The Wanderer: Frankenstein’s Creature (Nintendo Switch) – Le test

L’éditeur et coproducteur ARTE avec le studio indépendant La Belle Games viennent de porter le jeu d’aventure narratif The Wanderer: Frankenstein’s Creature sur l’eShop Nintendo Switch. Déjà sorti sur iOS et Steam, le titre multi-récompensé (Grand Prix du Bolognaragazzi Digital Award 2020, finaliste des Pegase et Ping Awards 2020) nous propose sa propre version du classique de Mary Shelley.

The Wanderer: Frankenstein’s Creature est une expérience assez courte de deux heures vous proposant d’incarner la Créature, un vagabond sans mémoire ni passé. Ce sera à vous de déambuler dans divers environnements pour tenter d’en apprendre plus sur vous et votre créateur. The Wanderer: Frankenstein’s Creature est un titre qui tourne beaucoup autour de la solitude et du rejet des autres. Cette créature toute tordue sera guidée par vos soins avec les Joy-Con car le titre n’est pas compatible avec la manette Pro, ce qui est vraiment dommage. En terme de prise en main, les développeurs ont opté pour la simplicité en privilégiant l’expérience de jeu. C’est à dire que vous allez principalement faire avancer votre personnage et interagir avec les environnements.

Les déplacements se révèlent parfois chaotiques, la physique du personnage répondant assez mal dans certaines zones du jeu. Si votre Joy Con souffre du drift alors ce sera encore plus compliqué. Heureusement cela ne touche pas tout le jeu mais c’est gênant. Le titre étant très scripté, il nous est arrivé de ne pas rejoindre à temps une zone, notre personnage s’est figé et il a fallu relancer la partie. Les déplacements ne sont donc pas toujours aisés mais il y a aussi des mini-jeux pour accompagner l’histoire. Vous allez par exemple jouer de la musique avec divers instruments ou tenter d’aider une famille dans le besoin. On ne peut pas parler d’énigmes à proprement parler mais plutôt d’actions à réaliser pour progresser tranquillement sans la moindre difficulté. Le jeu est accessible à tout type de joueur.

Le titre proposera tout de même des dialogues et vos choix et actions en jeu se répercutent sur la fin du jeu. Ce voyage émotionnel est difficile pour la créature comme pour le joueur, car la beauté et la gentillesse sont souvent suivies d’obscurité, de peur et de haine. L’histoire revisitée est donc amenée avec brio et cette aventure se laisse suivre avec plaisir. Il n’y a pas que la narration du jeu qui va vous transporter dans son monde, la direction artistique repose sur des environnements basés sur des peintures à l’aquarelle artisanales. L’univers du jeu puise ainsi son étonnante beauté dans les peintures du XIXe siècle. C’est tout simplement magnifique, mention spéciale au village qui accueille un carnaval, les couleurs sont superbes. On a vraiment l’impression de se déplacer dans des tableaux.

On parle d’expérience narrative car tout y est, une écriture juste qui questionne le joueur et lui fait ressentir des choses pour le personnage, de nombreuses références littéraires, un gameplay simple, une très belle direction artistique. Il manque juste un peu de musique pour accompagner le tout. La bande-son est incroyable avec ses thèmes joués au violon et parfois au piano. Avec un casque audio, le jeu prend une autre dimension, jugez par vous même avec ses quelques extraits ici et . La musique se déclenche au moment parfait et accompagne les déplacements du joueur. Très beau travail d’Alex Burnett qui nous transporte dans cet univers magnifiquement réalisé où les paysages évoluent au fil des émotions de la créature. Vous pouvez écouter et vous procurer la bande-son complète à cette adresse. Avec cette faible durée de vie, on en redemande presque plus mais c’est déjà fini et le temps d’une soirée les développeurs nous ont transporté. 

Conclusion
The Wanderer: Frankenstein’s Creature est une très belle expérience narrative sur l’eShop Nintendo Switch. Certes un peu courte mais le temps d’une soirée vous allez découvrir le mythe fondateur du Dr. Frankenstein sous une autre forme très plaisante et pleine d’émotions. Le titre repose sur un gameplay pas toujours précis mais il réussit à proposer une interactivité forte et puissante entre sa narration, son environnement aquarelle et sa superbe bande-son. Amateur d’expériences calmes et envoûtantes, ce jeu est fait pour vous.
Points positifs
  • Une version revisitée du classique de Mary Shelley
  • Direction artistique magnifique
  • Bande-son puissante
  • L’interactivité entre l’histoire, l'environnement et la musique
  • Un personnage attachant
Points négatifs
  • Très court
  • Déplacements pas toujours optimaux
  • Pas de support du Pro Controller
7.5
Bon
Scénario - 7
Gameplay - 6
Graphismes - 8
Bande-son - 9
juju05
Ecrit par
Webmaster Adjoint

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire