Ceci aura un intérêt un peu plus tard. Chaque personnage dispose d’une attaque classique via le bouton A, de compétences via le bouton X et peut utiliser les objets dont il est équipé avec le bouton Y. Le bouton B permet de repositionner un allié ou de fuir le combat en appuyant sur “bas”. Chaque attaque classique (bouton A) génère de l’AP. Une jauge d’AP est présente sur le côté droit de l’écran et est propre à chaque combat. L’AP est l’essence même du combat et sa bonne gestion fera de vous un stratège d’excellence. Nous allons détailler ça ci-dessous.

Lorsque vous commencez le combat, votre jauge d’AP est à 0. La jauge vous indique également un niveau tactique qui commence à 1. Pour faire monter cette jauge, vous devez effectuer des attaques classiques ou utiliser des objets. Lorsque cette jauge est pleine, vous pourrez choisir de passer au niveau tactique supérieur en appuyant sur le bouton -. Cela fait cependant redescendre votre jauge d’AP à 0. En revanche, chaque niveau tactique améliore vos autres actions. Par exemple, avec un niveau tactique de niveau 2, vos attaques classiques peuvent être doublées en appuyant sur A pendant l’action et triplées avec le niveau 3 (l’IA le fait automatiquement). Même si le niveau tactique peut aller jusqu’à 5, vous ne pourrez pas attaquer plus de 3 fois avec l’attaque classique. L’effet le plus important est que chaque coup donné en attaque classique vous rapporte 1 AP, donc au niveau 3, vos trois personnages vous rapportent 9 AP par tour. La jauge d’AP est également utilisée pour lancer les compétences. Il s’agit d’un pot de mana commun à toute l’équipe. Il est important de la charger pour avoir de multiples options lors de vos combats. Certaines compétences ou objets ont des effets supplémentaires en fonction du niveau tactique. Vous devez donc tenter d’avoir un niveau tactique correct pour que vos combats se déroulent sans encombres et bénéficier du plus de bonus possibles. Pour atteindre le niveau tactique de niveau 2, vous devez accumuler 10 AP, puis 20 AP pour le niveau 3 et 30 AP pour les niveaux 4 et 5.

Vous avez deux autres possibilités pour charger votre jauge d’AP. La première est bien évidemment d’engager le combat en frappant l’ennemi sur la carte, peu importe l’outil employé. Vous commencerez alors directement avec 10 d’AP ce qui vous permet d’être niveau 2 en niveau tactique dès le début du combat. La seconde possibilité se produit en combat assez fréquemment. Vos alliés vous solliciteront pour accomplir une action particulière comme par exemple utiliser un objet ou lancer une compétence. Ces demandes s’afficheront en haut à gauche de l’écran et si vous les effectuez pendant qu’elles sont toujours affichées, vous pourrez alors déclencher un combo (Order) et gagner 2 AP supplémentaires par allié impliqué. Les combos infligeront bien évidemment des dégâts supplémentaires aux ennemis sans coup d’AP et sans influer sur la jauge d’initiative. N’hésitez donc pas à abuser de ceux-ci lorsque vos alliés vous sollicitent.

L’utilisation de la jauge d’AP n’est cependant pas limitée qu’à ça. Dès que vous avez 10 d’AP ou plus, vous avez la possibilité de court-circuiter le déroulement du combat en appuyant sur ZR et effectuer une action supplémentaire alors que ce n’est pas au tour de votre personnage. Le jeu se met temporairement en pause et vous pouvez alors utiliser un objet ou lancer une compétence (s’il reste assez d’AP après les 10 que vous venez de consommer). Toutefois, si vous vous rendez compte que cela ne sert à rien, vous pouvez annuler et reprendre le cours normal du combat. A savoir que cette action supplémentaire n’a aucune incidence sur la jauge d’initiative, ce qui peut se révéler un choix stratégique important dans certaines situations. Mais on ne s’arrête pas là ! Dans certaines situations, vos alliés seront synchrones et vous demanderont d’effectuer une action précise (soit un objet, soit une compétence). Cela déclenchera un super combo (Extra Order) qui infligera bien plus de dégâts qu’un combo (Order) classique. Tentez de les activer aussi souvent que possible pour retourner un combat mal engagé ou simplement écraser vos ennemis.

Tous les 10 niveaux, vos personnages apprennent une nouvelle compétence et de nouveaux combos (les demandes seront un peu plus poussées mais toujours réalisables). Il existe aussi une compétence spéciale qui se débloquera lorsque vos personnages atteindront le niveau 40, une attaque ultime. Pour l’utiliser, vous devez atteindre le niveau 5 du niveau tactique et rester appuyer sur X. Ceci est tout à fait optionnel et utilisable par le personnage actuellement contrôlé. En effectuant cette attaque ultime, une animation débutera et vous infligerez une grosse quantité de dégâts (à un seul ou plusieurs ennemis en fonction du personnage) mais vous retomberez au niveau 1 du niveau tactique. Ceci est donc à double tranchant et à utiliser judicieusement.

En dessous de la vie de vos alliées/ennemis, une barre jaune indique la résistance de l’unité. Une unité qui subit beaucoup de coups voit cette barre diminuer. Une fois que la valeur de la barre atteint 0, l’unité est étourdie, toutes ses actions en cours sont immédiatement interrompues et elle ne peut plus agir pendant un certain temps (indiqué sur la jauge d’initiative). Cette unité est extrêmement vulnérable et les chances de coups critiques sont grandement augmentées. Vous souhaiterez donc infliger cet état à vos adversaires et éviter qu’ils ne vous l’infligent. Des objets et compétences auront des effets plus ou moins puissants sur cette barre et utiliser un élément très efficace contre un ennemi influera énormément sur vos chances de l’étourdir. Les combos et super combos vous permettront également de diminuer cette résistance ce qui peut être favorable dans de nombreuses situations. Soyez donc vigilants sur votre équipement avant de partir au front pour ne pas offrir des vulnérabilités gratuites, face aux boss notamment.

Une fois le combat terminé, vous obtiendrez un butin en fonction des monstres affrontés. Si vous aviez réussi à exploiter les faiblesses des ennemis, vous avez une probabilité d’obtenir du butin rare. Ces objets vous serviront bien évidemment en tant que composants alchimiques. Chaque combat vous rapporte également de l’expérience et de l’argent. Vous ne pouvez avoir que 3 personnages dans votre équipe mais tous les personnages (même ceux n’étant pas au combat) gagneront les mêmes points d’expérience. L’argent vous permettra d’acheter sur l’île des objets, de l’équipement et quelques livres d’alchimie. Vous obtiendrez de l’expérience bonus également en fonction du niveau tactique avec lequel vous avez terminé le combat. Des pièces d’or peuvent également être obtenues aléatoirement lors de certains combats. Celles-ci pourront être échangées bien plus tard dans le jeu contre des objets rares de haute qualité.

En résumé, le système de combat est extrêmement complet tout en étant simple à prendre en main. Cependant, une bonne maîtrise de toutes les mécaniques fera la différence entre les bons stratèges et les autres. En soi, le jeu peut être terminé sans exploiter tout au maximum, mais cela vous simplifiera grandement la tâche si vous utilisez tous les outils mis à disposition.

L’alchimie pour les débutants

Bien que la partie combat soit extrêmement riche, rentrons maintenant dans le vif du sujet. Lorsque vous aurez fait la rencontre d’un personnage clé après une petite heure de jeu, vous découvrirez les joies et bienfaits de l’alchimie. L’introduction vous aura au moins permis de récupérer de nombreux composants avant de vous lancer dans le grand bain. Cette démarche est assez intéressante et permet d’éviter des allers-retours inutiles et compliqués en début de partie pour synthétiser un simple objet. Vous apprendrez des recettes pour synthétiser les objets et fur et à mesure de votre progression mais aussi à travers vos propres expériences. Chaque objet synthétisé vous fait gagner de l’expérience alchimique qui vous fait gagner des niveaux d’alchimie. Votre niveau d’alchimie est distinct de votre expérience de combat. Un haut niveau vous permettra d’accéder à des recettes plus évoluées. Cependant, avant de parler de la création d’objet, il est important de prendre en compte le point suivant. Tous les composants (ou objets que vous créerez) auront une ou plusieurs affinités élémentaires (feu, eau, foudre, vent) ainsi que deux indicateurs de qualité : une lettre et un chiffre. La lettre vous indiquera la qualité globale du composant ou de l’objet (avec une notation japonaise classique : E, D, C, B, A puis S) tandis que le chiffre vous permettra de savoir son apport dans une recette (allant de 0 à 5).

Pour synthétiser un objet, vous devez vous rendre sur votre marmite d’alchimie et le sélectionner dans la liste des recettes. Cela fera apparaître un arbre à embranchement avec des orbes pour chaque intersection. Chaque orbe nécessite soit un composant précis, soit une famille de ce composant. Pour prendre un exemple, si vous souhaitez créer un objet de soin, un orbe de l’arbre pourra vous demander d’ajouter des plantes, peu importe la plante, et le suivant vous demandera une plante en particulier. Chaque orbe de l’arbre correspond à une affinité élémentaire et à une propriété de l’objet qui sera créé. Pour que la propriété soit active, vous devez faire en sorte de remplir l’orbe avec la bonne affinité. Autour des orbes sont situés des points lumineux (entre 1 et 6) qui vous indiqueront l’apport nécessaire pour activer la propriété. Chaque composant que vous allez sélectionner alimentera l’orbe avec son apport. En survolant les orbes, vous aurez le détail complet de la propriété et de tous les apports nécessaires pour débloquer tous les paliers de l’orbe. Certains orbes n’ont qu’un seul palier unique et d’autres en ont 2 ou plus, chaque palier renforçant davantage une propriété de l’objet final. A titre d’exemple à nouveau, un orbe bleu pourra améliorer la qualité de votre objet de +10 si vous ajoutez un apport de 2. Mais si vous le souhaitez, vous pouvez ajouter plus de composants pour avoir un apport plus conséquent et ainsi atteindre le palier suivant, demandant un apport de 3 (soit 5 au total) et avoir une qualité augmentée à +20.

Certains orbes ont un verrou avec un chiffre renseigné ainsi que leurs propres points lumineux. Cela indique que l’orbe précédent doit être rempli avec des composants respectant la bonne affinité élémentaire ainsi que le bon apport pour débloquer le verrou. En revanche, cela ne remplit pas l’orbe suivant, cela ne fait que débloquer son accès. Les orbes avec un verrou donnent accès à des propriétés plus puissantes pour l’objet à créer. En plus des verrous, certains orbes porteront le nom de “Recipe” (comprendre ici recette), indiquant que si vous parvenez à atteindre et remplir cet orbe avec les bons composants, vous débloquerez une nouvelle recette. Si vous avez ce qu’il faut pour débloquer une nouvelle recette, un petit parchemin blanc apparaîtra à gauche de la recette dans la liste. Ces recettes sont capitales votre progression et ceci est le cœur même du jeu puisque tout reposera sur votre capacité à trouver des composants pour transformer et améliorer vos objets grâce à la découverte de ces nouvelles recettes. Chaque recette est différente et vous demandera différents composants, certains pouvant être trouvés dans la nature ou contre des monstres, d’autres devant être synthétisés. Chaque recette a aussi son propre arbre et ses embranchements distincts. Pas besoin ici donc de courir les boutiques ou attendre après le scénario pour créer de nouveaux objets, quasiment tout est à portée de main. Le seul frein à vos découvertes sera de devoir attendre l’accès aux nouvelles zones à travers l’histoire pour dégoter de nouveaux composants. Attention toutefois car vous devrez avoir un niveau alchimique suffisamment élevé afin d’être en capacité de créer ces objets. Les orbes seront grisés si vous n’avez pas le bon composant ou le niveau adéquat. D’ailleurs, votre niveau alchimique déterminera également le nombre de composants maximum que vous pouvez utiliser pour la création de chaque objet. Cela implique que vous ne pourrez pas accéder à tous les orbes au début du jeu. Tous les 10 niveaux alchimiques, vous pourrez augmenter de 1 le nombre de composants utilisables et ainsi créer des objets plus efficaces ou plus puissants.

Une fois votre quota de composant atteint (ou en appuyant sur + si vous souhaitez ne pas tout utiliser), vous aurez accès à une interface vous permettant de sélectionner des attributs. Tous les attributs sont hérités des composants que vous avez utilisés pour remplir les orbes. Ceux-ci permettent d’augmenter la qualité de l’objet créé, son prix de vente, son taux de coup critique, sa défense, sa vitesse ou encore d’avoir des effets améliorés face à des types de monstres tels que les dragons, chevaliers, fantômes, etc. Vous ne pouvez choisir que 3 attributs maximum donc choisissez bien ceux qui vous seront le plus profitables pour chaque objet, car ils pourront vous être utiles dans d’autres recettes. Quand vous aurez tout sélectionné, vous pourrez créer votre objet et ainsi connaître sa qualité finale, ses affinités élémentaires ainsi que son apport et le nombre synthétisé.

L’alchimie dans Atelier Ryza est beaucoup plus intuitive et simple que dans les opus précédents. Cela permet donc de proposer des évolutions et améliorations bien plus utiles et complètes. Votre hache et votre serpe seront vos premiers outils, mais avec de la patience et beaucoup d’alchimie, vous aurez la possibilité d’obtenir la recette pour combiner les deux en un et ainsi gagner de la place dans votre sac. De même pour vos armes et équipements, vous pourrez les créer vous-même par alchimie et les améliorer grâce aux bons composants en débloquant les recettes adéquates. Ce nouveau système offre une grande liberté de choix et vous permet de créer les objets avec les propriétés qui vous plaisent et ce beaucoup plus facilement. En plus de ça, le jeu vous offre la possibilité de renforcer un objet que vous avez créé (et toujours en votre possession). Bien que cela ne soit pas très utile au début, vous en tirerez profit en fin de jeu pour améliorer vos outils de récolte ou vos armes et armures afin de débloquer toutes leurs propriétés. Évidemment, cela a un prix et un coût. Le premier exige un paiement en gemmes. Ces gemmes ne peuvent être récupérées qu’en dissolvant des composants dans votre marmite (via le menu de celle-ci). Plus la qualité est élevée et le composant rare, plus le nombre de gemmes est conséquent. Le second exige que l’objet amélioré ne puisse excéder votre niveau alchimique. Cela vous évite de créer des objets bien trop puissants par rapport à votre niveau actuel.

A côté de l’alchimie, vous aurez également 2 autres options qui se débloquent plus tard dans l’aventure. La première est la forge et la seconde est le duplicateur d’objets. La forge ne vous permettra pas de créer de l’équipement mais de le renforcer en y ajoutant des composants. Cela vous permet d’augmenter les statistiques de base tels que les points de vie, l’attaque ou la défense et éventuellement modifier les attributs de l’équipement. Le duplicateur d’objets quant à lui permet comme son nom l’indique de cloner des objets que vous avez synthétisés. Cet outil est très intéressant dans les cas où vous n’avez que très peu d’exemplaires d’un composant et que vous souhaitez l’économiser pour d’autres créations. En revanche, cet outil vous demandera des gemmes et le prix variera en fonction de la qualité de l’objet sélectionné et du nombre que vous souhaitez récupérer. Pour finir, un dernier objet sera à votre disposition pour augmenter vos chances d’obtenir des objets rares : le générateur d’environnement. Il s’agit d’une fiole dans laquelle vous pouvez insérer un composant. Chaque composant peut alors générer un mini environnement avec à l’intérieur quelques monstres et composants. Cela vous permet de récupérer des composants précis sans avoir à vous balader sur la carte pendant des heures. Une fois votre environnement créé, vous pouvez vous rendre à l’intérieur pour le visiter afin de récolter les composants et affronter les monstres qui s’y trouvent. Chaque monde ainsi créé génère un code de 4 caractères. Ceux-ci peuvent être partagés (notamment sur des forums en ligne) afin que d’autres joueurs puissent également récupérer les mêmes composants et monstres de l’environnement créé dans leur propre partie. Toutefois, une fois un monde exploré (ou si vous récupérez le code d’un autre joueur), la fiole sera vide de toute énergie et vous devrez la recharger si vous souhaitez y entrer à nouveau. Encore une fois, les gemmes seront une ressource précieuse puisqu’elles endosseront aussi ce rôle de recharge de fiole. Au terme de l’aventure, vous aurez au total 3 fioles et ainsi que quoi faire autant d’environnement.

Bien que l’alchimie soit mise à part au début du jeu, celle-ci est introduite progressivement, pas à pas, sans forcer. Cela colle parfaitement avec le scénario puisque Ryza n’y connait absolument rien et n’en a jamais entendu parler. On ne tombe pas dans le cliché du personnage qui découvre un nouveau talent et devient l’élu qui sauvera le monde en un claquement de doigt et ça fait plaisir. Bien entendu, il s’agit quand même de l’héroïne et il y aura toujours des clichés et stéréotypes mais ceux-ci ont bien été lissés et offrent une grande sensation de découverte et de liberté qui se retranscrivent telles que Ryza les perçoit. En plus de cela, par rapport à d’autres précédents opus, l’alchimie n’étant pas répandue dans le village de Ryza, il n’y a pas de notion de temps à respecter, de notation ou de rang à atteindre ni d’examen à passer. Le jeu propose une initiation à l’alchimie telle qu’elle est vécue par Ryza et c’est plaisant à suivre. Atelier Ryza est à mon sens un excellent moyen de rendre la série accessible aux néophytes tout en proposant un scénario et des mécaniques efficaces et de qualité.

Quand il n’y en a plus, il y en a encore

Alors que le jeu alterne entre dialogues, combats et alchimie, vous aurez tout de même du pain sur la planche si vous souhaitez vous égarer sur les sentiers battus. De nombreuses quêtes annexes sont présentes et vous proposent d’effectuer des tâches supplémentaires au cours de votre aventure. Néanmoins, le schéma sera classique et ces quêtes vous emmèneront vers un dialogue, un combat ou de l’alchimie. Rien bien de transcendant. En revanche, ces quêtes anodines vous en apprendront plus sur l’histoire des personnages et sur l’île à travers quelques petites saynètes et elles vous rapporteront évidemment argent et composants plus ou moins rares. Certaines de ces quêtes seront même l’occasion de dénicher des cartes aux trésors comme nous l’avions évoqué plus haut. Les trésors à la clé offriront des récompenses qui en valent la peine. Hormis ces quêtes liées aux habitants, vous aurez un menu dédié à vos personnages et à leurs souhaits. Il s’agit aussi de quêtes en quelque sorte mais qui permettront à vos personnages de débloquer des compétences passives et d’avoir des statistiques améliorées. Par exemple, éliminer 5 dragons, atteindre une zone de la carte en particulier, vendre plus de 500 composants, récolter 20 roches, synthétiser 5 armes ou encore utiliser 10 fois une compétence. Ces souhaits sont différents pour chaque personnage et donnent des avantages en combat non négligeables. Bien qu’ils ne soient pas extravagants, ils apportent une petite touche de fraîcheur et de renouveau dans la série et dans vos objectifs de découverte.

Avant de partir à l’aventure et au combat, vous devrez tout de même vous occuper de votre équipe. La première chose à prendre en compte sera bien évidemment votre équipement. A créer soi-même ou à acheter, vous trouverez toujours de quoi améliorer votre équipe et cela sera plus que nécessaire aux vues des dangers qui vous attendent. Chaque personnage peut s’équiper d’une arme, d’une armure et de deux accessoires. L’équipement apporte des bonus de statistiques mais aussi de rôle. Vos personnages commencent tous en tant que Novices. Mais en fonction de ce que vous leur donnerez comme équipement, ils pourront adopter les rôles suivants : Attaquant, Défenseur ou Support. Chaque rôle bénéficie d’avantages spécifiques en fonction d’une situation donnée. Plus les équipements sont importants et plus le rôle aura une incidence sur le combat. Un défenseur attirera bien plus l’attention sur lui tandis qu’un attaquant infligera davantage de dégâts. Les rôles vont de pair avec le positionnement de votre équipe. Avec une ligne de front et une ligne de soutien, vous devrez ajuster vos personnages en fonction de leur rôle pour avoir une composition parfaite et parée à toute épreuve. Toutefois, tous les personnages ne peuvent aller au front ou à l’arrière. Vous aurez en fin de partie un total de 6 personnages jouables : 3 pouvant être au front et les 3 autres pouvant être en soutien. Vous devrez alors trouver la composition qui vous convient le mieux, tout en gardant à l’esprit que dans tous les cas, tous les personnages gagneront autant d’expérience, qu’ils participent au combat ou non.

Atelier Ryza propose également des à-côtés pour varier un petit peu. Comme tout jeu typiquement japonais de ces dernières années, un mode photo est intégré au jeu et vous permet de faire des clichés dans le jeu. Celui-ci a été ajouté lors d’une récente mise à jour et se montre assez complet en termes d’édition. Vous pouvez incruster des éléments et des personnages pour embellir et enrichir le décor avant de prendre la photo. Nous ne nous sommes pas attardés sur cet élément mais il semble assez complet pour y passer du temps si vous appréciez ce type de contenu. Vous avez aussi la possibilité de vous confronter à un monstre d’entraînement. Ce dernier ne vous attaquera pas et vous avez trois tours pour lui infliger le maximum de dégâts possible. Vous obtiendrez en récompenses de l’argent, des gemmes et des composants rares en fonction de vos résultats sur trois critères différents (chacun avec son lot de récompenses) : le nombre de dégâts infligés au total, le nombre d’enchaînements de coups (compétences et combo inclus) et le coup unique le plus puissant. Un tableau de record et des récompenses est disponible afin de voir où vous en êtes et de vous la raconter si vous avez tout obtenu. Ensuite, si le cœur vous en dit, la dernière mise à jour vous proposera après quelques heures de jeu de vous occuper d’un gentil petit Puni (veuillez insérer ici Blob, Slime, Gluant ou tout autre monstre gélifié de bas niveau aux couleurs multiples). En nourrissant ce dernier, il vous ramènera divers objets qui pourront vous aider dans votre alchimie. Ce Puni peut changer de couleur et possède des statistiques qui varient en fonction des composants que vous lui donnez à manger, ce qui influera sur les objets qu’il vous ramènera. En bref, vous avez de quoi vous amuser si vous cherchez à faire autre chose.

Un menu Deluxe, sans frites mais avec beaucoup de sel

Atelier Ryza est un jeu bien rythmé, complet et riche en émotions. Cela va de pair avec une bande-son impeccable qui saura s’adapter à chaque situation et scène du jeu. Bien que l’alchimie et les combats soient les moments qui occuperont le plus de temps dans votre partie, les musiques de ceux-ci ne viendront pas hanter vos nuits ni vous polluer les oreilles (hormis peut-être votre première heure dans la ville de départ). A la fois sobres et discrètes, elles restent assez punchy et sonnent bien à l’oreille sans vous trotter dans la tête des heures et des heures, ni vous saouler au bout de quelques minutes. En plus de ça, chaque environnement et zone du jeu propose une ambiance sonore très riche avec le son des animaux tels que les oiseaux ou les criquets ou encore le son du vent qui passe dans les feuilles des arbres. L’immersion est vraiment complète au niveau sonore et c’est vraiment agréable de se balader dans le jeu. Le jeu propose également des graphismes très bien réalisés sans toutefois être dans la démesure. C’est bien plus que correct avec les techniques d’aujourd’hui et la modélisation des monstres et personnage n’a à rougir de rien. On fera d’ailleurs une mention spéciale à la caméra qui parvient à faire l’exploit de ne jamais nous gêner grâce à sa gestion des textures et de la transparence à travers les décors ! Comptez environ une bonne trentaine d’heures pour finir l’aventure en ligne droite, tout en pensant à bien vous équiper. Doublez voire triplez ce temps si vous souhaitez trouver et réaliser toutes les recettes, vous frotter aux 3 grands boss ultimes optionnels ou au New Game + et ses nouvelles difficultés, proposant quelques défis piquants.

Toutefois, deux reproches seront à faire sur ce beau tableau. Tout d’abord, la version Deluxe qui détruit les fondements du jeu et qui est indispensable à toute personne qui débute. Pourquoi cela ? Eh bien cette version Deluxe vous propose dès le début du jeu une extension à votre sac d’exploration (pour entasser les fruits de vos récoltes) ainsi que des bottes de rapidité (qui vous permettent de courir sur la carte et ainsi éviter plus facilement les monstres). Ces deux objets ne peuvent être obtenus qu’après une bonne quinzaine d’heures de jeu minimum (pour un joueur lambda), ce qui implique que vous devrez galérer avec un sac trop petit et la marche normale pendant quinze heures. Un sac trop petit implique des allers-retours à répétition et une exploration décousue car vous n’aurez plus assez de place dans votre sac pour de nouveaux éléments. Fort heureusement, la gestion des déplacements sur la carte de monde révolutionne ce problème, mais cela est très restrictif quand vous savez que vous auriez pu vous épargner quinze heures de douleur avec une version Deluxe. Sans compter que le version Deluxe vous offre le luxe de commencer le jeu avec 100.000 gemmes gratuitement (au lieu de devoir sacrifier de nombreux composants pour la même quantité) et de 4 tenues alternatives pour les 4 personnages principaux (qui changent également lors des cinématiques). Juste dommage que les deux autres personnages soient mis en retrait pour les costumes supplémentaires. En bref, si vous voulez profiter du jeu à fond, prenez la version Deluxe qui en vaut vraiment la peine. Aux vues des avantages proposés et de son prix par rapport à la version classique, ce n’est clairement pas une arnaque !

Ensuite, comme tous les jeux Atelier, encore une fois, toujours pas de traduction française en vue. Vous devrez vous contenter de l’anglais ce qui devient de plus en plus triste, surtout pour un 21ème jeu sur une série aussi grande. Alors certes, le public visé est un public de niche assez restreint, mais avec tout ce renouveau et cette accessibilité, c’était l’occasion de franchir le pas.

Conclusion
Un renouveau de la licence avec plein de nouvelles idées efficaces et une simplification des points complexes pour les exploiter davantage en profondeur. Le jeu nous propose un scénario et un contexte beaucoup moins niais que d'habitude et plus profond, ce qui nous donne de l'empathie pour les personnages et un réel axe de progression tout au long de l’histoire. Les combats, les mécaniques d’alchimie ainsi que la musique et les graphismes ont eux aussi tout pour plaire. Au niveau de la licence Atelier, on repart presque depuis zéro sur ce qui a été acquis au cours des 20 dernières années, ce qui ouvre la découverte de la licence aux néophytes du genre. Pour résumer en une phrase : simple à jouer et plaisant à maîtriser. Il faut néanmoins aimer passer les 3 quarts de son temps à récolter et à crafter car l'essence même du jeu n'a pas changé. Vous trouverez là un très bon investissement en termes de qualité/prix qui cette fois ne fera pas fuir les joueurs non avertis au bout de quelques minutes, sauf si vous optez pour le jeu classique et non en version Deluxe. Dans tous les cas, si vous n’êtes pas anglophobes, Atelier Ryza: Ever Darkness & the Secret Hideout est LE jeu de toute la série qu’il ne faut pas louper !
Points positifs
  • Accessible aux néophytes de la série mais...
  • Des personnages très attachants avec chacun leurs objectifs
  • Un scénario vraiment intéressant, dénué de toute niaiserie
  • Des combats bien rythmés, avec des mécaniques complètes et très dynamiques
  • Une alchimie revue, plus simple et plus complète
  • Une équipe malléable permettant à chaque joueur d’y trouver son compte
  • Des défis optionnels qui demandent beaucoup de préparation
  • Une durée de vie correcte, même en ligne droite
Points négatifs
  • … pas de traduction française
  • Version Deluxe obligatoire pour profiter pleinement du jeu sans prise de tête
  • La première heure de jeu qui traine un peu pour poser le contexte
9
Excellent
Scénario - 10
Gameplay - 10
Musique - 9
Graphismes - 9
Durée de vie - 10
Accessibilité - 6
xFlamx
Ecrit par
Grand fan de fantasy, de mangas, et d'animes, j'ai passé des années à lire de nombreux bouquins et corriger les fautes d'orthographe dans des équipes de fansub et scantrad. Joueur occasionnel de LoL, addict aux jeux de société, aux jeux de rythme et à Nintendo, je suis désormais rédacteur/testeur pour Nintendo-Town. Ma plus grande passion : Pokémon ! (surtout Lucario)

3 commentaires

  1. Juliuxx Potter

    Il a l’air vraiment cool :p
    Merci pour le test !

    Répondre
  2. Man Uto

    Il attend sagement sur ma sd que je termine witcher 3.
    Je l’ai acheté un poil tôt.
    Mais le prochain que je test

    Répondre
  3. Tungdil

    Dommage qu’il soit en anglais 🙁

    Répondre

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire