Diablo II: Resurrected (Nintendo Switch) – Le test

Il était une fois l’an 2000. En cette année terminant le deuxième millénaire, la deuxième trilogie de Star Wars venait à peine de débuter au cinema. Mais concernant les jeux vidéos, nous sommes bien dans l’ère de D2, le petit nom de Diablo 2. Alors que tout le monde avait peur du fameux bug de l’an 2000, ce jeu a été comme une revolution dans le monde vidéoludique. A ce jour, il est encore adulé par ses fans. C’est pourquoi de nombreux joueurs attendaient avec impatience le retour de leur licence fétiche sur console. Cette belle licence diabolique a fait s’envoler la bulle Blizzard vers les sommets, et l’a fait évoluer en tant que place forte du jeu video. Mais depuis, les années ont passé et la société américaine court après sa gloire d’antan. En attendant que le développement de Diablo 4 soit terminé, nous avons droit à la version Resurrected de Diablo 2. L’occasion pour Blizzard de revenir sur le devant de la scène?

Diablo est ressuscité, vive Diablo !

Pour les néophytes du jeu, Diablo 2 fait suite directement au premier volet de la licence. A la fin du premier opus, le seigneur de la Terreur, Diablo, est anéanti dans les catacombes de la cathédrale de Tristram. Votre héros, se lance à la poursuite du rôdeur qui a mis fin aux jours du seigneur démoniaque. Depuis sa victoire, on ne peut pas dire que tout va bien. Le rôdeur, héros de Diablo 1, semble possédé par des démons et des rumeurs courent comme quoi Diablo est de retour. Bref, le monde a besoin de vous afin d’être délivré du mal. Amen.

La résurrection d’un jeu culte

Vous démarrez votre aventure dans un campement plutôt rustique. Vous discutez avec les personnes aux alentours et rapidement, une quête simple vous est confiée : anéantir tous les monstres présents dans la grotte de la forêt, à deux pas du campement. Cette première quête vous permettra de vous familiariser avec le jeu. Malheureusement pour vous, vous n’aurez pas droit à un beau tutoriel. Il vous faudra apprendre par vous-même. Telle était la dure vie de joueur en l’an 2000.

Si vous n’êtes pas familier avec Diablo, c’est bien simple, c’est le jeu qui a lancé le genre Hack’n slash. Vous devrez donc tuer des hordes de monstres, acquérir de l’expérience ainsi que des objets dans le but d’améliorer votre personnage. Votre personnage d’ailleurs, parlons-en ! A la création de votre partie, vous devrez choisir parmi les 7 classes disponibles : Barbare, Assassin, Paladin, Sorcière, Druide, Nécromancien et Amazone. Chaque classe apporte ses particularités et ses compétences propres. Si vous ne voulez pas trop vous prendre la tête, prenez le barbare. Il ne réfléchit pas trop, mais frappe fort. L’assassin, lui, frappe dans l’ombre et est agile. Le paladin, armé de son épée et de son bouclier, essaiera de répandre la bonne parole. La sorcière lancera des sorts de feu, de foudre et de glace face aux démons. Le druide utilisera la force de la forêt et de son ours de compagnie pour piétiner ses ennemis. Le nécromancien ramènera à la vie les morts pour se créer une armée. Enfin, l’amazone utilisera son arc et ses flèches pour transpercer les monstres. Vous l’aurez donc peut-être compris, la classe que vous choisirez changera radicalement votre façon de jouer. Et pour chaque classe, vous avez accès à un arbre de compétences que vous pourrez spécialiser à votre guise.

Plus vous tuez de monstres, et plus votre barre d’expérience augmente, jusqu’à obtenir une montée de niveau. Ce nouveau niveau vous donnera des points à attribuer dans des attributs classiques du jeu de rôle : Force, Dextérité, Vitalité et Energie. Mais vous aurez aussi des points à attribuer dans votre arbre de compétences. A vous de choisir les compétences qui conviennent le mieux à votre façon de jouer.

Une version originale trop respectée ?

La version Resurrected se veut être un hommage à la version originale tout en apportant des améliorations. Tout d’abord, ce qui saute aux yeux, ce sont les améliorations graphiques. Et c’est d’autant plus flagrant lorsqu’on passe des anciens graphismes aux nouveaux. Car oui, comme dans tout bon remaster qui se respecte, nous pouvons passer de la version originale à la version moderne très facilement en plein jeu. Alors que les graphismes de l’an 2000 nous offrent une bouillie de pixels dans laquelle on distingue malgré tout les personnages et les monstres, la version 2021 nous propose une 3D de bonne facture et des graphismes bien lisses. Les lumières, les ombres, tout est bien plus clair aujourd’hui ! A tel point qu’on apprécie de temps en temps revenir aux graphismes originaux pour mieux voir le travail accompli.

Puisqu’on parle d’amélioration graphique, nous sommes obligés d’évoquer également les cinématiques qui ont été retravaillées. Là aussi, une remise au goût du jour a eu lieu pour notre plus grand plaisir.

Mais ce n’est pas tout. La musique a également été modernisée, rendant le tout cohérent. Parfois, on se demande vraiment si le jeu date de 2000, jusqu’à ce qu’on joue un peu.

Dans le souci de conserver le matériau d’origine, le gameplay n’a lui, que très peu changé. Nous sommes toujours sur du Hack’n slash avec du loot et de la montée d’expérience. Nous enchaînons les différentes quêtes en faisant progresser notre personnage. Mais certains problèmes de l’époque perdurent encore aujourd’hui. Notre inventaire est toujours aussi petit. Cela nous oblige soit à faire des allers-retour pour vider notre butin en le vendant ou en le conservant dans un coffre, soit à jeter régulièrement les objets qui ne nous intéressent pas. En revanche, la récupération automatique des pièces d’or est arrivée avec la version Resurrected. Vous n’avez donc plus besoin de récupérer manuellement chaque pièce d’or sur le champ de bataille. Et ça, c’est plutôt appréciable.

Le jeu d’origine ne propose pas de tutoriel digne de ce nom. Ou alors, considérez plutôt que la première quête fait office de tutoriel. Nous sommes lâchés dans la fosse aux monstres sans aide ni conseil. A nous de nous débrouiller ! Et oui, c’était dur la vie en 2000. Heureusement, une petite aide se cache dans le menu afin de vous donner les commandes du jeu. Et il y en a beaucoup ! En effet, votre personnage peut posséder un nombre très important de compétences alors toutes les touches sont sollicitées, sans possibilité de les changer.

Autre héritage du jeu d’origine, les parchemins sont toujours présents. Qu’ils soient pour retourner automatiquement en ville ou pour identifier un objet, vous en aurez besoin et en très grand nombre. Nous trouvons dommage de devoir posséder un parchemin pour rentrer au campement, surtout si vous en êtes loin. Car si vous n’en avez plus, vous devrez refaire tout le chemin en sens inverse. Alors certains seront contents de retrouver ce mécanisme d’origine, mais d’autres peut-être pas.

La carte quant à elle est toujours présente en transparence. Vous pouvez arrêter de l’afficher mais par contre il est impossible de l’agrandir. Bref, il y a eu un beau travail de fait, mais nous aurions aimé en avoir en plus.

Enfin, la dernière question que l’on est en droit de se poser est : « Si nous avons joué à Diablo 3, est ce utile de jouer à Diablo 2 ? ». Eh bien la réponse à cette question semble être non car Diablo 3 est finalement une version contenant tout un tas d’améliorations que ne possède pas l’opus précédent. Par contre, si vous voulez découvrir la licence Diablo ou que vous êtes nostalgique, alors là, ce sera plutôt un grand oui.

Un portage honorable

Comme tout portage de jeu PC sur console, la question de l’adaptation à la manette se pose. Est-ce que Diablo 2 se joue correctement à la manette ? La réponse est forcément oui. Diablo 3 existe déjà sur la Nintendo Switch, alors cela aurait été étonnant que la réponse soit différente. Et pourtant, ce n’est pas une mince affaire tellement il existe de compétences à activer. Mais après un petit temps d’adaptation, on s’y fait assez facilement.

De plus, le jeu tourne très bien sur la petite console de Nintendo. Et pourtant, de nombreux ennemis peuvent apparaître. Nous avons même essayé de pousser la Switch dans ses retranchements en utilisant le Nécromancien et en faisant apparaître de nombreux squelettes mais rien n’y fait. Ca continue de tourner. Alors certes, on parle d’un jeu datant de 2000, et vous direz donc « Bah c’est normal ! », mais il faut tout de même le noter.

Pour nuancer un peu ces propos, il existe de temps à autre des petits bugs, notamment sur le menu principal. Les personnages déjà créés ne s’affichent pas toujours. Pour qu’ils apparaissent, il faut commencer à créer un personnage puis, si on annule et qu’on revient au menu principal, nous pouvons sélectionner à nouveau nos précédents personnages. On espère que ce genre de petits bugs sera vite corrigé à l’avenir.

Un contenu conséquent

Diablo 2 Resurrected contient le DLC Lord of Destruction. Pour venir à bout du jeu, et encore plus si vous voulez tester chaque classe de personnage et chaque difficulté, vous aurez de quoi. C’est tout ? Non ! Il reste également le mode en ligne qui permet de jouer jusqu’à 4 joueurs pour encore plus de plaisir. Et si les serveurs ont eu un peu de mal à la sortie du jeu, ils sont désormais opérationnels. On regrettera par contre l’absence de chat pour communiquer avec les autres joueurs en ligne, mais bon, on pinaille un peu.

Et pour ajouter à tout cela, il semblerait que Blizzard nous réserve des tournois entre joueurs mais cette option n’est pour le moment pas active. A voir ce que cela donne sur la durée.

Conclusion
Diablo est ressuscité ! Alléluia ! Diablo 2 Resurrected propose un portage de bonne facture sur Nintendo Switch. Les graphismes et la musique ont été modernisés pour notre plus grand plaisir. En revanche, si vous avez déjà Diablo 3 et que vous n’êtes pas nostalgique, il faudra peut-être passer votre chemin tellement le gameplay du jeu d’origine peut parfois avoir pris un peu la poussière.
Points positifs
  • Un jeu culte sur Switch
  • Le DLC Lord of Destruction inclus
  • 7 classes de personnages jouables
  • Jouable jusqu’à 4 joueurs en ligne
  • Des graphismes modernisés
  • Une musique remise au goût du jour
  • Quelques améliorations ici et là
Points négatifs
  • Quelques petits bugs
  • Un gameplay parfois vieillissant
  • Si vous avez déjà Diablo 3, vous serez déçu
  • Un inventaire tout petit
6.8
Correct
Univers - 8
Bande-son - 7
Gameplay - 6
Graphismes - 7
Portage - 6
Ecrit par
Lorsque j'étais petit, on se faisait des sessions Zelda ou Secret of Mana en famille. "Papa fais-ci, papa fais ça !". Pour moi c'est ça le jeu vidéo !

5 commentaires

  1. Dire que quand Diablo 3 est sorti, ca rallait au point d’appeler au boycot du titre.
    Tout cela parce que ca s’eloignait de Diablo 2, considéré comme la reference.

    Et maintenant… c’est l’inverse, ca devient un point négatif

    Répondre
  2. J’adore Diablo 3… Je me laisserai bien tenter par le 2 mais avec une certaine appréhension, par peur d’être déçu des mécanismes de l’époque… Car pour ma part je n’ai jamais à Diablo 2…

    Répondre
    • C’est un bon jeu. Mais si tu as déjà Diablo 3, comme dit dans le test, effectivement il y a un risque de déception.

      Répondre
  3. Il est bon de souligner que Diablo 2 est capé à 30 FPS alors que Diablo 3 nous offrait un 60 fps…

    Répondre
  4. 6.8 cela doit être une erreur.our a
    Diablo 2 est une expérience à la différence du 3 qui est facile.
    Diablo 2 n’est pas difficile en soi mais demande un certain investissement.
    Oui le gameplay est différent du 3 mais je me suis lassé du 3 très vite.
    Je ne me lasse pas du 2. En plus il y a une énorme communauté autour de ce jeu avec beaucoup d’excellentes videos pour expliquer les rouages du gameplay, les choses à faire et à ne pas faire (excellents tutoriels de henip).
    Le mieux c’est de tenter l’expérience.
    Et cette ambiance, ce monde, cette musique, ce n’est que du plaisir.
    C’est sur ce n’est pas la dernière production en vue mais pour moi entre le Diablo 3 et 2 il n’y a pas photos, le 2 et rien que le 2.
    Aucun besoin du 60fps.

    Diablo 2 c’est un jeu qui a marqué son époque et l’univers vidéoludique. Diablo était là pour attendre.

    Franchement, il faut se laisser tenter.

    Répondre

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire