Blazblue : Central Fiction Special Edition (Nintendo Switch) – Le test

Dans le monde du versus fighting, il y a des licences qui sont aujourd’hui très largement connues du grand public comme Street Fighter, pour ne citer que lui, puis d’autres qui restent assez “niches”. Avec la sortie de Dragon Ball Fighter Z, Arc System Works a pu se créer une image de référence dans le jeu de combat en 2D aux yeux du grand public. Sa série phare Blazblue est donc revenue sur le devant de la scène l’an passé sous forme de spin-off avec Cross Tag Battle, un jeu de combat rassemblant plusieurs franchises. En ce qui concerne la série principale donc, c’est aujourd’hui 4 ans après sa sortie initiale que l’épisode final Central Fiction ressort sur Nintendo Switch dans une édition spéciale.

The Wheel of Fate is Turning !

Sorti d’abord en salles d’arcades au Japon en 2015 puis sur consoles plus tard dans l’année, Blazblue Central Fiction est le premier jeu de la série “principale” à débarquer sur Nintendo Switch. Comme son nom l’indique, le jeu embarque avec lui tous les DLC qui ont pu sortir sur les versions de base des autres consoles, ces derniers incluant des costumes, 42 terrains au total, mais aussi 8 personnages grossissant le roster disponible dès le départ pour 36 combattants au total. Il s’agît du plus grand nombre de personnages qu’un jeu Blazblue ai proposé à ce jour.  La série Blazblue est considérée par la plupart des amateurs du genre comme la franchise ayant l’un des meilleurs systèmes de combat de tous les temps. Les commandes sont intuitives et le jeu peut se laisser approcher assez facilement par un novice. Cependant, il y a toute une palette de paramètres et de subtilités sous la surface qui rendent l’ensemble très technique et complexe pour ceux souhaitant s’y investir. D’ailleurs, vétérans et nouveaux venus sont tous bienvenus puisque 2 styles de combat sont disponibles : le Traditional pour les vétérans qui souhaitent un contrôle total de leurs mouvements à la frame près ou alors le Stylish pour encourager l’utilisation d’attaques spéciales et de combos automatiques selon l’ordre de pression de vos boutons d’attaque légère, moyenne et lourde (dans le même style que Dragon Ball FighterZ)

Au niveau du contenu, vous pourrez trouver dès le menu principal pléthore de modes de jeu. A commencer par l’entraînement qui va rassembler tout ce que vous pourriez attendre d’un jeu de combat, que ce soit des défis combos, l’entraînement contre une IA programmable à votre guise et bien entendu un tutoriel très complet vous présentant l’ensemble des mécaniques spécifiques aux jeux Blazblue. Vous pourrez également jouer en mode histoire se découpant en une douzaine d’épisodes comprenant des dizaines d’actes qui vous permettront de découvrir des personnages et de profiter de cinématiques animées. Ce mode pourra à lui seul vous occuper une bonne dizaine d’heures, une prouesse pour un jeu de combat. Cependant, les nouveaux venus pourraient se trouver un peu largués sur le scénario car malgré un récapitulatif de 30 minutes est disponible, le tout reste plutôt compliqué à aborder avec un regard neuf.

Un menu Battle regroupant les différents modes de jeu hors ligne regroupera les classiques mode arcade vous faisant combattre une série d’adversaires définie pour chaque personnage avec des dialogues et une histoire unique pour chacun et le mode Versus, pour combattre entre amis en local ou contre l’IA. Il y aura aussi le Score Attack, un mode dans lequel vous pouvez sélectionner différents parcours et faire face à une multitude d’ennemis pour marquer un maximum de points et le Speed Star où vous devrez vous défaire de vos ennemis le plus rapidement possible et dans lequel vous pouvez ajouter du temps au décompte à chaque gros combo, super ou ultra executé, le but étant d’éliminer le plus d’ennemis possible avant la fin du temps imparti. Enfin, le Grim of the Abyss, un mode extrêmement complet ajoutant un aspect RPG au jeu pusique vous pourrez explorer une carte sur laquelle différents niveaux de challenge/difficulté sont présents, la plupart des combats seront semblables à un mode survie dans lequel vous combattrez une série d’ennemis en conservant votre barre de vie sans régénération, l’objectif étant d’aller combattre un boss et de le vaincre. Chaque victoire vous octroie des points d’expérience pour augmenter de niveau ainsi que des grimoires permettant d’augmenter les stats de votre personnage (vie, dégâts, défense) ou alors des compétences passives, comme par exemple augmenter votre défense contre les attaques spéciales adverses.

Bien évidemment un mode en ligne nécessitant un abonnement au Nintendo Switch Online est présent pour vous mesurer à d’autres joueurs autour du globe avec une mention spéciale sur le netcode qui est extrêmement bien optimisé. Du coup, les commandes répondent au doigt et à l’oeil en ligne, même si la population en ligne reste assez restreinte et vous pourrez vous retrouver à tomber plusieurs fois sur les mêmes personnes, voire attendre une bonne dizaine de minutes avant d’avoir un match.

Enfin, pour le plaisir des joueurs et des fans avant tout, une galerie dans laquelle vous pourrez consulter tout un tas d’artworks, d’extraits audio et regarder les cinématiques déverouillées est présente pour vous caresser la rétine avec le style graphique animé maîtrisé à la prefection par Arc System Works.

Conclusion
Blazblue Central Fiction est le point final de la série qui se veut généreux en termes de contenus et de gameplay. Cet épisode est non seulement le plus complet en termes de stages disponibles et de personnages jouables mais a aussi introduit des mécaniques qui sont très appréciées, comme le mode de jeu Stylish permettant aux néophytes de se lancer sans avoir a s’entraîner intensivement. De plus, cette Special Edition regroupe tout le contenu paru en DLC, ce qui monte le roster à 36 personnages tous marqués de façon unique dans leur gameplay et dans leur design. Au delà de ce contenu, les différents modes de jeu offrent une durée de vie qui n’aura pour limite que votre motivation, puisqu’entre un mode histoire durant une dizaine d’heures, une histoire différente en arcade par personnage et enfin le mode Grim of the Abyss pour le hors ligne, sans oublier le multijoueur en ligne et son système de classement, vous aurez compris qu’il y a vraiment de quoi faire pendant de bonnes centaines d’heures.
Points positifs
  • Le contenu gargantuesque regroupant tout ce qui a pu sortir en DLC auparavant
  • Un casting très complet et très varié de 36 combattants
  • Un mode histoire bien consistant comprenant des cinématiques animées
  • Grim of the Abyss, un mode vraiment original amenant un aspect RPG au jeu
  • Très accessible grâce aux commandes Stylish ou Traditionnelles pour plaire autant aux vétérans qu’aux néophytes
  • Le multijoueur en ligne qui fonctionne à la perfection
Points négatifs
  • Assez répétitif sur la durée
  • Population en ligne plutôt mince
8.2
Génial
Graphismes - 9
OST - 8
Gameplay - 10
Contenu - 8
Accessibilité - 7
Online - 7
Ecrit par
Joueur Nintendo depuis la N64 et vénérateur d'Edmund McMillen. Je stream occasionnellement aussi, follow @AntwnSan

1 Comment

  1. Arc system sont vraiment des chefs pour ce genre de jeu.
    J’ai dbz et cross tag battle. Ce sont des jeux réalises aux petits oignons.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire