Hellpoint (Nintendo Switch) – Le test

Après une sortie l’été dernier sur P.C., P.S.4 et Xbox One, le Souls-like tendance « Cénobite » débarque enfin sur Nintendo Switch.

Bienvenue sur Irid Novo…

Nous allons commencer par clarifier un point d’entrée. Bien que présenté comme un Action R.P.G., Hellpoint est avant tout un Souls-like pur jus ! Voilà, une fois cela dit, passons à l’histoire.

Elle débute par la « naissance » de notre avatar sur la station spatiale de Irid Novo… Tout droit sorti d’une cuve de gestation, notre avatar à l’apparence rappelant fortement les cénobites du cultissime Hellraiser de Cliver Barker fait ses premiers pas. D’apparence déjà adulte, nous apprenons d’entrée que nous sommes une création, une engeance… « un Spawn » du mystérieux Auteur. Celui-là nous demande d’enquêter sur les évènements présumés diaboliques qui ont eu lieu sur la station spatiale, à la suite d’un incident connu sous le nom de Fusion. Très vite on réalise donc que nous ne sommes pas sur Terre ou dans un environnement médiéval où un quelconque sorcier maléfique a pris le contrôle, ce qui a libéré une armée de zombie (quoique)… et ça fait du bien !

Les premiers pas font office de tutoriel et nous apprenons comment recharger notre vie mais aussi comment nous déplacer avant de récupérer notre première arme… un tuyau en métal (bah oui, il faut bien commencer par quelque chose). L’exploration de la station commence avec l’atmosphère froide qui s’en dégage (caractérisée par la « fumée » à chaque expiration de notre avatar), très vite, nous tombons sur les premiers êtres « vivants » qui s’avèrent en fait être des zombies (oui, il y en a quand même)… Il faudra donc nettoyer la zone pour avancer et surtout gagner de l’expérience, appelée ici Axiom, afin de faire évoluer notre personnage et peut-être, y voir un peu plus clair dans toute cette histoire…

« We have such sights to show you! »

Comme nous le disions en introduction, Hellpoint est un Souls-like, avec toutes les spécificités que cela implique… À savoir en premier lieu, qu’il ne faut pas avoir peur de perdre ! En effet, votre progression se fera forcément par vos morts et votre apprentissage des lieux et des « patterns » de vos adversaires. Chaque victoire, chaque bataille remportée vous fera gagner des précieux Axioms qui vous serviront ensuite à faire évoluer les compétences de votre personnage.

C’est via des failles (équivalent des feux de camps dans Dark Souls) que vous pourrez faire progresser votre personnage. Il faudra toutefois être vigilant dans l’attribution de celle-ci et ne pas tomber dans le piège du « je booste la vie, la force et l’endurance pour commencer », en effet, il conviendra au début de répartir les points le plus équitablement possible entre les différentes capacités. Celles-ci sont aux nombres de huit.

Tout d’abord la Santé pour augmenter la barre de vie ; Endurance pour augmenter votre endurance et potentiellement le nombre de coups que vous pourrez porter ; Énergie qui correspond plus ou moins à votre sorte de magie, même si dans l’univers de ce jeu c’est plus de l’énergie pour des lasers (la magie cédant plutôt sa place à la technologie) ; Charge qui joue en fait sur votre mobilité. En effet, il n’y a pas de limite à ce que vous pouvez transporter, toutefois plus vous serez chargé, plus votre mobilité sera réduite (cela peut avoir son importance, surtout pour les armures les plus efficaces).

 Enfin, Force qui correspond à la puissance de vos coups (cela dépend aussi de certaines armes). En effet, certaines armes demanderont plutôt des compétences Réflexes.

On retrouve également des compétences Cognition (principalement pour les armes avec des tirs à distance) et aussi Prémonition, pour les armes psiotiques (à la frontière de la magie on va dire). Et voilà pour le tour d’horizon rapide des compétences.

Comme dit précédemment, cela aura de l’importance par la suite, car certaines armes demanderont plutôt des points de Réflexes plutôt que des points de Force pour être pleinement efficaces. Les armes sont relativement nombreuses, allant de la dague rapide et efficace (surtout au corps à corps) à la « Colonne » qui ferait pleurer Samehada… Bref, il y en a pour tous les styles !

Sachez également qu’à force d’être utilisées, les armes gagneront en expérience et débloqueront des capacités supplémentaires… Une façon toujours appréciable de récompenser en quelque sorte l’usage d’une arme et de pousser à toutes les utiliser pour celui qui voudrait débloquer l’ensemble de leurs capacités !

Vous pourrez évidemment vous protéger à l’aide d’un bouclier et récupérer des armures pour renforcer votre défense et aussi votre puissance. Celles-ci sont toujours dans un esprit science-fiction, rappelant parfois la tenue d’un Predator par exemple… Ça fait toujours son petit effet !

On parlait d’Hellraiser en début d’article, notamment pour l’aspect original de notre avatar, sachez qu’à un moment donné, vous serez équipé d’un cube qui en plus de vous éclairer dans les lieux sombres, s’avérera aussi une arme idéale contre certains adversaires !

Vous pourrez également, comme dans tout bon Souls-like, récupérer des éléments qui vous permettront par la suite de créer de nouvelles armes ou boucliers (si vous en trouvez les plans au préalable) et il est également possible de faire évoluer les armes. Bien entendu, ces objets d’amélioration sont généralement bien cachés et c’est souvent à la sueur de votre front que vous trouverez ces précieux artefacts !

La jungle de la station spatiale

Et pour suer, vous allez suer ! En effet, il faudra être très prudent et tactique surtout dans les premières heures de jeu. Foncer tête baissée est synonyme de mort assurée ! Il sera nécessaire de bien apprendre les mouvements des personnages ennemis, d’apprendre leur emplacement et d’essayer (dans la mesure du possible) de les prendre à revers pour leur retirer le maximum de points de vie ! Il conviendra aussi d’éviter certains combats au début, car certains ennemis sont tout simplement hors de votre portée !

Il en est de même pour les affrontements contre les boss, qui nécessiteront d’arriver bien préparé (avec au moins ses deux seringues pour recharger son énergie vitale) et en ayant une bonne connaissance des patterns du boss en question, afin d’esquiver au mieux ses assauts ! Mieux vaut frapper un coup et revenir en arrière vingt fois que d’essayer de foncer dans le tas et de mourir en trois coups… Cela pourra s’avérer très frustrant, surtout que la mort signifie la perte de vos Axioms, la résurrection des ennemis et le rechargement de la partie (comptez 35 à 40 secondes de temps de chargement, c’est peu mais ça peut devenir long si on enchaîne les défaites).

Rassurez-vous, vous avez la possibilité de récupérer les Axioms perdus au moment de votre mort, mais il faudra parfois affronter votre « fantôme » pour les récupérer et comble de l’ironie… celui-ci est bien souvent meilleur que vous (que ce soit dans l’attaque ou la défense) et il arrivera parfois à vous occire une nouvelle fois (surtout au début).

Bref, même la mort est un défi en soi ! Mais c’est un mal nécessaire pour espérer progresser… Évidemment qui dit reprise de la partie, dit réapparition des ennemis que vous aviez tués. La seule autre cause de leur résurrection est le trou noir autour duquel gravite la station. En effet à des horaires bien précis, symbolisés par une horloge dans le coin supérieur gauche de l’écran, la station spatiale s’approche du dit trou noir, cela a pour effet de ressusciter les morts et de faire apparaître « en bonus » des créatures des enfers beaucoup plus puissantes que les ennemis lambda ! Évidemment, qui dit ennemis plus puissants dit bonus plus intéressants… mais combats plus éprouvants !

Et si l’espace n’était pas mort ?

Concernant l’environnement de jeu, vous évoluerez dans une ambiance qui ne sera pas sans vous rappeler des titres comme Event Horizon, Dead Space et même Alien… Oui, rien que ça ! Du point de vue du bestiaire, cela va du zombie aux grands chevaliers en armure, en passant par le mécha bedonnant et les démons de l’enfer… Même si finalement, nous avons l’impression de revoir souvent les mêmes ennemis et que nous avons été un peu surpris de revoir certains boss comme des ennemis normaux plus loin dans la partie, d’autres boss seront d’autant plus impressionnants et originaux.

Les ennemis sont parfois un peu déroutants, il faudra être vigilant quand vous entrez dans une zone « occupée », certains ennemis seront assez futés et n’hésiteront pas à vous prendre à revers, alors que d’autres ne vous verront pas venir à moins d’un mètre…

Du point de vue de l’ambiance cependant, les développeurs ont fait plutôt fort et même si l’ambiance est froide et très sombre (nous n’y voyons parfois pas grand-chose), il faudra rester très prudent et regardez où vous mettez les pieds ! En effet, le jeu joue également sur une dimension verticale, en effet notre personnage dispose de la possibilité de sauter, cela donne parfois lieu à des phases de plateforme dans la station, notamment pour certains passages ou pour atteindre certains artefacts. Mais nous devons avouer que certains passages étaient un chouïa compliqués… En effet les phases de saut ne sont pas toujours optimales et il est parfois délicat de bien gérer ses sauts. Un peu dommage ! Quant au côté sombre, vous pouvez jouer sur la luminosité du titre (mais uniquement depuis le menu principal), toutefois cela a entraîné chez nous quelques ralentissements (fatalement, les zones à afficher étant plus importantes), il faudra donc voir à trouver le meilleur compromis, pour que la visibilité ne joue pas sur la fluidité… En effet, à quelques rares occasions, le jeu a ralenti après avoir augmenté la luminosité et si trop d’ennemis étaient à l’écran… Ça reste franchement supportable et non forcément constant, mais nous devions vous le signaler. En acceptant de jouer dans un environnement plus sombre (comme souhaité par les développeurs du jeu), le jeu reste assez fluide, surtout vu le gigantisme de certaines zones de jeu !

D’ailleurs bien que dans une station spatiale, les environnements sont plutôt variés, allant des geôles de l’espace à des environnements proches de Stargate et de l’Égypte ancienne. Avec la Switch, même si nous sentons le crénelage et que certaines textures sont un peu floues, l’ensemble reste plutôt joli et se paye le luxe de proposer des jolis effets d’ombre et de lumière.

Comme nous le disions juste avant, certains décors sont vraiment impressionnants par leur taille et même si notre console soufflait un peu, nous avions ce sentiment de grandeur ! D’ailleurs, nous vous recommanderons de faire un plan des différents lieux. La conception des niveaux est vraiment astucieuse et vous trouverez des nouveaux passages secrets à chacune de vos nouvelles parties. De quoi ravir les explorateurs ou les amateurs de 100% !

L’univers du jeu s’avère plutôt riche et il faudra être attentif aux différentes notes et parfois échanges avec certains personnages pour essayer de comprendre ce qu’il s’est passé. Ne comptez pas sur des cinématiques de folie pour faire avancer l’histoire, il faudra explorer et lire les documents pour comprendre et espérer avoir le fin mot de l’histoire. Soyez sûr que vous serez occupé pendant une bonne vingtaine d’heure (sinon plus).

Conclusion
Si vous voulez changer des univers médiévaux, Hellpoint sera l’alternative parfaite ! Fort de cet univers à l’ambiance « spatio-futuriste », proposant de nombreuses zones secrètes à découvrir et encourageant de fait l’exploration, le titre plaira aux habitués du genre et aux éventuels nouveaux joueurs (qui n’ont pas peur de perdre). Malgré ses quelques défauts techniques, Hellpoint est un très bon Souls-Like et nous vous le recommandons !
Points positifs
  • L’univers dans l’espace (ça change des décors médiévaux).
  • Les nombreuses zones secrètes.
  • Les zones à explorer.
  • L’apparence de certaines armures rappelant des bons titres de science-fiction.
  • Le côté technique/réflexion quant à l’attribution des points d’expérience.
  • Certains boss impressionnants.
  • Une ambiance rappelant des titres comme Hellraiser, Event Horizon, Alien, Dead Space, …
Points négatifs
  • … Ambiance parfois un peu trop sombre, il faut très noir.
  • Les passages de plates-formes non toujours très précis.
  • Parfois un peu difficile.
  • Certains boss deviennent des ennemis « classiques ».
  • Des ralentissements quand on augmente la luminosité (et de fait la visibilité).
  • L’I.A. parfois aléatoire de certains ennemis.
7.6
Bon
Graphismes - 7
Ambiance générale - 8
Exploration - 8
Musiques / Ambiance sonore - 7
Durée de vie - 8
reader
Ecrit par
Traducteur du langage Rasta de l'espace. Illustrateur à ses heures perdues. => https://instagram.com/djuborregan Testeur. Recherche un portail dimensionnel plus grand.

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire