Spirit of the North (Nintendo Switch) – Le test

Bon nombre de jeux vidéo souhaitent laisser la part belle à la contemplation, à la poésie et autres rêveries devant son écran, laissant le champ libre aux joueurs pour calmer leurs ardeurs dans le flot incessant des tumultes du quotidien. Alors que nous tenons dans le creux de nos mains joyeuses le dernier né de Infuse Studio, répondant au joli nom de « Spirit of the North », tel un digne héritier des aventures dans les divines montagnes enneigées où naissent les plus grandes légendes du folklore nordique, notre espoir est grand : cette épopée sera-t-elle à l’origine d’un grand frisson? D’un grand plongeon dans le monde glacial mais impérial de la montagne, qui, comme toujours, nous gagne ? Avec toutes ces histoires de flocons, nous en aurions presque oublié le héros même du jeu: un facétieux renard qui ne semble pas manquer de panache… harnaché de notre plus gros anorak, partons à la rencontre du majestueux canidé.

« Renard endormi ne prend pas de volaille » (proverbe français)

Développé par Infuse Studio, l’aventure débute au sommet des montagnes. Plongé dans la peau d’un renard, lui même enveloppé par un monticule de neige, votre première mission consiste à prendre en main l’animal. Rien de bien compliqué à cela: après avoir essayé tous les boutons de votre manette, vous comprendrez bien vite que le champ d’actions possibles à ce stade reste assez maigre. Vous pourrez avancer dans toutes les directions, sauter ou encore japper (un jappement qui s’apparente davantage à un aboiement de chien lambda). Un bouton semble néanmoins encore mystérieux, provoquant quelques vibrations dans la manette sans qu’il ne semble se passer quoi que ce soit autour de vous. Bref, vous ferez assez vite le tour de la question. Commence votre quête. Une longue randonnée en perspective… néanmoins, avant de prolonger la découverte du soft, prenons le temps de nous plonger d’abord dans la description des graphismes offerts aux joueurs. Indéniablement, ils ne manqueront pas de vous « sauter aux yeux » d’où notre volonté de les souligner au plus vite.

« On ne prend pas des renards avec des os » (proverbe breton)

Si d’aventure vous atterrissez sur ce soft, il est fort probable que vous ayez une certaine anicroche avec les renards. Si certains sont horrifiés de jouer avec de tels animaux qu’ils ne peuvent voir autrement qu’en diaboliques dévoreurs de poules, d’autres aiment admirer ce canidé majestueux, pourvu d’une queue touffue et pleine de panache, arborant avec élégance une fourrure serrée et soyeuse. Reconnaissons nous ranger franchement dans la seconde catégorie de personnes, et nous étions ainsi ravis de partager le quotidien d’un charmant renard.

Pourtant, à peine l’aventure a-t-elle commencé, que nous avons été soufflés par les graphismes… soufflés, malheureusement dans le mauvais sens du terme. Pauvre renard. L’aliasing est ÉNORME et les animations scintillent de partout. Assurément, le renard perd de sa superbe dans le soft… parfois à moitié grignoté dans la roche, souvent enseveli sous la neige (admettons que ce soit normal…), brillant dans ses déplacements, toujours. Ne parlons pas de son visage… à vouloir pousser le réalisme à son paroxysme (la volonté de donner le plus de réalisme au renard reste parfaitement visible, malheureusement le résultat n’est pas à la hauteur sur Switch…), les développeurs ont obtenu l’effet inverse : le pauvre renard manque lourdement de panache et finalement, son homologue esprit s’avère plus réussi… pourtant bien moins réaliste ! Comme quoi…

« Bien que le renard change de poil, il ne change pas de naturel » (Fernando de Rojas)

En effet, amis gamers, vous ne serez pas seuls dans cette aventure… un mystérieux esprit sera rapidement votre compagnon de voyage… À l’aube de votre aventure (il nous a tout de même nécessité une bonne dizaine de minutes pour le trouver…), celui ci tentera de vous expliquer avec divers dessins et autres représentations gravées dans la roche, toutes les mésaventures de la contrée… et finalement pourquoi vous vous retrouvez ici… avec lui. Restez vigilants et attentifs aux détails… et l’histoire se déroulera doucement sous vos yeux de petits renards en quête de bonté dans le monde, sans le moindre texte mais avec subtilité.

Cet esprit, au delà d’être un sympathique guide de voyage, sera rapidement indispensable pour progresser dans l’aventure. En effet, par l’intermédiaire de fleurs, il pourra vous délivrer son pouvoir, lui même nécessaire à l’activation de portails. Les chemins se dévoileront ainsi peu à peu devant vous tandis que vous déambulerez dans des décors qui, ouf, évoluent un peu. La neige, c’est magnifique… mais parfois il est préférable de s’en passer pour le confort visuel !

Fort heureusement, quelques capacités viendront s’ajouter à votre panel de compétences, enrichissant sensiblement le gameplay. Le jeu viendra alors s’étoffer, et vous serez capables d’accomplir de nouvelles tâches, re-ouf !

« Voici mon secret. Il est très simple : on ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible aux yeux » (Le petit Prince – Antoine de Saint-Exupery)

Notre aventure nous a semblé prendre une tournure nouvelle une fois la neige derrière nous. Les décors, bien qu’encore indignes de la Switch, restent bien plus agréables à parcourir. De petites énigmes viendront agrémenter votre avancée, vous obligeant parfois à faire demi-tour, sans pour autant être très difficiles.

Les développeurs semblent avoir tenté de mettre l’accent sur une certaine poésie émanant du soft. Malgré des défauts certains (une jouabilité perfectible avec des sauts pas toujours réussis, voire franchement agaçants, des séquences animées qui commencent par la scène de fin de cette dernière (?), ou encore cet aliasing insupportable), nous parvenons peu à peu à nous prendre d’affection pour ce renard qui réussit à prendre de la valeur. Indéniablement très courageux, ce renard sera aussi particulièrement bon… vous croiserez quelques squelettes sur votre chemin, qu’il vous faudra honorer, et les plus courageux tenteront de fouiner tous les petits passages escarpés du jeu pour le découvrir dans son intégralité. Par ailleurs, soulignons avec allégresse la délicate et agréable musique qui vous accompagne tout au long du chemin.

Spirit of the North est disponible sur l’eShop de la Nintendo Switch pour 21 euros environ. Il est actuellement en promotion jusqu’au 21 mai 2020. Une version boite est aussi disponible.

Le saviez vous ?

Impossible de parler de renards sans évoquer le titre « The First Tree », disponible depuis fin 2018 sur Nintendo Switch. Cette aventure vous propose d’explorer le quotidien de renards : une femelle à la recherche de ses jeunes, et un jeune mâle souhaitant renouer avec ses origines.  Une aventure une nouvelle fois poétique et pleine de charmes qui séduira les amoureux de ce bel animal.

Conclusion
Force est de constater que l’hommage aux renards n’est pas franchement à la hauteur... les graphismes, que nous attendions avec impatience, nous ont lourdement déçus, dévalorisant instantanément cette aventure « contemplative ». Si la traversée peut quelque peu se montrer décevante sur la première tranche de l’histoire, elle s’avère plus intéressante et attractive par la suite à partir du moment où votre renard et l’esprit qui le complète, viennent à travailler patte dans patte pour mener à bien leur mission. Néanmoins, le manque de dynamisme de l’aventure et surtout sa jouabilité très agaçante au cours de certains passages, restent des aspects bien difficiles à oublier...
Points positifs
  • L’aventure se déroule sous une musique (composée par Joseph Gifford) agréable et délicate
  • La poésie perceptible, notamment chez ce bel esprit
  • Quelques nouvelles compétences à débloquer durant le déroulement de votre aventure.
  • Durée de vie correcte pour ce type d’aventure : comptez 7h pour les plus rapides, tandis que ceux qui souhaitent prendre leur temps (courageux) atteindront probablement les 10h.
Points négatifs
  • Graphismes indignes de la Nintendo Switch, un défaut de taille pour un jeu contemplatif. La fiche descriptive du jeu stipule « inspiré des paysages à couper le souffle », prenez garde! Ce sont bel et bien les paysages réels qui sont magnifiques, et non ceux présents sur Nintendo Switch !
  • Une jouabilité souvent bancale, notamment dans les sauts du renard qui entre en collision avec les roches, jusqu’à fusionner avec elles.
  • Tout cela reste assez mou. Même notre renard nous semble lourd à manipuler !
5.5
Moyen
Graphismes - 3
Musique - 7.5
Jouabilité - 5
Fun - 5
Intérêt progressif pour l’aventure - 6
Durée de vie/Tarif - 6.5
cooky
Ecrit par
Deux passions dans la vie : le monde animal et le monde du gaming ! Adepte des belles plumes, je "switch" entre les poils et les manettes =) .

1 commentaire

  1. jerodoalle

    un peu dur la note ?

    Répondre

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire