The Touryst (Nintendo Switch) – Le test

Annoncé lors d’un Indie World en août dernier, The Touryst est le nouveau jeu de Shin’en (Fast RMX, Fun! Fun! Minigolf, Art of Balance) sur Nintendo Switch. Le studio allemand est réputé pour sa maîtrise des hardwares Nintendo avec des jeux solides techniquement. Cette fois-ci, les développeurs changent de genre et nous proposent un nouveau jeu d’aventure / exploration avec son lot d’énigmes. En cette période de fin d’année très chargée, c’est avec plaisir que nous avons pris un peu de vacances pour visiter les îles Monument Islands.

The Touryst commence par vous lâcher sur l’île de Touryst Island. Vous débarquez sur une belle plage façon Link’s Awakening sans aucun objectif. Aucune aide à l’écran, pas de bla-bla, juste votre personnage dont on ignore même le nom. Ce dernier va alors visiter les monuments, les maisons ou encore parler aux quelques habitants environnants. Le jeu ne vous tiendra pas par la main, c’est l’exploration qui prendra le dessus. Vous allez commencer par trouver un moyen d’entrer dans l’un des monuments de l’île en résolvant une énigme, vous vous heurtez à votre première sentinelle jusqu’à tomber sur un vieux touriste bizarre. Vous écouterez ce qu’il a à vous dire au sujet de ces mystérieux monuments antiques. Ce dernier vous donne une nouvelle carte à explorer, vous avez débloqué Ybiza ! Que la fête commence ! A partir de là, chacun est libre d’aborder The Touryst comme bon lui semble. Partir en quêtes des secrets de chaque île, profiter des activités ou rendre services aux divers PNJ.

Quoiqu’il en soit, vous êtes libre d’avancer comme bon vous semble. Côté scénario, l’objectif est de découvrir le secret lié aux îles Monument Islands. Nous n’en dirons pas davantage mais les développeurs ont promis une surprise à la fin donc si vous appréciez le jeu, allez jusqu’au bout vous ne serez pas déçu ! Le titre est composé de sept îles à débloquer progressivement. Sur certaines d’entre elles se trouve des monuments antiques. Il faudra trouver un moyen d’y entrer et se frotter aux différentes salles. C’est la partie énigme du jeu et ces dernières sont assez intéressantes dans leur approche. On est amené à utiliser les capacités du héros comme le double saut et la course pour progresser. Certaines salles sont plongées dans l’obscurité, on dispose alors d’une simple lumière, d’autres font appel à notre logique avec des puzzles à résoudre. D’une manière générale c’est très varié et il y a même des mini-boss pour ajouter un peu plus de difficulté. Pour les affronter, il faut comprendre comment les aborder car on dispose d’aucune arme.

L’un d’entre eux se trouve par exemple dans une salle avec cinq jets d’eau. Pour le vaincre, il faut placer cinq petits blocs de pierre sur les jets d’eau mais le boss est une sorte de verre de terre adorant l’eau, ce fut l’une des tâches la moins évidente. Rassurez-vous, le jeu reste accessible à tous mais certaines énigmes et boss demande pas mal de dextérité. Vous ne mourrez jamais, si vous tombez dans un trou (ce qui arrivera), vous êtes ramené au dernier endroit. Par moment, il arrivera de ne pas comprendre quoi faire et l’expérimentation sera un bon moyen pour s’en sortir. Mais The Touryst ce n’est pas uniquement de l’exploration de monument et des énigmes à résoudre. Sur chacune des îles on va retrouver tout un tas d’activités à faire. Football, surf, plongée, musculation, conduite de drone… Pour chacune de ses activités, un gameplay différent et un défi à relever. C’est la bonne surprise du jeu, on ne s’ennuie jamais et la prise en main derrière tient toutes ses promesses car elle est simple et intuitive. C’est un plaisir de découvrir tout cela sans parler de la mine dans laquelle vous pouvez descendre en rappel sur des dizaines de niveaux afin de collecter des diamants et donc de l’argent en jeu pour effectuer certaines activités.

Cerise sur le gâteau, on retrouve une salle d’arcade avec trois jeux rétros allant du casse-briques au jeu de course, vous allez pouvoir vous amuser à battre les records du gérant de la salle. Ajoutons à cela certaines requêtes spéciales des PNJ à effectuer et de nombreux secrets à découvrir sur les îles, on obtient un jeu incroyablement varié. Côté durée de vie, nous avons terminé le jeu en six heures et atteint 80%, ce qui veut dire qu’il reste encore des requêtes à terminer donc on peut monter encore un peu. C’est un poil court mais quand on prend le titre dans son ensemble, la réalisation est impeccable et pour son prix (20€), cela reste correct. Shin’en, les pro de l’optimisation ? Ce jeu est bluffant sur plusieurs points. Tout d’abord, aucun temps de chargement, vous lancez le jeu depuis le menu home et en 1 seconde vous arrivez à l’écran titre, de même pour voyager d’île en île. Comme annoncé et contrairement à Link’s Awakening, zéro ralentissement et 60 fps constant partout. Les seuls bugs rencontrés étant parfois le chariot de la mine qui reste bloqué ou encore le ballon de football lui aussi coincé dans les filets. Mais cela n’était en aucun cas bloquant pour avancer.

Graphiquement, le jeu est proche d’un Minecraft ou 3D Dot Game Heroes et la direction artistique est très propre. C’est magnifique, les couchers de soleil à Ybiza, la pluie, les jeux d’ombre et de lumière, chapeau ! Si les développeurs ne considèrent pas le jeu comme un jeu voxel, son style en carré rétro pixelisé est très mignon. Le travail sur les animations ou le moteur physique est admirable. Il est intéressant de noter que l’équipe a utilisé une technique de flou pour tous les arrières plans, sans doute pour privilégier la fluidité, optimiser l’ensemble et comme Link’s Awakening, focaliser l’action sur le personnage. Côté bande-son, nous avons quelques sonorités à l’approche des monuments mais pour le reste du temps, c’est le bruit ambiant qui est présent. Dommage de ne pas avoir proposé plus de morceaux. Un mode photo sera même mis à profit lors de votre aventure avec les monuments ou personnages haut en couleurs à immortaliser. The Touryst reste un voyage relaxant et calme, idéal sur de courtes sessions sous peine de le terminer trop vite.

Conclusion
Avec The Touryst, Shin’en prend des risques en proposant une nouvelle licence et en sortant de ses habituels jeux de course ou de réflexion. On se retrouve ici avec un titre original basé sur les vacances pas si reposantes de notre héros. Avec de nombreuses énigmes travaillées, une foule d’activités amusantes, des quêtes à accomplir et secrets à dénicher, il se pourrait bien que The Touryst soit votre prochaine destination de vacances. Le jeu n’est pas très long mais il est porté par une direction artistique cubique de haute volé et une optimisation remarquable, vous allez aimer prendre du bon temps.
Points positifs
  • Calme, intriguant et amusant
  • Des énigmes variées
  • Une foule d’activités
  • Nombreuses quêtes et secrets
  • Superbe direction artistique
  • Aucun temps de chargement
Points négatifs
  • Quelques passages frustrants
  • Bande-son discrète
8.5
Génial
Scenario - 7
Graphismes - 9.5
Gameplay - 9
Durée de vie / Tarif - 7.5
Bande-son - 7.5
Optimisation - 10
Voyage - 9
juju05 B
Ecrit par
Webmaster Adjoint

6 commentaires

  1. martien martien

    voilà un très bon test qui donne vraiment envie d’acheter le jeu !

    Répondre
  2. Manuto

    j’avais deja envie de le prendre, c’est vendu maintenant

    Répondre
  3. Comme mes vdd, votre test donne vachement envie de l’acheter.

    Répondre
  4. JulieSailing

    Moi, je n’aime pas xD Trop carré LOL

    Répondre
  5. sa donne quoi comme durée vie du jeu .pas très long sa dit pas grand chose

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire