Lydia (Nintendo Switch) – Le test

Certains développeurs hors du commun tiennent à insuffler au cœur de leur œuvre vidéo ludique un message fort, un message qui viendra toucher le joueur afin qu’il ressorte grandi de son expérience, quitte à laisser l’amusement de côté. Totalement dans cette optique, nous vous proposons aujourd’hui une expérience décalée mais pleine de réflexion avec Lydia, disponible sur Nintendo Switch. Annonçons la couleur (d’un jeu quasi monochrome) tout de suite : Lydia n’est pas un jeu. Déconseillée aux plus jeunes qui ne pourraient vraisemblablement pas en déceler toutes les subtilités (et qui risqueraient, qui plus est, d’être quelque peu choqués par certaines scènes et mots grossiers), l’aventure se veut résolument tournée vers un public adulte.

« Prendre un enfant par la main… »

Lydia (avec une petit air charmant de Mafalda) est une petite fille adorable et toute mignonne. Malheureusement, elle est habitée par une peur viscérale, une crainte qui l’empêche de trouver le bonheur depuis son plus jeune âge : un monstre mystérieux se cache dans le placard de sa chambre. Avec l’aide de son ours en peluche Teddy qui prend vie dans ses yeux d’enfant, elle tente de rencontrer celui qui lui cause tant de tracas. Qui peut bien se cacher derrière cette bête terrifiante ? Trouverez- vous le courage de le rencontrer, dans la peau fragile de cette petite fille sans défense ? Vous contrôlez Lydia, pour la forme, puisque vos actions se limiteront à vous mouvoir dans des environnements plutôt étroits. Le bouton A vous permettra d’interagir avec tel ou tel objet ou individu. L’aventure se veut linéaire et sans la moindre difficulté, plusieurs choix de dialogues vous seront offerts mais sans aucun piège. Vous arriverez sans mal à la fin de l’aventure, et cela bien plus vite que vous ne le pensez.

Un univers percutant 

L’univers de Lydia est particulièrement réussi : en noir et blanc (et quelques rares couleurs), vous déambulez avec lenteur dans des environnements sombres et le plus souvent assez glauques. Si certains personnages peuvent s’avérer plus loquaces que d’autres, leurs paroles seront perçues uniquement par des bruitages d’une justesse incroyable, permettant notamment d’identifier les individus malgré les années passées. La voix de Lydia est tout particulièrement réussie. Afin de comprendre l’histoire, toutes les paroles sont retranscrites en français à l’écran. Les graphismes de l’aventure sont dessinés avec cohérence, laissant le joueur libre d’apprécier, ou pas, la patte de l’artiste. Chez Nintendo Town, nous avons été bluffés par la qualité de ces dessins, pourtant assez succincts mais lourds de sens. Les émotions des personnages y sont fidèles, l’ensemble est porté par des musiques d’ambiance parfaitement adaptées au thème en cours.

Un support associatif 

L’histoire de cette petite fille est un support pour montrer les difficultés rencontrées par les enfants dont les parents ont sombré dans un des fléaux de notre société. Nous faisons le choix de ne pas révéler ce dit fléau afin de laisser le joueur découvrir toutes les facettes de cette aventure au fil des chapitres. Le couperet final est en revanche assez brutal : nous aurions aimé en apprendre davantage sur cette famille torturée afin de comprendre toutes les ficelles de la psychologie infantile face à cette détresse parentale. Le générique final est arrivé de façon impromptu, de façon presque décevante. Néanmoins, le message reste clair, et il est difficile de ne pas reconnaître le travail accompli pour la réalisation d’une telle expérience qui n’a finalement d’intérêt que la prise de conscience, et si possible, la mise en place de dons pour l’association (un lien est disponible directement dans le menu du jeu).

Lydia est disponible sur l’eshop de la Nintendo Switch au prix de 4 euros.

Pour allez plus loin :

Pour celles et ceux qui souhaitent en apprendre un peu plus sur l’association :

(ATTENTION spoil sur le thème du jeu !

N’y allez pas si vous souhaitez garder le suspense intact !)

https://www.nakana.io/lydia-donation

Conclusion
Lydia a su nous embarquer dans son univers torturé que nous avons pris plaisir à découvrir malgré les difficultés importantes rencontrées par cette petite fille en quête d’une enfance heureuse. Le travail artistique réalisé pour parvenir à un jeu d’une telle justesse est particulièrement réussi, et même si la durée de vie du soft est terriblement courte (comptez une bonne heure), impossible de rester de marbre face à ce message percutant et totalement d’actualité. Souhaitons à l’association de Lydia de récolter de nombreux dons grâce à cette belle réalisation sur Nintendo Switch.
Points positifs
  • Un univers particulièrement réussi et cohérent
  • Justesse des dialogues écrits, bruitages originaux et percutants
  • Totalement traduit en français
  • Un jeu porteur de sens, relié à une association
Points négatifs
  • Très (trop) court
  • Déplacements lents
7.1
Bon
Graphismes - 7.5
Musiques et bruitages - 9
Porteur de sens - 8
Durée de vie / Tarif - 4
Ecrit par
Deux passions dans la vie : le monde animal et le monde du gaming ! Adepte des belles plumes, je "switch" entre les poils et les manettes =) .

4 commentaires

  1. Assez intéressant, ça me tente

    Répondre
  2. je l ai pris..et je conseille, meme si c est tres court

    Répondre
  3. C’est assez sombre quand même Oo

    Répondre
    • ca donne une ambiance assez spéciale, en tout cas

      Répondre

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire