Fire Emblem: Shadow Dragon & the Blade of Light (Nintendo Switch) – Le test

Alors que certaines licences fêtent leurs 35 ans, d’autres, légèrement plus jeunes, fêtent leurs 30 ans. Mondialement reconnue depuis quelques années dans le genre du Tactical-RPG, Fire Emblem fait désormais partie des licences incontournables de Nintendo. Pourtant, sa genèse reste inconnue pour de nombreux fans occidentaux. Et l’échec du remake DS, il y a plus de 10 ans n’aura pas aidé Marth et son bataillon de camarades à être reconnu auprès du public. Sans véritable ambition à aider Marth à être connu par les fans de la série et avec pour objectif de fêter avec ces fans un anniversaire du genre rétro, Nintendo décide de localiser pour la première fois la version NES de Fire Emblem: Shadow Dragon & the blade of light! Revenons 30 ans en arrière, sur le premier jeu de la série Fire Emblem!

L’énigmatique Shadow Dragon anglais

Beaucoup ont connu le célèbre Roi-héros Marth, à travers les nombreuses batailles qu’il a menées dans la série Super Smash Bros face au casting all-star de Nintendo de Mêlée jusqu’à Ultimate. Les récents fans de la série Fire Emblem ont peut-être commencé à le connaître grâce à Fire Emblem Awakening sur 3DS, opus se déroulant en vérité plusieurs millénaires après Fire Emblem: Shadow Dragon & the blade of light. Titre qui aura sauvé la série Fire Emblem de sa descente aux enfers et qui fait de nombreuses mentions aux Roi-Héros Marth.

Certains ont peut-être appris à le connaître via le remake Fire Emblem: Shadow Dragon sur DS disponible traduit en français ! Toutefois, il ne s’agit là que de quelques élus et le premier opus de la série reste à ce jour méconnu par beaucoup. Ainsi, pour le 30ème anniversaire de la série Fire Emblem, ressortir le premier jeu de la série paru sur NES n’est donc pas une mauvaise idée. On trouve cela juste dommage de le sortir et d’en vanter sa localisation qui est une première pour cet opus, mais il s’agit d’une traduction uniquement anglaise. D’autant plus dommage que comme on le mentionne, un remake DS est disponible et celui-ci est  traduit en FR.

D’autres iront plus loin en critiquant le fait qu’il aurait mieux valu ressortir le Remake en HD plutôt qu’une rom NES âgée de 30 ans. Sur ce point on reste sur notre réserve puisqu’il s’agit là certainement de fêter les 30 ans avec certainement la volonté de proposer l’expérience d’origine. Un peu comme le fait de ne pas opter sur une version HD du remake de Super Mario 64 sorti sur DS dans une certaine compilation des 35 ans… Cet anniversaire est du coup ciblé aux fans hardcores, avec des notions d’anglais et ceux dont la Retro ne posera aucun problème. Autre point mystérieux d’ailleurs, il s’agit d’un anniversaire avec la même date limite que Super Mario 3D All-star, c’est-à-dire que le jeu n’est disponible sur l’eShop que jusqu’au 31 mars 2021 !

Pour la petite histoire, nous suivons le Prince Marth du continent d’Akaneia dans sa lutte contre l’Empire de Dolhr. Notre héros a pu fuir son Royaume envahi accompagné de quelques hommes jusqu’aux contrées insulaires de Talys. Marth est le descendant du héros Anri qui a vaincu le Dragon de l’ombre il y a 100 ans de cela armé de l’épée de lumière Falchion. L’invasion actuelle par l’Empire Dolhr permet à celui-ci de réclamer les Terres, mais également de voler l’épée sacrée. Seule rempart contre les ténébreuses menaces à venir. Quelques années s’écoulent depuis cette invasion et cette fuite et on est sur un champ de bataille de Talys à repousser des Pirates. Il est temps pour notre jeune prince entraîné d’affronter à nouveau l’Empire et de suivre la route héroïque de son ancêtre ! En route sur plus d’une vingtaine de chapitres de guerre à parcourir à travers cette expérience !

Jeu NES oblige, on est face à un système de jeu très archaïque à notre ère. Il s’agit d’une des premières expériences de tactical-RPG de son époque et elle fut révolutionnaire en ces temps anciens. Un Tactical avec plus d’une vingtaine de personnages jouables avec qui l’on peut s’attacher. Un attachement qui peut se révéler douloureux lorsque les PV de l’un d’entre eux tombent à 0 et qu’il décède de manière permanente via le fameux Permadeath. Le Game over vous attend également au coin du champ de bataille si la mort devait atteindre le prince Marth.

Différentes classes de personnages, différentes armes, gestion d’objet, montée de niveau et progression de vos personnages, des cartes avec différents reliefs/attributs ainsi que des villages et habitations à explorer. On constate déjà ce qui constitue la base des jeux Fire Emblem. Mais c’est une base très ancienne et les plus jeunes fans noteront l’archaïsme de l’expérience dès le lancement du jeu avec ces 2 slots de sauvegarde uniquement ainsi que sur les premières missions du jeu. Ils verront que bien que le curseur se déplace sur une grille invisible, en cliquant sur un personnage on ne voit pas du tout sa portée de déplacement. Notre personnage clignote pour indiquer qu’on l’a sélectionné et il s’agit de déplacer son curseur jusqu’à ce qu’il n’avance plus afin de comprendre la limite d’une unité.

On ne peut également pas voir la portée des unités ennemies. Le fameux triangle d’arme de la série n’existe pas, mais votre équipement a une durabilité ainsi que quelques propriétés. Chaque classe d’unité ne possède pas nécessairement d’évolution. On a un convoi d’objets complexe à utiliser et un inventaire limité à 4 objets pour chaque personnage. L’accès aux informations statistiques des personnages est difficile. Puis lorsque l’on s’approche d’un ennemi, on ne peut voir aucune information afin d’anticiper l’affrontement à venir. Il s’agit d’apprendre toutes ces informations en pratiquant le jeu et en calculant toutes les données soi-même. Comme le taux de protection probable d’un terrain sur votre unité ou les données de dégâts ou de coup critique par exemple.

Pour l’époque, on avait une expérience de qualité dans le genre. En revanche à notre ère, on décèle rapidement les limites de cette expérience et tous les défauts provenant de ces mécaniques totalement datées. En partant du constat d’une expérience Retro, il est ainsi difficile de taper gratuitement sur des défauts d’une époque révolue. On saluera tout de même les quelques efforts de Nintendo afin de moderniser cette expérience. Une modernisation inspirée tout simplement des possibilités offertes sur les jeux NES ou SNES accessibles aux abonnés du Nintendo Switch Online.

Possibilité de changer le rythme de jeu, de créer une sauvegarde rapide et un chargement rapide ou de faire un retour en arrière. Il est également possible de changer l’affichage du jeu entre Normal et Pixel Perfect. Des options bienvenues sur ce portage NES. Bien que les options d’affichages ne changeront pas grand-chose pour vos yeux. Une réalisation plutôt bonne pour de la NES avec des animations d’affrontements plutôt épiques pour cette époque. Sur la partie sonore, on a des thèmes qui font partie de l’héritage musical de la série encore aujourd’hui, à travers des arrangements et de nombreuses reprises. Des musiques dont on se plaît à entendre ici dans leur version originale accompagnant les divers moments du récit de cet opus genèse de la série Fire Emblem.

Conclusion
La version originale de Fire Emblem: Shadow Dragon & the blade of light est enfin disponible en occident pour la première fois ! Chose inespérée pour les 30 ans d’une série qui ne gagne en popularité dans le monde que très récemment. Découvrez ainsi pour la première fois sur Switch la genèse de la série Fire Emblem et le récit épique du Roi-Héros Marth. Il faudra en revanche faire uniquement avec l’anglais et être du genre à apprécier les expériences Retro afin de pleinement se satisfaire de cette sortie. Est-ce que cette sortie n’est que la première étape pour fêter les 30 ans de la série Fire Emblem ? L’avenir nous le dira. Reste à l’appréciation de chacun d’acheter afin de profiter de cette offre à durée limitée ou d’estimer qu’elle est onéreuse et qu’on aurait préféré l’avoir en tant que bonus d’abonnement du Nintendo Switch Online.
Points positifs
  • La version originale du premier Fire Emblem enfin chez nous !
  • Bonne réalisation et quelques animations épiques
  • Des musiques connues dans leur oeuvre d’origine
  • Découvrir ce qui fut les fondements de la série Fire Emblem !
  • Les quelques options modernes de cette ressortie
  • Le récit épique du héros Marth et toute sa flopée de personnages jouables !
Points négatifs
  • Il faudra aimer la réalisation d’époque
  • Les limites de gameplay d’une autre époque
  • Des soucis de lisibilité
  • Peu de slots de sauvegarde
  • Une petite galerie audio en bonus aurait été cool
  • Il faut aimer les sonorités de jeu d’antan
  • Uniquement en anglais !
  • Disponible sur une durée limitée ?!
  • Les abonnés du NSO auraient aimé le voir dans le catalogue NES.
6.7
Correct
Réalisation - 7
Musiques - 8
Jouabilité - 5
Durée de vie - 8
Scénario - 8
Intérêt et offre - 4
Ecrit par
Rédacteur sympathique fans de JRPG et de jeu très japonais. Par ailleurs, possède de bonne notion de la langue japonaise. Twitter: 00memory

1 commentaire

  1. Le caralogue NSO une fumisterie. Car un suivi des plus chaotiques pour les consoles virtuelles.

    Répondre

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire