Loop Hero (Nintendo Switch) – Le test

Alors que le genre Roguelite est déjà bien chargé en titres excellents et variés, le studio Four Quarters parvient encore à renouveler le genre avec Loop Hero et son concept original. Epaulé par l’enseigne Devolver Digital qui s’y connaît bien dans le milieu, nous avons là les bases d’un cocktail réussi sur le papier. Avec les bons retours déjà existants sur la version PC sortie en mars 2021, que nous réserve cette version Switch ? Voyons ça sans plus tarder !

L’histoire de Loop Hero se résume assez brièvement. La fin du monde est arrivée, entraînant l’entièreté de l’univers dans le néant. Tout a disparu, il ne reste que le vide. Vous incarnez toutefois une personne qui a réussi à conserver des souvenirs de ce qu’il s’est passé et du monde dans son état d’origine. Par le biais du tutoriel, vous allez amasser suffisamment de ressources pour monter un feu de camp. Cette lueur dans le néant parvient à d’autres survivants qui viennent vous rejoindre. A vos côtés, ils retrouvent également une partie de leurs souvenirs et constatent que vous êtes la seule personne parvenant à conserver les objets dans leur état, sans qu’ils ne retournent au néant. Vous allez donc partir en expédition pour récolter d’autres matériaux pour rebâtir le monde depuis votre modeste feu de camp.

Le but du jeu est donc de partir en expédition dans ce monde réduit au néant et d’en récupérer les ressources pour reconstruire la civilisation. Chaque expédition vous envoie dans une boucle temporelle générée de manière procédurale dans laquelle vous allez redéfinir le paysage. Vous combattrez des monstres sur votre route qui vous permettront de vous souvenir de ce qu’était le monde autrefois. Ces souvenirs se matérialiseront sous la forme de cartes (ville, forêt, rochers, plaine, phare, trésors, etc…) que vous devrez placer dans le décor pour gagner diverses ressources. Celles-ci vous aideront à agrandir votre feu de camp qui deviendra un village, vous permettant d’accéder à d’autres souvenirs qui vous donneront par la suite d’autres ressources plus rares qui aideront à transformer le village en quelque chose de bien plus conséquent. Le plateau se compose de cases avec un chemin en forme de boucle. Sur l’une des cases du chemin se trouve votre camp. Vous reviendrez donc sur vos pas à chaque boucle du chemin effectuée, ce qui offrira la possibilité de rentrer pour engranger et accumuler vos ressources. Vous avez toutefois la possibilité de continuer en effectuant une nouvelle boucle, chaque boucle augmentant le nombre de ressources que vous pourrez récolter, l’efficacité de l’équipement que vous ramasserez mais aussi le niveau des ennemis que vous affronterez. Vous devrez alors trouver le juste milieu pour ne pas vous faire submerger par des ennemis devenus trop forts pour vous et ne pas rentrer bredouille car vos boucles n’ont pas été assez fructueuses.

Où allons-nous ?

Une expédition se divise en trois grandes phases : combattre les ennemis, créer du paysage et améliorer son équipement. Au cours de votre aventure, vous allez avoir une jauge temporelle symbolisant l’avancée de la journée et indique le commencement d’un nouveau jour dès qu’elle est pleine. L’apparition de monstres sur votre route est étroitement liée à l’écoulement du temps. Certains monstres basiques apparaissent tous les 2 ou 3 jours, mais tous ne répondent pas aux mêmes conditions. Chaque nouvelle journée permet également à votre héros de regagner une petite portion de ses points de vie. Vous devrez donc garder ces éléments à l’esprit lors de chacune de vos expéditions. Les combats se déroulent de manière très simple, vous entrez sur une case où un monstre est présent et vous l’affrontez dans un mode en tour par tour automatique. Plus le temps passe et plus il est probable qu’il y ait plus d’un monstre sur une case (le maximum étant de 4, sauf via l’effet de certains paysages). Chaque entité dispose d’une jauge d’action et lorsque celle-ci est pleine, l’action est lancée. Cela est majoritairement une attaque de base mais certains personnages et monstres ont des mécaniques spécifiques qui viennent remplacer l’attaque par une compétence dédiée. Une fois les adversaires vaincus, vous pouvez obtenir ou non une carte paysage et/ou de l’équipement.

Chaque paysage que vous recevez après un combat vous permet de raviver des souvenirs de l’ancien monde et d’en récupérer les ressources. Par exemple, des rochers ou une montagne vous permettront de récolter de la pierre, des bosquets ou de la forêt vous octroieront du bois ou bien disposer des plaines et construire des fermes vous donnera des rations de nourriture. Certains paysages devront être positionnés dans le décor, à l’écart de la route tandis que d’autres devront être placés directement sur la route ou adjacents à celle-ci. La majorité des paysages que vous poserez sur la route vous feront récupérer la ressource associée à chaque fois que le héros y posera les pieds. Vous aurez donc tout intérêt à refaire plusieurs fois la boucle pour récupérer cette ressource à chaque tour. Cependant, plus vous posez de paysages, plus de nouveaux monstres feront leur apparition, les montagnes attirant gobelins et harpies, les bosquets attirant les rats et les cimetières des squelettes. Pour finir, pour améliorer votre expérience de jeu, nous vous recommandons d’aller faire un tour sur la page Wiki de Loop Hero (uniquement en anglais cependant) pour en apprendre davantage sur les synergies possibles avec les paysages. Vous pouvez les découvrir par vous-même mais cela risque de prendre du temps et de ralentir fortement votre progression dans le développement du village et vers la fin du jeu. C’est dommage dans un sens qu’il n’y ait pas d’outil au sein du jeu directement permettant d’obtenir ces informations, mais ce n’est pas plus mal non plus que tout ne soit pas servi sur un plateau d’argent.

D&Co

Une fois vos lubies de paysagiste terminées, vous pourrez (si vous en avez eu la chance) penser à votre équipement. Il n’est pas question d’envisager refaire plusieurs boucles si vous n’augmentez pas vos statistiques et vos chances de survie. Votre personnage dispose de plusieurs emplacements tels que arme, armure, bouclier, accessoire, etc… Tous ne sont pas disponibles au début du jeu mais vous pourrez les débloquer en progressant dans le jeu grâce au développement de votre village. Chaque équipement dispose d’un niveau et d’une couleur de rareté, le niveau indiquant la puissance et la rareté le nombre de caractéristiques que vous allez obtenir. Vous obtiendrez des niveaux plus élevés au fur et à mesure du nombre de boucles que vous allez effectuer, tandis que la rareté… c’est assez aléatoire. Certains paysages et effets vous permettront d’avoir plus de chance d’obtenir des objets rares mais cela ne garantira pas toujours l’obtention de la caractéristique désirée. Vous devrez jauger en permanence s’il est plus intéressant d’avoir une vitesse d’attaque élevée ou un meilleur taux de coups critiques, ou s’il est mieux de privilégier la défense ou le vol de vie. Tout est question de choix et de préférence, l’objectif étant toujours de garder en tête que vous devez lors de chaque boucle vous assurer de rentrer en vie au feu de camp. Car même si la mort n’est pas une fin en soi, vous perdrez la quasi-totalité des ressources amassées (70% que vous ne choisissez pas) si vous n’atteignez pas le feu de camp en vie. A noter que vous disposez d’un sac pour stocker l’équipement trouvé. Si votre sac est plein, les plus anciens équipements seront recyclés vous permettant de récupérer des ressources également.

Mon sac est fait

Une fois que vous êtes rentrés au camp de base (vivant ou mort), vous pouvez profiter de vos ressources précieusement récupérées pour améliorer votre progression. La fonctionnalité principale est la construction de nouveaux bâtiments. Ces derniers vous octroieront quelques bonus pour faciliter vos expéditions, le choix de changer de classe pour votre personnage (et disposer d’autres mécaniques de jeu) et le plus important, débloquer de nouvelles cartes paysages pour récupérer de nouvelles ressources. Une fois les bâtiments construits, vous aurez la possibilité d’en d’améliorer certains pour bénéficier d’effets supplémentaires, contre de précieuses ressources. Il s’agira alors de réfléchir en fonction de que vous avez à disposition quel bâtiment vous allez privilégier. Vous pouvez également les détruire si leur disposition ne vous convient plus dans le village mais leur coût en ressource ne vous sera pas remboursé. Avant de repartir en expédition, vous avez la possibilité de choisir comment sera constitué votre deck de cartes paysage. Les cartes seront récupérées aléatoirement au cours de l’expédition mais seront toujours celles que vous aurez sélectionnées. Il s’agit d’intégrer des cartes qui vous permettront d’avoir les bonnes ressources pour construire les bâtiments qui vous intéressent et ainsi progresser dans le jeu. Une fois votre deck complet, vous pouvez choisir une classe (si vous en avez débloqué) et vous lancer dans une nouvelle expédition.

Lors de chaque aventure, en dessous de la jauge temporelle se trouve une seconde jauge qu’on appellera jauge de métamorphose. Votre refonte du paysage va le métamorphoser, faisant revenir la vie dans ce néant et carte posée fera croître cette jauge de métamorphose petit à petit. Lorsque celle-ci est pleine, une entité puissante du néant viendra vous combattre pour vous empêcher de changer le destin. Vous aurez toujours le choix de fuir ce combat mais il deviendra obligatoire de vous y frotter si vous souhaitez progresser. L’issue de ce combat vous en apprend davantage sur l’histoire et vous permet de récupérer d’autres ressources ainsi que de nouvelles pistes d’exploration. Après avoir battu le boss, vous avez le choix de continuer votre paysagisme ou bien de rentrer. Concernant les nouvelles pistes d’exploration, leur sélection se fait au démarrage de l’expédition et vous permet de récupérer des ressources plus rares en échange d’une difficulté supérieure. Les monstres seront identiques visuellement mais auront de nouvelles attaques et de nouveaux effets. Cela sera bien évidemment obligatoire pour améliorer votre village et finir le jeu.

Ne pas se fier aux apparences

Loop Hero n’est pas un jeu qui vous en mettra plein la vue. Son apparence rétro pixelisée, qui peut paraître rebutante au premier abord, cache une complexité ingénieuse et un aspect stratégique bien développés. Bien que le jeu se prenne facilement en main, une étourderie ou un mauvais calcul peuvent très rapidement vous faire pencher vers une exploration dangereuse imprévue. Côté bande-son, le jeu propose quelques musiques chiptune qui sauront rapidement passer au second plan si le style ne vous rebute pas. Les bruitages de monstres et autres effets (tel que le chant du coq à chaque nouvelle journée) ajoutent une petite ambiance sympathique à l’environnement et aux combats.La prise en main sur la Switch est relativement agréable, les commandes à la manette sont simples et intuitives ce qui est très positif. Toutefois, certaines fonctions restent impossibles à la manette là où on peut parfaitement le faire à la souris sur PC (déplacer les équipements dans l’inventaire pour se défausser plus rapidement de ce qui nous intéresse). En revanche, cette fonction est présente en mode portable avec l’écran tactile. Enfin un jeu importé du PC avec une fonctionnement prévu à la souris qui prend en charge l’écran tactile ! En mode portable, cela permet de se passer des touches et on y retrouve un certain confort vu qu’il s’agit tout de même d’un jeu de placement. Si l’aventure vous tente sur Switch, son prix en comparaison du temps que vous allez passer est bien plus qu’excellent ! Vous en aurez pour votre argent.

Conclusion
Loop Hero est un très bon jeu avec un gameplay original qui arrive à se démarquer sans mal des autres roguelites. Avec sa prise en main facile, il propose un vrai challenge et encourage à maîtriser la moindre petite opportunité pour vous emmener vers la fin de l’histoire. Assez punitif si vous n’êtes pas rigoureux, il est la meilleure image de l’adage : “Tomber pour mieux se relever”. Ses graphismes rétro pixelisés sauront trouver leur charme après quelques minutes et vous feront devenir quelque peu addict à lancer une nouvelle boucle pour amasser toujours plus de ressources.
Points positifs
  • Un gameplay original qui fait mouche
  • La gestion du village en parallèle des expéditions
  • Le système de classes qui permet de redécouvrir le jeu
  • Le tactile qui fonctionne parfaitement !
  • L’aléatoire qui parvient à ne pas exploser la difficulté
  • Prix bien plus que correct pour la durée de vie
Points négatifs
  • Il faut aimer farmer en boucle
  • La bande-son peu riche
8
Génial
Scénario - 7
Gameplay - 9
Graphismes - 7
Bande-son - 6
Prise en main - 10
Rejouabilité - 9
Ecrit par
Grand fan de fantasy, de mangas, et d'animes, j'ai passé des années à lire de nombreux bouquins et corriger les fautes d'orthographe dans des équipes de fansub et scantrad. Joueur occasionnel de LoL, addict aux jeux de société, aux jeux de rythme et à Nintendo, je suis désormais rédacteur/testeur pour Nintendo-Town. Ma plus grande passion : Pokémon ! (surtout Lucario)

2 commentaires

  1. Eh beh ! Il m’intéresse ce jeu !

    Répondre
  2. En test depuis hier, jour de sa sortie sur Switch, j’adore ! J’avais vu les vidéos de Shisheyu dessus sur pc et ça m’avait donné envie, je suis pas déçus, l’adaptation Switch est super

    Répondre

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire