Deiland: Pocket Planet Edition (Nintendo Switch) – Le test

Et si nous nous évadions pour une nouvelle planète pleine de surprises ? Pourtant pas plus haut que trois pommes et demi, mais doté d’un courage et d’une détermination sans équivoque, quoi de plus aventureux que de s’exiler sur une planète mystérieuse, afin de vivre de nos récoltes, de travailler la terre et de connaître tous les aléas liés à la vie au plus proche de la nature… mais attention, les ennemis rôdent dans la galaxie et quelques météorites pourraient bien venir chatouiller notre petit coin de paradis en devenir. Toujours partant ?

Développé et édité par Chibig, Deiland reprend la trame ô combien dans l’air du temps de la gestion de sa petite fermette. Vous êtes un très jeune homme (un enfant), prénommé Arco, et venez de débarquer sur une minuscule planète. Plutôt serein, vous voilà prêts à vous redresser fort rapidement les manches afin de faire de ce mini lopin de terre un lieu où il fait bon vivre.

Poil de carotte et jus de citrouille

Avec entrain et énergie, Arco devra mener à bien une multitude de tâches, de petites quêtes plus ou moins longues. Les premières récoltes se dérouleront sans encombre et bientôt quelques carottes viendront s’enjailler dans votre inventaire. La prise en main est rapide et intuitive, le bouton A réunissant la majorité des actions. Les cultures devront néanmoins suivre la jolie ritournelle des saisons, avec une régularité naturelle. Ainsi, Arco devra toujours conserver un œil sur son calendrier afin de sélectionner ses récoltes au fil du temps qui passe.

Puisqu’il vous est demandé de mettre la main dans la terre, il vous faudra de toute évidence vous nourrir. Une barre de faim est en permanence visible au sommet de l’écran, tout comme une jauge de vie et une dernière consacrée à l’énergie. Toutes ces informations peuvent être retrouvées dans un menu clair et parfaitement lisible, en sus de votre inventaire, de vos multiples matériaux, et du calendrier afin de vous positionner au mieux dans le temps (et de fait dans la gestion de vos cultures).

Aucunement punitif, le soft se montre réactif et accessible. Les quelques collectables qui parsèment votre petite planète seront récupérés très simplement à peine serez-vous à côté de ces derniers. Les mois s’écoulant, de nouvelles semences seront disponibles, certaines viendront même des cieux, projetées par de violentes météorites qu’il vous faudra manier avec doigté. En effet, il ne faudrait pas que ces deniers viennent à frapper votre petite maison… c’est le moment de tournicoter sur soi-même ! (Si si, vous allez comprendre…).

Tournicoti tournicotons !

Si la prise en main du soft est rapide, elle n’en reste pas moins atypique et singulière. Le bouton X vous permettra de passer dans une vue plus élargie de votre territoire et ainsi de « tournicoter » votre planète afin d’y déceler ce qu’il vous semble remarquable. Ainsi, l’impact des météorites peut être choisi en toute quiétude, mais pas que…!

Arco, malgré son jeune âge, se montre capable de bien des compétences. Afin de pouvoir les sélectionner à votre guise, il vous faudra jongler avec le menu dans le côté gauche de votre écran. Ainsi, vous pourrez planter de nouvelles graines (la bonne gestion de vos ressources est indispensable, ne détruisez pas tout !), ou vous concentrez davantage sur la construction, etc. Votre maison sera aussi le siège de bien des activités, ces dernières s’étofferont au fil de votre partie. Ainsi, nul doute que vous serez quelque peu limité lors de votre première heure de jeu, mais, bientôt, de nombreuses recettes de cuisine viendront s’entasser, un laboratoire et bien d’autres surprises.

En effet, vous serez amené à rencontrer de nombreuses entités, parfois totalement loufoques, tantôt adorables, tantôt franchement incisives. Fort heureusement, vous pourrez aussi compter sur Mûn, une exploratrice de la Patrouille Interstellaire et toujours prête à vous aider pour faire de Deiland un lieu agréable et apaisant.

Le repos selon Arco

La vie sur Deiland est bien loin d’être de tout repos. Entre les récoltes, les allés et venus des visiteurs, et les « attaques » (rien de bien méchant, rassurez-vous !), les journées passeront rapidement, et même si de multiples activités viendront à se répéter (le principe même d’un jeu de cette trempe…), les nombreux déverrouillages devraient conserver l’intérêt du joueur. En effet, il vous faudra faire preuve de patience et de persévérance afin de débloquer l’ensemble des recettes et autres techniques.

Le hasard vous apportera parfois quelques désagréments, citons pour exemple une quête pour la récolte d’une culture dont la plantation devint impossible le soir même : changement de saison oblige ! La patience est de mise…

L’aventure avance malgré tout avec beaucoup de légèreté et de simplicité. Rien n’est vraiment compliqué sur Deiland et si la récolte de certains minerais peut s’avérer un peu fastidieuse, d’autres sont grandement facilités par la présence de marchands qui n’hésitent pas à vous fournir tout le nécessaire pour finaliser au plus vite une quête annexe…

Après tant d’efforts, Arco tombe bien vite de fatigue… un repos mérité, qui sera par ailleurs indispensable pour lui faire gagner un niveau. En effet, avec un soupçon de malice, le soft se dore d’une petite part RPG (toute petite hein…). Le gain d’un niveau sera alors l’occasion pour le joueur de choisir entre une amélioration de son attaque, de son intelligence, de son endurance… cela ne changera assurément pas Arco du tout au tout, mais cela lui confère une petite personnalisation qui n’est jamais pour nous déplaire.

Couleurs et saveurs

Deiland est doté d’un univers assurément charmant (enchanteur ?), ou les méchants ne sont pas vraiment très méchants (bon, certains un peu plus que d’autres tout de même…), où les gentils sont majoritaires, où rien n’est jamais trop grave ! Les couleurs y sont vives et accentuées, le soleil fricote régulièrement avec la lune, unissant leurs rayons auprès de vos labours qui ne demandent qu’à croître à une vitesse ahurissante (nous avons connu tellement plus long !).

Malgré cette candeur incontestable, les textures restent assez grossières, avec quelques défauts notables tout au fil du jeu. Votre tête disparaîtra notamment dans la carlingue d’un vaisseau, tandis que l’eau qui coule ressemble davantage à une épaisse gélatine bleutée.

L’univers sonore, quant à lui, reste agréable et cohérent avec les éléments. Tantôt calmes (souvent calme…), tantôt plus énergiques lors de quelconques attaques ennemies, les mélodies se déploient au fil de vos pérégrinations. Les bruitages, parfois un peu trop accentués, n’en restent pas moins adaptés et nous avons apprécié cette récolte rocailleuse sans demi-mesure !

Intégralement en français, le soft devrait ainsi séduire les jeunes adultes, et tous ceux qui gardent en leur sein l’envie de se plonger dans une aventure sans prétention, mais avec une grande délicatesse.

Deiland est disponible sur l’eShop de la Nintendo Switch au prix de 20 euros environ.

Le saviez-vous ? 

Le cycle circadien entremêlant le jour et la nuit est respecté au sein de Deiland, et les journées s’effilochent tandis que les saisons s’enchaînent avec quiétude. Tout comme il en sera question au fil de votre aventure, il semblerait que la lune impacte la croissance des plantes… certaines études révèlent en effet une vitalité accrue lors de certaines phases lunaires. Lorsque la lune est à son paroxysme et parfaitement entière, les plantes seraient plus combattives envers les parasites et pourraient transmettre une vitalité sans équivoque à ses consommateurs.

Le soleil et son acolyte de nuit sont décidément indissociables…

Conclusion
Deiland parvient avec brio le tour de force de réunir en son sein la candeur d’un jeu reposant, et le potentiel d’un soft qui parvient à retenir le joueur par un contenu qui se débloque au fil de sa progression. Avec beaucoup de douceur, Deiland propose au joueur de se plonger dans le quotidien d’un jeune garçon œuvrant pour la survie, sur une nouvelle planète, unissant ses forces avec quelques alliées qui viendront lui demander de multiples quêtes, tout en luttant contre des forces ennemies plus ou moins coriaces. L’ensemble est desservi par des graphismes corrects, avant tout coloré, mais pourvus de textures peu précises, dans une ambiance musicale majoritairement calme et sujette au repos. Un soft idéal pour retrouver un brin de sérénité dans le tumulte d’une vie bien remplie !
Points positifs
  • Un jeu accessible, avec une bonne jouabilité générale
  • Un contenu qui se déverrouille au fil de l’aventure
  • De nombreuses quêtes et missions à découvrir
  • Un jeu intégralement en français
  • Un jeu majoritairement calme et reposant
Points négatifs
  • Une redondance des taches indéniable
  • Des textures manquant de précision
6.8
Correct
Graphismes - 6
Musiques - 7
Jouabilité - 8
Contenu - 7
Fun - 6
Ecrit par
Deux passions dans la vie : le monde animal et le monde du gaming ! Adepte des belles plumes, je "switch" entre les poils et les manettes =) .

2 commentaires

  1. Il à quand même mit du temps à venir sur Switch celui là, c’est peut être pour ça qu’il est daté (pour infos je crois qu’il date de 4 ans avant la sortie de Summer in Mara ).

    Répondre
  2. Un jeu superbe mais nous ne pouvons pas finir de lire les phrases de personnages car ça ce coupe sa serai bien de revoir cela et de faire une mise à jour . J’aimerais bien lire une conversation jusqu’au bout .

    Répondre

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire