SEGA AGES Wonder Boy: Monster Land (Nintendo Switch) – Le test

Il est coutume d’entendre « ce sont dans les vieux pots que l’on fait les meilleurs soupes mon enfant ! » et suivant ce bel adage, nous sommes en droit de penser qu’un ancien hit d’une console rétro ne pourrait être que bonifié lors de retrouvailles fructueuses sur une console moderne. Si la saveur de la master system est encore dans les tréfonds de votre cœur, alors sans doute avez-vous en mémoire un certain Wonder Boy, prêt à en découdre dans les années 80 et cela dans plusieurs softs. Plus de 30 années plus tard, le voilà qui vient se trémousser sur la Nintendo Switch…

Wonder Boy est un garçon merveilleux des temps anciens. Héros éponyme de 5 jeux sortis ces trente dernières années sur bornes d’arcades, Master System, Game Gear et bien d’autres, il arrive fier comme un gardon sur la Nintendo Switch dans l’opus « Monster Land ». Comme son nom l’indique, votre mission prend place dans la contrée Monster Land où il vous faudra venir à bout d’un dragon caractériel et vicieux. Mais avant cela, un long chemin vous attend, semé d’embûches et de piécettes !

L’argent fait le bonheur…

Contrairement aux précédents opus, ce dernier laisse une part importante à l’argent. En effet, alors que vous combattrez sans relâche les nombreux ennemis sur votre route, vous cumulerez de nombreuses pièces d’or. Ces dernières vous seront indispensables pour grappiller un peu de vie (à coup de cocktails et autres boissons plus ou moins alcoolisées) ou de façon plus large par le biais de quelques pouvoirs et améliorations notables. Ainsi, tandis que vous commencerez en culotte courte (au sens propre), vous pourrez peu à peu gagner en assurance et en puissance grâce à un équipement de plus en plus performant. En revanche, faites bien attention à ne pas dépenser tout votre or dans des choppes de bière généreuses (synonymes de maigres points de vie) alors que la sophistication de votre équipement vous attend non loin de là ! La gestion de votre argent, voilà bien la clef de ce jeu fort exigeant. Une notion monétaire si importante qu’un mode de jeu sur cette version pour Nintendo Switch vous propose de bloquer toute triche possible à son sujet. Ça fait moins les malins d’un coup ! Mais on dit aussi que « le temps c’est de l’argent », et bien sachez que le temps fera aussi partie intégrante de votre aventure puisqu’il vous faudra en permanence garder un œil sur votre « clepsydre » qui se vide à chaque instant. Il faudra, de fait,  accélérer un peu le pas et ne pas vous poser trop de questions quant au chemin à prendre… Mais rassure-vous, le temps se recharge à chaque clepsydre que vous trouverez.

L’exigeante plateforme rétro

Au delà de son aspect pécuniaire, Wonder Boy est avant tout un jeu de plateformes et d’action, deux genres bien connus qui pourraient bien vous faire dresser quelques poils sur la tête, surtout au début. En effet, à moins de jouer aux jeux rétros régulièrement, nul doute que vous serez surpris par cet élan de difficulté auquel nous ne sommes désormais plus habitués. La plateforme s’avère aussi être quelque peu hasardeuse et il vous faudra griller quelques vies avant de prendre en main votre héros qui semble déraper sur le sol. Fort heureusement, un bon équipement devrait vous faciliter la tâche. Une fois la demi heure (un peu délicate) de jeu passée, vous devriez mieux appréhender la manipulation de ce héros plein de fougue. Sauter, attaquer, se défendre, ouvrir des portes (et elles seront nombreuses, notamment celles des magasins), la prise en main s’arrange assez vite, d’autant plus si vous avez passé quelques heures de votre enfance sur la master System.

Si votre aventure semble pouvoir se résumer en une longue ligne droite, sachez que cet opus de Wonder Boy ouvre la voix à quelques quêtes annexes, de quoi vous faire fouiner les moindres recoins du jeu pour toutes les dénicher (les murs aussi ont de nombreux secrets à dévoiler). L’action quant à elle se résume majoritairement à abattre les ennemis qui vous barrent la route. Petits ou grands, simples ou coriaces, ils seront nombreux. Les boss seront aussi de la partie et vous donneront assurément quelques difficultés. Un grand bravo aux joueurs de l’époque qui ont su braver le jeu avec le Game Over toujours dans les parages, d’autant que dans les années 80, la mort était ultra punitive : il fallait tout recommencer depuis le début ! Les années se sont écoulées, et la difficulté s’est adoucie. Cette version des temps modernes disposent de quelques facettes supplémentaires.

Une version Switch plus accessible et orientée scoring

Grande révolution : la sauvegarde et les crédits illimités ! Pour votre plus grand plaisir, vous pourrez désormais sauvegarder votre progression n’importe où, ce qui rendra le Game Over beaucoup moins effrayant, sans compter la possibilité de recharger les crédits à loisir. Le jeu devient aussitôt nettement,  nettement , plus accessible ! Au delà de ces vies à foison, d’autres petits ajouts sont disponibles et devraient ravir les fans de la saga Wonder Boy.

Un premier challenge de temps vous propose de battre le plus rapidement possible un (petit) boss alors qu’un second  vous propose cette fois ci de défier un maximum d’ennemis dans un copieux donjon. Votre vie est illimitée, ce qui en fait le mode de jeu idéal pour prendre en main le personnage, d’autant plus qu’il dispose d’une panoplie d’équipements parfaite ! Enfin, le titre propose un mode de jeu où le scoring est au cœur de votre objectif. Cette fois ci, vous disposez de boulettes de feu (Mario sort de ce corps !) pour anéantir vos ennemis !Globalement, la version Switch laisse une belle place au scoring : le score de vos différentes parties est sauvegardé et il vous est possible de vous comparer à ceux du monde entier ! Il y a du challenge dans l’air…

Quand les vieux pots commencent à rouiller…

Malheureusement, si les souvenirs de Wonder Boy peuvent évoquer une certaine nostalgie chez nombre de gamers trentenaires, il se pourrait bien que ces retrouvailles sur Nintendo Switch se soldent avec quelques lacunes notables. Pour commencer, la musique est totalement, mais alors TOTALEMENT, bugguée. Si les sonorités de la master system sont particulièrement reconnaissables, elles sont dans ce soft torturées, bafouées, hachurées comme jamais. La musique est tout simplement insupportable et donnera l’impression de passer sous un tunnel ! Un manquement important tant les musiques font parties intégrantes des jeux rétros… On notera également la présence de nombreux petits bugs, ainsi que des ralentissements. Alors que l’écran se charge de quelques ennemis, votre héros magnifique devient une véritable brique à manier, tandis que certains de ces mouvements restent chaotiques. Fort heureusement, les multiples facettes pour simplifier le jeu devraient largement vous aider pour arriver au bout de l’aventure. Néanmoins, il vous faudra faire preuve d’une certaine réflexion puisqu’une sauvegarde juste avant un boss n’est pas toujours le bon choix : si vous n’êtes pas suffisamment préparé pour l’affronter, vous aurez beau recommencer encore et encore, le fiasco restera assuré !

Wonder Boy Monster Land est disponible sur l’eshop de la Nintendo Switch pour 7 euros environ.

Le saviez vous ?

En 2004, Sega décide de mettre à l’honneur son illustre garçon merveilleux en lui consacrant un jeu sur mobile : Wonder Boy :The Dragon’s Trap, lui aussi, remake d’un jeu sorti initialement sur Master System. Depuis le titre a rejoint les rangs de la Nintendo Switch en 2017.

Conclusion
Même pour les amateurs de jeux rétros, Wonder Boy laisse une impression mitigée suite à ces retrouvailles insolites. Si le plaisir de retrouver les joies d’un jeu de plateforme exigeant où la monnaie doit être gérée avec intelligence, les quelques bugs et la musique saccagée sont autant de défauts qui rendent la Madeleine de Proust nettement moins jouissive qu’elle aurait pu l’être. Le soft ne s’adresserait ainsi qu’aux plus adeptes de la série, soucieux d’emmener cette aventure sur leur nouvelle console de Nintendo. Néanmoins, rallumer la master system restera assurément le plus bel hommage à ce Wonder Boy mythique.
Points positifs
  • Contenu varié et étoffé face à la version d’origine
  • Du challenge pour les joueurs talentueux d’hier
Points négatifs
  • Une musique et des bruitages désastreux
  • Pas de véritable remasterisation visible
  • Des ralentissements et des mouvements improbables de Wonder Boy
  • Jeu totalement en anglais
5.2
Moyen
Coup de fraîcheur sur les graphismes - 3
Musiques et bruitages - 1
Contenu - 7
Challenge - 7
Stratégie monétaire - 8
cooky
Ecrit par
Deux passions dans la vie : le monde animal et le monde du gaming ! Adepte des belles plumes, je "switch" entre les poils et les manettes =) .

5 commentaires

  1. martien martien

    “rallumer la master system” oui …. mais il faut trouver aussi la TV cathodique qui va avec et du souffle pour enlever la poussière des connecteurs de la cartouche 😉

    Répondre
    • cooky

      Un détail un détail !
      xD

      Répondre
  2. Manuto

    Moi ça me va un portage rétro de ce genre.
    Je n’en attend pas spécialement une remasterisation

    Répondre
  3. Au vu des captures d’écran, on est pas sur la version master system, mais la version arcade du jeu.

    Répondre
    • cooky

      Bonsoir 🙂

      Totalement. Et c’est d’autant plus sur une bonne vieille master system que nous vous conseillons de retrouver les plaisirs de ce jeu !

      Bonne soirée !

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire