Descenders (Nintendo Switch) – Le test

En 2003, était sorti Downhill Domination sur PlayStation 2 un jeu de VTT arcade, fun et rapide qui avait laissé d’excellents souvenirs à ceux qui s’y étaient essayés. Aujourd’hui sort Descenders sur Switch, un jeu de VTT qui a une proposition forte pour accrocher le joueur : les terrains sont générés aléatoirement à chaque partie. Pas de risque de s’ennuyer en faisant et refaisant toujours les mêmes circuits, mais est-ce que cela sera suffisant ?

Un jour je serai le meilleur descendeur, je pédalerai sans répit

En deux coups de pédale, Descenders nous plonge dès le lancement du jeu dans l’action. Un très rapide didacticiel nous permet de comprendre les principes de base : accélérer, freiner et se diriger avec deux gâchettes et le stick gauche. Viennent ensuite les principes plus évolués avec notamment les dérapages contrôlés par le stick droit. Et ça y est, notre avatar peut s’élancer dans les pistes pentues et sinueuses des Highlands d’Écosse.

Le jeu est rapide, nerveux et très vite punitif si on n’y prend pas garde. On lance le mode Carrière, et le premier tracé est construit de façon procédurale en tenant compte de trois paramètres : les pentes, les virages et les acrobaties. Pour chaque paramètre, un indicateur de 0 à 8 nous permet de savoir comment sera composée notre piste. Une fois le tracé prêt, on nous octroie un bonus à réaliser qui nous fera gagner quelque chose si on le réussit. Il faut par exemple réaliser deux 360, un 720, réaliser un chrono ou ne jamais freiner pendant la descente !

Une fois la première descente terminée, on se retrouve sur une map constellée d’une bonne vingtaine de points avec des embranchements à choisir. Le but est d’atteindre le point sur lequel est représentée une tête de mort qui est en réalité le but de la map : la bosse de fin. C’est en battant cette bosse que l’on débloque l’environnement suivant. Le but du jeu est d’arriver à cette bosse avec un maximum de vies, car le jeu ne nous en donne que trois au départ, et on en perd à chaque chute. On peut bien sûr en gagner grâce aux bonus, mais cela reste une denrée rare. Le but de chaque session de jeu en mode carrière est d’aller le plus loin possible et d’accéder à la forêt puis au canyon et enfin à la neige.

Je ferai tout pour être vainqueur et gagner les défis

Le côté positif de la génération procédurale des pistes, c’est qu’on ne s’ennuie jamais, et qu’on trouve toujours un circuit qui nous correspondra le mieux, selon qu’on aime plutôt la vitesse, plutôt les dérapages ou plutôt les acrobaties. À chaque run, on améliore son skill, et on débloque aussi des aides sous forme de membres d’équipage qui améliorent nos performances. Le côté négatif de cette génération procédurale, c’est qu’on ne peut pas apprendre les tracés et s’améliorer sur un secteur en particulier.

Graphiquement, le jeu est fluide, mais il y a un certain clipping dans l’affichage, la texture des arbres apparaissant et clignotant parfois de façon intempestive. Sur le plan sonore, les musiques sont plutôt zen grâce aux sons drum’n bass du label Liquicity qui s’est associé au jeu et qui est tout à fait dans l’ambiance. Descenders propose différents modes de jeu, outre le mode Carrière où l’on s’améliore grâce aux points de réputation, trouve des sponsors et améliore son vélo et ses équipements.

Il y a un mode Bike Out, l’équivalent du jeu télévisé Wipe Out dans lequel on évolue dans un décor coloré avec des environnements extrêmement punitifs. On trouve aussi un mode en ligne ou on peut jouer avec trois de ses amis après avoir échangé les codes de ses avatars. Enfin, il existe un mode carrière +, que l’on débloque quand on a passé les 100.000 points de réputation.

Conclusion
Descenders propose un jeu de VTT très rafraîchissant, et plutôt zen dans son approche grâce à la génération procédurale des tracés. On s’améliore à chaque descente et on prend plaisir à relancer le jeu, car la découverte est présente à chaque fois. Les joueurs acharnés pourront tenter de maximiser leurs scores et d’avoir un maximum de points de réputation pendant que les joueurs plus tranquilles pourront faire quelques descentes et s’amuser tout en profitant d’une excellente bande-son. Descenders est très abordable tout en étant très exigeant : "easy to play, hard to master ! ”.
Points positifs
  • La génération procédurale des circuits
  • Une bande-son relax et très cool
  • Une rejouabilité énorme
  • Une bonne courbe d’apprentissage
Points négatifs
  • Quelques soucis de clipping
  • Pas possible d’apprendre les pistes par cœur
7.8
Bon
Graphismes - 7
Bande-son - 8
Maniabilité - 8
Durée de vie - 8
Fun - 8
martien martien
Ecrit par
Je joue depuis l'Atari ST et j'ai acheté la Gameboy Day One. Bref, je suis un vieux joueur, mais j'aime les nouveautés autant que les jeux rétros...

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire