Carnivores: Dinosaur Hunt (Nintendo Switch) – Le test

Depuis le jeu Duck Hunt sur la console NES, les jeux de chasse ont toujours été présents sur les différentes consoles sorties par la suite. La chasse à l’ours et au cerf dans les forêts du Grand Nord et la chasse au lion et à l’éléphant dans la savane africaine. Mais la chasse au dinosaure a toujours été plutôt rare. Dans les jeux, habituellement, on fuit les dinosaures et on les affronte en dernier recours, mais pas dans Carnivores : Dinosaur Hunt. Là on fait mieux, on les traque, on les trouve et on les tue !

Voyage au bout de l’Enfer (the Dinosaur Hunter)

Tout commence dans l’enfer vert. L’enfer d’une végétation luxuriante dans laquelle notre protagoniste se trouve déposé par un drone avec un radar GPS et un fusil doté de quelques balles. Et là, la traque peut commencer. Il faut faire attention au sens du vent, il faut faire attention à ne pas faire trop de bruit, il faut faire attention à ne pas se faire repérer par un dinosaure sous peine de se faire écraser sous ses quelques tonnes. Pas de fioritures ou d’introduction inutile, le jeu va à l’essentiel, la chasse.

La bande son des menus peut faire penser à Jurassic Park, mais une fois en jeu, on n’entend plus que le silence du paysage, et quelques moustiques de temps en temps. Et justement le temps passe lentement, très lentement, car on progresse courbé, pas à pas, pour ne pas effrayer notre gibier et pour pouvoir lui tirer une balle au bon endroit et le tuer. Rien de plus rageant que de tirer un ou deux coups et de voir notre proie s’enfuir toutes pattes dehors. Surtout que les munitions ne sont pas illimitées, loin de là, et c’est plus qu’agaçant après plusieurs dizaines de minutes de jeu de se retrouver à sec et de devoir retourner au hub.

La chasse au dino : l’éloge de la lenteur

Dans le hub, il faut choisir quel dinosaure nous allons chasser. Pour ça, il faut acheter un permis ou plusieurs (quand on a gagné suffisamment d’argent) et se rendre sur le lieu de chasse. Chaque dinosaure tué nous rapporte des points qui nous permettent d’améliorer notre attirail. Ainsi, on peut augmenter les capacités de notre radar en y ajoutant un viseur à rayons X qui nous indique les endroits vitaux du dinosaure et donc l’endroit précis où l’on sera sûr de l’abattre d’une balle. Il existe aussi une option pour repérer les traces de pas des dinosaures. On peut acheter des tenues de camouflage pour moins se faire repérer par les monstres ou des chargeurs de balles plus conséquents.

Notre fusil peut aussi être amélioré, soit en lui donnant une meilleure portée, ou une augmentation des dommages causés ou encore en l’allégeant pour qu’on se déplace plus vite quand on l’a en main. Tout cela coûte cher et sachant qu’un dinosaure comme le stegosaurus (un herbivore de début de jeu) rapporte entre 5 et 50 points et que les améliorations coûtent souvent plusieurs centaines de points, il va falloir passer du temps sur chaque map et abattre un nombre conséquent de dinosaures. Pour 500 points on peut s’offrir une arbalète et pour 1000 points on peut obtenir un fusil de sniper. Sympa mais extrêmement cher donc extrêmement long à gagner.

Il y a une petite dizaine de maps avec des particularités pour chacune : la jungle, le désert, le bord de mer, les collines. Graphiquement, le jeu est assez pauvre et assez vide. Il arrive souvent que les éléments du décor popent quand on se déplace et il arrive de temps en temps que des dinosaures apparaissent et disparaissent sous nos yeux à cause d’un souci d’affichage. Dans tous les cas, le scénario reste le même, il faut gagner énormément de points pour pouvoir s’équiper correctement et chasser des proies qui rapporteront de plus en plus.

Sur le plan du gameplay, l’ergonomie n’est pas excellente, et il faut toujours réfléchir à ce que l’on fait sous peine d’enlever son fusil de son épaule alors qu’on pensait justement épauler. Les touches pour s’accroupir, marcher ou courir ne sont pas à côté et on s’y perd parfois. Enfin le jeu est disponible uniquement en anglais, rien de grave cependant car à part lire l’anglais dans les menus, la langue de Shakespeare ne sert à rien lors d’une partie de chasse.

Conclusion
Carnivores : Dinosaur Hunt propose un jeu de chasse différent de ses prédécesseurs sans pour autant s’en démarquer de façon phénoménale. Il faudra passer beaucoup de temps à farmer pour gagner de l’argent et débloquer les permis de chasse, les armes et les améliorations nécessaires pour bien progresser dans le jeu. Les fanas de chasse les plus patients pourront être tentés par ce titre, les autres passeront leur chemin.
Points positifs
  • Chasser du T-Rex
  • Un petit côté dépaysant
Points négatifs
  • Une progression vraiment très lente
  • Des graphismes assez cheaps
  • Uniquement en anglais
  • Vraiment pas ergonomique
4.4
Décevant
Graphismes - 5
Bande-son - 5
Maniabilité - 4
Durée de vie - 4
Fun - 4
Ecrit par
Fan de Big N depuis la Gameboy, j'ai débuté les JV sur Atari ST. Bref, je suis un vieux joueur, mais j'aime les nouveautés autant que les jeux rétros (sauf le mauvais pixel-art)

1 commentaire

  1. Point positif: fidèle à la version pc qui est tout aussi nulle.

    Répondre

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire