Hotshot Racing (Nintendo Switch) – Le test

Souvent, les amateurs de jeu vidéo ont la nostalgie de jeux qui sont excellents dans leurs souvenirs, mais qui s’avèrent assez souvent catastrophiques quand on les relance des décennies plus tard. La solution pourrait donc être de proposer des graphismes et des sons qui rappellent l’âge d’or des jeux vidéo tout en proposant une jouabilité et une maniabilité adaptées aux exigences actuelles ? Hotshot Racing cache bien des choses sous son capot old school. Est-il l’élu ? C’est ce que nous allons tenter de voir dans ce test.

Ça part sur les chapeaux de roues

Avec ses graphismes “Low Poly” et sa bande-son typée arcade, on est tout de suite happé par la course. Les modes de jeux sont peu nombreux, on retrouve un mode grand prix, un mode arcade avec trois modes de jeux, un mode chronomètre et un mode en ligne. Huit pilotes nous sont ensuite proposés avec quatre véhicules chacun. Ces voitures se différencient par trois caractéristiques : vitesse, accélération et dérapage. Chaque voiture a un point fort sur les trois, et la quatrième voiture est équilibrée.

Une fois sur la piste, la conduite est extrêmement agréable. On drifte, on se rétablit et on remplit sa jauge de turbo et tout cela très facilement. Les dérapages et l’aspiration sont la clé du jeu pour gagner du turbo. Hotshot Racing propose cinq vues distinctes d’une vue cockpit en passant par une vue FPS à des vues plus classiques de l’arrière, plus ou moins éloigné. Les différentes vues sont toutes jouables et c’est vraiment appréciable.

La particularité des courses dans Hotshot Racing, c’est que l’on est opposé à sept adversaires, plutôt coriaces, qui n’hésitent pas à nous rentrer dedans pour nous faire percuter les barrières et ainsi faire nous perdre de précieuses secondes. L’autre adversaire est le chronomètre, car il y a des checkpoints disséminés le long des circuits et si on n’arrive pas à les atteindre avant que le timer n’atteigne zéro, on aura perdu la course sans même avoir franchi la ligne d’arrivée.

À fond, à fond, à fond, dans les graviers pour déraper

Outre les courses classiques, qui proposent trois niveaux de difficulté, il existe deux modes assez amusants :

 “Policiers et Voleurs” dans lequel on joue les méchants ou les gentils et il faut percuter les voleurs pour les neutraliser ou au contraire, il faut semer les voitures de police.

“Fonce ou Explose” et comme son nom l’indique, il faut foncer et éviter d’être percuté par ses adversaires et éviter de percuter les murs.

Enfin, le jeu propose plein de petits défis comme, par exemple, déraper 250 secondes au total avec une voiture ou faire un dérapage de plus de cinq secondes. Tout ça permettant de débloquer de nouveaux skins ou de nouveaux éléments cosmétiques pour les véhicules ou les pilotes.

Graphiquement, le « Low Poly », qui veut dire une utilisation d’un minimum de polygones pour représenter les objets, donne au jeu un joli côté rétro, plus beau et plus rond que Virtua Racing. La musique nous replonge dans les meilleurs jeux de courses qui existaient sur bornes d’arcade dans les années 90 comme Daytona USA par exemple. À l’instar d’un Ridge Racer,  les dérapages sont très bien gérés et on s’amuse à faire glisser notre bolide de longues secondes dans les plus grands virages. Une petite déception tout de même, l’online est complètement vide et malgré plusieurs tentatives, impossible de jouer contre des inconnus.

Conclusion
Hotshot Racing propose un vrai jeu de course d’arcade, avec des graphismes au charme suranné et une jouabilité pointue et actuelle.Mis à part le comportement limite de nos adversaires, il n’y a rien à redire sur le titre, il est excellent. Les pilotes pourront passer du temps sur chaque piste et joie suprême, pourront refaire les circuits en mode “miroir”, comme à la grande époque.
Points positifs
  • Les graphismes « LowPoly »
  • Les musiques “arcade”
  • Le gameplay précis
  • Le fun du drift
Points négatifs
  • Des adversaires plus que sournois
  • Un online désert
8.8
Génial
Graphismes - 10
Son - 9
Jouabilité - 9
Fun - 8
Durée de vie - 8
martien martien
Ecrit par
Je joue depuis l'Atari ST et j'ai acheté la Gameboy Day One. Bref, je suis un vieux joueur, mais j'aime les nouveautés autant que les jeux rétros...

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire