Liberated (Nintendo Switch) – Le test

Hé ! Vous là, oui vous qui lisez ce test, êtes-vous sur les réseaux sociaux ? Oui ? Non ?  De toute façon nous le saurons grâce au système crédit citoyen et vaut mieux pour toi que tu y sois avec suffisamment d’activité au risque d’être signalé pour non-conformité sociale. Après tout, nous sommes là pour aider, pour protéger la structure de notre société. Détendez-vous et buvez un remontant, vous avez l’air d’en avoir besoin…

Que serait le monde avec une constante surveillance de nos moindres faits et gestes ?  Pas comme nous la connaissons actuellement mais en plus poussée et plus maîtrisée par le gouvernement ? C’est sur quoi les développeurs de Liberated se sont penchés à travers ce jeu sous format comics.

Atomic Wolf est le studio qui a créé cette analyse sur la société. Inspiré par le progrès technologique, notamment la croissance des médias sociaux, atteintes à la vie privée et analyses des métadonnées. Le but de leur jeu est la réaction et l’interaction de la société avec les nouvelles technologies.

Alors de quelles façons vont-ils nous montrer comment nos données pourraient être utilisées ? Comment vont-ils nous faire prendre conscience que cela peut arriver ou que cela se produit actuellement ?  Allons-nous tout droit vers une théorie du complot ? Serons-nous prêts à rejoindre une révolution pour combattre le système ? Est-ce que ce jeu nous dévoilera une vérité future ou nous allons plonger dans un état de paranoïa ? Ou est-ce déjà le cas ?

Liberated se présente dans une configuration obscure, avec un regard sur la société et son gouvernement, mais avec une certaine originalité unique. Comme mentionné plus haut, il est sous le format de comics. Oui une bande-dessinée est notre zone de jeu se composant de quatre ouvrages s’animant sur chaque vignette, dessinés à la main, aux couleurs du style des œuvres d’art noires comme dans Sin City ou le Faucon Maltais, vieux film datant de 1941. Ce style noir et blanc avec un léger voile bleu-gris est pour le studio Atomic Wolf la meilleure atmosphère pour connaître la vérité. La lecture de cette bande-dessinée se fait de vignette en vignette, avec des scènes d’actions où nous interagissons soit en appuyant sur A ou bien en avançant directement à l’intérieur de ces feuilles de papier. L’ambiance pluvieuse cache un lourd secret et la naissance d’une révolution. Ne vous attendez pas à entendre des sons caricaturaux que pourraient avoir une bd animée, mais plutôt l’atmosphère pesante et froide de ce monde sous surveillance.

Notre aventure démarre avec des images du premier comic, provenant de caméras de surveillance ciblées sur plusieurs citoyens laissant apparaître leur identité. Nom, prénom, âge, sexe, orientation sexuelle, argent sur le compte bancaire, métier, données des réseaux sociaux. Laissant aussi apparaître une gare avec notre personnage principal, Barry Edward, âge 25 ans, homme, hétérosexuel, – $2 446, 326 SCC. Il doit prendre le train qui part dans moins d’une minute et cinq secondes. Notre première réelle interaction avec le jeu se dévoile, en quelques instructions du gameplay, tout en avançant en direction de notre train qui se situe un quai au-dessus de nous. Nous arrivons à temps pour prendre notre train malgré les petits obstacles qui se sont dressés sur notre parcours.

À l’intérieur, les caméras de surveillance ne cessent d’être actives, les scans continuent et détectent un individu suspect ainsi que Mr Edward jugé pour non-conformité sociale. Les images des vidéos sont envoyées directement dans un QG, le SCC & Themis, système crédit citoyen et l’algorithme secret de l’État. Omniprésent, interconnecté, incontournable, juger l’action et l’inaction de chaque citoyen. Une alerte a été automatiquement lancée aux forces de l’ordre pour poursuivre notre personnage. Mais sans pour autant laisser dans l’ignorance cet avis de recherche, un message automatique lui a été envoyé sur son téléphone portable afin d’obtenir sa coopération et se laisser tranquillement capturer. Pris de panique il va dans son appartement afin d’effacer plusieurs données de son ordinateur, sans se rendre compte qu’il a été suivi par l’individu suspect. Soudain la police débarque chez lui, faisant fuir le stalker et déclenchant une course poursuite. L’action de notre fuite est animée par des QTE (quick time event, « événement temporel rapide ») et passons par la fenêtre, de là s’ensuit une course poursuite sur les toits de la ville… Hélas notre fuite se termine par une chute nous faisant ainsi capturer par la police.

Soixante-douze heures plus tard, nous sommes interrogés par un inspecteur, avec un dialogue pouvant faire penser à celui de Mr Anderson et l’agent Smith, personnages de la trilogie Matrix. Pendant ces échanges nous avons la possibilité d’interagir avec politesse ou arrogance. Ces choix donneront une autre approche différente pour avoir un aperçu de la réalité de ce monde. Mais quoi qu’il en soit nous serons libérés avec des mises en garde. Débarqué dans un quartier inconnu par la police, nous essayons de rentrer chez nous quand nous nous ferons bloquer le passage par l’individu suspect, homme tatoué, baraqué et loin d’avoir un visage amical. Il nous ordonne de monter dans sa voiture, à nous de choisir oui ou non… Choisir non vous engagera dans une autre course poursuite avec quelques QTE mais conduisant à votre coopération, sous contrainte mais nécessaire pour entendre et voir la vérité… Car à votre tour vous serez un membre des LIBERATED organisation antigouvernementale clandestine. Ils ont été appelés fauteurs de troubles, combattants de la liberté, terroristes nationaux, révolutionnaires. Ils s’opposent au recours à la surveillance pour maintenir la paix et fournir refuge aux parias et aux opprimés.

Vous découvrirez vos nouveaux alliés tentant de faire éclater des vérités mais surtout une qui est une des bases de leur mouvement.

–  Meg, leader de la cellule libérée locale. Son passé est sans conséquence, l’avenir est tout ce qui compte.

– Tom et Tim, frères jumeaux, membres de la cellule libérée locale

– John James, un agent double pour Liberated en service actif dans le service de police. Leur ange gardien.

– Harry Davis, ancien flic, maintenant avec les Liberated. L’un des pères fondateurs de Themis.

Ceci est seulement une partie de l’histoire, car notre quête de vérité ne se résume pas qu’avec un seul protagoniste, ni avec un seul point de vue. Bien au contraire, Liberated se baigne dans une histoire de complots et de quête de justice. De ce fait nous serons à la fois les combattants de la liberté et les représentants de l’État nous plongeant dans le passé et le présent, voir le futur…

Liberated s’anime bien, nous voyant la bande dessinée se former sous nos yeux, les pages qui se tournent, nous immergeant dans la bd, dans une aventure palpitante, avec des secrets qui ne demandent qu’à être découverts. Le gameplay est facile à prendre en main, malgré que nous pourrions avoir quelques a priori. Dans ce jeu nous sommes armés car nous avons des ennemis des deux côtés, des deux clans et nous nous déplaçons de façon linéaire. Donc la visée se fait avec le joystick R, si nous ne sommes pas assez adroits pour le manier cela peut-être déstabilisant et être un point négatif pour quelques-uns. Nous pouvons nous déplacer de façon furtive, en restant appuyé sur la touche L diminuant ainsi le son de nos pas. Dans certains endroits il y a des cachettes, nous nous dissimulons derrière avec la touche X, laissant ainsi passer nos ennemis pour mieux les assassiner avec Y.

En soit un gameplay assez simple, pour un visuel accrocheur respectant les codes du comics, BANG BANG HEAD SHOT ! N’oublions pas les bulles de dialogues qui sont omniprésentes, car oui ce jeu n’est que lecture, ne vous attendez pas en entendre tous les personnages, c’est une vraie bd ! Les graphismes sont propres, même si les acteurs mériteraient un meilleur travail sur les zones d’actions/interactions. Les scènes sont rythmées, nous pouvons choisir entre 2 modes de difficulté, l’histoire ou le défi montrant des ennemis plus résistants. Les QTE sont présents dans des moments clés, soit pour rajouter de l’action soit pour changer l’histoire et il faut être assez réactif. Donc d’une certaine manière il y a une rejouabilité qui donnera un autre scénario. Dans ce chaos, quelques puzzles et codes secrets devront être résolus donnant un petit plus au parcours.

Conclusion
Liberated est un jeu de tir au format bd, il sort le 02 juin, vendu à 19,99€ mais bénéficiant d’une promo jusqu’au 5 Juin pour 15,99€. Avec un final qui pourrait être totalement proche de la réalité. Ce jeu scindé entre vérités et mensonges, indifférence et prise de conscience, il vous offrira plusieurs heures de complots et de libertés contrôlées.
Points positifs
  • Originalité du jeu
  • Dessins à la main
  • Traduit en français
  • Vue des deux camps
  • Scénario
Points négatifs
  • Manque de puzzles
  • Petits soucis de netteté
  • Chargements entre les pages un peu longs
  • Quelques petits bugs de mouvements
7.5
Bon
Histoire - 8
Graphismes - 7.5
Audio - 7
Gameplay - 7.5
Orchidia01
Ecrit par
Sorcière sur Switch, Play 4, irl & Discord, j'aime martyriser mes adversaires, et partager de bons moments avec mes amis gamers! ^^ Twitter: Orchidia_one

1 commentaire

  1. jerodoalle

    perso , je conseille de le prendre quand il sera en promo , genre a 10 euros , ce jeu les vaut …bien qu etant une experience narrative , plus qu un jeu

    Répondre

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire