Raiden IV x MIKADO remix (Nintendo Switch) – Le test

Sorti en 2019 dans sa version Director’s Cut, Raiden V avait illuminé nos écrans en rameutant toutes les bonnes sensations des shoots d’arcade d’antan. Histoire de faire perdurer encore un peu plus la légende de la franchise, UFO Interactive et Moss remettent le couvert avec non pas une suite, mais l’épisode IV paru il y a quinze ans sur Xbox 360… Enfin, non, ce n’est pas tout à fait ça – histoire de bien vous mélanger les pinceaux dès l’introduction -,  il s’agit en réalité d’un remix de la version up-gradée parue en 2014 : Raiden IV Overkill.

Vous êtes perdus ? Sachez tout simplement que Raiden IV x MIKADO Remix est la version ultime d’un des épisodes les plus appréciés de la série. Car, tout en reprenant une trame et une base (les fameux power-up de couleur et les smart bombs), qui n’ont pas changé depuis le premier épisode paru en 1990, Raiden IV affiche une action particulièrement intense, digne des Danmaku modernes, avec pléthore de projectiles ennemis (ce ne sont pas encore des murs de boulettes, mais nous nous en approchons dans les modes de difficulté les plus relevés) et de bons gros vaisseaux typiques de la série, des modèles 3D bien détaillés rappelant ceux qui sévissaient dans les années 90.

Pour la trame, elle est minimaliste, archi-vue et revue, elle est celle de Raiden premier du nom et nous propose de défendre, à un ou à deux joueurs, le plancher des vaches d’une invasion extra-terrestre, puis d’aller dans l’espace pour en découdre une bonne fois pour toute avec l’affreux envahisseur. C’est très classique, mais pour un shmup, ça fait parfaitement le café, la crème et le croissant qui vont avec. Les décors, urbains, portuaires ou spatiaux, sont variés avec une pichenette de mise en scène et quelques pointes de vitesse pour défibriller un peu plus nos petits yeux.

Coté armement, c’est toujours du classique avec assez peu de changement notable, et ce depuis des décennies. Les habitués seront contents. En plus des smart-bombes (dont l’utilisation deviendra vite une question de survie), nous avons droit à quatre sortes de tir. Il y a le tir violet qui à l’écran ressemble littéralement à un lasso et cible automatiquement les ennemis (une arme apparue dans le deuxième épisode) et le triple tir violet, sans l’effet lasso mais avec un petit effet courbe pas désagréable quand nous déplaçons notre vaisseau. Nous avons également le sempiternel tir bleu puissant, concentré en une seule colonne, et tir rouge, moins puissant, mais avec un plus grand angle d’impact. Du super classique, de l’attendu si vous connaissez déjà la série. Mais avouons que tout ceci assure au jeu un feu d’artifice revigorant, visuellement très chouette, en plus de donner un sentiment de toute-puissance, lorsque nous avons gobé tous les power-ups possibles, qui augmentent façon titan le faisceau de notre tir.

Le jeu dispose, de plus, d’un équilibrage parfait de la difficulté (un aspect qui n’était pas reluisant dans l’épisode 3) qui ravira les pros comme les néophytes. Le mode Practice est par exemple une promenade de santé, idéale pour se faire les quenottes si vous n’êtes pas familier avec les shoot them up, alors que le mode Normal vous donnera logiquement quelques sueurs froides.

Histoire d’être entièrement conquis, il y a une tonne d’options et de modes (Overkill, Boss Rush, Avanced ou Arcade), un mode Tate pour jouer avec la Switch à la verticale (un mode quasi-obligatoire pour ce type de jeu) et un tableau mondial des scores, histoire de défier les meilleurs joueurs de la planètes.

Pour ce qui est du mode Overkill, le plus stimulant à nos yeux, il ajoute deux nouveaux niveaux (au cinq initiaux du mode Arcade), deux nouvelles missions et un système de scoring rappelant le jackpot du casino. Les ennemis détruits lâchent des piè-pièces quand les plus gros arborent une barre, laquelle se remplit à mesure que nous leur tirons dessus, et monte en level contre un feu nourri, même lorsque ces vaisseaux sont détruit. Histoire de faire encore plus de poin-points !

Grosse cerise sur ce gâteau explosif, les musiques d’origine ont été rémixées dans le plus pur style Heavy Metal / Visual Kei, avec très souvent une ligne de guitare tonitruante à nos oreilles, laquelle nous encourage à relancer les niveaux pour la réentendre à nouveau. Relancer la partie est vraiment chose aisée avec Raiden IV… Encore plus si nous avons un camarade à nos côtés pour jouer en co-op.

Conclusion
Si vous avez gouté à l'opus V, peut-être serez-vous tenté par ce petit rétro-pédalage ? À moins que le prix ne vous en décourage... Ce serait dommage car en l'état, Raiden IV est un des meilleurs épisodes de la franchise, voire le meilleur tout simplement et un des meilleurs shmups parus. Il est tour à tour addictif, fun, équilibré et allie à la perfection tradition coté gameplay et modernité pour l'aspect visuel. Cette version Switch est de plus bourrée jusqu'à la moelle de modes de jeu qui augmenteront, pour peu que vous aimiez scorer, votre expérience de shmuper fou.
Points positifs
  • En tout point dynamique
  • Les musiques de folie
  • Le mode Tate
  • Tout est paramétrable dans les menus
  • Un gameplay old-school qui a largement fait ses preuves
  • Le mode Overkill
Points négatifs
  • Le prix, surtout si vous êtes déjà passé à la caisse pour l'épisode V
8.1
Génial
Graphismes - 8
Bande-son - 9
Gameplay - 8
Durée de vie - 7
Fun - 8.5
Ecrit par
Retrogamer de la première heure et amateur de jeux indés fantastiques...

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire