Hyrule Warriors: Definitive Edition (Nintendo Switch) – Le test

Après une sortie sur Wii U en 2014 et en 2016 sur 3DS et surtout New 3DS, Hyrule Warriors fait son retour sur Nintendo dans une version « Définitive » qui contient tous les DLC, mais cette fois sans aucun ajout sauf deux costumes issus de Breath of the Wild. Cette version était soupçonnée pour le lancement de la console mais c’est finalement plus d’un an après et surtout après un très bon Fire Emblem Warriors qu’arrive cet opus définitif, un peu en catimini.

Koei Tecmo nous ressort donc son mix entre le gameplay d’un Dynasty Warriors et l’univers de Zelda, au détriment de petits up techniques évidents. Cette version Switch mérite-t-elle le détour pour les joueurs ayant déjà prit part à l’aventure initiale ? Les nouveaux venus peuvent-ils enfin franchir la porte de ce grand défouloir ?

Les Muso ne sont pas très vendeurs, c’est un style de jeu très Japonais. Pour ceux qui n’auraient jamais joué à un jeu du genre, ou tout simplement à un Dynasty Warriors, la formule propose au joueur d’enchaîner des arènes assez grandes qui opposent deux armées. Vous contrôlez l’un des dirigeants de votre armée et vous devez battre l’armée adverse. Sur chaque terrain on trouve des forts à capturer pour prendre petit à petit possession du terrain jusqu’à capturer l’objectif principal. Le contrôle du personnage n’implique cependant quasiment aucune notion de stratégie; il est surpuissant et les hordes d’ennemis qui viennent à nous n’en repartent jamais en bonne santé. Des centaines d’ennemis à l’écran que l’on terrasse en quelques attaques, un Muso c’est d’abord du fun.

Une mécanique bien huilée

Nous sommes désormais sur Switch en 1080p60. Les contrôles ont dû être transposés et les attaques de base se font donc avec la combinaison suivante : Y pour les attaques faibles – on peut en effectuer plusieurs à la suite – et X pour les fortes, dont la nature varie selon les personnages utilisés. Ensuite, à vous de diversifier vos enchaînements pour soulever un ennemi ou le toucher dans un champ large ou étroit. La jauge de coup fatal en appuyant sur A est bien présente tout comme votre pouvoir de magie verte, en complément, sur la croix du bas. Le stick gauche permet de déplacer le personnage et le stick droit la caméra. Le ciblage d’un ennemi se fait avec ZL. Les touches de direction droite et gauche permettent de changer d’objet, ce qui fait beaucoup de fonctionnalités réparties sur la croix directionnelle, étonnamment. Les commandes se prennent bien en main, pas de soucis particulier et l’écran tactile détaille les missions et objectifs. Le fan service est au rendez-vous à travers les personnages, musiques, bruitages et coffres qui ajoutent un petit quelque chose il faut bien l’avouer, les boss ayant tous leurs points faibles. Ces éléments rajoutent un peu de subtilité au gameplay totalement bourrin que l’on apprécie toujours. Tout ce que l’on a connu de la version Wii U est présent pour le meilleur et pour le pire. En effet, il y a toujours ce problème de déplacements des alliés, lors des batailles, qui s’arrêtent devant un ennemi et attendent que vous veniez les protéger alors que vous devez éliminer immédiatement le boss, tout en protégeant la base alliée. On peut combler ce souci en donnant des ordres aux protagonistes, mais ils se déplacent assez lentement. C’est parfois la défaite frustrante sans que l’on n’ait rien pu faire. Cependant, cette version ajoute quelques nouveautés qui aident à gérer les allers-retours.

Les ajouts du Mode Légende

Vous pouvez désormais alterner/switcher entre plusieurs héros pour affiner votre stratégie. On apprécie cette fonction qui permet de résoudre les batailles de manières différentes de l’opus Wii U. On peut ainsi affecter différentes missions à Link, Impa, Zelda et Lana, par exemple, aux quatre coins de la carte, ce qui permet à tous les personnages présents d’utiliser les mêmes objets (comme la bombe). Mais la gestion du temps dans Hyrule Warriors est critique et vous demande d’être efficace rapidement tout en réalisant les meilleurs combos. Le nombre d’ennemis à l’écran n’aide pas non plus. A noter que deux nouveaux objets font leur apparition : l’ocarina d’or, qui permet de se téléporter auprès des statues de hiboux présentes sur la carte – on les active avec Y en passant dessus – et la masse, une arme qui permet d’actionner des interrupteurs. Une fois les mécaniques maîtrisées, on s’en sort très bien mais on ne constate aucun ajustement dans les délais pour accomplir ces missions. Il y a toujours le choix entre trois niveau de difficulté avant de commencer. Le Mode Légende (mode histoire) contient de base les 18 batailles initiales du jeu originel, le scénario de Cya (originellement un contenu DLC Wii U), un scénario The Wind Waker et un scénario basé sur la belle Linkle. Au total, 32 batailles scénarisées vous attendent, ce qui est déjà conséquent. Ce Mode Légende est toujours bien réalisé avec un grand nombre de cartes et divers objectifs comme vaincre un boss, un ennemi, escorter un personnage, protéger sa base… Au final on débloque de nouveaux personnages, de nouvelles armes et de l’expérience. Il y a aussi des ajouts au niveau des ennemis avec les Gros Blins et deux nouveaux boss apparaissant dans le scénario Wind Waker : le Roi Cuirasse et le Fantôme de Ganon. Une petite nouveauté au niveau des combats de boss : si plusieurs personnages se trouvent ensemble pour l’affronter, vous lui administrerez davantage de dégâts et gagnerez de la magie plus rapidement, cela rend les affrontements plus sympathiques.

Un festival de personnages

Cette version Nintendo Switch se voit implémentée de la totalité du casting dont les nouveaux personnages de la version 3DS qui raviront les joueurs, à commencer par Linkle qui a totalement éclipsé les autres. Initialement prévue pour être intégrée dans la version originale d’Hyrule Warriors, cette version de Link au féminin est finalement introduite dans le portage 3DS, aux grands regrets des joueurs initiaux. Une petite nouvelle qui apporte un vent de fraicheur, elle est originaire d’un petit village où elle garde les cocottes tout en rêvant de devenir une héroïne. Elle dispose de deux arbalètes et son gameplay est fort plaisant. Très agile et mignonne comme tout dans son design, c’est une vraie réussite sachant qu’elle dispose de son propre scénario pour l’introduire comme il se doit. Si elle est le double de Link, on peut noter une différence dans le sens où notre héros est toujours surpris d’apprendre qu’il est l’élu tandis que notre héroïne est prête à partir à l’aventure, persuadée qu’elle est l’élue depuis toujours. Elle est presque l’argument commercial du jeu avec sa boussole magique et elle nous a largement séduit, tout comme le producteur de la licence Eiji Aonuma qui la verrait bien dans d’autres projets. Ceci étant dit, revenons à nos personnages, la version Wii U avait tout de même introduit Lana et Cya. Les personnages de Wind Waker arrivent avec Link Cartoon et sa maîtrise de l’épée, Tetra et son sabre et le roi d’Hyrule qui utilise sa voile pour diriger le bateau parlant, le Lion Rouge, et infliger une défaite majestueuse à ses ennemis. Côté vilains, c’est Skull Kid, l’enfant infernal très doué pour les mauvais tours, qui devient jouable. Il cause toujours autant de soucis à ceux qui se dressent contre lui et on passe son temps à lui courir après. De plus, les personnages qui étaient en DLC sur Wii U sont inclus de base sur Legends : Midona (vraie forme, Twillight Princess), Link enfant (Majora’s Mask) et Tingle. Ganondorf gagnera une nouvelle arme, un trident électrique. Des nouveaux costumes seront également ajoutés pour divers personnages. Certains d’entre-deux se débloqueront très rapidement, comme Linkle, tandis que d’autres attendront de finir l’histoire principale ou de progresser suffisamment dans le Mode Aventure. On parlera des DLC à la fin du test mais côté casting c’est très satisfaisant.

Du nouveau côté mode de jeu

On retrouve toujours le Mode Libre qui permet de redécouvrir n’importe quel scénario avec le personnage de son choix, mais aussi le Mode Aventure avec une nouvelle map, The Great Sea, tirée de Wind Waker avec plusieurs missions inédites. Chaque bataille remportée permet d’élargir ses déplacements sur la carte avec les personnages débloqués en Mode Légende, soit seul avec des défis, soit en équipe en aventure. Les fées perso pourront vous venir en aide en nettoyant la zone. Elles se cachent dans les pots des forts ennemis. C’est un peu plus tard que l’on débloque le nouveau mode Jardin des Fées. Ces fées sont à vous, elles vous accompagnent sur le champ de bataille et elles donnent leurs pouvoirs aux personnages, avec leur magie qui peut, par exemple, accroître les dégâts. On les utilise toujours une à la fois et, en contrepartie, il faudra les faire grandir en les nourrissant pour augmenter leur niveau de confiance, les habiller et leur apprendre certaines capacités comme à l’école. Il est même possible de se les échanger entre joueurs. Elles sont donc utiles en rajoutant une nouvelle dimension en mode Légende ou Aventure avec un rôle de soutien et sont alors décisives en combat.

Le jeu à la hauteur techniquement ?

Si la version 3DS était à la ramasse, tout comme la New 3Ds qui allait un peu mieux, la version Nintendo Switch est fluide et propose un 1080p60 constant, sans baisse de framerate constatée. Omega Force a fait du bon boulot sur son défouloir ultime. Le jeu est graphiquement toujours assez simpliste mais on prend beaucoup de plaisir quand même à refaire l’aventure.

Test actualisé de la version 3DS du jeu

Conclusion
Si on retire l'option StreetPass qui a forcément disparu, Hyrule Warriors: Definitive Edition for Nintendo Switch fait bien le boulot, c’est-à-dire une version ultime de Hyrule Warriors avec tous les DLC ! Si vous n'avez fait que l'opus Wii U, ou même si vous n'avez jamais succombé aux sirènes des DLC, vous prendrez du plaisir à refaire cette aventure. De même si vous n'avez fait le jeu que sur 3DS, c'est le jour et la nuit techniquement et vous allez redécouvrir cet opus. Finalement sortir Hyrule Warriors: Definitive Edition sur Nintendo Switch est une bonne idée pour tous les joueurs même si, de base, il contentera plus ceux qui ne l'ont pas encore découvert.
Points positifs
  • Contenu immense
  • Durée de vie gargantuesque
  • Techniquement propre
Points négatifs
  • Peut-être même trop long
  • Gameplay qui peut devenir lassant
8
Génial
Gameplay - 8
Graphismes - 7.2
Bande-son - 6.8
Durée de vie - 10
Ecrit par
Webmaster à votre service ! J'aime la Pizza, Jinx, Frozen et le LOSC. AFK je suis volleyeur et ADC/Jgl.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lost Password

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.