Xenoblade Chronicles 2 : Torna – The Golden Country (Nintendo Switch) – Le test

Il y a presque 1 an, Monolith Software soutenait d’ores et déjà la Switch avec un nouvel opus de la série Xenoblade, sobrement nommé Xenoblade 2. À cette époque déjà, il était mention d’un expansion pass avec de nombreux bonus à télécharger pour le jeu pendant une certaine période, afin de proposer de nouveaux contenus pour les fans de manière régulière. Dans cet expansion pass, il était également question d’un nouveau DLC scénario. Qui aurait cru que ce “DLC scénario” aurait fini par être un stand alone également proposé au format physique en boutique ? Certainement peu de personnes, et pourtant nous tenons la cartouche Xenoblade Chronicles 2 Torna The Golden Country face à nous. Comme un Pilote éveillant sa lame, nous fermons les yeux afin d’éveiller le contenu de cette nouvelle aventure Xenoblade Chronicles 2. Lorsque nous ouvrons enfin nos yeux, c’est pour vous proposer un bilan de cette surprenante préquelle.

Une ancienne page de Xenoblade 2 se Torna

Pour ceux qui ont joué à Xenoblade 2, les événements qui défilent sous nos yeux dès le début de Xenoblade 2 Torna ne sont pas totalement nouveaux. Durant toute l’aventure de Rex et Pyra, les allusions au héros Addam et le Royaume de Torna sont nombreuses, bien que toujours brèves et mystérieuses. Il est temps de lever le voile, mettre un visage sous cette capuche souvent entraperçue dans des cinématiques de Xenoblade 2, et vivre directement les évènements qui se sont déroulés 500 ans auparavant durant la fameuse “Guerre des Aegis”.  Soyons franc, si vous n’avez pas fini Xenoblade 2, le standalone Torna peut vous spoiler des choses donc il vaut mieux pour vous le finir puis revenir dessus plus tard. Si vous n’avez pas touché à Xenoblade 2, Torna vous proposera une histoire suffisamment éloigné des évènements de Xenoblade 2 afin que vous puissiez savourer cela sans rien connaître du précédent cité. Cependant, soyez sûrs d’une chose : vous n’aurez qu’une seule envie, c’est de vous procurer Xenoblade 2 et avoir le fin mot de cette Saga, si l’on puit dire cela ainsi. Pourtant, en ayant fait les deux titres, on vous avouera que même si ce sentiment de vouloir à tout prix refaire Xenoblade 2 nous envahit à la fin de Torna, le fait de revivre les aventures d’un héros aussi banal, stupide et sans charme que Rex nous freine dans notre élan. Certes, le fameux héros des légendes d’Alrest, Addam, n’est pas forcément beaucoup plus intelligent que Rex. Il a même plutôt la larme facile et on est même en face d’un protagoniste qui n’a pas grand-chose à voir avec cette figure emblématique et mystérieuse dont il est question dans les récentes légendes d’Alrest.  Il n’en garde pas moins une figure beaucoup plus charismatique que Rex avec beaucoup plus de personnalité et on est rapidement attaché à ce personnage. D’ailleurs, non pas seulement lui mais tout le groupe qui l’accompagne. Nous parlons du héros Addam mais les vrais protagonistes de Torna ne sont autre que 2 autres personnages tout aussi mystérieux de Xenoblade 2, la lame Jin et sa pilote Lora. Nous n’oublierons pas de souligner la présence de la seconde lame accompagnant Lora, Haze connu sous le nom de Fan dans Xenoblade 2. Ainsi que des 2 lames bijoux de la famille impériale de Mor Ardain, Bridgid et Aegaeon accompagnant l’empereur Hugo. Vient ensuite une figure brièvement vue dans Xenoblade 2, un certain Minoth se battant aux côtés du héros Addam et son Aegis Mythra.  Pourquoi vous évoquer tous ces noms ? Non seulement c’est tout ce petit monde qui vous accompagnera pendant une belle trentaine d’heures sur ce scénario Torna. Mais c’est surtout pour accentuer le fait que les protagonistes de Xenoblade 2 ne nous avaient pas forcément plus marqués que cela, et certains noms peinent même peut-être à nous venir en tête. Torna marquera véritablement nos esprits, et chacun des personnages laissera son empreinte dans nos mémoires, comme à chaque habitant d’Alrest ayant eu vent de leurs actes héroïques encore contés 500 ans après. Comme quoi, il n’y a pas besoin de mettre plusieurs dizaines de Lames aux allures parfois douteuses et aux chara designs de tous les horizons aux côtés d’un héros transparent afin de marquer les esprits. Quelques personnages bien écrits avec de bonnes personnalités, une bonne écriture avec des scènes dramatiques, bien réalisées et le tour est joué. Même l’Aegis Mythra du passé, aux côtés d’Addam, nous aura infiniment plus marqué et semblait plus charismatique que sa longue apparition aux côtés de l’insignifiant Rex. Vous aurez compris qu’en terme de scénario, Torna marquera bien plus les esprits et bien plus de points que Xenoblade 2. Torna fera pourtant moins long, moins surprenant et moins riche que le précédent cité. Et nous ne sommes pas là à dire que celui-ci avait une mauvaise histoire, mais seulement que les personnages avec qui nous vivions le récit étaient véritablement des clichés tout droit sortis des mangas Shonen les plus classiques et sans saveur. Puis au final, le fait que l’histoire ne va pas trop en longueur permet de se concentrer sur l’essentiel et d’avoir une écriture moins diluée, plus maîtrisé et de meilleure qualité. Du moins, ce fut notre impression. D’ailleurs nous avions omis un petit point concernant les quêtes annexes de Xenoblade 2 Torna. L’extension nous présente son système de “Solidarité”, regroupant tous les PNJ que vous rencontrerez et avec qui vous allez interagir. Le système de Solidarité peut monter de niveau dépendamment des PNJ que vous aidez et qui décide de vous aider dans votre quête contre l’Aegis Malhos. Il arrivera à certain moment du jeu que vous ne puissiez progresser dans le scénario qu’en vous souciant un peu plus du petit monde qui vous entoure et en les aidant. Cela pourra rebuter certains joueurs. Nous avouerons qu’il y a effectivement beaucoup de quêtes “Fedex” inintéressantes mais au fur et à mesure que vous progressez dans cette “solidarité”, certaines quêtes gagnent en intérêt et même en écriture. Certaines quêtes nous donnent vraiment envie de nous impliquer pour de simples PNJs. On a, au final, l’impression d’être beaucoup plus proche de tous les habitants de cette extension Torna que ceux que l’on a pu croiser dans le jeu de base. D’ailleurs, certains PNJs sont même des clins d’œil directs à Xenoblade 2, comme la pilote Lyta qui verra un Oasis à son nom grâce à sa Lame pragmatique sur le territoire de Gormott. On se plaît même à aller sur Xenoblade 2 pour constater que l’Oasis porte bien son nom 500 ans après. Bref, un système de solidarité qui ne fera peut-être pas l’unanimité et des clins d’œil qui ne parleront surtout qu’aux fans de Xenoblade 2 sans pour autant être indispensable. Résumons maintenant ce long paragraphe. Torna vous proposera un récit bien écrit avec des personnages charismatiques et marquants, dont les événements ne seront pas une grande surprise pour ceux ayant joué à Xenoblade 2. Soyons francs, si vous avez terminé celui-ci, vous connaissez déjà la fin de Torna. Vous avez quelques cinématiques inédites ou remises à jour avec Addam. Cinématiques toujours de haute volée que l’on peut revoir à travers la galerie sur le menu principal du jeu. Toujours est-il qu’Il reste particulièrement plaisant de voir du développement sur le héros Addam, la Pilote Lora ou encore de voir la fameuse lame de Torna, Jin, sous un autre angle et un autre rôle. Sans oublier les autres personnages tout aussi attachants du groupe de protagoniste de Torna. Ce récit vous tiendra facilement une vingtaine d’heure sans que vous ne les sentiez passer. Certainement une dizaine d’heures voire plus pour faire toutes les quêtes annexes et monter au maximum chacun de vos personnages et lames. Sans compter ceux qui se lanceront dans le New Game +. Soyons francs, c’est énorme pour ce qui ne semblait être qu’un petit DLC scénario au début. Pour les nouveaux, Torna sera un prologue à Xenoblade 2 plus que plaisant à faire et qui sera suffisamment éloigné et indépendant de celui-ci afin que vous puissiez l’apprécier en tant que Standalone. Tout le monde est content pour peu que vous soyez fan de RPG !

Au-delà de cette émouvante histoire vécue aux côtés d’Addam et son groupe, qu’avons-nous de nouveau dans ce standalone? Et bien tout est dans le sous-titre de cette extension scénarisée “Torna: The Golden Country”. Nous avons donc l’exploration d’un tout nouveau Titan, le Titan Torna. On vous rappelle que le monde d’Alrest est parsemé d’immenses Titans autour d’un Arbre Monde. Chaque Titan a développé un certain écosystème plus ou moins propice à la vie et parmi les êtres vivants qui se sont développés dessus, les Humains sont également de la partie. Torna nous propose donc un tout nouveau Titan à explorer. Avec les mêmes interactions que dans Xenoblade 2. Des repères à trouver, des coffres à ouvrir ou encore des fruits à cueillir parmi bien d’autres interactions sur lequelles nous reviendrons en parlant des Lames. Petite note nouvelle avec le système de campement qui centralise les petits dialogues annexes entre les protagonistes et le système de craft d’accessoires. Une petite nouveauté appréciable. Pour en revenir au nouveau Titan Torna il se décompose en quelques nouveaux types de paysages avec de nouveaux panoramas magnifiques à découvrir. Nous avions de classiques zones de forêts ou de plaines mais également un nouveau désert avec des oasis par exemple. Il reste surprenant d’avoir une nouvelle zone aussi vaste et riche à explorer pour ce qui ne devait être qu’un DLC scénario à la base. Le titan Gormott de Xenoblade 2 est également explorable. Le contexte de Torna nous amène du coup 500 avant et nous avons ainsi le Gormott de cette ancienne époque. La ville de Torigoth n’était pas encore aussi grande et nous n’en dirons pas davantage pour ne pas spoiler, mais retenez que la nature sauvage était encore bien plus présente. Ce serait les 2 seuls Titans sur lesquels vous pourrez vagabonder et progresser. N’oublions pas qu’il ne s’agit que d’une extension et standalone. On est peut-être un peu frustré de ne pas pouvoir explorer tous les Titans de Xenoblade 2 avec le contexte d’époque de Torna mais il vaut mieux avoir simplement quelques évocations de ceux-ci avec un récit bien écrit et cohérent. Avec l’intégration des autres zones, le récit et son déroulement auraient potentiellement eus quelques longueurs plus que facultatives. Du coup, une petite frustration certes mais on se satisfait suffisamment de ce que nous propose Torna pour en demander plus. Parlons maintenant plus en détail de tout ceci. Torna propose un style et rendu équivalent, directement repris de Xenoblade 2. Un Cel-shading anime 3D plutôt joli et coloré. On notera peut-être qu’il parait légèrement plus fin et réussi sur la nouvelle zone de Torna. Celle-ci passe d’ailleurs un peu mieux en mode portable que la zone de Gormott. Toutefois ce n’est presque pas perceptible, le jeu est peut-être moins flou et un petit peu moins aliasé que le précédent en mode portable mais comme pour Xenoblade 2, il sera préférable de faire Torna sur un bon grand écran TV que dans les transports en portable. L’expérience reste globalement fluide avec quelques chutes en combat, notamment lorsque l’action devient très intense. On ne cachera pas le fouillis que ça devient en mode portable. Le tout est accompagné d’une bande sonore avec des thèmes de qualité repris de Xenoblade 2, quelques arrangements mais également quelques nouveaux thèmes plus pianotés et jazz. Des sonorités qui donnent parfois un air plus mature voire plus dramatique à certains moments du jeu. La liste des compositeurs reste la même que Xenoblade 2 et les voix japonaises sont également de la partie pour ceux dont le doublage anglais peut rebuter.

Nous évoquions les combats et il est temps de parler plus en détail du gameplay de Xenoblade 2 Torna. Ce standalone est un prologue à l’histoire de Xenoblade 2 mais il peut également s’avérer être un bon prologue aux mécaniques de Xenoblade 2. Bien que ce dernier propose déjà en soi un début très lent afin de vous présenter les différentes mécaniques importantes de son gameplay. Xenoblade 2 Torna n’a pas autant de temps que le jeu principal pour vous présenter tout cela et ira droit à l’essentiel rapidement en présentant par la même occasion de nouveaux éléments du système de combat. Cours de rappel, dans Xenoblade 2 vous pouvez provoquer ou être provoqué par des ennemis lors de vos explorations sur ce vaste monde. Vous pouvez bouger librement vos personnages sur la zone de combat et ils lancent des auto-attaques que vous pouvez combiner avec des arts pour créer des combos divers. Une fois utilisé, un art ne peut pas être réutilisé temporairement. Il faudra le recharger à coup d’auto-attaque. Chaque personnage possède 3 arts avec des effets divers. Il faudra bien étudier vos différents personnages afin de pouvoir connaître les divers effets de leurs arts et créer des combos aux effets violents et infligeant encore plus de dégâts. Les effets peuvent être basiques et liés à votre positionnement comme le fait qu’un art peut infliger plus de dégâts si vous l’utilisez de face, sur les côtés ou derrière votre ennemi. Ces effets peuvent être plus complexes en infligeant véritablement des altérations d’états particuliers à vos ennemis. Lora possède par exemple un art qui peut infliger “Déséquilibre”, si un autre personnage enchaîne avec un art pouvant faire chuter votre ennemi, vous infligez d’autant plus de dégâts. Et cet enchaînement peut se poursuivre avec l’altération “Ejection” qui fait voler votre ennemi dans les airs et vient la conclusion “Commotion” qui le smash littéralement vers le sol. Cet enchaînement “Déséquilibre”, “Chute”, “Ejection” et “Commotion” forme un combo de Pilote complet, et si vous arrivez à l’effectuer, soyez sûr que vos ennemis prendront très cher. A cela s’ajoute les effets élémentaires des combos de lame. Si les touches Y, X et B sont liés à vos arts, la touche A vous permet d’utiliser un art spécial élémentaire. Cet élément dépend de votre lame ou de l’équipement de votre Pilote. Aussi, cet art spécial peut progresser sur 4 niveaux durant le combat, une jauge se remplit à chaque utilisation d’art simple et une fois que cette jauge fait le tour de l’art spécial, celui-ci gagne 1 niveau. Un combo de lame se fait en enchaînant un art spécial de niveau 1 puis 2 et il peut se conclure soit par un art spécial de niveau 3, soit en faisant preuve d’un peu plus de patience afin de charger votre art et lancer le niveau 4. Sachez cependant que le passage du niveau 3 au niveau 4 est différent que le chargement de jauge classique par utilisation d’art simple. Lorsque vous avez rempli votre jauge spéciale jusqu’au niveau 4, il faudra que votre lien avec votre lame au combat passe au niveau or et il s’agit ensuite d’attendre que ce lien remplisse automatiquement et progressivement votre jauge de passage du niveau 3 au niveau 4. Le lien or avec votre lame s’obtient au cours d’un combat. Vous démarrez toujours les combats avec un lien de couleur bleu, c’est en faisant des enchaînements de Pilote, de Lame ou en tapant vos arts avec le bon timing par rapport à vos auto-attaques et surtout en validant bien les actions contextuelles qui apparaissent en plein affrontement que votre entente avec votre lame montera en combat et pourra passer en or. Pour en revenir aux combos de Pilote et leurs effets couplés aux combos de Lame, si un de vos ennemis est sous une altération d’état et que vous lui additionnez un élément d’un combo de lame, alors l’altération d’état durera plus longtemps et cela remplira également plus efficacement la jauge d’enchaînement spéciale. Nous terminerons ce cours de rappel avec la jauge d’enchainement spéciale dont le tutoriel se présentera un peu plus tard dans l’aventure de Torna avec l’introduction de la Lame Minoth. Vous avez une jauge en haut à gauche de l’écran divisée en 3 parties. En répondant bien aux actions contextuelles de combat et en effectuant différentes actions durant vos affrontements, cette jauge se remplie progressivement. Une fois qu’une partie est remplie, vous avez une garantie de vous relever en combat lorsque vos personnages perdent tous leurs points de vie. Une partie peut donc servir à relever un allié ce qui signifie qu’une fois la jauge totalement remplie vous avez 3 chances de relever vos alliés et potentiellement retourner l’issue d’un combat. On meurt rarement sur un combat normal si ce n’est qu’un monstre de niveau grandement supérieur au vôtre soit de passage et décide de se joindre à l’affrontement ou lors d’un combat contre les fameux “monstre unique” possédant un nom et étant plus féroce qu’un monstre normal. Ils sont une des menaces les plus connues de la saga Xenoblade et ils sont bien présents dans cette extension. La jauge spéciale vous permettra donc de relever vos alliés et potentiellement venir à bout de ces menaces. Maintenant vous vous doutez qu’en remplissant totalement la jauge une autre option s’offre à vous. Celle de déclencher un Enchaînement spéciale. En usant des 3 parties d’un coup, vous figez l’action du combat et vous avez la possibilité d’enchaîner des combos élémentaires de lame de chacun de vos protagonistes en combat. Le but de ceci est de briser les orbes élémentaires tournant autour de vos ennemis. Nous avions effectivement omis de vous dire que lorsque vous utilisez un art spéciale élémentaire, un orbe représentant l’élément utilisé se met à tourner autour de l’ennemi visé et il devient plus résistant à cet élément. L’enchaînement Spéciale vous permet de briser ces orbes et infliger encore plus de dégâts. En brisant les orbes vous avez la possibilité de poursuivre encore plus longtemps dans cet enchaînement spécial et briser d’autres orbes. Le but comme dit est de briser tous les orbes et arriver à ladite “Explosion Totale”. Lorsque vous arrivez à venir à bout d’un ennemi en utilisant un Enchaînement spécial, vous arrivez à une “Annihilation Complète”, cela ne vous empêche pas de continuer vos Enchaînement afin de faire grimper les dégâts et vous satisfaire du tableau de fin d’Enchaînement qui vous présente la conclusion de cet enchaînement et voir tous les dégâts que vous avez pu infliger à la bête. Une manière comme une autre de satisfaire votre soif de sang de monstres si l’on peut dire cela ainsi.

Nous venons de vous faire un long rappel sur le système de combat de Xenoblade 2 et nous avons même omis de parler de certaines choses comme le sociogramme de vos personnages. Ce fameux arbre de compétences passives qui renforce vos compétences en combat ou qui vous permet d’explorer le monde d’Alrest avec plus d’efficacité. Imaginons que vous deviez trouver quelques légumes pour cuisiner un plat, vous serez bien content d’avoir renforcé la compétence botanique de Bridgid. Et les compétences d’explorations de ce genre sont nombreuses. La progression de cet arbre des compétences diffère selon que vous ayez affaire à un Pilote ou une Lame. Pour un Pilote il s’agit de distribuer de simples points de compétence sur les différentes compétences passives ou même renforcer le niveau de vos arts de combats avec d’autres points que vous remportez en combat. Pour les Lames, il s’agit de remplir certains objectifs bien précis comme le fait d’utiliser un certain art Spécial 5 fois ou effectuer un combo de Pilote complet 10 fois voire cuisiner un certain plat ou trouver un certain nombre de repères durant vos péripéties sur Alrest. Au-delà de cela et pour aller en douceur dans la nouveauté, sachez quand dans Torna, vos protagonistes Pilotes et Lames sont réparties en équipe. L’équipe Lora se compose de Jin et Haze, celle d’Addam se constitue de Mythra et Minoth puis celle d’Hugo met en avant Bridgid et Aegaeon. Vous ne pouvez pas changer les lames de Pilote contrairement à Xenoblade 2, tout est déjà bien fixé. Chaque équipe partage leurs points d’expérience et leurs niveaux. C’est-à-dire que si Lora est niveau 13 alors Jin et Haze également. Qu’est-ce qui change si Jin et Haze ne sont là que pour vous aider à effectuer des combo de lame, demanderez-vous ? Effectivement, nous avons fait un si long rappel sur le système de Xenoblade 2 que nous sommes toujours dans l’optique que Torna soit fait de la même manière. Mais en fait les Lames sont jouables cette fois-ci dans Torna ! Il est possible via la croix directionnelle de switcher de personnages de votre équipe en plein combat ou durant vos phases d’exploration ! Cette fois-ci vos lames ne se contentent pas seulement de tourner autour de vous en combat en vous aidant juste à faire des combo de lame ou à aider votre Pilote à sortir des arts de combat. Chacun des membres de votre équipe en combat agit et chacun à un rôle d’attaque ou de soutien. Les arts ne sont d’ailleurs pas les mêmes selon que le personnage soit en attaque ou en soutien. De la même manière que les arts d’attaque, les arts de soutien peuvent être renforcés moyennant des points en dehors des combats. Bref, imaginez-vous jouer Lora et vous commencez à encaisser de lourds dégâts difficilement soignables avec de petites fioles provenant de certains arts d’attaque. Il s’agit simplement de Switcher avec Haze et de la faire passer de soutien à attaque afin d’utiliser un véritable art de soin et soigner toute votre bande de protagonistes ! D’ailleurs, lorsque vous switchez, chaque personnage lance une attaque avec un effet et altération d’état spécifique. Ce qui permet aux affrontements de se dérouler sans temps mort, de gagner en dynamisme et en stratégie. En pressant sur le côté gauche de la croix directionnelle, vous pouvez changer de Lame en soutien ou en attaque. C’est à dire que vous n’avez qu’une lame avec votre Pilote en combat mais il est possible de passer de Jin à Haze par la pression gauche de votre croix directionnelle. Retenez que si vous switchez de lame, vous ne pourrez pas le refaire avant un petit laps de temps. Reste le côté droit de votre croix directionnelle, associé à un art signature de vos lames prodiguant toujours plus de bonus/malus qui vous aideront à penser toujours différemment chaque affrontement du jeu, surtout les affrontements les plus intenses et compliqués. Petite nuance que nous devons également mentionner sur les combos de lame. Dans Xenoblade 2, lorsque nous démarrons un combo de lame nous avions en visuel un arbre détaillant les combos de lame possibles, dépendamment des éléments avec lesquels nous poursuivons notre combo. Pas d’arbre de combo dans Torna, vous enchaînez les éléments comme vous désirez, une sorte de simplification qui ne nous aura pas plus perturbé que cela par rapport à l’apport du rôle Attaque/Soutien des personnages. Des subtilités et des nouveautés qui sont les bienvenues pour les fans de Xenoblade 2 qui apprécieront d’autant plus les combats de cette extension. On osera même dire qu’il est assez difficile de revenir à Xenoblade 2 après avoir joué à Torna et que cela nous manquera toujours de pouvoir diriger directement les Lames en combat.

Conclusion
Il y a 1 an Monolith Software marquait les esprits des joueurs Switch sur la scène du JRPG avec Xenoblade Chronicles 2. Une marque parfois bonne parfois mauvaise, une aventure aux saveurs mitigés comparativement à ce que le studio est capable de faire sans pour autant en conclure que ce dernier fut un titre totalement mauvais. La volonté première n’était certainement pas d’en faire quelque chose d’aussi ambitieux qu’un de leur standard. Pourtant et ironiquement, Xenoblade Chronicles 2 Torna The Golden Country se montre sur de nombreux points plus convainquant que l’aventure principale vécue il y a 1 an. Notamment grâce à un gameplay plus subtil et une écriture plus maîtrisée. Des petites frustrations tout de même sur l’expérience vécue avec cette extension scénaristique mais l’on retiendra surtout les bons points aussi rayonnants que le Titan Torna. Faisant ainsi passer les défauts du titre pour un simple petit point de repère insignifiant de cet immense Titan. Fans de la première heure, vous ne pouvez pas louper cette extension. Pour les nouveaux, Xenoblade 2 Torna peut s’apprécier sans rien connaître du jeu sorti 1 an auparavant, mais préparez vos économies car l’envie d’avoir la suite des évènements vécus sur Torna vous hantera.
Points positifs
  • - Une préquelle de qualité
  • - Une histoire connue (des fans) mais bien écrite
  • - Le duo Lora et Jin ainsi que le héros Addam...
  • - En fait tous les protagonistes bien plus attachants que Xenoblade 2
  • - Le système de solidarité
  • - Des PNJ parfois surprenants et attachants
  • - Une réalisation un poil plus réussie que le jeu de base
  • - Un poil plus joli que Xenoblade 2 en mode portable…
  • - Des cinématiques et des mises en scène très réussies !
  • - Le titan Torna et les nouvelles zones
  • - Les quelques thèmes musicaux inédits et jazz
  • - L’OST globale toujours de qualité !
  • - Choix du doublage
  • - Une durée de vie et un contenu impressionnants pour une extension
  • - Système de combat toujours complexe, riche et stratégique
  • - Avec des mécaniques nouvelles pour plus de richesse
  • - Donne envie de faire ou refaire Xenoblade 2...
Points négatifs
  • - … Mais repenser à Rex est une torture
  • - Reste globalement moche en mode portable
  • - Certains n'aimeront pas être limité par le système de Solidarité
  • - Quelques chutes de framerate en combat
  • - Frustrant de n’avoir que 2 Titans
  • - On aurait aimé encore plus!
9
Excellent
Graphismes - 8
Durée de vie - 9
Bande-son - 10
Jouabilité - 9
Scénario - 9
Kurosekai
Ecrit par
Rédacteur sympathique fans de JRPG et de jeu très japonais. Par ailleurs, possède de bonne notion de la langue japonaise. Twitter: 00memory

1 Comment

  1. je ne comprends pas le soucis avec Rex. Personnellement j’adore ce personnage. Xenoblade chronicles 2 est une perle du jeu vidéo

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire