Atomic Heist (Nintendo Switch) – Le test

Atomic Heist est un jeu de vaisseaux spatiaux qui consiste à tuer d’autres vaisseaux dans un univers très robotisé. Lorsque nous avions vu ce test, nous nous étions dit : “Encore un roguelike”, un de plus ! Mais alors qu’est-ce qui pousse les développeurs de Live Aliens à sortir un jeu dont le style est vu et revu ? Est-ce que ce jeu apporte quelque chose de nouveau si ce n’est qu’à assouvir la passion de certains gamers ? C’est ce que nous allons voir dans ce test.

Histoire et Gameplay

Il n’y a pas d’histoire dans Atomic Heist, vous commencez directement le jeu sans tutoriel vraiment approfondi et la plupart des armes, techniques de combat et autres, c’est, comment dire… débrouillez-vous ! Ce jeu vous balance directement dans la cage aux fauves. Très vite, vous allez prendre une claque en découvrant le niveau de difficulté de ce jeu, ce qui sera d’ailleurs, son gros point négatif. Nous on aime la difficulté, mais QUAND la difficulté est bien faite. Ce que je veux dire par là c’est que dans Atomic Heist, vous allez énormément mourir avec des collisions et des bombes qui vous irradient. Les vaisseaux ennemis ont une tendance suicidaire, c’est celle de vous foncer dessus et c’est là le gros point négatif de ce jeu, car c’est clairement mal fait. Quand des vaisseaux vous foncent dessus, votre vaisseau lui, fait un genre de rebond en arrière ce qui vous laisse de l’espace pour fuir. Jusque là c’est logique, eh bien non… Sans savoir pourquoi, vous êtes à 10m de votre ennemi, mais il est déjà collé à vous comme un carambar sur vos dents.

Au début, on se dit qu’on ne maîtrise pas le jeu et que ça va aller, mais en fait non, c’est comme ça tout le temps, même en boostant son vaisseau et cela devient une expérience de jeu horrible. Vous l’aurez compris, pour jouer à Atomic Heist il faut rester calme et surtout ne pas perdre patience. Comment peut-on trouver un jeu cool en employant ces mots ? Il y a des jeux où la difficulté croissante nous bloque à certains niveaux, mais là, c’est dès le début et on comprend vite que ce test va être long, trèèèèèès long…

Ensuite, lorsque vous aurez découvert cet univers désagréable, il va falloir découvrir chaque arme que vous découvrez dans vos tableaux et cela tout en supportant les pots de colle qui veulent votre mort. Vous allez bien mettre deux jours à tout calculer / découvrir, ce qui est sympa quand on sait que la durée de jeu est d’environ 7h.

Néanmoins, le jeu reste assez complet à nos yeux. Nous avons la possibilité de booster notre vaisseau et la manière dont nous allons l’équiper changera vraiment notre style en jeu. Vous pouvez alors faire de jolis tonneaux, des vrilles de l’espace si on peut dire et le comportement du vaisseau reste quand même assez sympa à manœuvrer. Il vous faudra du temps pour maîtriser la bête et surtout l’univers du jeu.

Chaque niveau ressemble à des “entrepôts” où des vaisseaux se baladent pour s’entretuer. Ces niveaux restent fixes, mais tout ce qui s’y passe change en permanence. Vous n’aurez jamais de répétitions comme par exemple, un vaisseau qui arrive à votre droite au lancement d’une partie à chaque fois que vous allez mourir et ça, c’est un bon point. Au niveau de l’armement, c’est très fun. Vous allez découvrir beaucoup d’armes différentes, mais une chose est importante, faire attention à vos munitions, ne pas trop tirer à la mitrailleuse sinon elle surchauffe et surtout, éviter de larguer vos bombes accidentellement. C’est le secret de la réussite dans le jeu, car on ne peut pas tirer en permanence comme la plupart des roguelike.

Graphisme

Même si c’est assez simpliste, carré, avec une vue de dessus, le jeu reste quand même sympa à regarder. Chaque bombe, arme et autre explosion sont vraiment bien faites pour ce style de jeu. Ça reste simple sans être affolant.

Conclusion
Atomic Heist est un petit roguelike pas franchement agréable à jouer et nous pesons nos mots. Nous savons que ce style de jeu est souvent difficile, mais c’est souvent une difficulté agréable, car progressive. Ici, ça part directement dans un nid de vaisseaux kamikazes qui ne souhaitent qu’une chose, c’est vous coller aux fesses comme un carambar sur vos dents. C’est leur technique principale de kill et ça devient vraiment vite très lourd. Au-delà du fait que vous allez mourir 50000 fois lors de votre première heure de jeu, vous allez devoir apprendre toutes les armes et bonus que vous allez trouver dans le jeu. Vous allez me dire que c’est normal, logique, rien de nouveau ! Eh bien oui, mais avec l’option “pots de colle” en moins cela aurait été plus agréable. Ce jeu s’adresse donc aux passionnés qui ont une patience extrême et qui adorent la difficulté… extrême. Bien que ce soit un jeu où on tire dans tous les sens, il n’est pas répétitif dans le sens où les armes et les ennemis n’apparaissent jamais au même endroit (à peu près). Il faut 7 heures pour finir le jeu multiplié par 100 si vous n’arrivez pas à maîtriser tout ça très vite. Vous l’aurez compris, bien que graphiquement ce jeu reste sympa, l’expérience de jeu n’est pas aux rendez-vous et c’est vraiment dommage, car nous avons là un potentiel sympa.
Points positifs
  • La multitude d’armes
  • Les défis pour gagner des avatars
Points négatifs
  • Les collisions mortelles ne sont pas réellement bien faites et manquent de logique
  • La facilité à mourir
  • Difficulté non progressive et brutale dès le début.
5.2
Moyen
Graphismes - 5
Gameplay - 6
Difficulté - 10
Ambiance - 5
Fun - 0
Ecrit par
Pourquoi GrosGuignol on me demande souvent? Parce que c'est souvent ce qu'on me disait quand je battais des joueurs en ligne. J'en ai fais mon pseudo de gamer à tout jamais!

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire