Instant Sports Paradise (Nintendo Switch) – Le test

Après un Instant Sports Tennis qui semblait avoir mis le studio lyonnais BreakFirst dans la bonne direction, voilà qu’arrive sur nos consoles Instant Sports Paradise, une compilation de mini-jeux pour jouer jusqu’à 4 joueurs devant sa télé. L’occasion de s’apercevoir que le chemin vers la réussite d’un bon party game est encore long à parcourir.

Dans l’Instant tout est bon, comme dans le…

Nous voilà débarqués sur une île paradisiaque avec à notre disposition une quinzaine d’activités. L’idée n’est pas nouvelle, et depuis la surexploitation de ce créneau sur la Wii, les éditeurs semblent avoir limité leur production venant concurrencer, de très loin, Mario Party. Cela n’empêche pas BreakFirst de sortir chaque année son Instant des vacances. Et comme d’habitude, le résultat est, au mieux, risible.

Pourtant, les intentions sont bien présentes. Une île à parcourir avec des secrets à découvrir, des collectibles à récupérer et des activités à pratiquer… L’idée n’est pas nouvelle, mais elle a de quoi donner envie de se détendre à plusieurs, que ce soit en famille ou entre amis, un après-midi de pluie. Des costumes sont disponibles pour égayer le tout, et nous pouvons très vite passer d’une activité à une autre grâce à des panneaux largement répartis sur notre trajet.

Le premier problème que nous allons rencontrer concerne les contrôles et les hits box. Dès notre arrivée sur l’île, nous pouvons capturer des insectes avec un filet, ceux-ci nous apportent de l’argent et nous débloquent des succès. Une bonne idée pour partir en exploration des recoins de l’île. Mais malheureusement, la réalisation est effroyable : nous ne savons jamais où notre filet fonctionne. Devant, derrière, les insectes s’attrapent au petit bonheur la chance. Rapidement, nous ne nous déplaçons plus et spammons le bouton A, ce qui est largement suffisant pour attraper un grand nombre d’insectes.

Notre compte en banque s’est ainsi rempli en vitesse grand V. En deux fois trente secondes de ce régime plus quelques activités soit 30 minutes de jeu, nous avons eu assez d’économies pour acheter tous les articles de la boutique. Heureusement, ceux-ci sont complètement inintéressants et ne s’approchent du mot fun qu’avec une combinaison intégrale, ignifugée et de classe IV contre les radiations, autant dire que le fun n’est pas près de venir nous titiller.

 

Des mini, mini, mini-jeux

Arrive maintenant le douloureux moment où il nous faut aborder les activités. Si Instant Sports Summer Games proposait de vraies activités sportives, cette suite, Instant Sports Paradise, ne fait même pas cet effort. Nous avons le droit à 15 mini-jeux, ridicules la plupart du temps. Je suis trop dur ? Que penser d’un jeu dans lequel il faut faire rebondir une balle de ping-pong ? En motion gaming, c’est juste passable, en mode pro, c’est à dire sans motion gaming, il suffit… de ne toucher à rien. La balle se contente de rebondir et nous enchaînons les high score.

Si certains jeux proposent une variation de gameplay avec ou sans motion gaming, d’autres ne font même pas cet effort, ou deviennent complètement injouables en motion gaming justement. Des mini-jeux ne sont pas adaptés aux daltoniens et, cerise sur le gâteau, la consistance de certaines parties du décor dans d’autres mini-jeux est en somme toute relative, puisque nous nous sommes retrouvés à passer au travers ou à cogner des murs inexistants. Le niveau de finition est extrêmement faible.

Mais ce n’est même pas le plus problématique. L’intérêt même des activités est sujet à caution. Jouer à plusieurs ne change en rien les activités, et aucune interaction entre les joueurs n’est demandée. Chacun des mini-jeux propose trois niveaux de difficulté, mais là encore la plupart du temps, c’est la douche froide tant les challenges sont inexistants. C’est le degré zéro du fun, et la notion de sport, présente dans le titre, ne s’explique aucunement.

Conclusion
Instant Sports Paradise a tout du jeu qu’il faut éloigner le plus possible de nos consoles. Entre une réalisation à minima et des mini-jeux inintéressants, rien ne vient sauver le dernier titre de BreakFirst. Pourquoi ne pas se concentrer sur un seul sport comme ils ont su le faire dans leur précédent titre ? C’est une forte régression que ce titre que nous déconseillons fortement compte tenu de son tarif prohibitif.
Points positifs
  • Le hub est bien pensé
  • Rigolo à plusieurs, mais pas pour les bonnes raisons
Points négatifs
  • Le contenu est rachitique
  • Les mini-jeux sont inintéressants
  • Graphiquement indigne d’un jeu Switch
  • Des problèmes de hit box
  • Bien trop cher (35 €)
  • Du motion gaming bien mal utilisé et mal calibré
  • La bande-son est inexistante et les effets sonores piquent les oreilles
2.5
Sérieux ?
Graphismes - 4
Musiques - 2
Prix - 1
Fun - 3
Gameplay - 2
Contenu - 3
Ecrit par
après 35 ans de jeux vidéos et un plaisir de jouer de plus en plus émoussé, l'arrivée de Zelda BOTW et l'émergence de la scène indé fut une révélation, le plaisir est encore plus fort qu'avant

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire