Robothorium (Nintendo Switch) – Le test

Déjà familiers avec le genre du Dungeon Crawler en ayant servi quelques années auparavent le plutôt bon Dugeon Rushers, Goblinz Studios revient en apportant un nouveau contexte au genre. En effet si l’on a l’habitude de voir des univers fantastiques et mediévaux pour l’exploration de donjons, Robothorium, comme son nom l’indique sûrement, va vous plonger dans un univers futuriste majoritairement peuplé de droïdes.

Révolution robostrielle

Dans Robothorium vous êtes sur la planète Terre en l’an 2052 (ça fait de plus en plus peur la technologie) et les robots, prenant de plus en plus conscience de leur état, se mettent à réclamer des droits en tant qu’êtres vivants, ce qui crée des tensions politiques entre les robots et les humains. Vous contrôlez S.A.I.A, une intelligence artificielle créée pour aider les robots à aller vers un meilleur futur, vous jouerez donc une partie cruciale dans le conflit. Le jeu vous proposera de réaliser des missions pour l’une au l’autre des parties, chacune ayant des intérêts propres que vous défendrez à votre bon vouloir.

Au niveau du gameplay, nous sommes dans un dungeon crawler où les donjons sont générés procéduralement et explorables pièce par pièce, certaines vous récompensant avec du loot quand d’autres pourront donner lieu à des interactions, comme par exemple pirater un drone pour obtenir des informations sur les environs (et donc éviter d’éventuels pièges et trouver des équipements). Vous formez une équipe de 3 robots au départ et sur votre chemin, il sera possible d’en récupérer d’autres pour grossir votre équipe et donc votre puissance de feu face aux ennemis, jusqu’à en arriver à 5 membres dans votre équipe.

Selon la difficulté choisie vous pourrez soit récupérer vos robots une fois éliminés (facile), soit avoir besoin de les réparer moyennant finances quand vous les perdez (normal) ou bien avoir une mort permanente détruisant définitivement chaque membre tombé de votre équipe (Darkest Dungeon, on te voit).

Les équipes de robots seront la principale source de “build”, ces derniers étant répartis dans une dizaine de classes différentes ayant chacune sa spécialité et pouvant opérer en synergie avec d’autres. Chaque robot disposera d’une attaque de base, de 3 compétences différentes ainsi que d’une attaque spéciale mettant du temps à se recharger. L’expérience accumulée en combat vous permettra d’améliorer ou de modifier les compétences de chaque membre de votre équipe. De plus, avec les équipements à ramasser et les armures que vous pourrez crafter plus tard dans le jeu, il y a de quoi se constituer une belle escouade. Ainsi les combats occuperont une place assez importante dans votre exploration. Ils se jouent au tour par tour et demandent un minimum de tactique pour prendre l’ascendant sur vos adversaires, eux aussi présents en nombre. Si les débuts semblent simples à prendre en mains, la difficulté viendra augmenter assez rapidement avec des ennemis en supériorité numérique ou de niveau plus élevé que le votre.

Chaque donjon que vous explorerez aura un niveau de difficulté qui se modifiera en fonction des ennemis que vous aurez éliminés et des missions accomplies (par exemple télécharger des données sur un PC et choisir de les envoyer soit aux robots ou bien au gouvernement). Cela affectera aussi votre affinité auprès des factions et on vous enverra donc des ennemis plus coriaces venus du côté adverse.

Au niveau technique le jeu rame beaucoup : es interfaces mettent du temps à charger en plus d’être peu pratiques à la manette (le tactile est utilisable en portable). Parfois, le passage d’une pièce à l’autre lançant un combat peut créer un léger chargement qui coupe pas mal dans l’expérience. Ce problème se remarquera assez rapidement car chaque passage dans l’inventaire, que ce soit pour le consulter ou en sortir, viendra créer un chargement… Et croyez-nous, vous irez souvent dans votre inventaire ! La musique, si elle n’est pas exceptionnelle, viendra également s’interrompre à chaque chargement (donc souvent).

Conclusion
Robothorium est un dungeon crawler plein de bonnes idées, que ce soit l’introduction d’un monde sci-fi ou bien le système de combat mélangeant des classes différentes, avec des équipements à la manière d’un bon RPG complet. Cependant, celà ne se fait pas sans d’inévitables maladresses comme les missions et les actions qui viennent influencer le déroulement du jeu (sans vraiment avoir de gros impact sur le scénario) ou alors son interface clairement pensée pour être utilisée avec une souris. Enfin, on regrettera ses innombrables chargements dûs à une mauvaise optimisation du jeu.
Points positifs
  • Les combats tactiques au tour par tour
  • La possibilité de créer des builds complets en faisant jouer des synergies entre vos robots
  • Un mode hardcore pour les puristes
  • L’univers et les questions d’éthique sur les robots
Points négatifs
  • L’interface peu pratique à la manette
  • Les chargements intempestifs venant ralentir le rythme en permanence (et quelques crashs)
  • Vos actions ont trop peu (voire pas) d’impact sur le scénario
  • Un déséquilibrage brusque dans la difficulté au fil de la progression
5.2
Moyen
Graphismes - 6
Bande son - 5
Challenge - 7
Rejouabilité - 6
Optimisation - 2
AntwnSan
Ecrit par
Rédacteur et testeur en manque de sommeil. Streameur a mes heures perdues Twitter/Twitch @AntwnSan

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire