Doughlings: Invasion (Nintendo Switch) – Le test

Nous vous l’avions annoncé sur le site. Voilà que se profile à l’horizon le tout nouveau Doughlings, mettant en scène de drôles de petites bestioles prêtes à en découdre avec le professeur Morpheus. Ce dernier reprenant du service avec courage, cette suite sera-t-elle à la hauteur du premier opus ?

Les Doughlings font désormais partie du décor chez Nintendo Town, après nous avoir offert une chouette expérience de jeu dans un premier épisode classique mais addictif (retrouvez notre test ICI). C’est donc avec beaucoup d’excitation que nous nous sommes empressés de découvrir Doughlings : Invasion, avec la soif de retrouver cette douce ferveur du jeu d’arcade traditionnel, servi sur notre plateau moderne favori : la Switch.

Morpheus ce héros :

Docteur Morpheus doit de nouveau sauver la planète : après avoir examiné la météorite qui s’était écrasée sur la terre des Doughlings (de drôles de petites bestioles plutôt mignonnes et pleine de couleurs), l’émérite Morpheus s’aperçoit que le gros caillou extraterrestre cache en vérité une arme de destruction massive ! Les premiers combats ont déjà lieu sur la plage… Le temps presse pour devenir le nouveau héros de la contrée des Doughlings ! Une histoire pas franchement enthousiasmante, il faut le reconnaître mais qu’importe, la présentation est courte, ornée de quelques dessins tels une bande dessinée lourdement colorée. Avec courage et détermination, venons en aide à ces petits Doughlings !

Morpheus, façon Space Invaders :

Cette fois ci, votre mission ne consiste pas à soulager de pauvres camarades malades, mais bel et bien de détruire ces gredins qui veulent du mal aux Doughlings. Oubliez le casse-briques d’hier et dites bonjour à un autre jeu d’arcade traditionnel : Space Invader. Armé de boulettes plus ou moins puissantes, il vous suffit de viser votre cible pour l’anéantir. Une cible qui se montrera, bien entendu, de plus en plus coriace.

Au début, un simple coup permet d’éliminer votre ennemi. Puis il en faudra deux, puis trois… tout en gardant l’œil sur leurs propres attaques. Certains seront plus fourbes que d’autres et n’hésiteront pas à tirer sur les côtés, quand d’autres vous tomberont clairement dessus sans ménagement ! Mais, vous avez aussi quelques armes secrètes dans votre attirail.

Morpheus le grand :

Tout comme le premier opus, il vous faut récolter chaque bonus afin d’obtenir une nouvelle capacité plus puissante pour votre personnage. À chaque ennemi vaincu, un pouce tombe sur le sol : récoltez-le avant qu’il ne disparaisse. Après en avoir récupéré suffisamment, vous pourrez rentrer dans une sorte de transe, transformant votre personnage en une machine de guerre.

Si le Morpheus traditionnel ne possède pas de capacité incroyable une fois en transe, la récolte de morceaux d’ADN qui viendront s’écraser eux aussi sur le sol, vous permet de changer pendant quelques secondes votre personnage. Certains détiennent alors des attaques particulièrement intéressantes (le rayon laser, le tir de côté…), et devraient franchement vous faciliter la tâche. Une petite stratégie pourrait bien s’avérer payante… Utilisez vos bonus au bon moment ! Ces transes peuvent également être améliorées si vous parvenez à toucher une cible mobile qui se balade régulièrement au sommet de votre écran. Cela ne devrait globalement pas vous poser trop de soucis et votre puissance sera alors accrue et plus longue.

Morpheus le sage :

Au démarrage de votre première partie (avec une difficulté normale puisque les plus ardues ne se débloquent qu’une fois le jeu terminé une première fois), vous risquez de très vite comprendre la trame principale de votre partie. L’univers est découpé en 5 mondes, chacun comportant 10 niveaux suivis d’un boss. Il vous faut remporter l’ensemble des niveaux d’une seule traite, le Game level est punitif et il vous faudra recommencer le niveau dans son intégralité. Parvenez jusqu’au boss et vous pourrez reprendre directement son combat.

Malheureusement, l’ensemble se boucle assez rapidement et il est assez frustrant de voir la fin du jeu se profiler aussi vite. Nous aurions aimé bien plus de surprises. Le renforcement de la difficulté ne pourra probablement pas assurer le maintien de l’intérêt du joueur pour un soft assez redondant… En effet, les décors des niveaux sont les mêmes, les mondes se ressemblent aussi beaucoup. Les embûches que vous rencontrerez s’avèrent être tout aussi classiques et répétitives, laissant une vague impression d’une déception face au premier opus, un peu plus créatif. Comptez 5h environ pour boucler l’ensemble du jeu en mode normal. Le mode difficile devient accessible suivi du monde insensé. Pas sûr que le joueur soit suffisamment récompensé de ses efforts pour recommencer encore et encore le soft…

Morpheus le feignant :

Aucun mode multijoueurs n’est disponible (un simple classement est proposé dans le menu principal), la possibilité de concevoir ses propres niveaux non plus. L’histoire laisse planer une possibilité d’un nouvel opus à venir mais peut être aurait-il mieux valu en offrir davantage dans celui ci ?

Enfin, les temps de chargement ne sont pas démesurément longs mais bien trop nombreux lorsqu’il est question de recommencer encore et encore le même boss. Pour le dernier notamment, battu avec une seule vie, nous avons passé plus de temps à attendre entre chaque nouvelle session de jeu plutôt qu’à exterminer ce boss final récalcitrant (pour simplement nous proposer par la suite de recommencer le jeu avec une difficulté supérieure… bof bof !). Il aurait été bien plus judicieux de proposer au joueur un simple « recommencer ? » plutôt que de le faire revenir au menu principal, avec un temps de chargement, lui demander de reprendre sa partie, et lui infliger encore un nouveau temps de chargement.

Morpheus on t’aime ?

Vous l’aurez compris,  ce nouvel opus n’est pas sans défaut, et c’est malheureusement avec quelques déceptions que nous rendons notre copie sur ce soft. Néanmoins, malgré une durée de vie discutable et une répétition indéniable, nous avons pris plaisir à parcourir les 5 niveaux quasi d’une traite, accompagnés par des graphismes mignons et colorés. Proposé pour moins de 10 euros sur l’eshop de la Nintendo Switch, son petit prix permet assurément de redonner le sourire, et d’offrir la possibilité à quiconque de faire la connaissance  de ce professeur courageux et vaillant !

Le saviez vous ?

Space Invaders reste un mythe incontestable des jeux d’arcade. Son succès à sa sortie au Japon fut tel, qu’il engendra une pénurie des pièces de 100 yens utilisées dans les bornes d’arcade !

Conclusion
Doughlings : Invasion tente de suivre le même chemin que son grand frère et d’offrir aux joueurs un soft d’arcade addictif et fun. Si le soft souffre de quelques défauts indéniables, il n’en reste pas moins une expérience agréable, qui devrait séduire les amateurs de Space Invaders. Disponible à un prix raisonnable sur l’eshop de la Nintendo Switch, il est le compagnon idéal pour les longs trajets en voiture sur la route des vacances !
Points positifs
  • Morpheus est enfin de retour !
  • Univers des Doughlings respecté
  • Fun
  • Divers personnages à débloquer
  • Prix abordable
Points négatifs
  • Durée de vie moyenne malgré plusieurs niveaux de difficulté
  • Gestion du Game over aux chargements inutiles
  • Répétitif
  • Absence d’un mode multijoueur
6.8
Correct
Graphismes - 7
Jouabilité - 7
Durée de vie / Tarif - 6
Fun - 7
Ecrit par
Deux passions dans la vie : le monde animal et le monde du gaming ! Adepte des belles plumes, je "switch" entre les poils et les manettes =) .

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire