Trine 4: The Nightmare Prince (Nintendo Switch) – Le test

Après un 3ème opus qui a divisé les joueurs, Frozenbyte revient en force avec Trine : The Nightmare Prince, qui reprend les bases de la série. Pour rappel, Trine est une série de plateformer/énigmes dont le premier opus est sorti en 2009. A l’origine en 3D avec une vue de côté, Trine 3 était quant à lui en 3D complète sans effet de caméra 2D. Cela avait rendu le jeu compliqué sur certains points le transformant plus en plateformer dont les plateformes étaient impossible à attraper plutôt qu’en jeu d’énigme, ce qui n’avait pas convaincu la communauté et les critiques. Ce dernier opus était donc très attendu par les fans de Trine et les attentes envers ce dernier étaient énormes. Trine comble-t-il ces attentes ?

Retour aux sources

Dans cet opus, vous devrez sauver un prince d’une malédiction. Ce dernier s’étant essayé à un certain type de magie, il est tombé sous le joug d’une malédiction. Le Trine est donc une nouvelle fois réuni pour résoudre ce mystère. Vous allez parcourir plusieurs tableaux plus ou moins complexes dans lesquels vous seront proposées des énigmes qui vous permettront de rejoindre le tableau suivant. Bien sur, il existe aussi des phases de combat et des boss. Cependant, il n’y a rien de compliqué dans les combats et les boss sont parfois un peu techniques en terme de réflexes, d’autres fois en terme de réflexion. Certains d’entre eux vous prendront une bonne demi-heure, non pas car vous l’essayerez plusieurs fois, mais simplement car il demande de résoudre une énigme assez complexe.

L’originalité de Trine réside dans la diversité qu’il propose. En effet, Vous pouvez y incarner le fameux trio composé d’Amadeus, le magicien, qui vous permettra de déplacer des objets et d’en créer certains comme des Cubes ou des Sphères, de Zoya, la voleuse, qui grâce à sa corde, peut se balancer au dessus du vide en s’accrochant sur certains points, l’attacher entre deux objets pour monter dessus, ou encore tirer certains objets. Contrairement à Amadeus dont le bâton n’est utilisé que pour les sorts, elle peut utiliser son arc pour se battre se battre. Mais le plus efficace au combat sera Pontius, le chevalier, armé de son épée et de son bouclier. Sa lame lui permet sans surprise de taper les ennemis et certains éléments du décor pour les casser et son écu est utilise pour renvoyer les projectiles, se protéger des attaques mais aussi rediriger les rayons de lumière (très utile pour certaines énigmes). Il peut aussi projeter des objets lourd en fonçant dedans.

Vous l’avez compris, chaque personnage a ses particularités et sera utile pour certaines énigmes mais inutile pour d’autres. Il faut aussi savoir qu’il y bien souvent plusieurs façon de résoudre un tableau. Vous aurez aussi l’occasion de récupérer des fioles tout au long de votre voyage, celles-ci vous serviront à améliorer et à débloquer de nouvelles compétences pour vos personnages. Zoya pourra ainsi tirer des flèches élémentaires de glace/feu qui permettent de geler/dégeler certains objets/plateformes et qui sont aussi plus efficaces sur certains ennemis. Amadeus, lui, obtiendra la capacité de se téléporter, et Pontius pourra générer des illusions de lui-même grâce à son bouclier. Il existe ainsi des endroits cachés pour lesquels il faudra redoubler d’ingéniosité afin d’y accéder. C’est d’ailleurs dans ces zones que vous trouverez des objets, pour la plupart narratifs, qui vous en apprendront plus sur l’histoire de nos héros. Dans ce quatrième volet de la saga, on redécouvre les mécaniques de gameplay qui ont fait le succès et l’originalité des deux premiers. A côté de cela, on peut aussi retrouver de bonnes mécaniques reprises du troisième tout en en découvrant de toutes nouvelles.

Et Artistiquement ?

Graphiquement, le jeu est magnifique et nous plonge dans un univers qui peut être aussi bien démoniaque que féerique. Les couleurs sont chaudes et les décors sont très bien travaillés. On retrouve en fait les graphismes des deux premiers opus, avec tout de même une sensation d’avancée technique. On peut aussi voir un superbe travail sur les lumières qui ajoute énormément d’ambiance à beaucoup de tableaux. Les graphismes, réalisés en 3D, donnent une bonne impression de profondeur malgré la caméra en vue 2D. En somme, on se plonge très facilement dans l’univers. Le seul bémol se situe au niveau des personnages peu détaillés dans les cinématiques et dont l’animation a parfois un rendu un peu étrange.

Côté sonore, on retrouve des sonorités assez médiévales-fantastiques qui vont vraiment de paire avec les décors féeriques. Les sons d’ambiance sont assez discrets et on a vraiment l’impression d’être plongé dans le jeu. L’expérience audio est encore meilleure avec un casque.

Un jeu très fluide

Lorsque vous commencerez Trine 4, vous ne saurez plus vous arrêter. Le jeu est tellement fluide que le temps passe à la vitesse de la lumière. Et je ne parle pas que de fluidité technique, irréprochable en mode docké et portable, mais aussi dans son Level design. En effet, lorsque vous vous lancez dans l’aventure, le jeu alterne très bien entre ses différentes phases de combats, de narration, d’énigmes faciles/compliquées. Ainsi, il n’y a jamais de saut ni de creux dans le rythme, le jeu se déroule en toute fluidité et vous amène à enchaîner les tableaux et les niveaux.

Les heures de jeu s’enchaînent sans s’en rendre compte, en avançant dans l’histoire sans voir la fin se rapprocher. L’expérience pourra de plus être prolongée en vivant l’aventure en multijoueur.

[amazon_link asins=’B07P5MPLGF,B07PRHGW7M’ template=’ProductCarousel’ store=’nintendotownf-21′ marketplace=’FR’ link_id=’f774cb71-f7aa-4d60-94d2-073de478dc46′]

Conclusion
Trine 4 est, comme on l’attendait, un très bon jeu, mais aussi plein de surprises. Il retourne aux sources des deux premiers, ce qui est une bonne chose au vu de la déception que fut le troisième chez beaucoup de joueurs. Graphiquement magnifique, fluide et avec un gameplay très plaisant, il offre une superbe expérience de jeu. Trine est une des meilleures sagas dans son genre, et le 4 en est son apogée.
Points positifs
  • Les graphismes
  • Le gameplay toujours aussi original
  • La fluidité du gameplay et de la narration
  • Retour aux sources de Trine 2
  • Plusieurs possibilités de résoudre une énigme
Points négatifs
  • Les personnages dans les cinématiques parfois très peu détaillés
9.3
Excellent
Graphismes - 9
Ambiance/Son - 10
Gameplay - 10
Fluidité - 10
Durée de vie - 9
Scenario - 8
Thiboar
Ecrit par
24 ans, passionné de jeu et développeur dans le jeu vidéo :) Volleyeur à mes heures perdu IRL !

4 commentaires

  1. Et surtout c’est un Trine que l’on peut jouer à 4 gra^ce au mode unlimited!!

    Répondre
    • Thiboar

      Effectivement, c’est important de le préciser. Je n’ai pas parlé de la partie multi joueur car je n’ai malheureusement pas encore eu l’occasion de la tester n’ayant pas trouvé d’adeptes dans mon entourage 🙁

      Répondre
  2. Orchidia01

    Mais pourquoiiiiiiiii tu as écrit que du bien ? !!! ? pourquoiiiiiiiiii ??? ;( ;( ;( ;(;( XDDDD
    Je savais déjà ce qu’il était bien mais là tu tentes de me le faire acheter , avoue ! XD

    Répondre
    • Thiboar

      Ahah! 🙂 Si tu aimes la saga Trine (excepté le 3 ^^), n’hésite même pas.
      Étant fan de la saga j’en attendais beaucoup de ce jeu et je ne suis pas déçu, tellement que je n’ai rien trouvé à redire. Alors foooonce !! En plus t’as le lien direct juste au dessus c’est pas beau ça

      Répondre

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire