Crush Your Enemies (Nintendo Switch) – Le test

Préalablement sorti sur PC, Mac, iOS et Androïd, le jeu de stratégie en temps réel, ou STR du studio polonais Vile Monarch vient bomber son torse velu sur Switch ! Sorti il y a exactement deux ans sur Steam, le jeu avait trouvé un certain succès sur une machine où les jeux de stratégie sont rois et semble aujourd’hui vouloir guerroyer à nouveau pour se faire une place au soleil sur notre belle hybride, à l’heure où ce type de jeu se fait encore relativement rare, autant dans son gameplay que dans sa prose.

A l’instar d’un Mushroom Wars 2, lui aussi sorti en Juillet dernier sur la dernière née de Big N, Crush You Enemies vous propose des combats tactiques et nerveux, sur des champs de bataille entièrement représentés à l’écran, ce qui soit dit en passant, vous promet quelques plissages d’yeux si vous ne comptez y jouer qu’en mode nomade. Côté scénario, Vile Monarch a fait l’effort de proposer une trame narrative parsemée de dialogues, qui sera loin d’être anecdotique et renforcera le capital sympathie du jeu, pour peu que vous soyez sensible à l’humour barbare. Loin d’être un détail, cette écriture inspirée, pleine de bonnes références Fantasy et d’une grossièreté rare contribue à vous accrocher aux différentes campagnes du titre. Il est à noter que le jeu est intégralement traduit en français, et respecte quelques finesses dans les blagues proposées. Du beau boulot!

Vous incarnez donc Brog, charismatique leader d’une troupe de barbares crados, grossiers et belliqueux, dont le but est de mener une guerre sans merci au peuple civilisé et un brin précieux de Generia, les Generiens. Un seul but : écraser vos ennemis, comme le rappelle déjà si bien le titre. Je vous laisserai le soin de découvrir par vous-même le reste de l’histoire et la galerie de personnages tous plus décérébrés et rustres, du moins du côté des barbares, servie par un character design pertinent et très bien illustré dans un pixel plutôt fin et nuancé. On sent que Vile Monarch s’est amusé dans l’écriture de son casting et c’est tant mieux.

Le mode Conquête, autrement dit la campagne du jeu, vous propose plusieurs scénarii et plusieurs dizaines de batailles à mener. Les premières vous permettront de vous familiariser avec les mécaniques générales et différentes nouveautés viendront s’ajouter au fil du jeu, toujours soutenu par les dialogues savoureux de nos héros aux grandes gueules. Chaque bataille débute par une phase d’observation où vous pourrez planifier votre action sans le stress du chrono. Une fois la partie lancée d’une simple pression sur la touche Y, il s’agira d’être le plus rapide pour répartir vos troupes sur le champs de bataille afin de vous garantir une victoire éclaire ! La zone de jeu est divisée en carrés de différentes natures et de différentes couleurs. Il y a ceux sur lesquels vous pourrez avancer et ceux qui vous barrent le passage, comme des montagnes ou des lacs. Deux couleurs dominent : orange pour vous et vert pour l’ennemi, mais le terrain est souvent jonché de carrés accidentés qui vous ralentiront. Là encore, une bonne observation des conditions de jeu lors de la phase de reconnaissance sera la clé du succès!

Pour mener à bien votre mission, vous devrez piller les bâtiments ennemis mais aussi les ruines qui sont réparties sur la map, ou encore convaincre des troupes neutres de vous rejoindre.

Plus vous placerez d’hommes dans vos huttes et plus leur nombre augmentera, jusqu’à 50. Vous comprendrez que pour dépasser ce nombre, vous devrez en envoyer une partie vers une autre case, pour transformer par exemple vos paysans en guerriers, en archers, en mages ou encore en scouts. En avançant dans l’histoire, vous pourrez placer par exemple vos guerriers dans des tours de guet surmontés d’une baliste qui tireront à vue sur l’ennemi, agissant comme les archers. Encore une fois, le nombre de dégâts dépendra du nombre de soldats à l’intérieur de la tour. Après chaque bataille, vous pourrez collecter des bières qui serviront de monnaie dans la boutique de power-ups du jeu, qui se révéleront essentiels pour remporter les batailles les plus ardues.

Si un combat s’engage mal dès le début, vous n’aurez que peu de chances de retourner la bataille à votre avantage et  vous gagnerez à recommencer la partie, en connaissant un peu mieux le comportement de l’adversaire pour le prendre de vitesse. Si un retournement de situation est toujours possible, il vous coûtera souvent trop de temps pour pouvoir remporter les trois objectifs demandés, qui varient d’une bataille à l’autre. Plus vous remportez d’objectifs dans une mission et plus vous collectez de têtes, dont le nombre vous permettra d’avancer dans l’aventure.

Si la prise en main sur PC semblait toute naturelle pour le genre STR, et facilement adaptable en tactile sur smartphone et tablettes, l’arrivée du jeu sur console de salon corse un peu la donne. Absolument tout ce qui ne dépendait que de vos réflexes devient laborieux manette en main, vous devrez manipuler un curseur au stick, case par case, et donner vos différents ordres via certains boutons affichés à l’écran. Même s’il était difficile d’optimiser le gameplay à la manette sur ce jeu, vous imaginez l’avantage qu’à un joueur tactile face à un joueur en mode TV lors d’un match en ligne. On est dans tous les cas très loin du combo clavier/souris qui allait si bien au jeu lors de sa première sortie sur PC.

Conclusion
Crush Your Enemies a su tirer son épingle du jeu face à Mushroom Wars 2, sorti le même mois sur Switch, et se permet même de dépasser son concurrent sur plusieurs points, tels que son écriture, sa richesse, peut être même sa personnalité, et bien sûr son prix (presque 3 fois moins cher que son rival). Si vous cherchez un bon petit wargame tactique en temps réel, pour des parties courtes et intenses, vous pouvez d'ores et déjà foncer vers Crush Your Enemies, qui s’est joliment lustré la toison pour l’occasion.
Points positifs
  • l’humour barbare
  • les commandes tactiles
  • campagnes solo plutôt longues
  • tout en français
  • petit prix (7,99€)
Points négatifs
  • commandes un peu laborieuses manette en main
  • peut mieux faire en terme de lisibilité
7
Bon
Scenario - 7.5
Graphismes - 7
Bande-son - 6
Prise en main Tactile - 7
Prise en main Manette - 5.5
Difficulté - 7
Durée de vie - 8
Fun - 8
YnkRibbon
Ecrit par
Nintendovore insatiable ayant prêté allégeance aux Métroïdvania, aux Soulsborne, aux Action-RPG japonais et aux jeux indés à tendance rétro. Mon twitch : twitch.tv/ynkribbon

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire