Snake Pass – Le test

Parce que la Nintendo Switch ce n’est pas que Zelda Breath of the Wild, je vous propose de découvrir Snake Pass, un jeu au gameplay… innovant.

Aie confiance…
Sumo Digital, à qui on doit entre autres Sonic & All Stars Racing Transformed (ou encore LittleBigPlanet 3), revient avec un jeu d’action, plateforme, puzzle où l’on dirige un serpent avec la physique qui va avec. On doit donc se balader dans des niveaux colorés en rampant et montant toutes les structures qui seront sur notre route. Allez, on en parle de suite, David Wise est de la partie côté musique. Le compositeur de la première trilogie des Donkey Kong Country propose une ambiance sonore qui fait revenir le charme des jeux de plateformes des années 90. Et rien que pour ça, le jeu vaut le coup d’œil.

Nintendo Switch oblige, Snake Pass est jouable en mode TV, en mode Portable et en mode Tablette, et il est compatible avec les manettes Joy-Con et Switch Pro. De quoi pouvoir profiter du jeu partout. Côté scénario, c’est assez simpliste : Lorsqu’un intrus mystérieux menace la tranquillité de leur habitat, Noodle le serpent et Doodle le colibri décident de résoudre le problème en partant pour une folle aventure. Au passage, le jeu est intégralement en Français, ça fait plaisir à noter. Je ne l’ai pas précisé plus haut, mais il n’est disponible qu’en téléchargement sur l’eShop, et prend 3,7 Go sur votre disque dur ou sur la carte Micro SD, quand même.

En contrôlant ce duo original, les joueurs serpenteront et escaladeront les 15 niveaux répartis dans 4 mondes singuliers à la difficulté croissante sans trop de pic de difficulté. Cela peut paraitre assez court, mais les niveaux sont de type Mario 64, des mondes assez vastes où il faut tout explorer pour ne rien rater. Là aussi le jeu impose une référence de l’ère de la plateforme 64, tout comme un certain Yooka-Laylee, sans jamais trop en faire.

Techniquement très propre et sans perte de fluidité, le jeu tourne sur Unreal Engine 4 et ça se ressent. De bon augure pour les prochains jeux qui vont tirer parti de ce moteur graphique enfin disponible sur une plateforme Nintendo. Même si quand on reprend le jeu après une courte pause, on tombe dans un fossé graphique quelques instants, comme si la Switch balançait du 420p le temps de se réveiller. Étrange.

Niveau maniabilité, c’est forcement assez déroutant de joueur un serpent. Je vous conseille clairement de passer par le menu des commandes pour optimiser la conduite du serpent avec les commandes dites “faciles”. Même avec ça, le déplacement sera assez compliqué à prendre en main au début. Il faudra aussi prendre l’habitude de se balader en slalomant pour prendre de la vitesse et chopper tous les supports possible pour se stabiliser en phase de monter.

C’est là où le bât blesse… Franchement de base l’idée de diriger un serpent ne vend pas du rêve. Malheureusement en jeu non plus. Les contrôles ne sont pas funs, ils sont même chiants. On a du mal à avancer même une fois les contrôles bien en mains, ce qui n’aide pas à maintenir une motivation. Ce “délire” est un peu quitte ou double, soit on aime la maniabilité et son originalité, soit on décroche très vite de ce Snake Pass qui propose pourtant énormément de bonnes idées et un univers accrocheur. En tout cas, les amateurs de 100% vont bien en chier, car les objets cachés sont souvent très peu accessibles, même une fois localisés.

Fire Akuma
Ecrit par
Webmaster à votre service ! Il y a des articles sous les titres. ¯\_(ツ)_/¯

1 commentaire

  1. Juliuxx Potter

    Je voulais le prendre, mais après la lecture du test :s Dommage :'(

    Répondre

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire